Le zinc : à quoi ça sert ?

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 06/09/2022 à 11h09, publié le 24/03/2022 à 10h03
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Le zinc : à quoi ça sert ?
Le zinc est un oligo-élément présent en faible quantité dans notre organisme, mais qui demeure une substance vitale. Mais à quoi sert plus précisément le zinc ? Pharma GDD vous explique ses diverses fonctions pour l’organisme et vous informe sur les symptômes, les causes et les conséquences d’une carence ou d’un excès de zinc dans l’organisme. Sa pluralité fonctionnelle pour le corps humain est reconnue par la science. De nombreux médicaments et compléments alimentaires en sont dotés pour apporter une supplémentation en cas de carence pour les petits et les grands.

Qu’est-ce que le zinc

Le zinc est un oligo-élément indispensable à l'homme. Ce minéral présent en faible quantité dans notre organisme joue un rôle très important. Comme tout oligo-élément, le corps humain n'est pas en mesure de le fabriquer. Il est donc apporté par l'alimentation. Il faut savoir que le corps humain en contient entre 2 et 4 grammes essentiellement stockés dans les organes, notamment dans le foie, le pancréas, la prostate, les yeux ou encore les glandes surrénales, les os, les dents, les cheveux, la peau, les muscles, les globules blancs et les testicules.

Les divers rôles du zinc

Le zinc est un oligo-élément présent à l'état de trace dans l'organisme, c'est-à-dire en quantité faible. Il joue un rôle important dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides. Le zinc est nécessaire à la santé de la peau à la cicatrisation des plaies et à la croissance. Mais il a également une action sur le système immunitaire et la fonction cognitive, il joue un rôle dans la synthèse des protéines et dans le maintien d’une vision normale. Le zinc est nécessaire à la structure d'os solides, la croissance normale et favorise la santé des articulations. Le zinc contribue à un système cardiovasculaire sain. 

Le zinc bon pour la peau et les cheveux

La quantité de zinc dans la peau n'est pas négligeable. Le zinc participe à la fabrication du collagène, une protéine présente dans le derme assurant souplesse, tonicité, élasticité et évitant le relâchement des tissus. Le zinc permettrait d'aider à traiter l'acné modérée par ses propriétés anti-inflammatoires et son action régulatrice sur les glandes sébacées. Il apporterait une aide au traitement du psoriasis. Le zinc contribue à la croissance du cheveu, mais aussi à une peau saine. Il joue un rôle essentiel dans la synthèse de la kératine et du collagène, des protéines qui composent nos cheveux à 95%. Associé à la vitamine B6, il leur confère résistance, souplesse et brillance. Le zinc est un principe actif qui entre dans la composition des compléments alimentaires pour peau, ongles et cheveux.

Fonction visuelle du zinc

Le zinc est présent en grande quantité dans l'œil. Il est nécessaire au transport de la vitamine A dans l'organisme, c'est pour cela qu'il contribue au bon fonctionnement de la vision. Le zinc joue un rôle pour l'adaptation de la vue à l'obscurité et contribue au maintien de la vision normale. Antioxydant, le zinc participe à la protection des cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. De ce fait, le zinc participerait à la prévention de la DMLA. Le zinc fait partie des principes actifs présents dans les compléments alimentaires pour les yeux et la vision.

Fonctions hormonales du zinc

Le zinc contribue au maintien de la santé hormonale en tant que cofacteur essentiel du métabolisme des acides gras. Il est essentiel à la sécrétion de certaines hormones, dont l'insuline, le facteur humoral thymique et la gustine. Cette dernière est présente dans la salive et stimule la croissance des papilles. Le zinc est également important pour la régulation de l'équilibre acido-basique. Il intervient dans le métabolisme glucidique. Certaines études ont montré que le zinc améliorait les niveaux de glucose chez les personnes diabétiques en stimulant la synthèse de l'insuline. On retrouve le zinc dans les compléments alimentaire pour glycémie.


Le zinc aide à maintenir une prostate saine. Il est employé dans les compléments alimentaires pour le confort de la prostate

Zinc et fertilité

Le zinc contribue au développement normal de la reproduction. Il est nécessaire pour une fertilité normale et pour maintenir un environnement normal sain et optimisé favorable à la croissance musculaire. Le zinc est présent dans la composition de nombreux compléments alimentaire pour la fertilité.

Fonction mentale et performance musculaire

Le zinc est nécessaire à la fonction mentale et performance musculaire. Les vitamines hydrosolubles, le calcium, le magnésium et le zinc sont essentiels pour la fonction mentale et la performance intellectuelle et physique. Le zinc aide à maintenir l'activité, la mémoire, la perception de l'environnement, en particulier chez les personnes âgées. Il favorise la concentration, stimule les capacités mentales et améliore l'état psycho-émotionnel. Ce minéral jouerait un rôle dans les fonctions affectives et cognitives, agissant sur les circuits du glutamate. Le zinc entre dans la formulation de compléments alimentaires pour la concentration et la mémoire.

Le rôle du zinc dans le Système immunitaire

Le zinc est nécessaire à la protection des cellules et aide à éliminer les radicaux libres. Le zinc intervient dans le fonctionnement du système immunitaire en augmentant l'activation des lymphocytes B producteurs d'anticorps ciblés contre un virus et le nombre de lymphocytes T qui ont le rôle de "nettoyer" les cellules infectées. Le facteur humoral thymique est sécrété par le thymus qui stimule l'immunocompétence des lymphocytes T. Le zinc va donc contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire en réduisant la durée et l'intensité des symptômes. Le zinc participe à limiter la libération d'histamine. On le retrouve dans les compléments alimentaires pour le système immunitaire.

Carence en zinc

L’Apport Journalier Recommandé (AJR) en zinc chez :
  • les hommes adultes : 12 mg/jour
  • les femmes adultes : 10 mg/jour
  • les femmes enceintes et allaitantes et les personnes âgées : entre 15 et 23 mg/jour

La carence en zinc peut être causée par divers facteurs en particulier par l'alcoolisme, l'utilisation de diurétique, une maladie rénale chronique, un diabète, des troubles de malabsorption, des troubles hépatiques, pancréatiques ou encore la drépanocytose. Le déficit en zinc est fréquent, car son assimilation interfère avec de nombreux facteurs comme l'âge. En effet, il est moins bien absorbé à partir de 50 à 55 ans. Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), la maladie de Crohn, un régime végétarien ou végétalien strict, la prise répétée d'antibiotiques ou le sport intensif contribuent à son déficit.

Il faut savoir qu'une grande partie du zinc consommée dans les aliments n'est pas absorbée. Une alimentation riche en fibres et en phytates réduit l'absorption du zinc. Les aliments concernés sont le pain complet, le son, les haricots, le soja, les légumineuses et les noix. Il sera recommandé de les laisser tremper et bien les rincer pour éliminer un maximum d'acide phytique. Les aliments contenant de la caféine diminuent également l'absorption de zinc par l'intestin.

L'acrodermatite entéropathique est un trouble autosomique récessif rare qui entraîne une malabsorption du zinc. Cette maladie peut apparaître chez les nouveau-nés au moment du sevrage provoquant des diarrhées et une perte de cheveux, une paronychie, c'est-à-dire l'infection des tissus présents autour des ongles. Une dermatite de forme psoriasique apparaît autour des yeux, du nez et de la bouche, sur les fesses et du périnée. Cela entraîne une dépression du système immunitaire provoquant de nombreuses infections et interférant sur la croissance.

Symptômes de la carence en zinc

La carence en zinc entraîne une perte de l'appétit et un ralentissement de la croissance et du développement chez les nouveau-nés et les enfants. Cette carence peut entraîner une perte de cheveux par plaques et provoquer un sentiment apathique et irritable. Le goût et l'odorat peuvent être altérés. Des éruptions cutanées peuvent apparaître et la cicatrisation de plaie plus lente et moins performante. La production de sperme peut être réduite. La carence en zinc engendre une baisse du système immunitaire. Lorsqu'une femme enceinte est carencée en zinc, le bébé peut avoir des malformations congénitales et un poids insuffisant à la naissance. La carence en zinc chez l'enfant ralentit la croissance, affecte le goût et retarde la maturation sexuelle.

Le diagnostic de la carence en zinc

Si le médecin traitant qui suspecte une carence en zinc sur la base des symptômes et des antécédents du patient, il va orienter vers une supplémentation en zinc. Des tests sanguins et urinaires vont permettre de contrôler les taux de zinc. Le diagnostic clinique de la carence modérée en zinc est difficile tout comme le diagnostic de laboratoire. Les taux d'albumine bas, fréquents dans les carences en zinc, rendent les taux de zinc sérique difficiles à interpréter. Le diagnostic demande l'association de taux sériques de zinc bas et d'une augmentation de l'excrétion du zinc urinaire.
Une supplémentation de zinc par voie orale jusqu'à la disparition des symptômes sera envisagée. Les suppléments de zinc permettent également de traiter l'acrodermatite entéropathique.

Les aliments riches en zinc

Les aliments les plus riches (mis à part les huîtres), sont les abats, la viande rouge, le pain complet et les œufs, la levure de bière, les graines germées comme le sarrasin, le sésame ou encore les champignons. Les huîtres restent l'aliment le plus riche en zinc en proportion et surtout il y est particulièrement assimilable.
 
Teneur en Zinc en mg pour 100 g d'aliment (2)  Teneur en zinc
Huître 21,3 mg
Foie de veau cuit 13,2 mg
Bœuf braisé 10,5 mg
Pain de seigle 10 mg
Maroilles 9 mg
Morbier 7 mg
Cacao en poudre non sucré 6,9 mg
Steak haché 5% MG 6,43 mg
Foie d'agneau cuit 6 mg
Crabe en boîte 5,7 mg
Noix de cajou, pignon de pin 5,4 à 5,6 mg
Comté, Parmesan 5,1 à 5,3 mg
Veau mijoté ou rognon de veau cuit 4,6 mg
Noix de pécan 4,7 mg
Épaule de porc cuite 4,2 mg
Foie de poulet cuit 3,9 mg
Pain complet, pain aux céréales 3,6 à 3,9 mg
Jambon cuit 3,2 mg
Jaune d'œuf 3,05 mg
Poissons cuits moyens 0,55 mg
Lentilles cuites 1,03 mg
Lentille, haricot blanc ou pois chiche cuit 1 mg
Figue séchée 0,53 mg
Lait demi-écrémé UHT  0,51 mg
Légumes cuits (aliment moyen) 0,36 mg
Légumes secs cuits (aliment moyen) 0,86 mg

Excès de zinc

L'excès de zinc est la conséquence d'une consommation de boissons ou d'aliments acides conditionnés dans des conserves. Dans certaines usines produisant des fumées d'oxydes de zinc, l'inhalation peut entraîner un excès de zinc. 

Symptômes de l’excès de zinc

La fièvre des métaux, se manifeste par des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des difficultés à parler, à marcher et des tremblements. L'inhalation de fumées d'oxydes de zinc peut causer une respiration rapide, des sueurs, de la fièvre et un goût métallique en bouche. 
Un surdosage unique ne provoque qu'un empoisonnement de courte durée, engendrant des symptômes temporaires. En cas de forte teneur en zinc pendant une longue durée, la situation est plus grave. Une consommation excessive de zinc durant une longue période entraîne une diminution de l'absorption des autres minéraux, en particulier le phosphore, le cuivre, le calcium et le fer. Cela va générer une réduction de la concentration optimale en cholestérol LDL dans le sang, un risque accru d'anémie en particulier des reins et du foie et une détérioration de la réponse immunitaire de l'organisme.  

Le diagnostic d’un excès de zinc

Un examen clinique, la présence des symptômes précédemment cités et des antécédents du patient orienteront le médecin traitant sur la piste d'un excès de zinc. En guise de traitement, il faudra modifier son régime alimentaire. Concernant la fièvre des métaux, les patients guérissent après 12 à 24 heures passées dans un milieu dépourvu de zinc.

Les effets secondaires et interactions médicamenteuses du zinc

Prendre des compléments de zinc sur une longue période expose à une baisse de l'immunité et à une carence en cuivre. La dose quotidienne maximale à ne pas dépasser est de 40 mg pour un adulte et la dose maximale recommandée est de 10 mg/jour. 
La prise de compléments ou de médicaments à base de zinc peut causer des maux de tête, des nausées, vomissements, diarrhée, irritation buccale, aphtes buccaux, ou encore un goût métallique dans la bouche. 
Les compléments alimentaires de zinc doivent être ingérés au moins deux heures avant ou après les compléments alimentaires contenant du fer, les antibiotiques de la famille des cyclines et de quinolones, les traitements contre l'ostéoporose et les médicaments indiqués pour neutraliser l'acidité de l'estomac.

À retenir

Présent à l’état de trace dans notre corps, le zinc nécessite un apport par l’alimentation. Cependant, il faut savoir quels aliments en contiennent pour assurer un apport quotidien à votre organisme et ainsi éviter les carences. Si l’alimentation ne suffit pas et en présence de symptômes, il est conseillé de consulter un médecin traitant pour vérifier la présence d’une carence et vous prescrire une supplémentation en zinc. À l’inverse, en cas de suspicion d’excès de zinc, il saura vous indiquer la marche à suivre pour réduire votre consommation d’aliments et de boissons pour réadapter votre alimentation.

Sources :
https://www.cochrane.org/fr/CD005525/ENDOC_la-supplementation-en-zinc-pour-la-prevention-du-diabete-de-type-2
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11349933/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30547302/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30547302/
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2014.3653
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22222917/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9550453/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25462582/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29137144/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6251646/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29558383/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28965330/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20803691/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18500945/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32394086/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26883958/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32059605/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28083748/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/803510/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33096823/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3059394/