Le lymphœdème

  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Le lymphœdème
Souvent conséquent à une chirurgie ou à un traitement contre le cancer, le lymphœdème est une pathologie qui peut être aggravée à la suite d’une infection et entrainer une perte de mobilité et une diminution de la qualité de vie. Pharma GDD vous informe sur cette maladie handicapante en vous présentant les symptômes afin de la reconnaître. Nous verrons également quels sont les facteurs de risques, les traitements et les mesures de prévention pour l’éviter ou du moins la stopper.

Qu'est-ce qu'un lymphœdème ?

Un lymphœdème est un gonflement plus ou moins important d'une zone du corps. Ce phénomène est lié à une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus conjonctifs. 
La lymphe est un liquide clair contenant de l'eau, des globules blancs, des protéines et des graisses transportés par les vaisseaux sanguins vers les espaces intercellulaires puis qui traverse les ganglions lymphatiques qui la filtrent.   
Les ganglions lymphatiques sont des organes se présentant sous forme de minuscules haricots. Ils ont pour objectif de filtrer le liquide lymphatique. Ils jouent un rôle dans l'activation de la réponse immunitaire lors d'une infection. Telles des sentinelles, ils repèrent les dangers comme un virus, un microbe qui circule ou la présence d'une cellule anormale dans l'organisme. Ils se situent dans tout le corps, sous la peau du cou, sous les bras, sous les aisselles et dans l'aine. Ils font partie du système qui permet de défendre le corps contre la propagation de l'infection et le cancer.

Quels sont les symptômes du lymphœdème ?

Le lymphœdème comprend 3 stades : 
  • Stade I : l'œdème est spontanément réversible.
  • Stade II : l'œdème est spontanément irréversible. Il ne diminue pas sans l'administration d'un traitement adapté. Il se développe davantage et le risque d'infection est augmenté, amenant au stade III.
  • Stade III : Le stade de l'éléphantiasis. L'œdème est massif, les infections sont fréquentes et la peau se colore d'une teinte foncée.
Une lourdeur du membre est ressentie, gênant la mobilité et occasionnant une douleur. Le lymphœdème se manifeste par une augmentation de volume d'un membre, en général au niveau d'une extrémité, qui ne régresse pas la nuit contrairement aux œdèmes veineux. Il s'accompagne d’un épaississement fibreux de la peau qui devient difficile à pincer entre les doigts. Cette maladie est mise en évidence par le signe de Stemmer, c'est-à-dire l'impossibilité de plisser la peau du 2ème orteil.
Il existe deux types de lymphœdèmes : primaire et secondaire

Lymphœdème primaire

Le lymphœdème primaire est une malformation du système lymphatique sous forme d'hypoplasie ou d'hyperplasie. Il peut se déclencher de manière spontanée ou à la suite d'un facteur déclenchant comme un traumatisme, une infection. Il est dû au fait que les vaisseaux lymphatiques sont en quantité insuffisante, rendant impossible l'absorption de la totalité de la lymphe. Il touche en majorité les jambes et plus rarement les bras. Ce type d'œdème est visible à la naissance, mais est souvent résorbé par les vaisseaux lymphatiques. Un œdème à un âge plus avancé se manifeste lorsque le volume de la lymphe augmente et dépasse les capacités des vaisseaux lymphatiques. Cet œdème débute graduellement sur une ou deux jambes en commençant par un pied. Le gonflement disparaît lorsque la jambe est relevée, mais lorsque ce trouble s'aggrave, il devient plus important et ne disparaît pas totalement.    

Lymphœdème secondaire

Le lymphœdème secondaire est une dégradation du système lymphatique, pouvant être causé par une chirurgie, une infection, une chimiothérapie, une tumeur ou à un médicament, comme la cortisone ou les antidépresseurs. Le bras a tendance à gonfler après l'ablation d'un cancer du sein et des ganglions de l'aisselle. Il apparaît généralement au niveau des extrémités des bras ou des jambes, en particulier aux pieds et aux mains. Il peut également se manifester dans d'autres parties du corps comme le cou, le dos, l'abdomen, les organes, génitaux et les seins. Cet œdème peut apparaître 1 à 2 ans après l'intervention chirurgicale ou le traitement anticancéreux.

Quels sont les facteurs de risque d'un lymphœdème ?

Un évidement axillaire étendu : Cette chirurgie est pratiquée afin d'enlever les ganglions lymphatiques de l'aisselle, c'est-à-dire le creux axillaire. Cette intervention est effectuée pour diverses raisons. Elle permet de vérifier la présence de cancer dans les ganglions lymphatiques de l'aisselle, de connaître le nombre de ganglions contenant des cellules cancéreuses. Elle permet de réduire le risque de récidive de cancer. Le cancer peut envahir les ganglions lymphatiques qui vont gonfler. Ces métastases ganglionnaires, dits ganglions sentinelles positifs doivent être enlevés par curage, et c'est à partir de cette intervention que le risque de lymphœdème apparaît.

Le lymphœdème peut aussi apparaître à la suite d’une irradiation du creux axillaire, c’est-à-dire de la radiothérapie.
L'obésité augmente le volume du lymphœdème et provoque une dysmorphie au niveau du membre le plus volumineux. Les plis cutanés au niveau des articulations compliquent l'enfilage des compressions.
Un lymphœdème peut être une manifestation extra articulaire exceptionnelle de la polyarthrite rhumatoïde.

Quelles sont les complications d'un lymphœdème ?

L'érysipèle est la conséquence la plus fréquente d'un lymphœdème. Cette infection de la peau est due à une bactérie à streptocoque ou staphylocoque qui se manifeste par une zone inflammatoire.
Elle se caractérise par une jambe gonflée et rouge associée à une fièvre élevée jusqu'à 40° C et des frissons. Une inflammation cutanée bien délimitée s'étend progressivement révélant un œdème douloureux à la palpation. Le phénomène de stagnation de la lymphe provoque une accumulation de protéines de grande taille dans les vaisseaux lymphatiques et les tissus. La peau tend à s'épaissir et à perdre en souplesse. De petites poches de graisses s'y forment. Peuvent également apparaître un décollement cutané ou un purpura, une lésion hémorragique de la peau et des muqueuses. Cette complication peut être liée à un intertrigo, une écorchure superficielle liée à une dermatose de type eczéma ou psoriasis ou encore à la prise d'un médicament. L’érysipèle se soigne par antibiothérapie et/ou par phagothérapie, c'est-à-dire l'utilisation de virus bactériophages lytiques. On a affaire à une urgence médicale, car l’infection peut se propager à l’ensemble du corps.

Lymphœdème : que se passe-t-il dans notre corps ?

Lorsque les vaisseaux lymphatiques sont endommagés ou obstrués, le liquide lymphatique ne peut pas être drainé et s'accumule dans les tissus, ce qui provoque un gonflement. Les capillaires lymphatiques ne réussissent plus à se vider dans les ganglions lymphatiques. C'est pour cela que les résidus de cellules mortes, des résidus fibreux, des bactéries et des infections virales s'accumulent. Cela étouffe les autres cellules saines engendrant des nécroses provoquant à leur tour des infections. La pression lymphatique s'accroît dans les tissus sains et les espaces interstitiels sont de plus en plus comblés par les résidus fibreux. L'inflammation devient de plus en plus sévère et les tissus nécrosés se colorent. Lorsque le lymphœdème devient démesuré, on parle d'une fibrose qui se transforme en éléphantiasis. Cela se manifeste par un membre tuméfié devenant extrêmement volumineux dont la peau est très épaisse ressemblant à celle d'un éléphant.
Il est fréquent qu'un lymphœdème soit confondu avec une insuffisance veineuse, une allergie ou un choc anaphylactique

Quelles sont les causes d'un lymphœdème ?

La principale cause dans les pays occidentaux est le curage des ganglions axillaires effectué dans le traitement chirurgical du cancer du sein.
Le traitement d'un sarcome myxoïde inférieur (sarcome du tissu mou) se faisant par l'ablation d'une partie ou de l'intégralité de la zone contenant la tumeur et du curage ganglionnaire. 
Concernant les pays sous-développés, la première cause est l'infection des ganglions lymphatiques par des nématodes : des vers dont les œufs sont véhiculés par les moustiques. Cela engendre la réduction du drainage lymphatique des tissus. En d'autres termes, la lymphe ne peut être évacuée correctement par les veines capillaires dans la circulation normale, créant un déficit de pression. La lymphe transportée par le sang oxygénée par la circulation artérielle reste dans les espaces interstitiels entre les tissus. La filariose lymphatique également appelée éléphantiasis est une infection due à un parasite tropical Filaria. La filariose lymphatique est une maladie tropicale négligée qui nécessite une chimio prévention afin d'endiguer la propagation de cette parasitose. Pour cela ce traitement doit être effectué tous les ans.

Quels sont les traitements en cas de lymphœdème ?

Une consultation médicale est accompagnée d'une tomodensitométrie (scanographie, image en 3D) ou d'une IRM permettant de déterminer la localisation de l'obstruction.

Un drainage lymphatique manuel par un kinésithérapeute permet d'évacuer les toxines du corps. 

La compression pneumatique intermittente (CPI) est une méthode mécanique pour réduire les œdèmes, les ulcères veineux de jambes et les enflures des membres dues à un lymphœdème.
Un appareil de pressothérapie est également utilisée pour traiter le lymphœdème. C’est une méthode thérapeutique basée sur une technique de massage par pressions afin de favoriser la circulation lymphatique en exerçant des cycles de compressions et de décompressions. Le compresseur de l'appareil envoie de l'air dans les cellules des bottes et des manchons auxquels il est relié par un tuyau.

Les vêtements de compression vont aider à réduire le gonflement. Des bandages de compression ou des bases pneumatiques peuvent réduire le gonflement. Le port de bas de compression sur les jambes ou des manchons sur les bras peut réduire le gonflement. Lorsque l'œdème est réduit, il est important de porter des bas élastiques progressifs tous les jours. Ces derniers assurent une pression localisée aux chevilles et une pression inférieure vers le haut de la jambe. Concernant les bras, les manchons pneumatiques vont aider à réduire l'œdème.

Les chaussettes, bas et manchon de contention se composent d'une mousse compacte en polyuréthane qui exerce une compression sur les tissus cutanés et les vaisseaux lymphatiques. Ils possèdent une structure semi-ouverte et des motifs servant de repères à l'ajustement. Ils sont munis d'attaches auto agrippantes qui aident à s'adapter à la morphologie de la personne. 

Les bandes de contention multi-étalonnée assurent une compression dégressive. Elles sont étalonnées avec des repères simples facilitant la pose et permettant de contrôler la pression.

Une prise en charge psychologique peut également aider le patient en complément du traitement afin d'évaluer les difficultés rencontrées comme la douleur, la gêne fonctionnelle et l'aspect émotionnel. En effet, très handicapante, cette maladie influe sur l'humeur, l'anxiété, la dépression, l'image corporelle et l'estime de soi.

 

Quelles sont les mesures de prévention d'un lymphœdème ?

L'hygiène, le soin de la peau et des ongles sont très importants, car il faut éviter toute infection. La peau d'un membre atteint de lymphœdème est fragilisée et donc vulnérable aux infections. 
Pour cela, il est préférable d'effectuer une douche pas trop chaude et d'appliquer une lotion ou un lait hydratant car cette pathologie a tendance à assécher la peau entrainant un aspect craquelé. C'est à cause de ces fissures que le risque d'infection est élevé. L'entretien des ongles et des cuticules est également important. Il est conseillé d'appliquer un soin pour assouplir les cuticules et d'éviter de les couper ou les arracher. 

 
Les ongles doivent être coupés droits et limés avec le matériel adapté et désinfecté à chaque utilisation. Il faut être vigilant concernant le risque d’ongles incarnés.


Le jardinage ou la cuisine doivent être effectués avec des gants pour éviter tout risque de brûlure ou de coupure. En cas de blessure, il est impératif de soigner immédiatement, de nettoyer la zone atteinte et d'appliquer un antiseptique puis de protéger la plaie avec un pansement, en le changeant au moins une fois par jour. 

Les griffures d'animaux et les piqûres d'insectes doivent être évitées. L’utilisation d’un produit anti-moustique peut réduire le risque de piqûres. 
Il est important de ne pas marcher nu pied, car les mycoses des pieds et plus précisément des orteils, appelées pied d'athlète sont la porte d'entrée pour les germes et bactéries. 

La chaleur intense, le sauna et le hammam sont à éviter et l'application d'une protection solaire ainsi que l'usage de vêtements anti-UV sont appropriés. 
Il sera important d'éviter d'effectuer des exercices physiques trop intensifs, de porter des vêtements serrés sur les bras et les jambes, éviter d'effectuer une pression sur le membre atteint et être vigilant concernant la bandoulière d'un sac par exemple. La vaccination, le prélèvement sanguins ou encore les implants ne doivent pas être effectués dans le membre touché par le lymphœdème.

À retenir

Le lymphœdème est une maladie souvent conséquente à une chirurgie ou un cancer du sein. Il est important de savoir reconnaître les signes avant-coureurs pour stopper et réduire le gonflement. En cas de symptôme, il est important de consulter rapidement un médecin pour établir un diagnostic et adapter le traitement. 
contact_support expand_less