Syndrome pré-menstruel : qu'est-ce que c'est ?

Syndrome pré-menstruel : qu'est-ce que c'est ?
Pour beaucoup de femmes, l'arrivée des règles est précédée de symptômes gênants autant physiques que psychiques : c’est ce qu’on appelle le syndrome prémenstruel. Généralement, les symptômes surviennent 2 à 7 jours avant les règles (parfois jusqu’à 14 jours). Ils prennent fin avec l’arrivée des règles ou dans les quelques jours qui suivent.

Symptômes

Le syndrome prémenstruel se manifeste par des maux de tête ou de ventre, des sautes d’humeur, de l’anxiété, des douleurs au niveau de la poitrine, de l’acné, des jambes lourdes, etc. Les symptômes, leur intensité ainsi que leur durée varient d’une femme à une autre. Dans la plupart des cas, bien qu’incommodants, ils ne sont pas graves.


En revanche, dans d’autres cas, les manifestations psychologiques sont très prononcées : on parle alors de trouble dysphorique prémenstruel (TDP). Les femmes qui en souffrent peuvent déclencher, entre autres, une dépression grave, des crises de panique ou encore une forte irritabilité.

Diagnostic

Savoir reconnaître le syndrome prémenstruel est important pour aider les femmes à prendre du recul sur leurs maux, leur comportement et leurs émotions lorsqu’ils se manifestent et donc à dédramatiser. Cette reconnaissance est également utile pour différencier ces manifestations de symptômes similaires mais liés à d’autres situations (pathologies, ménopause, dépression,… )  


Pour identifier le syndrome, il a été établi que les douleurs physiques ou morales doivent apparaître à intervalles réguliers et se manifester au cours de la majorité des cycles menstruels. Aussi, les règles doivent finalement soulager ces douleurs : celles-ci doivent être totalement absentes durant au moins une semaine par cycle.

Traitements

Pour soulager les manifestations du syndrome prémenstruel, il existe de nombreux recours.  
Les habitudes de vie
  • Modifier son alimentation en évitant les aliments sucrés.
  • Éviter les excitants (tabac, alcool, caféine,… ) qui accentuent l’irritabilité et les troubles de l’humeur.
  • Limiter le sel qui favorise la rétention d’eau et les ballonnements.
  • Pratiquer une activité physique en réponse aux différents symptômes. Par exemple, le yoga pour éliminer le stress ou des sports de combat pour libérer les tensions. 
Les compléments alimentaires

Certains chercheurs estiment que le syndrome prémenstruel pourrait être, en partie, lié à une carence en calcium ou magnésium. C’est pourquoi, la supplémentation est parfois conseillée aux femmes pour atténuer leurs symptômes.

Les traitements médicamenteux
Lorsqu’une bonne hygiène de vie et une supplémentation ne suffisent pas à soulager les douleurs, des médicaments peuvent être utilisés.
  • La pilule contraceptive : le syndrome prémenstruel étant lié à l’ovulation, la pilule contraceptive, en empêchant l’ovulation, agit pour éviter ses manifestations. Certaines pilules ont d’ailleurs été spécialement conçues à cet effet.
  • Certains antidépresseurs (les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine), en faible dosage, sont utilisés pour soulager certains symptômes notamment l’irritabilité.
  • Les timbres d’œstrogènes se sont montrés efficaces pour agir contre le syndrome prémenstruel. Leur prise doit s’accompagner de celle de progestatifs afin d’éviter les effets secondaires.