Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les bienfaits de l'Ortie

  • Par Isabelle Briennon, mis à jour le 03/06/2024 à 08h06, publié le 17/11/2023 à 11h11
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les bienfaits de l'Ortie
Qui ne s’est pas fait piquer une fois dans sa vie par l’Ortie ? Cette plante si mal aimée est pourtant si précieuse pour la santé qu’il s’agisse de ses feuilles ou de ses racines. Découvrez son utilisation traditionnelle dans un grand nombre d’affections, de l’arthrose à la prostate et ses bienfaits pour la peau, les ongles et les cheveux…

Qu’est-ce que l’Ortie ?

Le nom Ortie désigne plusieurs variétés d’Orties, mais seules l’Ortie dioïque ou grande Ortie, appelée Urtica doïca en latin et sa cousine l’Ortie brûlante ou petite Ortie, Urtica urens sont considérées comme médicinales. Ces deux plantes ne se différencient guère que par leur taille, la seconde étant beaucoup plus petite que la première qui peut mesurer jusqu’à 1,50 mètre. L’Ortie appartient à la famille des Urticacées.
C’est une plante bien connue de nos campagnes, qualifiée de « mauvaise herbe » car très envahissante. Elle est depuis longtemps utilisée dans l’alimentation pour réaliser des salades ou cuisiner des soupes réputées reconstituantes en cas de faible appétit.
Les feuilles opposées de l’Ortie sont recouvertes de poils urticants et hérissés. Sur chaque feuille, se trouvent des petites aiguilles dures, appelées poils urticants, qui lorsqu’on les touche se brisent et injectent dans la peau des substances entraînant des démangeaisons et une sensation de brûlure.
L’Ortie ne doit pas être confondue avec le Lamier blanc appelé ortie blanche en raison de sa similarité avec l’ortie et de la présence de fleurs blanches. Le lamier blanc n’appartient pas à la même famille que l’Ortie et n’a pas la même composition.
Connue depuis le Moyen-âge, l’Ortie était considérée comme une plante très importante de la pharmacopée médiévale. Très utilisée pour interrompre les hémorragies, Hildegarde de Binguen la recommandait aussi au XIIe siècle pour diminuer les maux d’estomac.
La plante est intégralement utilisée en phytothérapie : ses parties aériennes et ses parties souterraines n’ont pas les mêmes propriétés et ne sont pas utilisées pour les mêmes indications. Il convient de bien les distinguer.

Composition de l’Ortie

L’Ortie est une plante étonnante. En effet, elle contient dans les poils de ses feuilles des neuromédiateurs que l’on trouve uniquement dans le règne animal : il s’agit de l’histamine, de la sérotonine, de l’acétylcholine et des leucotriènes que l’on retrouve également chez l’Homme. Ses poils sont aussi composés d’acide formique, un composant que l’on trouve chez la fourmi rouge.
Ses feuilles et ses racines contiennent quant à eux, des composants différents, habituels du règne végétal :
  • ses feuilles sont riches en flavonoïdes (quercétol, kaempférol, isorhamnétol), en minéraux (calcium, potassium, silicium partiellement soluble, fer), en acides phénoliques (acide caféique, acide chlorogénique, acide caféoylmalique), en coumarines (scopolétol), en acides aminés (valine, alanine, glutamine...), en vitamines dont la vitamine K coagulante, en protéines, en lipides et en sucres,
  • ses racines sont notamment riches en lectines et en polysaccharides.

Une fois les feuilles récoltées et séchées, les poils n’ont plus du tout de propriétés urticantes.

Propriétés et bienfaits de l’Ortie

Feuille d’ortie

L’Ortie est utilisée pour ses parties aériennes, c’est-à-dire ses feuilles. Elle est utilisée en usage traditionnel pour ses cinq propriétés essentielles :
  • son action antidouleur et anti-inflammatoire pour les douleurs articulaires, l’arthrose, les rhumatismes, les tendinites, les douleurs musculaires. Cette action antalgique est aussi bénéfique pour les autres douleurs telles que la sensation de lourdeur des jambes en cas d’insuffisance veineuse ou la congestion pelvienne en cas de règles douloureuses. Son action recalcifiante sur les articulations justifie son utilisation dans l’arthrose notamment dans l’ostéoporose de la période ménopausique.  
  • son action diurétique liée à sa richesse en potassium et en flavonoïdes et à ses acides phénols. Cette action est utile en cas de cystite pour éliminer les germes présents dans la vessie ou en cas de rétention d’eau en particulier dans les régimes minceur. Par ailleurs, l’Ortie, en éliminant l’urée, l'acide urique, les chlorures, aurait une action dépurative et détoxifiante en plus de ses propriétés hépatoprotectrices et cholagogues sur la fonction digestive.
  • son action reminéralisante liée à sa richesse en silice et en divers minéraux. Le silicium organique et soluble est très bien absorbé par l’organisme et se retrouve dans le tissu conjonctif, le cartilage, les tendons, les os et le tissu dentaire. Cette action est utile pour renforcer l’émail des dents. Elle est aussi utile au bulbe capillaire pour revitaliser le cheveu et à la matrice de l’ongle pour densifier les ongles fragiles. Cette action reminéralisante est aussi bénéfique en cas de fatigue ou de convalescence. L’Ortie est également riche en fer et en vitamine C et permettrait de prévenir et de lutter contre l’anémie
  • son action antihistaminique en cas de démangeaisons liées aux piqures d’insectes ou aux végétaux ou bien en cas d’allergie respiratoire.
  • son action détoxifiante et séborégulatrice sur la peau et le cuir chevelu gras. La feuille d’Ortie en cure détox permet d’avoir une peau plus nette et moins sujette aux imperfections et un cuir chevelu plus sain pour une belle chevelure.
 

Racine d’ortie

La racine d’Ortie pourrait être utile pour soigner les symptômes des troubles des voies urinaires et des troubles de la prostate mineurs ou modérés. En effet, pour les troubles de la prostate, la racine d’Ortie a une action anti-inflammatoire au niveau des voies urinaires. Par ailleurs, elle augmente le flux urinaire et diminue la quantité d’urine restant dans la vessie. Elle diminue également la fréquence des mictions et le volume de la prostate ainsi que les taux des hormones sexuelles.


L’EMA, Agence européenne du médicament, considère comme traditionnellement établi l’usage des feuilles d’Ortie comme « traitement diurétique complémentaire des infections urinaires et comme traitement complémentaire des douleurs articulaires et de la séborrhée.

L’ESCOP, Coopération Scientifique Européenne en Phytothérapie reconnaît l’usage des feuilles d’Ortie comme traitement symptomatique de l’arthrose et des douleurs articulaires et comme diurétique dans les infections urinaires, malgré l’absence de preuves d’efficacité après administration par voie orale.
Elle admet l’usage de la racine d’Ortie dans le traitement symptomatique des problèmes d’émission d’urine liés aux troubles de la prostate, mineurs ou modérés.

La Commission E du Ministère de la Santé Allemand reconnaît l’usage des feuilles d’Ortie comme traitement complémentaire des douleurs articulaires et, en tant que diurétique, comme traitement complémentaire des infections et des calculs urinaires.
Elle admet l’usage de la racine d’Ortie dans le traitement symptomatique des troubles de la prostate mineurs ou modérés, en augmentant le flux urinaire et en diminuant la quantité d’urine restant dans la vessie.

L’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, reconnaît comme « cliniquement établi » l’usage de la racine d’Ortie dans le traitement des problèmes d’émission d’urine liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate légère à modérée, lorsque l’absence de cancer de la prostate est avérée. Elle considère comme traditionnel l’usage de la racine d’Ortie comme diurétique, et pour soulager les douleurs rhumatismales et la sciatique.

Utilisations de l’Ortie

Tisane

En tisane, en traitement d’appoint du traitement mis en place par le médecin, on utilisera trois cuillerées à soupe de feuilles séchées ou une cuillerée à soupe de racine séchée d’Ortie, dans un demi-litre d’eau bouillante, pris tout au long de la journée.
Pharma GDD propose la tisane IPHYM d’Ortie piquante feuille coupée.
La prise d’Ortie dans un but diurétique doit être accompagnée de la consommation d’au moins deux litres d’eau par jour.

Extrait liquide

L’extrait de plante fraîche Bio Grande Ortie est obtenu par extraction des feuilles fraiches d’Ortie par un mélange d’eau et d’alcool et s’utilise à la posologie de 20 à 25 gouttes diluées dans une boisson, 3 fois par jour pendant 3 semaines.

Homéopathie

En homéopathie, l’Ortie existe sous forme de granules d’Urtica urens ou de doses d’Urtica urens.

Usage local

L’ortie étant cicatrisante, pour soigner une petite plaie superficielle, il est possible de l’utiliser après avoir pillé ses feuilles et l’avoir réduit en bouillie. On appliquera directement cette bouillie sur la peau. 

Douleurs

Arthroses, tendinites, crampes L’Ortie étant riche en silice et en calcium, elle permet de renforcer les cartilages et les tendons. Ses actions anti-inflammatoires et antalgiques expliquent son utilisation en cas de douleurs articulaires, d’arthrose, de rhumatismes, de douleurs tendineuses et également en cas de douleurs musculaires.

En cas de douleurs articulaires ou tendineuses, de nombreux compléments alimentaires existent sous forme de comprimé, de gélule, de poudre, de solution buvable, d’ampoule, de stick ou de tisane.
On retrouve alors l’Ortie associée à d’autres plantes pour soulager l’arthrose comme l’harpagophytum anti douleur, le curcuma anti inflammatoire, le bambou reminéralisant, le boswellia contre l’inflammation. On retrouve dans ces compléments alimentaires d’autres composants comme les omégas 3 anti inflammatoires ou bien la chondroitine, le MSM ou la glucosamine qui renforcent l’action du collagène au niveau du cartilage.

L’Ortie contre les douleurs articulaires en comprimés ou en gélules :


L’ortie contre les douleurs articulaires en solution buvable :


Autres formes buvables d’Ortie pour les articulations :


En cas de crampes musculaires, elle peut être associée au magnésium et à la vitamine B6 ainsi qu’au bouleau anti douleur et à l’éleuthérocoque anti fatigue dans NutriExpert Solu Crampes.

Confort urinaire

Pour l’élimination rénale et le confort urinaire, la racine d’Ortie est réduite en poudre dans les gélules Nat et Form Ecoresponsable ortie piquante racine Bio ou dans les Arkogélules racine d'ortie.
La racine d’Ortie peut également se trouver en ampoules comme dans Arkofluides Confort urinaire Bio ou bien sous forme de poudre comme dans Super Diet Ortie Bio.
L’Ortie pourrait constituer un traitement complémentaire des cystites, son utilisation doit être accompagnée de la consommation d’au moins deux litres d’eau par jour.

Troubles de la prostate

Les racines d’Ortie ont des propriétés anti-inflammatoires et diurétiques qui pourraient aider à soulager les troubles urinaires en complément d’un traitement médical.
On la trouve associée à des plantes pour la prostate comme le serenoa repens, le prunier d’Afrique, la graine de courge ou à des plantes comme le ginkgo biloba antioxydant, comme l’échinacée pour l’immunité ou comme l’épilobe antiœdémateux.

Allergies

La feuille d’ortie ayant des propriétés antihistaminiques, il est possible de la trouver sous forme de gélules dans Alerphyt ou Allerbiol associée à d’autres plantes comme le plantain antiallergique, sous forme de crème ou de gel pour calmer des démangeaisons liées à des piqûres d’insecte ou de végétaux comme Cinq sur Cinq Natura ou Weleda Urtigel Bio qui s’utilise dès l’âge de 1 an ou sous forme de spray nasal comme Phytoxil Allergie, utilisable en cas de rhinite allergique dès 12 ans.

Fatigue

Le fer et les autres minéraux, ainsi que les vitamines contenues dans Floradix Fer et plantes, permettent de limiter la fatigue et d’aider à prévenir l’anémie.

Jambes lourdes

On trouve l’Ortie associée au cassis anti inflammatoire, à la vigne rouge circulatoire et au pissenlit draineur dans Circulymphe Jambes légères Jour Nuit.

Règles douloureuses

Dans Feminabiane Endo'Calm, l’Ortie est associée à l'alchémille rééquilibrante et apaisante en cas de cycle menstruel perturbé.

Ménopause

En cas de douleurs articulaires liées au déséquilibre hormonal de la ménopause, Ménocia Ménopause associe l’Ortie au houblon contre les bouffées de chaleur, à la mélisse contre l’anxiété, au pin fortifiant, à un certain nombre de vitamines et de minéraux pour lutter contre la fatigue et au tryptophane pour l’humeur.

Minceur

La feuille d’Ortie grâce à ses propriétés diurétiques et détoxifiantes est souvent utilisée pour favoriser l’élimination rénale de l’eau en cas de rétention dans les régimes minceurs.
Elle est associée à d’autres plantes pour affiner la silhouette comme le chardon-marie pour la protection du foie, le thé vert amincissant, le guarana brûle graisse , le sureau diurétique, la bardane dépurative, le radis noir détoxifiant et le romarin digestif.

L’ortie pour la minceur sous forme sèche :


L’ortie pour la minceur sous forme liquide :

Peau grasse

L’Ortie grâce à son action vasoconstrictrice et antimicrobienne a des propriétés séborégulatrices qui pourraient être utiles contre les imperfections ou pour lutter contre l’hyperséborrhée.
On la trouve seule sous forme de gélules d’Ortie Nat et Form ou bien dans Arkogélules ortie Bio.
Il est également possible de la trouver associée à d’autres plantes comme la bardane détoxifiante ou la pensée sauvage pour la peau, le thym anti infectieux, le curcuma antibactérien ou l’artichaut draineur

Cheveux gras et chute de cheveux

Grâce à ses propriétés purifiantes et régulatrices de la sécrétion de sébum, l’Ortie permet de limiter l’obturation des pores du follicule pileux, ce phénomène étant souvent responsable de l’étouffement du cheveu et de sa mort. Il est possible de trouver l’extrait de racine et l’extrait de feuille d’Ortie associés dans des shampoings. Elle peut aussi y être associée au charbon végétal purifiant.  

Cheveux, Ongles et Dents

En raison de sa richesse en silice et en minéraux, l’Ortie est utile pour renforcer les cheveux et les ongles notamment pour rendre la vitalité au cheveu et éviter qu’il ne tombe ou bien rendre les ongles plus durs et moins friables.
L’ortie est associée à d’autres plantes ou minéraux pour nourrir le bulbe capillaire ou la matrice de l’ongle comme la levure de bière riche en vitamines, la prêle des champs reminéralisante, le cheveux-de-Vénus, la roquette, la myrtille régénérante ou le zinc.
Elle est utilisable sous forme de spray à appliquer sur le cuir chevelu sec comme Forcapil antichute 
Les dents bénéficient aussi de l’effet reminéralisant de l’Ortie. En effet, l’émail est constitué de silice et la silice apportée par le dentifrice à croquer Lamazuna pourrait aider à le renforcer.

Quels sont les effets indésirables de l’Ortie ?

L’ortie peut entraîner des problèmes digestifs tels que des nausées, de la diarrhée, des ballonnements, une constipation. Localement, elle peut irriter la peau ou entraîner une réaction allergique.
La racine d’ortie peut parfois provoquer des troubles de l’érection.

Quelles sont les précautions d’emploi liées à l’Ortie ?

N’utilisez pas l’Ortie en cas de grossesse ou d’allaitement.
Les enfants de moins de 12 ans ne doivent pas utiliser l’Ortie.
Chez les hommes qui ont du mal à uriner, la racine d’ortie ne doit jamais être utilisée seule et sans que l’on ait au préalable consulté son médecin. Elle ne doit être utilisée qu’en complément d’un traitement médical et en l’absence avérée d’un cancer de la prostate.
Si vous souffrez de troubles du cœur ou de troubles des reins, ne prenez pas d’Ortie.
L’Ortie ne doit pas être consommée en cas de diabète, car elle pourrait faire baisser votre glycémie. Rapprochez-vous de votre médecin, si vous souhaitez prendre de l’Ortie.
Si vous consommez des médicaments ou des compléments alimentaires à base de fer, ne prenez pas d’Ortie : elle pourrait diminuer son absorption en raison de ses tanins.
Ne prenez pas d’Ortie si vous êtes sous médicaments anticoagulants, l’Ortie pourrait modifier vos résultats biologiques.
Si vous êtes sous médicament à base de lithium, ne prenez pas d’Ortie.
N’associez pas l’ortie à des médicaments diurétiques et /ou hypokaliémiants ou à des plantes diurétiques et/ou hypokaliémiantes telles que la réglisse, le séné, le boldo, la bourdaine, la cascara...
Dans tous les cas, en cas de prise de médicaments ou de plantes, demandez l’avis de votre médecin ou de nos pharmaciens avant de prendre de l'ortie.
Ne consommez pas l’Ortie en cas d’allergie à la plante ou à la famille des Urticacées.

À retenir

L’Ortie a de nombreuses propriétés. Elle est antidouleur, diurétique, reminéralisante, antiallergique et séborégulatrice et peut-être utilisée pour les douleurs articulaires, pour affiner la silhouette, pour les troubles urinaires et de la prostate. Elle apporte également des bienfaits non négligeables pour améliorer l’état de la peau, embellir la chevelure et pour renforcer les ongles.

Attention, les conseils de Pharma GDD ne dispensent pas d’une consultation médicale.
Si les symptômes persistent malgré le traitement, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.

Sources :
Ait Haj Said Amal, Sbai El Otmani Ibrahim, Derfoufi Sanae, Benmoussa Adnane. Mise en valeur du potentiel nutritionnel et thérapeutique de l’ortie dioïque (Urtica dioïca L.). HEGEL, 2016, Vol 6, N° 3
Asgarpanah, Jinous & R, Mohajerani. (2012). Phytochemistry and pharmacologic properties of Urtica dioica L. Journal of Medicinal Plants Research Vol. 6(46), pp. 5714-5719, 3 December, 2012 DOI: 10.5897/JMPR12.540
Wetherilt H. Developments in Food Science. Vol. 29. Elsevier; 1992. Evaluation of Urtica species as potential sources of important nutrients; pp. 15–25.
Rutto L.K., Xu Y., Ramirez E., Brandt M. Mineral properties and dietary value of raw and processed stinging nettle (Urtica dioica L.) Int. J. Food Sci. 2013 Article ID 857120.
Meral I, Kanter M. Effects of Nigella sativa L. and Urtica dioica L. on selected mineral status and hematological values in CCl4-treated rats. Biol Trace Elem Res. 2003 Winter;96(1-3):263-70. doi: 10.1385/BTER:96:1-3:263. PMID: 14716106.
Zouari Bouassida K, Bardaa S, Khimiri M, Rebaii T, Tounsi S, Jlaiel L, Trigui M. Exploring the Urtica dioica Leaves Hemostatic and Wound-Healing Potential. Biomed Res Int. 2017;2017:1047523. doi: 10.1155/2017/1047523. Epub 2017 Oct 17. PMID: 29201895; PMCID: PMC5672119.
Bhusal KK, Magar SK, Thapa R, Lamsal A, Bhandari S, Maharjan R, Shrestha S, Shrestha J. Nutritional and pharmacological importance of stinging nettle (Urtica dioica L.): A review. Heliyon. 2022 Jun 22;8(6):e09717. doi: 10.1016/j.heliyon.2022.e09717. PMID: 35800714; PMCID: PMC9253158.
Obertreis B, Giller K, Teucher T, Behnke B, Schmitz H. Anti-inflammatory effect of Urtica dioica folia extract in comparison to caffeic malic acid. Arzneimittelforschung. 1996 Jan;46(1):52-6.
Czarnetzki, B. M., Thiele, T., and Rosenbach, T. Immunoreactive leukotrienes in nettle plants (Urtica urens). Int Arch Allergy Appl.Immunol. 1990;91(1):43-46. 
Klingelhoefer, S., Obertreis, B., Quast, S., and Behnke, B. Antirheumatic effect of IDS 23, a stinging nettle leaf extract, on in vitro expression of T helper cytokines. J Rheumatol. 1999;26(12):2517-2522.
Valiollah Hajhashemi, Vahid Klooshani. Antinociceptive and anti-inflammatory effects of Urtica dioica leaf extract in animal models. Avicenna Journal of Phytomedicine, 2012 Vol. 3, No. 2, Spring 2013, 193-200
Gülçin I, Küfrevioglu OI, Oktay M, Büyükokuroglu ME. Antioxidant, antimicrobial, antiulcer and analgesic activities of nettle (Urtica dioica L.). J Ethnopharmacol. 2004 Feb;90(2-3):205-15.
Chrubasik S, Shvartzman P. Rheumatic Pain Treatment with Stinging Nettle (URTICAE FOLIUM/HERBA). Coherence 1/99.
Rieihemann K, Behnke B, Schulze-Osthoff K. Plant extracts from stinging nettle (Urtica dioica), an antirheumatic remedy, inhibit the proinflammatory transcription factor NF—KB. FEBS Letters, 442 (1999) 89-94. 
Chrubasik S, Enderlein W, Bauer R, and Grabner W. Evidence for antirheumatic effectiveness of Herba Urticae dioicae in acute arthritis: A pilot study. Phytomedicine 1997;4(2):105-108.
Randall, C., Dickens, A., White, A., Sanders, H., Fox, M., and Campbell, J. Nettle sting for chronic knee pain: a randomised controlled pilot study. Complement Ther.Med. 2008;16(2):66-72. 
Rayburn, K., Fleischbein, E., Song, J., Allen, B., Kundert, M., Leiter, C., and Bush, T. Stinging nettle cream for osteoarthritis. Altern.Ther.Health Med. 2009;15(4):60-61. 
Jacquet, A., Girodet, P. O., Pariente, A., Forest, K., Mallet, L., and Moore, N. Phytalgic, a food supplement, vs placebo in patients with osteoarthritis of the knee or hip: a randomised double-blind placebo-controlled clinical trial. Arthritis Res.Ther. 2009;11(6):R192. More M, Gruenwald J, Pohl U, Uebelhack R. A Rosa canina - Urtica dioica - Harpagophytum procumbens/zeyheri combination significantly reduces gonarthritis symptoms in a randomized, placebo-controlled double-blind study. Planta Med. 2017 Dec;83(18):1384-91.
Cáceres A, Girón LM, Martínez AM. Diuretic activity of plants used for the treatment of urinary ailments in Guatemala. J Ethnopharmacol. 1987 May;19(3):233-45.
Tahri A, Yamani S, Legssyer A, Aziz M, Mekhfi H, Bnouham M, Ziyyat A. Acute diuretic, natriuretic and hypotensive effects of a continuous perfusion of aqueous extract of Urtica dioica in the rat. Journal of Ethnopharmacology 73 (2000) 95-100. 
Dathe G and Schmid H. [Phytotherapy of the benign prostatic hyperplasia (BPH). Double-blind study with an extract of Radicus Urticae (ERU)]. Urologe B 1987;27:223-226.
Goetz P. [Treatment of benign prostate hyperplasia with nettle roots]. Zeitschrift für Phytotherapie 1989
Hirano, T., Homma, M., and Oka, K. Effects of stinging nettle root extracts and their steroidal components on the Na+,K(+)-ATPase of the benign prostatic hyperplasia. Planta Med 1994;60(1):30-33.
Hryb DJ, Khan MS, Romas NA, Rosner W. The effect of extracts of the roots of the stinging nettle (Urtica dioica) on the interaction of SHBG with its receptor on human prostatic membranes. Planta Med. 1995 Feb;61(1):31-2
Koch, E. Extracts from Fruits of Saw Palmetto (Sabal serrulata) and Roots of Stinging Nettle (Urtica dioica): Viable Alternatives in the Medical Treatment of Benign Prostatic Hyperplasia and Associated Lower Urinary Tracts Symptoms. Planta Med 2001;67(6):489-500.
Konrad L, Müller H-H, Lenz C, Laubinger H, Aumüller G, Lichius J-J. Antiproliferative Effect on Human Prostate Cancer Cells by a Stinging Nettle Root (Urtica dioica) Extract. Planta Medica 66 (2000) N°1, 44-47
Safarinejad MR. Urtica dioica for treatment of benign prostatic hyperplasia: a prospective, randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. J Herb Pharmacother. 2005;5(4):1-11.
Jalili C, Salahshoor MR, Naseri A. Protective effect of Urtica dioica L against nicotine-induced damage on sperm parameters, testosterone and testis tissue in mice. Iran J Reprod Med. 2014 Jun;12(6):401-8.
Mehmet Kanter, Omer Coskun, Mustafa Budancamanak. Hepatoprotective effects of Nigella sativa L and Urtica dioica L on lipid peroxidation, antioxidant enzyme systems and liver enzymes in carbon tetrachloride-treated rats. World Journal of Gastroenterology, 2005;11(42):6684-6688
Mittman P. Randomized, double-blind study of freeze-dried Urtica dioica in the treatment of allergic rhinitis. Planta Med. 1990 Feb;56(1):44-7. 
Hill, N., Stam, C., and van Haselen, R. A. The efficacy of Prrrikweg gel in the treatment of insect bites: a double-blind, placebo-controlled clinical trial. Pharm World Sci 1996;18(1):35-41.
Akbay P, Basaran AA, Undeger U, Basaran N. In vitro immunomodulatory activity of flavonoid glycosides from Urtica dioica L. Phytother Res. 2003 Jan;17(1):34-7.
Roschek B Jr, Fink RC, McMichael M, Alberte RS. Nettle extract (Urtica dioica) affects key receptors and enzymes associated with allergic rhinitis. Phytother Res. 2009 Jul;23(7):920-6.
Bakhshaee M, Mohammadpour AH, Esmaeili M, et al. Efficacy of a supportive therapy of allergic rhinitis by stinging nettle (Urtica dioica) root extract: a randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trial. IJPR 2017;16(Special Issue):112-118.
Bnouham M, Merhfour FZ, Ziyyat A, Mekhfi H, Aziz M, Legssyer A. Antihyperglycemic activity of the aqueous extract of Urtica dioica. Fitoterapia. 2003 Dec;74(7-8):677-81. 
Bijan Farzami, D. Ahmadvand, S. Vardasbi, F. J. Majin, Sh. Khaghani. Induction of insulin secretion by a component of Urtica dioica leave extract in perifused Islets of Langerhans and its in vivo effects in normal and streptozotocin diabetic rats. Journal of Ethnopharmacology, Volume 89, Issue 1, November 2003, Pages 47-53
Ziaei R, Foshati S, Hadi A, et al. The effect of nettle (Urtica dioica) supplementation on the glycemic control of patients with type 2 diabetes mellitus: a systematic review and meta-analysis. Phytother Res 2020;34(2):282-94.
Tabrizi R, Sekhavati E, Nowrouzi-Sohrabi P, et al. Effects of Urtica dioica on Metabolic Profiles in Type 2 Diabetes: A Systematic Review and Meta-analysis of Clinical Trials. Mini Rev Med Chem 2022;22(3):550-563. 
Kulze, A. and Greaves, M. Contact urticaria caused by stinging nettles. Br.J Dermatol. 1988;119(2):269-270.
Bruneton Jean. Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales. Ed. Tec et Doc. 1997.
Oliver, F., Amon, E. U., Breathnach, A., Francis, D. M., Sarathchandra, P., Black, A. K., and Greaves, M. W. Contact urticaria due to the common stinging nettle (Urtica dioica)-- histological, ultrastructural and pharmacological studies. Clin Exp Dermatol. 1991;16(1):1-7.
Namazi, N., Esfanjani, A. T., Heshmati, J., and Bahrami, A. The effect of hydro alcoholic Nettle (Urtica dioica) extracts on insulin sensitivity and some inflammatory indicators in patients with type 2 diabetes: a randomized double-blind control trial. Pak.J.Biol.Sci. 8-1-2011;14(15):775-779.
Sahin, M., Yilmaz, H., Gursoy, A., Demirel, A. N., Tutuncu, N. B., and Guvener, N. D. Gynaecomastia in a man and hyperoestrogenism in a woman due to ingestion of nettle (Urtica dioica). N.Z.Med.J. 2007;120(1265):U2803