Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les bienfaits de l'Eleuthérocoque

  • Par Isabelle Briennon, mis à jour le 21/06/2024 à 16h06, publié le 26/01/2024 à 09h01
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les bienfaits de l'Eleuthérocoque
L’Éleuthérocoque est une plante utilisée traditionnellement depuis des millénaires dans les pays au climat rude, en Russie et en Asie. Savez-vous qu’elle a intégré la pharmacopée russe au début des années 60 ? Découvrez avec Pharma GDD la puissance de ses composés bioactifs et aussi comment l’utiliser en toute sécurité.    

Qu’est-ce que l’Éleuthérocoque ?

L’Éleuthérocoque, que l’on appelle également le « ginseng » de Sibérie est une plante qui pousse naturellement de la Sibérie à la Chine, en Corée et au Japon.
Le « buisson du diable » ou Eleutherococcus (ou Acanthopanax) senticosus en latin, est un arbuste de 2 à 3 mètres de haut portant des fleurs en ombelles jaunes et violettes et des fruits en forme de baies noires ressemblant étrangement à celles du lierre grimpant qui appartient à la même famille des Araliacées.
L’Éleuthérocoque était utilisé par les chasseurs sibériens lorsqu’ils partaient en longues expéditions et par les soldats chinois pour augmenter leur force et leur endurance au cours des batailles.
On utilise traditionnellement sa racine, appelée « racine de la taïga » depuis des millénaires en médecine chinoise, coréenne et russe où elle est inscrite à la pharmacopée traditionnelle comme plante adaptogène.
L’OMS a mentionné l’usage de l’Éleuthérocoque dans les médecines traditionnelles contre les rhumatismes, les troubles gastriques aigus ou chroniques, ainsi que comme diurétique et régulateur de la tension artérielle.
Son nom « ginseng » de Sibérie implique que l’on ne doit pas le confondre avec le ginseng : bien qu’appartenant à la même famille, ils n’appartiennent pas au même genre, l’Éleuthérocoque appartenant au genre Eleutherococcus et le ginseng au genre Panax. Ces plantes n’ont pas la même composition chimique, bien qu’ayant des propriétés relativement proches.
Le ginseng a souvent été remplacé par l’Éleuthérocoque dans son usage, plus répandu et moins onéreux. En effet, contrairement au ginseng, on retrouve l’Éleuthérocoque jusqu’en Sibérie orientale, en raison de sa résistance à un climat plus rude et à des températures plus froides.
Vers la fin de la guerre, suite à la demande de l’URSS de rechercher des composés naturels pouvant améliorer l’endurance physique, la productivité et les performances des soldats, des athlètes et des travailleurs sans utiliser de stimulants chimiques dangereux, le Docteur Nicolaï Lazarev, utilise pour la première fois en 1948 le terme « adaptogène » pour désigner les plantes permettant de s’adapter aux conséquences du stress.  Il commence par étudier le ginseng, puis il porte son attention sur l’Éleuthérocoque qui est moins cher et plus disponible. La première monographie de l’Éleuthérocoque est publiée en URSS en 1960.
Dès lors très employée et victime de son usage supérieur à ses ressources naturelles, des cultures d’Éleuthérocoque sont mises en place dans ces mêmes pays, l’Éleuthérocoque nécessitant des conditions météorologiques extrêmes pour développer ses composants actifs.
 

Composition de l’Éleuthérocoque

L’Éleuthérocoque concentre la plus grande partie de ses composants dans ses racines. Les principales molécules identifiées comme responsables de ses activités sont :
  • des saponosides triterpéniques appelés éleuthérosides (A,B,C,D), une hédérasaponine
  • des polysaccharides,
  • des glycanes (éleuthéranes),
  • des composés phénoliques,
  • des coumarines,
  • des lignanes comme l’éleuthéroside E et le sésamine,
  • des dérivés phénylpropane avec la syringine,
  • des phytostérols avec le daucostérol.
L’ensemble de ces composants est responsable des multiples activités de l’Éleuthérocoque.

Propriétés et bienfaits de l’Éleuthérocoque

Des études cliniques ont montré que l’Éleuthérocoque a une activité stimulante endocrinienne :
  • au niveau des glandes surrénales avec un effet corticostimulant. Cet effet est intéressant en cas de fatigue ou d’asthénie avec perte d’appétit ou faible tension artérielle, notamment chez la personne âgée ou bien en cas de convalescence après une maladie.
  • au niveau des glandes sexuelles avec un effet anabolisant et une amélioration des performances physiques.

Des études en laboratoires et chez l’animal ont montré d’autres activités qui pourraient être retrouvées chez l’homme et qui pourraient confirmer son usage traditionnel :
  • l’Éleuthérocoque a une activité immunomodulatrice avec une action sur l’immunité qui permettrait de l’utiliser en prévention des infections,
  • l’Éleuthérocoque a des activités anti-inflammatoires, antioxydantes, antipyrétiques, antibactériennes et antivirales.
Par conséquent, l’Éleuthérocoque pourrait soutenir l’organisme en cas d’infection hivernale et en prévention lors d’épidémies.
  • l’Éleuthérocoque a une activité adaptogène, comme le ginseng ou la rhodiola, il pourrait être utilisé pour aider l’organisme à s’adapter à un stress, que le stress soit d’origine environnementale (excès de bruit, de chaleur…), physique (excès d’activité physique par exemple avec des conséquences comme la fatigue) ou émotionnelle (mauvaises nouvelles ou surmenage intellectuel avec des répercussions morales telles que déprime, burn-out…).
  • l’Éleuthérocoque améliore la circulation sanguine, notamment au niveau cérébral, ce qui concourrait à une meilleure oxygénation du cerveau et par conséquent à une amélioration de l’activité intellectuelle.
  • l’Éleuthérocoque a une activité de protection des neurones cérébraux, notamment utile en cas de stress, le stress étant à l’origine de troubles de la mémoire.
Ainsi, l’Éleuthérocoque pourrait contribuer, en cas de stress, à améliorer les performances physiques et mentales.

L’Éleuthérocoque est reconnu par l’ESCOP, Coordination Scientifique Européenne de Phytothérapie en cas de diminution des capacités physiques et mentales, telles qu’en cas de fatigue, d’épuisement, de faiblesse, de difficultés de concentration, ainsi que lors de périodes de convalescence.
L’EMA, Agence européenne du médicament, considère l’usage de l’Éleuthérocoque comme traditionnellement établi dans la fatigue, la faiblesse et les asthénies.
La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage de l’Éleuthérocoque en tant que fortifiant dans les cas de faiblesse, de fatigue, de perte de capacités intellectuelles et lors d’une convalescence.
L’Éleuthérocoque est reconnu par l’OMS, Organisation mondiale de la santé, comme tonifiant pour améliorer les capacités mentales et physiques en cas de faiblesse, de fatigue, d’épuisement, et lors d’une convalescence.

Utilisations de l’Éleuthérocoque

L’Éleuthérocoque est reconnu pour ses propriétés fortifiantes en cas d’asthénie.
Il est ainsi intégré dans des compléments alimentaires pour lutter contre la fatigue.
L’Éleuthérocoque se trouve également dans les compléments alimentaires pour lutter contre la fatigue engendrée par divers évènements comme une période de stress, une insomnie chronique ou par un régime minceur rigoureux, par une activité physique ou sportive intense ou par une infection hivernale comme une grippe. On le retrouve également comme fortifiant dans les compléments alimentaires pour l’immunité ou dans les compléments alimentaires pour les troubles sexuels.  
L’Éleuthérocoque peut se trouver seul sous forme d’extrait de racine dans Ladrôme extrait ginseng de Sibérie pour la vitalité physique et mentale et la bonne circulation.
On retrouve l’Éleuthérocoque associé à d’autres plantes dans des compléments alimentaires sous forme de gélules de poudre de racine, sous forme d’extrait sec en comprimés, en poudre ou également en unidoses ou en ampoules.  

Fatigue

L’Éleuthérocoque est utilisée pour lutter contre la fatigue.
On le retrouve associé à des vitamines comme la vitamine C ou aux vitamines du groupe B, à la gelée royale ou à des plantes qui peuvent être :
  • des plantes stimulantes comme le guarana, le ginseng rouge, le maté,
  • des plantes antioxydantes comme l’hibiscus, la myrtille ou l’églantier,
  • des plantes comme le lithothamne riche en minéraux.

Stress

L’Éleuthérocoque est considéré comme plante adaptogène : il aide l’organisme à s’adapter au stress en luttant contre la fatigue. Il permet ainsi une meilleure adaptation au surmenage professionnel et personnel.
Dans les compléments alimentaires anti stress, on le trouve associé à une autre plante adaptogène, la rhodiola dans les comprimés Arkorelax Stress control ou dans ceux d’ Arkorelax Cannabis Sativa.

Insomnie

Dans Lehning Sommeil, l’Éleuthérocoque est associé à la rhodiola et à l'ashwagandha adaptogène ( ginseng indien) dans les gélules à prendre la journée. Les gélules pour la nuit sont à base de passiflore relaxante, de basilic, de lotus, d'Eschscholtzia pour la détente et de mélatonine pour dormir.

Régimes minceur

Dans Metadhryne, l’Eleuthérocoque, qui permet de lutter contre la fatigue engendrée par un régime minceur, est associé au café vert et au thé vert riche en caféine, au maté brûleur de graisse, au ginseng tonique, au Griffonia contre la nervosité, au garcinia contre les graisses, au guarana riche en caféine, au gymnéma pour réduire l’envie de sucre, au laminaire coupe faim, au bouleau diurétique et à l’Alfalfa reminéralisante.

Sport

Pour lutter contre la fatigue musculaire induite par une activité physique intense, NutriExpert Solu Crampes propose une formule associant l’Eleuthérocoque avec la feuille d’ortie piquante anti-inflammatoire et reminéralisante et la feuille de bouleau contre les douleurs. Il contient également du magnésium et de la vitamine B6 pour lutter contre la fatigue.

Infections hivernales et immunité

L’Éleuthérocoque permet de lutter contre la fatigue liée aux infections hivernales. Dans Flash'rub 1ers signes et Respitrophyl Lib'Air, on le retrouve associé avec des plantes pour le confort respiratoire.
L’Éleuthérocoque est souvent retrouvé dans les compléments alimentaires destinés à renforcer l’immunité comme ImmunoMix Advanced, Immuchoc ou Ginseng Immunité Bio où il se trouve à côté d’autres plantes pour renforcer l’organisme.
Ces plantes pour lutter contre les infections hivernales comprennent : On retrouve également des vitamines, comme la vitamine C, des minéraux comme le cuivre et le sélénium pour le bon fonctionnement immunitaire.

Troubles sexuels

Dans Juvamine Maca Gingembre Ginseng de Sibérie, l’Éleuthérocoque est associé à la maca stimulante et au gingembre contre la fatigue.

Quels sont les effets indésirables de l’Éleuthérocoque ?

En cas d’usage prolongé ou à posologie élevée, l’Éleuthérocoque pourrait être responsable de diarrhée et de maux d’estomac. L’Éleuthérocoque pourrait également être à l’origine de maux de tête, d’hypertension artérielle, de palpitations cardiaques ainsi que de troubles du sommeil et de nervosité.
En cas d’usage quotidien pendant plusieurs mois, l’Éleuthérocoque pourrait également être responsable d’une perte de potassium associée à une faiblesse et/ou des douleurs musculaires et d’une insuffisance rénale.

Quelles sont les précautions d’emploi liées à l’Éleuthérocoque ?

L’Éleuthérocoque n’est pas conseillé chez la femme enceinte ou qui allaite.
L’Éleuthérocoque n’est pas recommandé chez les enfants de moins de 12 ans.
Ne prenez pas d’Éleuthérocoque en cas de :
  • maladie auto-immune ou prise d’immunosuppresseurs,
  • maladie cardiaque, hypertension artérielle et prise d’anticoagulants, d’antiagrégants ou de digoxine,
  • troubles nerveux ou insomnie,
  • obésité,
  • diabète ,
  • maladie hormonodépendante sensible aux œstrogènes telle qu’un cancer du sein, de l’utérus, des ovaires ou telle qu’un fibrome utérin, une mastose ou une endométriose
  • gynécomastie et de galactorrhée si vous prenez certains médicaments comme la méthyldopa, la spironolactone, une phénothiazine.....
Si vous prenez des médicaments, demandez toujours l’avis de votre médecin ou de l’un de nos pharmaciens avant de prendre de l’Éleuthérocoque : il pourrait augmenter leur activité et leurs effets indésirables.
Il est recommandé d’éviter la consommation de boissons ou d’aliments riches en caféine (café, thé, boisson à base de cola, chocolat…) et d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant des plantes riches en caféine comme le guarana, le maté ou la noix de kola.
En cas d’apparition de douleurs ou de faiblesse musculaire, d’urines brun-rouges, consultez rapidement votre médecin.
Il est déconseillé d’utiliser l’Éleuthérocoque plus d’un mois sans suivi médical.

À retenir

L’Éleuthérocoque est reconnu pour ses propriétés de lutte contre la fatigue mentale et physique. Il est utilisé en cas d’asthénie et également en cas de stress et de conditions pouvant entrainer une fatigue importante comme les régimes minceur, une activité physique intense, une infection hivernale telle qu’une grippe. Il permet également d’apporter un soutien en cas de troubles sexuels liés à la fatigue.

Attention, les conseils de Pharma GDD ne dispensent pas d’une consultation médicale.
Si les symptômes persistent malgré le traitement, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.

Sources :
Pauline Saude. Ocimum tenuiflorum L., intérêt d’une plante adaptogène dans la prévention des maladies liées au stress chronique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ffdumas-03759811f
Gerontakos S, Taylor A, Avdeeva AY, Shikova VA, Pozharitskaya ON, Casteleijn D, Wardle J, Shikov AN. Findings of Russian literature on the clinical application of Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.): A narrative review. J Ethnopharmacol. 2021 Oct 5;278:114274.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34087398/
Huang, L., Zhao, H., Huang, B., Zheng, C., Peng, W., and Qin, L. Acanthopanax senticosus: review of botany, chemistry and pharmacology. Pharmazie 2011;66(2):83-97.
Pearce, P. T., Zois, I., Wynne, K. N., and Funder, J. W. Panax ginseng and Eleuthrococcus senticosus extracts--in vitro studies on binding to steroid receptors. Endocrinol.Jpn. 1982;29(5):567-573.
Provino, R. The role of adaptogens in stress management. Australian Journal of Medical Herbalism 2010;22(2):41-49.
Gladchun, V. P. [Effect of adaptogenes on the immunological reactivity of patients with a history of acute pneumonia]. Vrach.Delo 1983;(2):32-35. 
Filaretov, A. A., Bogdanova, T. S., Mitiushov, M. I., Podvigina, T. T., and Srailova, G. T. [Effect of adaptogens on the activity of the pituitary-adrenocortical system in rats]. Biull.Eksp.Biol.Med 1986;101(5):573-574. 
Rege NN, Thatte UM, Dahanukar SA. Adaptogenic properties of six rasayana herbs used in Ayurvedic medicine. Phytother Res. 1999 Jun;13(4):275-91.
Marina Davydov, A. D. Krikorian. Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.) Maxim. (Araliaceae) as an adaptogen: a closer look. Journal of Ethnopharmacology, Volume 72, Issue 3, October 2000, Pages 345-393. 
Davydov M, Krikorian AD. Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.) Maxim. (Araliaceae) as an adaptogen: a closer look. J Ethnopharmacol. 2000 Oct;72(3):345-93.
Gaffney BT, Hügel HM, Rich PA. The effects of Eleutherococcus senticosus and Panax ginseng on steroidal hormone indices of stress and lymphocyte subset numbers in endurance athletes. Life Sci. 2001 Dec 14;70(4):431-42.
Kimura Y, Sumiyoshi M. Effects of various Eleutherococcus senticosus cortex on swimming time, natural killer activity and corticosterone level in forced swimming stressed mice. J Ethnopharmacol. 2004 Dec;95(2-3):447-53.
Panossian A, Wagner H. Stimulating effect of adaptogens: an overview with particular reference to their efficacy following single dose administration. Phytother Res. 2005 Oct;19(10):819-38.
Goulet, E. D. and Dionne, I. J. Assessment of the effects of eleutherococcus senticosus on endurance performance. Int J Sport Nutr Exerc.Metab 2005;15(1):75-83.
Rhim, Y. T., Kim, H., Yoon, S. J., Kim, S. S., Chang, H. K., Lee, T. H., Lee, H. H., Shin, M. C., Shin, M. S., and Kim, C. J. Effect of Acanthopanax senticosus on 5-hydroxytryptamine synthesis and tryptophan hydroxylase expression in the dorsal raphe of exercised rats. J Ethnopharmacol. 10-8-2007;114(1):38-43. 
Dowling, Elizabeth A.; Redondo, Diego R.; Branch, J. David; Jones, Sharon; Mcnabb, Gregory; Williams, Melvin H. Effect of Eleutherococcus senticosus on submaximal and maximal exercise performance. Medicine & Science in Sports & Exercise, April 1996 - Volume 28 - Issue 4 - pp 482-489.
McNaughton, L. G. Egan and G. Caelli. A comparison of Chinese and Russian ginseng as ergogenic aids to improve various facets of physical fitness. Int.Clin.Nutr.Rev. 1989;9:32-35.
Eschbach LF, Webster MJ, Boyd JC, McArthur PD, Evetovich TK. The effect of siberian ginseng (Eleutherococcus senticosus) on substrate utilization and performance. International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism, 2000, 10(4):444-451
Gaffney BT, Hügel HM, Rich PA. Panax ginseng and Eleutherococcus senticosus may exaggerate an already existing biphasic response to stress via inhibition of enzymes which limit the binding of stress hormones to their receptors. Med Hypotheses. 2001 May;56(5):567-72
A.F.G. Cicero, G. Derosa, R. Brillante, R. Bernardi, S. Nascetti, A. Gaddi. Effects of Siberian Ginseng (Eleutherococcus Senticosus Maxim.) on Elderly Quality of Life: a Randomized Clinical Trial. Arch. Gerontol. Geriatr. Suppl. 9 (2004) 69–73 
Zhang X.-L., Ren F., Huang W., Ding R.-T., Zhou Q.-S., Liu X.-W. Anti-Fatigue Activity of Extracts of Stem Bark from Acanthopanax senticosus. Molecules. 2011; 16(1):28-37.
Huang, L. Z., Huang, B. K., Ye, Q., and Qin, L. P. Bioactivity-guided fractionation for anti-fatigue property of Acanthopanax senticosus. J Ethnopharmacol. 1-7-2011;133(1):213-219.
Huang, L. Z., Wei, L., Zhao, H. F., Huang, B. K., Rahman, K., and Qin, L. P. The effect of Eleutheroside E on behavioral alterations in murine sleep deprivation stress model. Eur J Pharmacol. 5-11-2011;658(2-3):150-155.
Glatthaar-Saalmüller, Bernadette, Fritz Sacher, and Anke Esperester. "Antiviral activity of an extract derived from roots of Eleutherococcus senticosus." Antiviral research 50.3 (2001): 223-228. 
Narimanian, M., Badalyan, M., Panosyan, V., Gabrielyan, E., Panossian, A., Wikman, G., and Wagner, H. Randomized trial of a fixed combination (KanJang) of herbal extracts containing Adhatoda vasica, Echinacea purpurea and Eleutherococcus senticosus in patients with upper respiratory tract infections. Phytomedicine 2005;12(8):539-547. 
ong XiangFeng, Yin YuLong, Wu GuoYao, Liu HeJun, Yin FuGui, Li TieJun, Huang RuiLin, Ruan Zheng, Xiong Hua, Deng ZeYuan, Xie MingYong, Liao YiPing, and Kim SungWoo. Dietary supplementation with Acanthopanax senticosus extract modulates cellular and humoral immunity in weaned piglets. Asian-Australasian Journal of Animal Sciences Kyunggi-do: Asian-Australasian Association of Animal Production Societies 2011;20(9):1453-1461.
Bu Y & all. Siberian ginseng reduces infarct volume in transient focal cerebral ischaemia in Sprague-Dawley rats. Phytother Res. 2005 Feb;19(2):167-9.
Hiroshi Hikino, Michiko Takahashi, Kazuko Otake, Chohachi Konno. Isolation and Hypoglycemic Activity of Eleutherans A, B, C, D, E, F, and G: Glycans of Eleutherococcus senticosus Roots. J. Nat. Prod., 1986, 49 (2), pp 293–297.
Medon, P. J., Thompson, E. B., and Farnsworth, N. R. Hypoglycemic effect and toxicity of Eleutherococcus senticosus following acute and chronic administration in mice. Zhongguo Yao Li Xue.Bao. 1981;2(4):281-285. 
Niu, H. S., Hsu, F. L., Liu, I. M., and Cheng, J. T. Increase of beta-endorphin secretion by syringin, an active principle of Eleutherococcus senticosus, to produce antihyperglycemic action in type 1-like diabetic rats. Horm.Metab Res 2007;39(12):894-898.
Lee J, Eo E, Lee D. Severe Hypokalaemic Paralysis due to Chronic use of Acanthopanax Senticosus Ingestion: A Case Report. Hong Kong Journal of Emergency Medicine. 2012;19(6):405-407. doi:10.1177/102490791201900605
Friedman, J. A., Taylor, S. A., McDermott, W., and Alikhani, P. Multifocal and recurrent subarachnoid hemorrhage due to an herbal supplement containing natural coumarins. Neurocrit.Care 2007;7(1):76-80.
Kwan, C. Y., Zhang, W. B., Sim, S. M., Deyama, T., and Nishibe, S. Vascular effects of Siberian ginseng (Eleutherococcus senticosus): endothelium-dependent NO- and EDHF-mediated relaxation depending on vessel size. Naunyn Schmiedebergs Arch Pharmacol 2004;369(5):473-480. 
Guo S, Liu Y, Lin Z, Tai S, Yin S, Liu G. Effects of Eleutheroside B and Eleutheroside E on activity of cytochrome P450 in rat liver microsomes. BMC Complementary and Alternative Medicine 2014, 14:1 (2 January 2014) 
https://lemedecinduquebec.org/Media/70506/057-063Lambert0901.pdf