Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les plantes anti cellulite en cas de troubles hormonaux

  • Par Isabelle Briennon, mis à jour le 08/07/2024 à 15h07, publié le 28/06/2024 à 15h06
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les plantes anti cellulite en cas de troubles hormonaux
La cellulite ou lipodystrophie, est un problème fréquent qui peut être lié à un problème d’alimentation trop grasse ou trop sucrée, à un manque d’exercice physique, à un problème métabolique se reflétant par un diabète ou un excès de cholestérol.
Si votre alimentation est équilibrée, si vous pratiquez une activité sportive et si vos analyses glycémiques et lipidiques sont bonnes, l’origine de votre cellulite pourrait être hormonale.
En effet, des troubles hormonaux comme un dérèglement de la thyroïde ou bien un déséquilibre hormonal du cycle menstruel peuvent être à l’origine d’une prise de poids par lipodystrophie.
Dans ce cas, il est nécessaire de commencer par éliminer la cause thyroïdienne en demandant à faire réaliser un bilan thyroïdien au médecin.
Une fois que ce bilan est réalisé et qu’il ne présente rien d’anormal, on peut se demander si les perturbations hormonales liées au cycle féminin ne peuvent pas être la cause principale du développement de la cellulite.

Plantes anticellulite et troubles de la thyroïde

« Je souffre d’une légère hypothyroïdie et j’ai pris du poids. »

L’installation de la cellulite peut être liée à une baisse du métabolisme de base (diminution de la consommation des calories pour fabriquer de l'énergie) due à une légère baisse du fonctionnement de la thyroïde, que seul le médecin pourra détecter et en dehors de toute maladie grave. Il est par conséquent recommandé de faire un bilan de la thyroïde par dosage de la TSH (thyréostimuline ou thyrotrophine) et des hormones thyroïdiennes T4 et /ou T3. En cas d’hypothyroïdie avérée, votre médecin peut vous prescrire des hormones thyroïdiennes. En cas d’hypothyroïdie fruste (non détectable par les analyses, mais détectable par les signes cliniques comme la fatigue, une légère prise de poids, une peau sèche, des crampes musculaires, une sensibilité au froid, des troubles de la mémoire, un état dépressif…), la prise de plantes anticellulite aux propriétés thyroïdiennes peut être discutée avec votre médecin.

Dans ce cas, il est possible d’utiliser les algues les plus riches en iode comme l’ascophylle et le Fucus ou le wakamé sont idéales pour vous aider à éliminer votre cellulite. Ces plantes ne seront pas utilisées plus de 10 semaines en automédication. À partir de 10 semaines, une surveillance médicale avec dosage thyroïdien est recommandée.
Les algues brunes contiennent beaucoup d’iode. C'est l’ascophylle qui en contient le plus (environ 68 mg/100 g d’algue). L’ascophylle a une teneur 3 fois plus élevée en iode que le wakamé et le Fucus n’en contient que deux fois plus que le wakamé. L'algue wakamé est celle qui concentre le moins d’iode.

L’iode est un stimulant de la thyroïde ce qui favorise la sécrétion des hormones thyroïdiennes. Ces dernières ont la propriété de stimuler les différents organes avec une augmentation du tonus cardiaque, une accélération de la digestion et une consommation de calories accrue par augmentation de la dépense énergétique. En cas de ralentissement du métabolisme de base, comme dans les cas d’hypothyroïdie ou de carence en iode, les calories ne sont pas suffisamment brûlées et peuvent être stockées sous forme de cellulite. 

Les algues ont également des propriétés coupe-faim grâce aux fibres qu’elles contiennent et elles agissent, pour le ventre plat, par effet de lest en cas de constipation. Elles ont également la propriété d’empêcher l’absorption des graisses et des sucres (effet capteur de graisse).
Mais attention, il est nécessaire de tenir compte de la teneur élevée en iode de ces algues et de bien signaler leur prise à votre médecin.

Plantes anticellulite et troubles féminins

« Je me sens gonflée et bouffie avant les règles »

Lors de la seconde partie du cycle menstruel, avant les règles, les hormones sexuelles féminines, œstrogènes et progestérone sont en déséquilibre.

Les études divergent quant à l’influence hormonale, mais il est bien constaté une légère prise de poids.

Celle-ci pourrait être de deux origines :
  • une augmentation de la rétention d’eau qui serait liée à une augmentation de la perméabilité vasculaire à l’origine d’œdèmes, par excès d’œstrogènes et déficit en progestérone les jours précédant l’ovulation,
  • l’élévation de la concentration en progestérone par rapport à celle des œstrogènes quelques jours après l’ovulation pourrait expliquer une augmentation de l’appétit avec légère prise de poids et quelques ballonnements liés à une légère constipation avant les règles.

Par conséquent, l’ensemble de ces facteurs concourent à la sensation de gonflement global pendant le SPM.
Ces modifications sont physiologiques et rentrent dans l’ordre au cours du cycle. Il n’y a donc pas lieu d’utiliser des plantes pour la gestion du poids pendant le cycle menstruel.

Cependant, si l’installation des graisses semble perdurer avec le temps avec le développement de cellulite, certaines plantes comme le gattilier, l'achillée ou l'alchémille pourraient être utilisées pour réduire ce déséquilibre.
 
  • Grâce à ses propriétés progestérone like et antiœstrogènes, le gattilier pourrait régulariser un trop grand écart entre les concentrations des hormones.
Pour ne pas dénaturer le cycle hormonal et le perturber, la prise de gattilier est recommandée à une période précise du cycle, celle où la concentration en progestérone est basse et celle en œstrogènes est élevée, c’est-à-dire, du 8e au 21e jour du cycle. En effet, il permet d’augmenter l’action de la progestérone et de réduire la concentration en œstrogènes. Il est recommandé de la prendre sur une durée de 3 cycles (3 mois) surtout lorsque le déséquilibre entre les deux hormones se manifeste aussi par d’autres symptômes, que l’on regroupe sous le nom de syndrome prémenstruel ou SPM et que le gattilier peut amoindrir comme la tension au niveau des seins, la fatigue, les troubles du sommeil ou de l’humeur, l’anxiété, l’irritabilité, la dépression, les maux de tête, les ballonnements intestinaux ou les œdèmes. Une utilisation au-delà de 6 cycles (6 mois) nécessite un avis et un suivi médical.
  • L’achillée millefeuille peut être utilisée en cas de cellulite liée aux cycles menstruels. L’achillée millefeuille est d’autant plus recommandée en cas de règles spasmodiques douloureuses et troubles digestifs avec ballonnements associés.
  • L’alchémille a également une action progestative. L'alchémille est recommandée en complément de plantes comme le Gattilier qui a une action antiœstrogène, pour l’équilibre hormonal du cycle menstruel et notamment dans le SPM. En effet, la richesse en tanins de l’alchémille fait qu’elle est particulièrement recommandée en cas de troubles circulatoires tels que les jambes lourdes ou les hémorroïdes.

« J’ai pris du poids depuis quelque temps et mes cycles sont irréguliers et plus longs que d’habitude »

La période précédant la ménopause, appelée périménopause ou préménopause est caractérisée par de nombreux symptômes et des troubles des règles avec des cycles irréguliers et souvent plus longs et plus hémorragiques qui sont dus au déséquilibre hormonal avec diminution de la sécrétion de la progestérone par les follicules ovariens.

Une prise de poids peut débuter à la périménopause. On utilisera alors des plantes aux propriétés régulatrices hormonales. En plus d’un régime alimentaire équilibré, d’une activité physique et de la gestion de votre stress et de vos insomnies, elles vous aideront à garder un corps svelte.
Lorsque la progestérone diminue, les œstrogènes peuvent être à l’origine de la rétention d’eau et d’œdèmes.
Le gattilier, l’achillée millefeuille, l’alchémille ou le yam pour les bouffées de chaleur pourront aider à rééquilibrer progestérone et œstrogènes, en cas d’hyperœstrogénie qui se manifeste par des seins gonflés et douloureux et un ventre ballonné en raison d’une rétention d’eau et par une anxiété.

Progressivement les œstrogènes commenceront également à décliner en faisant le yoyo jusqu’à l’arrêt complet des règles à la fin de la ménopause.

« J’ai des bouffées de chaleur et je sens que je grossis »

Lorsque les signes tels que troubles du sommeil, fatigue, sueurs nocturnes, bouffées de chaleur s’installent, ils marquent un climat d’hypoœstrogénie, c’est-à-dire de baisse des hormones œstrogéniques, signant la ménopause.
Pendant la période de la ménopause, des œdèmes surviennent et la cellulite s’installe progressivement en raison de la fluctuation hormonale œstrogénique qui engendre des insomnies et une fatigue en défaveur de l’exercice physique.

Après avis médical, pour éliminer tout risque en cas de maladie hormonodépendante, des plantes à phytoœstrogènes peuvent être utilisées pour rééquilibrer le niveau hormonal et éviter les symptômes comme la sécheresse vaginale ou cutanée, les infections urinaires ou cystites à répétition, la perte de cheveux. Il s’agit de plantes à propriétés œstrogène-like telles que le houblon, la maca, le trèfle rouge, la sauge officinale, le soja pour les bouffées de chaleur, l’actée à grappes ou le framboisier. Le yam est également utilisé pendant la ménopause pour palier au déficit en progestérone et éviter les symptômes tels que l'irritabilité, l'insomnie, les bouffées de chaleur ou les douleurs (articulaires ou musculaires). 
 
  • Le houblon est riche en flavonoïdes dont les prénylflavonoïdes à activité œstrogénique et des études ont montré ses effets positifs sur les bouffées de chaleur.
  • La maca est à la fois une plante adaptogène qui aide à lutter contre la fatigue et le stress. La maca est également une plante stimulante contre la baisse de la libido et ses phytoœstrogènes aident à lutter contre les manifestations de la ménopause.
  • La sauge officinale, qui est connue depuis l’Antiquité pour ses propriétés régulatrices chez la femme, mimerait l’activité des hormones féminines œstrogéniques. Par ailleurs la sauge améliore la digestion.

« J’ai pris du poids depuis que je suis ménopausée »

La fin de la ménopause est caractérisée par l’arrêt des règles depuis plus d’un an, c’est-à-dire par l’arrêt de la sécrétion des œstrogènes et de la progestérone par les ovaires, qui n’ont plus assez de follicules ovariens pour les produire. Les modifications physiologiques du corps s’accélèrent après 50 ans avec notamment la fonte des muscles si l’on ne pratique pas d’activité physique. La perte des muscles entraîne une diminution du métabolisme de base, c’est-à-dire de la dépense de calories et l’installation progressive des graisses et donc de la cellulite, notamment au niveau du ventre. Les plantes anticellulite pourront vous soutenir dans votre projet de minceur si elles sont accompagnées d’une nouvelle hygiène de vie à mettre en place sur le long terme. En effet, à la ménopause, il est essentiel d’avoir une alimentation équilibrée riche en légumes et en protéines et pauvre en sucres (dont l’alcool) et en graisses trans. De même l’activité physique est indispensable pour conserver la musculature qui permet de se dépenser et de maintenir un métabolisme de base. Par ailleurs la graisse qui se dépose sur le ventre est à surveiller, car elle est à l’origine de problèmes de santé en particulier cardiovasculaires, raison de plus pour vouloir garder un corps svelte et actif !

À retenir 
Il existe de nombreuses plantes qui peuvent aider en cas de cellulite. En dehors de tout cas de prise de poids liée à une alimentation trop riche en sucre et en graisse et à la sédentarité, des plantes plus spécifiques de problèmes hormonaux tels qu’un dérèglement de la thyroïde ou des hormones sexuelles chez la femme peuvent être utilisées pour leurs propriétés de lutte contre la cellulite. Pharma GDD vous aide à comprendre quelle plante serait la plus adaptée à vos besoins, sachant qu’un avis médical est toujours recommandé avant la prise de plantes à propriétés hormonales.   

Attention les conseils de Pharma GDD ne dispensent pas d’une consultation médicale.  
Si les symptômes persistent malgré le traitement, nous vous conseillons de prendre contact avec votre médecin.  
 
Les plantes anti cellulite en cas de troubles hormonaux
Plante Thyroïde Règles Périménopause Ménopause
Achillée millefeuille Achillée millefeuille      ●●●          ●●●  
Actée à grappes     Actée à grappes ou cimicifuga             ●●●
Alchémille               Alchémille     ●●●         ●●●  
Ascophylle              Ascophylle     ●●●      
Framboisier            framboisier            ●●●
Fucus                     Fucus     ●●●      
Gattilier                   Gattilier             ●●●
Houblon                  Houblon             ●●●
Maca                       maca            ●●●
Sauge officinale      Sauge officinale            ●●●
Soja                        Soja            ●●●
Trèfle rouge            Trèfle rouge            ●●●
Wakamé                 Wakamé    ●●●      
Yam                        Yam            ●●●