Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les bienfaits du Cassis

  • Par Isabelle Briennon, mis à jour le 27/02/2024 à 09h02, publié le 09/02/2024 à 11h02
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les bienfaits du Cassis
La petite baie noire bien connue dans les confitures, les sorbets ou les sirops, cache plus d’un tour dans son sac… Savez-vous que la feuille de Cassis est reconnue pour soulager les rhumatismes ? Voyons cela d’un peu plus près….

Qu’est-ce que le Cassis ?

Le Cassis est le fruit de l’arbre, le Cassissier qui porte le nom latin de Ribes nigrum. Cet arbuste est originaire de l’Europe du Nord et il a été importé en France au XVIIIe siècle. Suite à la parution d’un recueil intitulé « Traité du Cassis » écrit par l’abbé Pierre Bailly de Mataran, les « propriétés admirables du cassis […] pour guérir la goutte, la pleurésie […] et quelques autres maladies » y sont listées créant un engouement certain pour le Cassis jusqu’à son introduction dans tous les jardins de France et de Navarre.

Composition du Cassis  

Trois parties du Cassissier sont utilisées, les feuilles, les bourgeons et les baies. Il convient de distinguer leurs compositions.
Les feuilles de Cassis contiennent de nombreux flavonoïdes avec des flavonols tels que le quercétol et le kaempférol, des flavanones avec la sakurétine, des flavanols comme le catéchol et l’épicatéchol, des oligomères proanthocyanidoliques avec les anthocyanes et les proanthocyanidines. Elles présentent également une bonne teneur en acides phénols tels que l’acide chlorogénique, l’acide caféique, l’acide hydroxycinnamique et l’acide p-coumarique.
Les bourgeons de Cassis contiennent une quantité plus importante que la feuille, en ce qui concerne les proanthocyanidols, procyanidines et prodelphinidines.
Les baies sont riches en vitamine C, en flavonoïdes avec des anthocyanosides (cyanidines et delphinidines), en flavonols avec des ellagitanins et en caroténoïdes. Elles sont caractérisées par la présence de lignanes aux propriétés phytoœstrogéniques, de pectines et d’acides organiques. Les graines des baies contiennent des acides gras polyinsaturés avec des omégas 6, dont l’acide linoléique et l’acide gamma-linolénique et des omégas 3 avec l’acide alpha-linolénique.

Les proanthocyanidols, procyanidines et prodelphinidines sont réputés pour leurs activités antioxydantes, protectrices des vaisseaux et veinotoniques.

Ces composants agissent en synergie pour conférer au Cassis :  
  • des propriétés protectrices des vaisseaux, des propriétés veinotoniques favorables à la circulation veineuse, à la microcirculation capillaire et à l'acuité visuelle,
  • des propriétés anti-inflammatoires utiles en cas de douleurs et également, grâce en plus à des propriétés de réduction de l’hyperéosinophilie, en cas d’allergie,
  • des propriétés antivirales et immunomodulantes qui expliqueraient l’utilisation traditionnelle du Cassis dans les pathologies hivernales et leur prévention,
  • des propriétés antioxydantes, qui lui permettent d’aider à lutter contre les méfaits du stress notamment le vieillissement,
  • des propriétés de drainage rénal, permettant d’agir en cas de rétention d’eau pour affiner la silhouette dans un programme minceur, pour favoriser la guérison d’une infection urinaire traitée médicalement, ou pour réduire l’acide urique en cas de crise de goutte,
  • la capacité à réduire le taux de lipides sanguins par sa quantité d’acides gras insaturés, pourrait être utile pour la prise en charge des maladies cardiovasculaires liées à l’athérosclérose
  • des propriétés hormonales, les anthocyanes et les lignanes agissant comme phytoœstrogènes. Les bourgeons de Cassis ont également des propriétés cortisone-like stimulantes.

Propriétés et bienfaits du Cassis  

Les feuilles, bourgeons et baies de Cassis sont traditionnellement utilisées dans :
  • l’insuffisance veineuse, les hémorroïdes, les troubles de la circulation au niveau cérébral et oculaire,
  • les rhumatismes, les douleurs articulaires, musculaires ou tendineuses notamment lors de la ménopause et les douleurs des règles en cas de syndrome prémenstruel,
  • les allergies, notamment pour le rhume des foins et pour l’asthme allergique,
  • la grippe et la prévention des maladies virales hivernales en raison de son action immunostimulante et antivirale,
  • la prévention des maladies chroniques, notamment cardiovasculaire dont l’hypertension artérielle en raison de ses nombreux antioxydants pour lutter contre le stress,
  • les infections urinaires et la goutte grâce à son action favorisante de l’élimination rénale de l’eau, du sodium et de l’acide urique. Cet effet justifie également son intégration dans les compléments alimentaires pour perdre du poids,
  • les diarrhées grâce à ses propriétés astringentes.
 
L’ESCOP, la Coopération scientifique européenne en phytothérapie, admet l’utilisation traditionnelle du Cassis en tant que complément d’un traitement médical visant à soulager les douleurs dues à des rhumatismes.
L’EMA, Agence européenne du médicament, reconnait l’usage traditionnel des baies et des feuilles de Cassis pour soulager les douleurs articulaires mineures et pour augmenter la quantité d’urines en complément d’un traitement médical en cas d’infection urinaire.
La Commission E du Ministère de la Santé Allemand reconnait l’usage traditionnel des feuilles de cassis pour soulager la diarrhée et l’inflammation de la bouche ou de la gorge.

Utilisation du Cassis

Les feuilles, bourgeons et baies de Cassis peuvent se présenter sous plusieurs formes.
Les feuilles de Cassis se trouvent sous forme de tisane comme IPHYM Cassis feuilles coupées ou sous forme d’extrait de feuille fraiche comme Ladrôme Cassis.
La tisane de Cassis sera prise à la dose de 25 grammes de feuilles de Cassis pour 500 ml d’eau à répartir en deux prises dans la journée.
L’infusion sera réalisée en versant de l’eau bouillante sur la plante et en prolongeant le contact pendant 15 minutes.
L’extrait de feuilles fraîches sera pris à la dose de 75 ml par jour en répartissant en 25 gouttes matin, midi et soir.
Les baies de Cassis se trouvent sous forme de teinture mère comme Boiron teinture mère Ribes Nigrum.
La posologie de la teinture mère sera recommandée par le médecin. Elle varie de 10 à 100 gouttes une à trois fois par jour.
En homéopathie, le Cassis se présente sous forme de macérat glycériné de bourgeon 1 DH Boiron. La posologie est de 50 gouttes de macérat, à prendre 1 à 3 fois par jour à diluer dans un peu d'eau. 
En gemmothérapie, on utilise le jeune bourgeon du Cassissier que l’on trouve sous forme de macérat glycériné dans Herbalgem Cassis. On utilisera chez l’adulte, 5 à 15 gouttes par jour, en dehors des repas, pures sur la langue ou diluées dans de l'eau ou 1 goutte par année d’âge chez l’enfant.
La Posologie de Boiron Cassis Bourgeon macérat glycériné est de 5 ml 1 à 3 fois par jour chez l’adulte et l’enfant de plus de 12 ans.

Le Cassis pour la circulation

Le Cassis est traditionnellement utilisé pour ses propriétés vasculoprotectrices et veinotoniques dans les problèmes de jambes lourdes et d’hémorroïdes.
Pour renforcer son activité, on le trouvera associé à d’autres plantes comme :
  • des plantes pour les vaisseaux comme l’acérola pour le collagène, le chrysanthellum, le citron, le framboisier, le cynorrhodon, l’hibiscus, le ginkgo biloba, le marronnier d’Inde, la myrtille, l’orange douce, le petit houx, la vigne rouge, l’hamamélis,
  • des plantes favorisant l’élimination rénale de l’eau pour limiter les œdèmes comme la queue de cerise, la piloselle, le pissenlit diurétique,
  • des plantes veinotoniques et antiœdémateuses comme le mélilot, le bourgeon de châtaignier,
  • des plantes antidouleurs comme la réglisse anti inflammatoire.

On trouve le Cassis associé à d’autres plantes pour les jambes lourdes sous forme de comprimés ou de gélules.

Pour les troubles veineux des jambes et les hémorroïdes, le Cassis peut se présenter en tisane, en solution buvable ou sous forme de stick buvable.

Le Cassis pour la circulation cérébrale

Le Cassis est riche en composants antioxydants, protecteurs vasculaires et veinotoniques, les proanthocyanidols, procyanidines et prodelphinidines, qui se trouvent en teneur importante dans ses bourgeons. Le spray Midogem forte associe les bourgeons de Cassis aux bourgeons d'aulne glutineux et aux jeunes pousses de rosier sauvage pour la circulation cérébrale.

Le Cassis pour le confort des yeux

Pour les yeux, Ergyoptyl associe le Cassis à la myrtille, au ginkgo et à l’olivier circulatoire.

Le Cassis pour les douleurs

La Cassis est traditionnellement reconnu pour soulager les douleurs articulaires et les rhumatismes. On le trouve dans le gel de massage Chondrostéo+ Fort Articulations pour les douleurs chroniques ou celles liées à un traumatisme et également pour les contractures. Le Cassis y est associé à des plantes et des huiles essentielles comme l’huile essentielle de gaulthérie, de menthe poivrée, de cajeput et de romarin.
Pour calmer les douleurs articulaires ou musculaires, le Cassis est souvent associé à diverses plantes pour renforcer son action anti-inflammatoire telles que :
Le Cassis en gélules ou en comprimés :
 
Le Cassis sous forme buvable :

Le Cassis pour la ménopause

La baisse hormonale à l’origine de la ménopause est à l’origine d’un risque d’infarctus, de l’augmentation de la fréquence de douleurs articulaires, musculaires et tendineuses et de l’accentuation des effets du vieillissement. Les nombreux flavonoïdes du Cassis agissent sur le système circulatoire veineux, leur effet anti-inflammatoire diminue le risque d’athérosclérose et également diminue les douleurs. Ses nombreux composants antioxydants diminuent le stress oxydatif à l’origine du vieillissement. Le Cassis, riche en lignanes et anthocyanes phytoœstrogéniques, peut donc être utilisé pendant la ménopause.
Le Cassis pourrait également être utilisé pour les douleurs de règles et pour les autres symptômes du SPM.
On le retrouve dans des compléments alimentaires à côté de plantes rééquilibrantes hormonales comme l’achillée millefeuille, l’alchémille, le gattilier, le houblon pour le sommeil, la mélisse pour la nervosité mais également des plantes antidouleurs comme la Reine des prés et des plantes à visée digestive comme l’artichaut détoxifiant et la chicorée pour le transit.

Le Cassis pour les allergies

Le Cassis contient, dans ses feuilles et encore plus dans ses bourgeons, des anthocyanidines qui ont des propriétés anti-inflammatoires et réductrices de l’hyperéosinophilie. Le Cassis pourrait être utilisé dans les allergies et dans l’asthme allergique en complément de traitements médicaux. Le Docteur Pol Henry, fondateur de la gemmothérapie (soins à base des bourgeons ou des jeunes pousses d’une plante) recommande l’utilisation du bourgeon de Cassis pendant la phase primaire de l’allergie, c’est-à-dire en prévention avant la déclaration des symptômes.
Les gouttes Allargem sont à base de bourgeon de Cassis et les comprimés Pileje Cassis plantain associent le Cassis au plantain anti inflammatoire.

Le Cassis pour le confort hivernal

En raison des propriétés antivirales, anti-inflammatoires et immunostimulantes des composés du Cassis, ce dernier est intégré dans des compléments alimentaires pour les infections hivernales et sous forme de macérats glycérinés de bourgeons pour leur prévention.

Le Cassis pour le confort urinaire

Le Cassis a des propriétés anti-inflammatoires et il est reconnu pour augmenter le drainage rénal et favoriser l’élimination urinaire en complément de traitements médicamenteux des infections urinaires. On le trouve associé à la canneberge pour les cystites dans les gummies Cys-control.

Le Cassis pour le stress oxydatif

Le Stress de la vie quotidienne, la mauvaise alimentation et la pollution sont à l’origine du stress oxydatif qui accélère les effets du vieillissement naturel et peut être à l’origine de maladies chroniques. Le Cassis contient de nombreux composés phénoliques antioxydants.
Le spray Calmigem contient du bourgeon de Cassis et également du bourgeon de figuier pour lutter contre le stress émotionnel.
Un vieillissement accéléré peut se manifester par une dépigmentation anticipée des cheveux. Luxéol pigmentation cheveux blanc et gris et Capilase contiennent du Cassis associé à des acides aminés, des vitamines et des oligoéléments.

Le Cassis pour la détox

Le Cassis a des propriétés de drainage urinaire. Il permet de diminuer la rétention d’eau et ses conséquences comme la prise de poids et les gonflements au niveau des jambes.
On le trouve associé à d’autres plantes diurétiques comme le pissenlit, mais aussi à des plantes qui aident à la détoxification du foie comme l’artichaut, le romarin protecteur du foie ou la racine d’angélique ou à des plantes pour le drainage cutané comme la bardane ou l’ortie.

Le Cassis pour la minceur

Le Cassis ayant des propriétés diurétiques reconnues, il favorise l’élimination rénale de l’eau en cas de rétention.
Dans les compléments alimentaires pour améliorer la silhouette, on le trouve ainsi associé dans les packs minceurs à côté de :
  • plantes drainantes telles que la queue de cerise diurétique, le sureau pour les reins, le frêne ou la reine des prés,
  • plantes qui augmentent le métabolisme et la consommation des calories pour un effet brûle-graisses comme le guarana pour réduire les graisses ou le thé vert,
  • plantes coupe-faim comme le caroubier.

Quels sont les effets indésirables du Cassis ?

Le Cassis ne présente pas d’effets indésirables si ce n’est lorsqu’il est consommé en très grande quantité et de façon chronique chez les personnes présentant des troubles de la coagulation. Un risque de saignement ou d’ecchymoses pourrait exister dans ce cas.

Quelles sont les précautions d’emploi liées au Cassis ?

Les compléments alimentaires à base de Cassis ne sont pas recommandés chez la femme enceinte ou en cas d’allaitement.
Les compléments alimentaires à base de Cassis sont réservés à l’adulte et aux personnes de 18 ans révolus.

L’usage du Cassis en complément alimentaire est recommandé sur une durée de 3 semaines sans dépasser 4 semaines.

Les compléments alimentaires à base de Cassis pourraient interagir avec les médicaments de la classe des phénothiazines (lévomépromazine…).
Respectez impérativement les posologies des compléments alimentaires à base de Cassis si vous prenez des antiagrégants plaquettaires ou des anticoagulants comme la warfarine. En effet, le Cassis pourrait augmenter le risque de saignements en cas de prise importante et chronique. De même soyez prudent si vous êtes sous héparine.
Ne prenez pas de Cassis si vous devez subir une opération chirurgicale ou une intervention dentaire. Par mesure de sécurité, arrêtez de prendre le Cassis 15 jours avant l’intervention.
Avant de prendre du Cassis, demandez l’avis de votre médecin en cas d’insuffisance rénale ou d’insuffisance cardiaque ou en cas de prise de médicaments diurétiques ou de digoxine.
En cas de cancer hormono-dépendant ou de maladie hormono-dépendante telle que cancer du sein, des ovaires, de l’utérus, de la thyroïde ou de la prostate, d'endométriose, de fibromes utérins ou de mastose mammaire, le Cassis ne doit pas être utilisé.

Il est déconseillé de prendre du Cassis en même temps d’autres plantes ayant des propriétés identiques sans un avis médical. En cas de prise de traitement anticoagulant, on déconseillera de l’associer aux plantes ayant des propriétés anticoagulantes.
Le Cassis est déconseillé en cas de prise d’autres plantes aux propriétés hormonales.
 

À retenir

Le Cassis est traditionnellement utilisé pour soulager les troubles circulatoires comme les jambes lourdes et les hémorroïdes, les douleurs liées aux rhumatismes et la prévention hivernale. Grâce à son effet diurétique, il peut être utilisé en complément de traitements médicaux contre les infections urinaires. Son effet draineur rénal explique son utilisation dans les cures détox et les programmes minceurs. Ses composants aux propriétés hormonales justifient son utilisation dans les troubles de la ménopause et dans le syndrome prémenstruel.

Attention les conseils de Pharma GDD ne dispensent pas d’une consultation médicale.
 Si les symptômes persistent malgré le traitement, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.

Sources :
Orav A, Kailas T, Müürisepp M. Composition of blackcurrant aroma isolated from leaves, buds, and berries of Ribes nigrum L. Proceedings of the Estonian Academy of Sciences, Chemistry ‪déc. 2002 51 (4), 225-234.
Cortez RE, Gonzalez de Mejia E. Blackcurrants (Ribes nigrum): A Review on Chemistry, Processing, and Health Benefits. J Food Sci. 2019 Sep;84(9):2387-2401.
Oczkowski M. Health-promoting effects of bioactive compounds in blackcurrant (Ribes nigrum L.) Berries. Rocz Panstw Zakl Hig. 2021;72(3):229-238.
Tabart J, Kevers C, Evers D, Dommes J. Ascorbic acid, phenolic acid, flavonoid, and carotenoid profiles of selected extracts from Ribes nigrum. J Agric Food Chem. 2011 May 11;59(9):4763-70.
Traitler H, Winter H, Richli U, Ingenbleek Y. Characterization of gamma-linolenic acid in Ribes seed. Lipids 1984;19:923-8.
Gopalan A, Reuben SC, Ahmed S, Darvesh AS, Hohmann J, Bishayee A. The health benefits of blackcurrants. Food Funct. 2012 Aug;3(8):795-809.
Clémentine Dursus. La gemmothérapie appliquée aux pathologies ostéo-articulaires fréquemment rencontrées à l’officine. Sciences pharmaceutiques. 2018. ffdumas-01714565f
Tétau M, Dorfman P. Recherche scientifique et gemmothérapie. Cahiers de Biothérapie, n° 138, pp. 35-46, février - mars 1996
Gaižauskienė Asta. Chemical composition and properties of various cultivars of blackcurrant (Ribes nigrum l.) buds. Université de Lituanie, mémoire de Chimie, 2009
Ethorđević BS, Pljevljakušić ÐS, Savikin KP, Stević TR, Bigović DJ. Essential oil from black currant buds as chemotaxonomy marker and antimicrobial agent. Chem Biodivers. 2014 Aug;11(8):1228-40.
Declume C. Anti-inflammatory evaluation of a hydroalcoholic extract of black currant leaves (Ribes nigrum). J Ethnopharmacol. 1989 Nov;27(1-2):91-8
Chrubasik S, Pollak S. Pain management with herbal antirheumatic drugs. Wien Med Wochenschr. 2002;152(7-8):198-203.
Haasbach E, Hartmayer C, Hettler A, Sarnecka A, Wulle U, Ehrhardt C, Ludwig S, Planz O. Antiviral activity of Ladania067, an extract from wild black currant leaves against influenza A virus in vitro and in vivo. Front Microbiol. 2014 Apr 22;5:171. doi: 10.3389/fmicb.2014.00171. eCollection 2014.
Knox, Y. M., Suzutani, T., Yosida, I., and Azuma, M. Anti-influenza virus activity of crude extract of Ribes nigrum L. Phytother.Res. 2003;17(2):120-122.
Takata R, Yamamoto R, Yanai T, Konno T, Okubo T. Immunostimulatory effects of a polysaccharide-rich substance with antitumor activity isolated from black currant (Ribes nigrum L.). Biosci Biotechnol Biochem. 2005 Nov;69(11):2042-50.
Ferrara Lydia. Phytotherapy as a preventive and adjuvant for the rhinitis. IOSR Journal Of Pharmacy Volume 6, Issue 1 (January 2016), PP. 06-11.
Costantino L et al. Activité antilipoperoxydative d'extraits polyphénoliques de Ribes nigrum. Plantes médicinales et phytothérapie. 1993
M. Tits, L. Angenot, P. Poukens, R. Warin, Y. Dierckxsens. Prodelphinidins from Ribes nigrum. Phytochemistry, Volume 31, Issue 3, March 1992, Pages 971-973
Jonadet M, Meunier M-T, Villie F, Bastide J-P, Lamaison J-L. Flavonoïdes extraits de Ribes nigrum L. et d'Alchemilla vulgaris L. I: Activités inhibitrices vis-à-vis de l'élastase, de la typsine et de l'α-chymotrypsine in vitro. II: Activités angioprotectrices comparées in vivo = Flavonoids extracted from Ribes nigrum L. and Alchemilla vulgaris L.: I: In vitro inhibitory activities on the enzymes elastase, trypsin and α-chymotrypsin. II: Angioprotective activities compared in vivo. Journal de pharmacologie, 1986, vol. 17, no1, pp. 21-27
Nanashima N, Horie K, Tomisawa T, Chiba M, Nakano M, Fujita T, Maeda H, Kitajima M, Takamagi S, Uchiyama D, Watanabe J, Nakamura T, Kato Y. Phytoestrogenic activity of blackcurrant (Ribes nigrum) anthocyanins is mediated through estrogen receptor alpha. Mol Nutr Food Res. 2015 Dec;59(12):2419-31.
Schmitt E, Stopper H. Estrogenic activity of naturally occurring anthocyanidins. Nutr Cancer. 2001;41(1-2):145-9.
Horie K, Nanashima N, Maeda H, Tomisawa T, Oey I. Blackcurrant (Ribes nigrum L.) Extract Exerts Potential Vasculoprotective Effects in Ovariectomized Rats, Including Prevention of Elastin Degradation and Pathological Vascular Remodeling. Nutrients. 2021 Feb 8;13(2):560.
Mazur WM, Uehara M, Wähälä K, Adlercreutz H. Phyto-oestrogen content of berries, and plasma concentrations and urinary excretion of enterolactone after a single strawberry-meal in human subjects.Br J Nutr. 2000 Apr;83(4):381-7.
Pierre-Édouard Robiolle. Étude de l’intérêt des thérapies non conventionnelles disponibles à l’officine dans la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou qui souhaitent prévenir son apparition. Sciences pharmaceutiques. 2018. ffdumas-02117284f
Declume C. Anti-inflammatory evaluation of a hydroalcoholic extract of black currant leaves (Ribes nigrum). J Ethnopharmacol. 1989 Nov;27(1-2):91-8.
Staszowska-Karkut M, Materska M. Phenolic Composition, Mineral Content, and Beneficial Bioactivities of Leaf Extracts from Black Currant (Ribes nigrum L.), Raspberry (Rubus idaeus), and Aronia (Aronia melanocarpa). Nutrients. 2020 Feb 12;12(2):463.
Horie K, Nanashima N, Maeda H, Tomisawa T, Oey I. Blackcurrant (Ribes nigrum L.) Extract Exerts Potential Vasculoprotective Effects in Ovariectomized Rats, Including Prevention of Elastin Degradation and Pathological Vascular Remodeling. Nutrients. 2021 Feb 8;13(2):560. doi: 10.3390/nu13020560. PMID: 33567796; PMCID: PMC7915542.
Shaw OM, Nyanhanda T, McGhie TK, Harper JL, Hurst RD. Blackcurrant anthocyanins modulate CCL11 secretion and suppress allergic airway inflammation. Mol Nutr Food Res. 2017 Sep;61(9).
Gülsen Kendir, Ipek Süntar, Ali Osman Çeribaşı, Ayşegül Köroğlu. Activity evaluation on Ribes species, traditionally used to speed up healing of wounds: With special focus on Ribes nigrum. Journal of Ethnopharmacology, Volume 237, 2019, Pages 141-148, ISSN 0378-8741,
Williamson E, Driver S, Baxter K. Stockley’s Herbal Medicines Interactions. London: Pharmaceutical Press, 2009, p 1095
Navarette Sandra, Saussays Charline. Les interactions entre plantes et médicaments. Sciences pharmaceutiques. 2011. ffdumas-00641779f
Vidal.fr