Jambes lourdes : causes et solutions

Jambes lourdes : causes et solutions
Sensation de lourdeur, inconfort, douleur diffuse dans les membres inférieurs… Ce sont les signes classique des jambes lourdes. Elles sont le symptôme d’une mauvaise circulation sanguine qui peut évoluer vers l’insuffisance veineuse chronique et conduire à la formation de varices et d’œdèmes. Le phénomène des jambes lourdes concerne une part importante de la population, mais laisse parfois l’impression d’être sous-estimé et mal pris en compte. Pourtant, la souffrance et la gêne sont réelles. Quelles sont les causes des jambes lourdes ? Et surtout, comment les prévenir ou les soigner ? Pharma GDD fait le point et vous donne des solutions. 

Quelles sont les causes des jambes lourdes ?

Les jambes lourdes sont souvent un des symptômes de la maladie veineuse. Selon une étude publiée en 1994, ce sont 25 % des Françaises et 15 % des Français qui sont concernés par cette affection. Selon une autre étude, menée par l’INSEE en 1996, la maladie veineuse chronique touchait alors 18 millions de personnes en France. Son coût pour la société est élevé : elle absorberait entre 1 % et 2 % des dépenses de santé. Pour comprendre ce qui cause les jambes lourdes, il faut revenir sur la maladie veineuse chronique.

Les jambes lourdes : un symptôme

Ce qui caractérise la maladie veineuse chronique, dont les jambes lourdes sont l’un des symptômes, c’est l’anomalie du retour veineux. Le sang circule du cœur vers les organes via les artères, et revient au cœur via les veines. Mais il arrive que les veines, pour plusieurs raisons, assurent difficilement leur fonction. A l’origine de cet état pathologique, un mauvais retour du sang. Les veines ont la capacité de se dilater et disposent de valvules, des clapets empêchant le sang de « retomber », de repartir en arrière. Il peut arriver que ce mécanisme fonctionne mal, soit parce que la veine est trop dilatée, soit parce que les valves dysfonctionnent : le sang stagne alors dans la veine. Au niveau de l’anomalie, les leucocytes (les globules blancs) présents dans le sang ont cessé de circuler et libèrent des substances inflammatoires qui vont activer les récepteurs à la douleur du corps. C’est là l’origine de la douleur diffuse que l’on ressent parfois associée aux jambes lourdes. Cette dernière peut également, mais pas systématiquement, provoquer l’apparition de télangiectasies (des lignes rouges ou violettes, visibles sous la peau, formées par la dilatation de petits vaisseaux sanguins) et de varices. Elle est susceptible d’évoluer vers l’insuffisance veineuse chronique, qui peut être responsable d’œdèmes (des gonflements) au niveau des mollets, des pieds et des chevilles ainsi que d’ulcères veineux. Parmi les complications possibles des varices : la thrombose veineuse, la formation d’un caillot de sang dans la veine. Si le caillot gagne les poumons, il peut déclencher une embolie pulmonaire. Pour aller plus loin, consulter notre fiche conseil Comment éliminer les varices ?

Les jambes lourdes, comme leur nom l’indique, se caractérisent par une sensation de pesanteur intense des membres inférieurs. Elles s’accompagnent parfois d’une impression de tiraillements, de brûlures ainsi que de crampes nocturnes. La chaleur dilatant les vaisseaux sanguins (à l’inverse du froid, qui les resserre), elle aggrave le mauvais retour veineux. C’est pourquoi la sensation de jambes lourdes est particulièrement ressentie l’été ou dans les lieux chauffés (hammams, bains chauds). Certains chauffages au sol ont également la réputation de favoriser le phénomène.  Les jambes lourdes sont susceptibles d’altérer la qualité du sommeil, rendant difficile l’endormissement, de gêner la réalisation des tâches ménagères, de perturber l’activité professionnelle ou les loisirs…

Pour évaluer l’état des veines et indiquer les démarches à suivre, un rendez-vous chez un médecin spécialiste (un phlébologue ou un angiologue) est conseillé. Il pratiquera un examen clinique et pourra utiliser un écho-doppler pour analyser les veines et le flux sanguin. Cet appareil combine un échographe et un doppler, et permet au praticien de visualiser les veines et étudier l’écoulement du sang.

Les facteurs de risque liés aux jambes lourdes

Plusieurs facteurs influencent, aggravent ou déclenchent les troubles veineux :
- Le surpoids et l’obésité.
Par la pression qu’ils induisent, ils ont un impact négatif sur le retour veineux.
- L’hérédité.
La maladie veineuse aurait une origine héréditaire dans la grande majorité des cas (80%).
- Le tabagisme.
Le fait de fumer réduit la capacité des veines à se contracter et favorise donc le mauvais retour veineux. Le tabac augmente également le risque de formation de caillots sanguins.
- La grossesse.
Les veines sont dilatées par le bouleversement hormonal de la grossesse et comprimées par les modifications de l’utérus, deux facteurs qui altèrent le retour veineux chez la femme enceinte.
- Certaines activités professionnelles.
La voûte des pieds, la voûte plantaire, contient une sorte de semelle veineuse. Lors de la marche, cette « semelle » est compressée et le sang qu’elle contient est renvoyé vers les mollets. Ceux-ci, lors de la contraction, resserrent les veines et repoussent le sang vers le cœur. C’est un des moteurs de la circulation sanguine. Mais ce mécanisme ne s’active qu’après un  nombre minimal de pas (20). Beaucoup de métiers impliquent soit la station assise sur une longue durée (travail de bureau), soit la station debout sans marcher ou avec piétinement (métiers de la coiffure, par exemple). Ces situations, qui ont tendance à ne pas mobiliser les muscles du mollet, nuisent au retour du sang, et favorisent la maladie veineuse chronique.

Prévenir et traiter les jambes lourdes, les moyens existants

Heureusement, des moyens pour éviter ce phénomène existent. Elles nécessitent des mesures simples et peu onéreuses. Ces solutions reposent en partie sur l’adoption d’une bonne hygiène de vie.

Prévenir les jambes lourdes

Les veines des jambes sont majoritairement situées dans les muscles. Ceux-ci les entourent. Lorsqu’ils sont renforcés, raffermis, les muscles contribuent à les « encadrer » et diminuent leur dilatation. Ils sont donc essentiels pour éviter la maladie veineuse. Pratiquer une activité physique aussi simple que la marche permet de renforcer les muscles et prévenir les troubles du retour veineux.  Mais tous les sports ne se valent pas : les activités « de fond » (marche, vélo) sont à privilégier. Les pratiques sportives induisant des à-coups (haltérophilie, tennis…) sont à éviter. La natation et l’aquagym sont également des activités conseillées.

Au bureau, des petits exercices, certains praticables discrètement, d’autres non, permettent de tonifier les muscles des jambes et de prévenir les jambes lourdes. Sans les lister tous, en voici quelques-uns :
- Si possible, remplacer la chaise ou le fauteuil par un Exercice ball, un ballon de gym, aussi appelé Swissball. Elle fera travailler efficacement les muscles du corps.
- Talons au sol, dos droit, réaliser des répétitions d’extension des chevilles. Ce geste aidera à mobiliser les muscles des mollets.

Pour améliorer le retour veineux, évitez le port de vêtements serrés et de talons hauts. Ces derniers réduisent l’efficacité de la pompe plantaire du pied. Le surpoids et le tabagisme sont des facteurs favorisant l’apparition de troubles veineux et donc les jambes lourdes. La perte de poids ou l’arrêt du tabac sont des objectifs parfois difficiles à atteindre. Heureusement, des aides et conseils existent.

Au-delà de la simple notion de perte de poids, plusieurs aliments ont un effet positif sur les veines.
- La vitamine E, par ses capacités anti-oxydantes, aurait une action protectrice sur les veines. En effet, parmi les phénomènes en jeu qui expliqueraient la dégradation des veines et l’installation de l’insuffisance veineuse chronique, le stress oxydatif provoqué par l’émission de radicaux libres par les leucocytes est évoqué.
La vitamine E se trouve dans l’huiles de tournesol, de noisette, de colza et d’olive, ainsi que dans les amandes.
- Les flavonoïdes sont des pigments des plantes présents dans de nombreux aliments et qui protégeraient les vaisseaux sanguins. Parmi les aliments riches en flavonoïdes : le cacao, les fruits rouges (baies de sureau, myrtilles, cassis), le thé, les brocolis et les épinards…
- Le resvératrol, que l’on retrouve notamment dans le chocolat ainsi que dans le raisin et ses dérivés, dont le vin, est un polyphénol anti-oxydant et anti-inflammatoire. Cette substance est au cœur de la polémique sur les bénéfices de la consommation de vin* pour la santé. Elle découle du fameux « paradoxe français » : les habitants du Sud-Ouest ont comparativement moins de maladies cardiovasculaires alors que leur alimentation est riche en graisses animales. Le vin rouge a été présenté comme l’élément explicatif de cette anomalie. Le sujet est aujourd’hui très discuté. Et le vin n’est pas le meilleur moyen d’obtenir du resvératrol.

En effet, à côté de l’alimentation, des compléments riche en vitamines, flavonoïdes ou resvératrol sont disponibles.


Notre sélection :

Soigner les jambes lourdes

Cela fait quelques jours que la sensation de jambes lourdes s’est installée, et elle n’est pas passagère. Les précédents conseils demeurent valables, ils fonctionnent tant en prévention qu’en traitement. Mais d’autres mesures peuvent être entreprises. S’il n’existe pas de solution radicale qui allégera les jambes durablement, des mesures simples rendent la vie plus confortable et minimisent le trouble.

- Eviter les sources de chaleur
La chaleur dilatant les vaisseaux sanguins, elle contribue au phénomène de jambes lourdes. Il convient donc de ne pas prendre de bains chauds et d’éviter l’exposition au soleil aux heures les plus fortes. De même, hammams et saunas sont déconseillés. En revanche, le froid a l’effet inverse. Il est vasoconstricteur (il resserre les vaisseaux sanguins). Ainsi, finir sa douche par un jet d’eau froide remontant des chevilles vers les genoux est une astuce anti jambes lourdes simple. La thermothérapie peut être essayée, les fabricants proposant des poches de froid simples à utiliser. Des gels frais sont également disponibles, soulageant rapidement la sensation désagréable.

- Surélever les pieds du lit
Une technique simple et efficace est la surélévation des jambes en rehaussant deux des pieds du lit,  ce qui favorise le retour du sang vers le cœur. Pour éviter le recours au système D, il existe des solutions pour surélever les pieds du lit.

- Les bas, collants et chaussettes de contention.
C’est la solution anti jambes lourdes par excellence. Leur confort et leur esthétisme a considérablement évolué ; les créations actuelles n’ont plus grand-chose à voir avec les bas de nos aïeux. Ces collants, bas et chaussettes de contention « gainent » les jambes, resserrant les veines atteintes et résorbant les œdèmes. Ils sont très efficaces contre la maladie veineuse chronique. Des enfile-bas facilitent les manœuvres d’enfilage pour les personnes à la souplesse réduite. Pour obtenir ces dispositifs, il convient de s’adresser au médecin qui déterminera la pression qu’ils devront appliquer, et au pharmacien qui prendra les mesures et sélectionnera les bas les plus adaptés.   A côté de ces bas et chaussettes, il est également possible de disposer de semelles favorisant le retour veineux.

- Les veinotoniques et phlébotropes.
Les premiers tonifient la paroi des veines (Daflon, Ginkor fort, Diosmine), les seconds luttent contre l’inflammation et les œdèmes. Ils sont souvent élaborés à partir de plantes. Ces médicaments pour la circulation sont disponibles sans ordonnance. Afin d’éviter un effet d’échappement thérapeutique, certains phlébologues conseillent de les alterner tous les 3 mois.

- Les plantes contre les jambes lourdes.
Les plantes riches en flavonoïdes, tels le mélilot, l’hamamélis, le petit-houx, le ginkgo et la vigne rouge, sont réputées pour leurs effets bénéfiques en cas de maladie veineuse. Les graines et l’écorce du marronnier d’Inde contiennent de l’aescine et de l’aeculoside, aux propriétés stimulantes et protectrices sur les veines. Des compléments alimentaires à base de plantes diminuant la sensation de jambes lourdes ou favorisant la circulation sanguine sont disponibles.


Notre sélection :


- L’aromathérapie en cas de jambes lourdes.
Un massage des jambes lourdes avec une préparation contenant des huiles essentielles de citron, de cèdre, de cyprès toujours vert et de lentisque pistachier améliore la circulation. Attention toutefois aux contre-indications ; consultez un pharmacien.

- Jambes lourdes, les solutions homéopathiques.
Les principales souches homéopathiques utilisables contre les jambes lourdes sont hamamelis, pulsatilla, arnica et zincum metallicum (le zinc). Un autre métal a des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires qui le rendent intéressant en cas de jambes lourdes : le cuivre. Plusieurs produits d’oligothérapie le contiennent et il existe également sous forme de gel.


Les jambes lourdes ne sont ni une fatalité, ni un mal à supporter sans remèdes. Des solutions améliorant la vie des personnes atteintes existent. Elles sont simples à mettre en œuvre. L’évolution vers les œdèmes et les ulcères est évitable. Il ne faut pas hésiter à consulter pour bénéficier de l’éclairage d’un spécialiste et demander conseil à un pharmacien.

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.