Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les bienfaits du Mélilot

  • Par Isabelle Briennon, mis à jour le 18/04/2024 à 15h04, publié le 22/03/2024 à 12h03
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les bienfaits du Mélilot
Les grappes de fleurs jaunes, brillantes et parfumées du Mélilot dans les champs attirent les abeilles dès le mois de juin. Respirez… et humez son odeur délicieuse de foin frais !
Le Mélilot était à une époque utilisée comme plante fourragère comme la Luzerne, mais il fût vite abandonné en raison de ses effets sur le bétail qui le consommait. Le Mélilot éveilla alors l’intérêt de scientifiques. Grâce à certaines de ses propriétés utilisées en phytothérapie, il allait être à l’origine de l’un des plus grands médicaments de notre temps…

Qu’est-ce que le Mélilot ?

Le Mélilot officinal, dit aussi Mélilot jaune, est une plante mellifère herbacée pouvant atteindre 90 cm de haut, portant des grappes de fleurs jaunes en forme de papillon et des feuilles portant trois folioles. Lorsqu’elles sont séchées, les grappes de fleurs sont très odorantes.
Le Mélilot est une plante de la famille des Fabacées comme le trèfle ou le pois cassé dont certaines espèces sont cultivées pour leurs fruits secs dits « légumes secs » riches en protéines.
Le Mélilot, Melilotus officinalis en latin, est également appelé luzerne royale, couronne royale, petit trèfle jaune, trèfle des mouches ou herbe aux puces.
Le nom Mélilot fait référence à un autre genre de la famille, le genre Lotus (comme le Lotier corniculé) dont on a rajouté au nom le préfixe méli pour Miel en grec, littéralement « le Lotus à miel ».
Durant l’Antiquité, le Mélilot était très utilisé en usage externe. On le mettait à macérer dans les bains pour traiter les rhumatismes, la goutte. Plus tard, on l’utilisa comme plante fourragère et en bouquets dans les armoires pour éloigner les insectes, tels que les mites.
Le Mélilot a la particularité, s’il est mal séché, de développer une substance aux propriétés puissamment fluidifiantes du sang, le dicoumarol. En effet, la coumarine initialement présente dans le Mélilot frais se transforme, en présence de champignons microscopiques se développant à l’humidité, en dicoumarol. Lorsque la plante noircit au séchage, c’est le signe qu’elle fermente et qu’elle a toute chance de contenir du dicoumarol, un composant très anticoagulant. En Amérique du Nord vers 1930, de nombreux troupeaux succombèrent des suites d'hémorragies internes liées à un fourrage de Mélilot mal séché. C’est ainsi que la plante fût abandonnée en tant que plante fourragère.  
Mais cette catastrophe intrigua les scientifiques qui découvrirent peu de temps après la coumarine dans le Mélilot. Extraite puis mise en présence de champignons microscopiques, la substance se transformait en bishydroxycoumarine puis en dicoumarol. Cette dernière molécule fut par la suite à l'origine de la commercialisation de la warfarine, un antivitamine K puissant du nom commercial de Coumadine® et utilisé pour réduire la formation de caillots sanguins.
Le Mélilot jaune ne doit pas être confondu avec le Mélilot blanc qui est moins efficace en phytothérapie.
Le Mélilot jaune est utilisé en phytothérapie pour ses sommités fleuries.

Composition du Mélilot

Le Mélilot contient des composants communs à d’autres plantes et d’autres plus spécifiques. On retrouve dans le Mélilot :
  • des flavonoïdes avec des dérivés du kaempférol et du quercétol aux propriétés veinotoniques et protecteurs des vaisseaux sanguins,
  • des composés phénoliques sous forme de lactones : de nombreux dérivés coumariniques dont le mélitoside qui, lors du séchage de la plante pratiqué dans des conditions correctes, donne une coumarine appelée la mélilotine qui a des propriétés légèrement antiagrégante plaquettaires et fluidifiantes du sang (mais non anticoagulantes), anti-inflammatoires, drainantes lymphatiques et anti-œdémateuses, antispasmodiques et apaisantes et responsable de l’odeur caractéristique de la plante
  • des acides phénols avec l’acide caféique, l’acide férulique, l’acide mélilotique, l’acide salicylique, 
  • des saponosides triterpéniques à action vasculaire,
  • des triterpènes dont le lupanone, le lupéol, l’acide oléanolique et l’acide bétulinique.

Propriétés et bienfaits du Mélilot 

Les propriétés du Mélilot sont liées à sa concentration importante en coumarines, en flavonoïdes, en acides phénols et en saponosides qui expliquent son action au niveau des vaisseaux sanguins.
Des études cliniques ont prouvé ses effets :
  • veinotoniques et protecteurs des vaisseaux sanguins, en particulier pour les troubles liés à l’insuffisance veineuse tels que la sensation de jambes lourdes, les varices, les hémorroïdes,
  • anti-œdémateux puissants, notamment pour les œdèmes liés à la rétention d’eau,
  • toniques lymphatiques, pour les troubles liés à l’insuffisance lymphatique comme les gonflements, les œdèmes, la sensation de lourdeur et les douleurs au niveau des membres,
  • diurétiques, favorable pour la rétention d’eau ou en adjuvant des traitements des cystites ou de la goutte,
  • anti-inflammatoires, pour les douleurs d’origine inflammatoires comme les règles douloureuses,
  • antispasmodiques, pour les maux de ventre, les ballonnements, les flatulences notamment en cas de digestion difficile ou bien dans les maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI),
  • apaisants et tranquillisants,
  • cicatrisants.
 
Le Mélilot est reconnu pour les troubles de la circulation veineuse, pour les troubles liés à la congestion de la circulation sanguine pouvant être responsable de migraines ou de céphalées ou des bouffées de chaleur lors de la ménopause. Il a également été prouvé qu’il pouvait favoriser la circulation lymphatique notamment lors du lymphœdème du bras lié à l’ablation des ganglions de l’aisselle pratiquée lors d’un cancer du sein.

Le Mélilot est également conseillé pour l’agitation, les difficultés d’endormissement, les insomnies légères avec réveil nocturne.
Il a une action particulièrement complète pour les troubles de la femme ménopausée puisqu’il agit sur les bouffées de chaleur, sur les œdèmes au niveau des jambes où il stimule la circulation de la lymphe, sur tous les problèmes circulatoires notamment de jambes lourdes, sur les céphalées et sur l’irritabilité, la nervosité et l’insomnie fréquentes lors de la ménopause. Le Mélilot est particulièrement recommandé chez les femmes ménopausées qui ont des antécédents personnels ou familiaux de cancers du sein en raison de son action non hormonale. Le Mélilot est aussi recommandé chez les hommes sujets aux bouffées de chaleur et traités hormonalement pour un cancer de la prostate.

En usage local externe, le Mélilot peut être utilisé pour :
- favoriser la cicatrisation,
- diminuer les inflammations locales de la peau ou les irritations de l’œil,
- diminuer les bleus, les hématomes,
- améliorer la fragilité capillaire au niveau de la peau comme dans la couperose ou la rosacée ou bien en cas de varicosités,
- améliorer la fragilité veineuse en cas d’hémorroïdes ou de troubles circulatoires au niveau des jambes.

Le Mélilot est inscrit à la pharmacopée française.

L’EMA, Agence européenne du médicament, reconnaît l’utilisation du Mélilot comme traditionnellement établie pour soulager les symptômes d’inconfort et de lourdeur des jambes liés aux troubles circulatoires veineux mineurs et en application locale dans le traitement des inflammations mineures de la peau.

L’ESCOP, Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du Mélilot dans le traitement des symptômes de l’insuffisance veineuse et des varices.

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du Mélilot dans le traitement des symptômes de l’insuffisance veineuse dans les douleurs, lourdeurs, crampes, démangeaisons et gonflements au niveau des jambes ainsi que comme traitement adjuvant en cas de phlébite, de symptômes post-thrombotiques, d’hémorroïde ou de congestion lymphatique. En application locale, le mélilot est « traditionnellement utilisé » contre les contusions et les saignements superficiels.

Utilisation traditionnelle du Mélilot 

Le Mélilot pour les jambes lourdes

En cas d’insuffisance veineuse et/ou lymphatique, le Mélilot peut améliorer de nombreux troubles. En effet, ses propriétés toniques veineuses et toniques lymphatiques, améliore la circulation et limite les œdèmes au niveau des jambes et des chevilles.
On le retrouve dans les compléments alimentaires veinotoniques pour les jambes avec sensation de lourdeur comme Circulymphe ou bien PiLeJe Phytostandard Mélilot Vigne rouge.
Dans ces compléments alimentaires, le Mélilot est associé à :

Le Mélilot pour la rétention d’eau

Dans la solution buvable STC Nutrition Drainaxyl 500 contre la rétention d’eau, le Mélilot qui a des propriétés diurétiques, est associé à de nombreuses plantes comme :

Le Mélilot pour les troubles sexuels

Le Mélilot grâce à ses actions fluidifiantes sanguines, protectrices des vaisseaux, toniques veineuses et lymphatiques, pourrait améliorer la circulation au niveau des organes sexuels en cas de dysfonctionnement.
On le retrouve dans les compléments alimentaires pour la sexualité et pour les troubles de l’érection comme Titan XXL Action prolongé et Men size XXL Performances Sexuelles où il est associé à des plantes pour favoriser la sexualité comme le tribulus pour la libido, la livèche, le boswellia contre le stress, le ginseng contre la fatigue, le poivre tonique ou le shatavari.

Le Mélilot pour le sommeil

Le Mélilot a des propriétés apaisantes et sédatives qui sont mises à profit dans des compléments alimentaires pour le sommeil. Dans les gélules Sédopal Lehning, le Mélilot est associé au pavot de Californie pour dormir et à l’Aubépine contre le stress. La formule des comprimés Somniphase Les 3 Chênes, comporte du Mélilot et du Pavot de Californie également, mais aussi de la mélisse pour les ballonnements, de la ballote noire et de l’huile essentielle de lavande relaxante.

Combien de temps poursuivre le traitement par le Mélilot ?

L’EMA conseille l’usage du Mélilot pour des problèmes mineurs de circulation sanguine pour une durée inférieure à deux semaines et en cas d'inflammation cutanée pour une durée d'une semaine. Si les symptômes ne passent pas au-delà de ces durées, Pharma GDD vous recommande de consulter votre médecin.

Quels sont les effets indésirables du Mélilot ?

En cas d’usage à haute dose ou de façon prolongée, le Mélilot est susceptible de donner des maux de tête, des troubles digestifs comme des nausées ou des vomissements, problèmes d'estomac et d'intestin. Le Mélilot pourrait être à l’origine de troubles du foie et de réactions allergiques.

Quelles sont les précautions d’emploi liées au Mélilot ?

Le Mélilot ne doit pas être pris pendant la grossesse ou l’allaitement.
Son usage est réservé aux adultes.
Le Mélilot est contre-indiqué en cas de :
  • traitement par antidépresseurs IMAO,
  • traitement par anticoagulants, AVK tels que Sintrom ®, Coumadine ®, Previscan ® et antiagrégant plaquettaire tels que l’aspirine, Plavix ® et Effient ®,
  • maladie liée à des troubles de la coagulation comme l’hémophilie, la maladie de Willebrand,
  • troubles hépatiques, insuffisance hépatique.

Le Mélilot peut entrer en interaction avec certains médicaments. Demandez l’avis de votre médecin ou de nos pharmaciens si vous prenez des médicaments avant de prendre du Mélilot.
Le Mélilot n’entre pas en interaction avec les autres plantes, il est donc possible de l’associer.
Cependant, il est déconseillé de le prendre en même temps d’autres plantes fluidifiantes sanguines telles que l’ail, la camomille, le cornouiller sanguin, le curcuma, l’éleuthérocoque, le fenugrec, la fève de Tonka, le ginkgo biloba, le ginseng, le Kava, le linum usitatissimum (graines), le marronnier d’Inde, le peuplier noir ou tremble, la reine des prés ou spirée ulmaire, le saule blanc, la vigne rouge, etc sans l’avis de votre médecin.
Si vous consommez des compléments alimentaires ou des médicaments à base de plantes et que vous souhaitez consommer du Mélilot, demandez toujours l’avis de votre médecin.
Le Mélilot est contre-indiqué en cas d’allergie aux plantes de la famille des Fabacées (anciennement Légumineuses).

À retenir

Le Mélilot est une plante reconnue pour le traitement des troubles liés à l’insuffisance veineuse comme les jambes lourdes et à l’insuffisance lymphatique, comme les œdèmes et pour son effet diurétique en cas de rétention d’eau. Il est également proposé dans les compléments alimentaires pour les troubles de l’érection.

Attention les conseils de Pharma GDD ne dispensent pas d’une consultation médicale.
Si les symptômes persistent malgré le traitement, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.

Sources :
Khodakov GV, Akimov YA, Shashkov AS, Kintia PK, Grishkovets VI. Triterpene and steroid saponins isolated from two Melilotus species. Adv Exp Med Biol. 1996;405:211-22
Sam Sik Kang, Won Sick Woo. Melilotigenin, a New Sapogenin from Melilotus officinalis. J. Nat. Prod., 1988, 51 (2), pp 335–338
Anwer, M. S., Mohtasheem, M., Azhar, I., Ahmed, S. W., & Bano, H. (2008). Chemical constituents from Melilotus officinalis. J Basic Appl Sci, 4(2), 89-94.
Sam Sik Kang, Chae-Hyun Lim, Sook Yeon Lee. Soyasapogenols B and E from Melilotus officinalis. ARCHIVES OF PHARMACAL RESEARCH, Volume 10, Number 1, 9-13
Martino E, Ramaiola I, Urbano M, Bracco F, Collina S. Microwave-assisted extraction of coumarin and related compounds from Melilotus officinalis (L.) Pallas as an alternative to Soxhlet and ultrasound-assisted extraction. J Chromatogr A. 2006 Sep 1;1125(2):147-51.
Wichtl Max, Anton Robert. Plantes thérapeutiques : Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Ed. Tec & Doc. Cachan. 1999. p. 352
Földi-Börcsök E, Bedall F, Rahlfs VW. Die antiphlogistische und ödemhemmende Wirkung von Cumarin aus Melilotus officinalis [The anti-inflammatory and anti-edematous effects of coumarins from Melilotus officinalis]. Arzneimittelforschung. 1971 Dec;21(12):2025-30. German. PMID: 5171976.
Pleşca-Manea L, Pârvu AE, Pârvu M, Taămaş M, Buia R, Puia M. Effects of Melilotus officinalis on acute inflammation. Phytother Res. 2002 Jun;16(4):316-9.
Földi-Börcsök E, Bedall F, Rahlfs VW. The anti-inflammatory and anti-edematous effects of coumarins from Melilotus officinalis. Arzneimittelforschung. 1971 Dec;21(12):2025-30
Pastura G, Mesiti M, Saitta M, Romeo D, Settineri N, Maisano R, Petix M, Giudice A. Lymphedema of the upper extremity in patients operated for carcinoma of the breast: clinical experience with coumarinic extract from Melilotus officinalis. Clin Ter. 1999 Nov-Dec;150(6):403-8
Ethel Földi-Börcsök. Effect of external lymph drainage and of coumarin treatment on thermal injury in the rat hind leg. Br J Pharmacol. 1972 October; 46(2): 254–259.
John L. Ingham. Phytoalexin production by high- and low-coumarin cultivars of Melilotus alba and Melilotus officinalis. Revue canadienne de botanique, 1978, 56:(18) 2230-2233
Tamura S, Warabi Y, Matsubara S. Severe liver dysfunction possibly caused by the combination of interferon beta-1b therapy and melilot (sweet clover) supplement. J Clin Pharm Ther 2012;37(6):724-5.
Heck AM, DeWitt BA, Lukes AL. Potential interactions between alternative therapies and warfarin. Am J Health Syst Pharm. 2000 Jul 1;57(13):1221-7; quiz 1228-30
Traité de phytothérapie. Dr JM Morel Ed. Grancher 2017
https://ansm.sante.fr/page/pharmacopee-monographies-francaises-en-vigueur-01-01-2024
https://www.ema.europa.eu/en/medicines/herbal/meliloti-herba
European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
List of German Commission E Monographs (Phytotherapy) Sweet Clover (Meliloti herba)Published March 13, 1986; Revised March 13, 1990.
https://www.heilpflanzen-welt.de/commission-e-0353/