Sécheresse vaginale ou sécheresse intime : que faire et comment traiter simplement ?

  • Par Samuel Rault, mis à jour le 19/05/2022 à 14h05, publié le 21/04/2022 à 14h04
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Sécheresse vaginale ou sécheresse intime : que faire et comment traiter simplement ?
La sécheresse vaginale ou sécheresse intime (irritations, démangeaisons, douleurs au moment des rapports sexuels…) n’est pas une fatalité. Des mesures très simples à appliquer au quotidien et lors des rapports sexuels permettent d’en diminuer les troubles et inconforts. Cette sécheresse vaginale qui touche toutes les femmes quel que soit leur âge et pas seulement à l’âge de la ménopause ne doit pas être un sujet tabou.

La sécheresse vaginale peut entrainer de nombreux inconforts au quotidien, irritations, démangeaisons… et douleurs lors des rapports sexuels. Elle est due à un manque d’hydratation au niveau de la muqueuse vaginale provoquée par un déséquilibre de la flore vaginale. Les femmes en période de ménopause sont particulièrement concernées mais cette sécheresse intime peut être ressentie par toutes les femmes, quel que soit leur âge. Des règles simples à appliquer au quotidien et lors des rapports peuvent diminuer cet inconfort et limiter les douleurs. 

Qu’entend-on par sécheresse vaginale ? 

Ce que l’on appelle "sécheresse vaginale" ou "sécheresse intime" est en réalité une sécheresse vulvo-vaginale. Cette sécheresse peut se manifester de façon occasionnelle ou persistante. Elle entraine une sensation d’inconfort et des douleurs au moment de la pénétration. La douleur ressentie au moment de la pénétration freine l’excitation, accentue le manque de lubrification et diminue le plaisir. Les rapports risquent de s’espacer par manque de libido et moins il y a de rapports, plus la muqueuse sera sèche et fragile. D’où l’intérêt de traiter cette sécheresse vaginale dès les premiers signes. 

Différence entre sécrétions vaginales et lubrification vaginale 

Les sécrétions vaginales sont de nature et d’abondance variables tout au long du cycle spontané. La lubrification vaginale est produite sous l’effet de l’excitation sexuelle. La capacité du vagin à lubrifier dépend de son épaisseur et de son imprégnation en œstrogènes. C’est pourquoi, dans certaines conditions, comme la ménopause, la lubrification est parfois limitée. Mais il faut savoir que l’abondance et le délai d’apparition du liquide de lubrification au niveau de la vulve sont proportionnels à l’intensité de l’excitation et à la réactivité de la muqueuse vaginale.  

Les causes d’une sécheresse vaginale

Les causes hormonales physiologiques :

-la grossesse 
-l’allaitement
-la ménopause

Les causes médicamenteuses

-certaines pilules contraceptives 
-les macroprogestatifs
-certains médicaments (psychotropes, antihypertenseurs…).

Si vous soupçonnez votre traitement d’être responsable, ne l’interrompez pas sans l’avis d’un professionnel de santé. Consultez votre médecin afin de mettre en place des mesures adaptées.

Les mauvaises habitudes d’hygiène intime 

-les lavages intravaginaux peuvent perturber la flore et causer une sensation de sécheresse vulvo-vaginale ou favoriser une vulvovaginite. 
-le rasage et l’épilation qui expose la vulve sans la protection des poils peuvent aggraver la sensation de sécheresse et augmenter le risque d’irritation, surtout avec le port de vêtements serrés. 

Les mesures de base à prendre pour lutter contre la sécheresse vaginale 

Au quotidien : 

-choisir un gel d’hygiène intime, ayant de préférence avec un PH physiologique et enrichi avec un agent lipémiant. Privilégier aussi les produits contenant le moins possible de produits allergisants.



-appliquer localement un produit contre la sécheresse intime. Les traitements locaux sont une réponse à la sécheresse vaginale. Formulés pour apaiser les muqueuses irritées, ils se déclinent sous forme de gels, de crèmes ou d’ovules. Appliqués directement sur ou dans les parties intimes, ils améliorent la souplesse et l’élasticité des muqueuses et assurent un bien-être intime maximal. Contrairement aux lubrifiants, ces traitements agissent de façon prolongée. Certains sont spécialement formulés pour prévenir la déshydratation des zones génitales et éviter une éventuelle récidive.



-prendre des pré-probiotiques. L’apport de probiotiques spécifiques est utile pour réensemencer la flore vaginale et rétablir sa croissance. À appliquer localement ou à avaler, ces probiotiques vaginaux permettent de restaurer la flore vaginale en lui apportant de « bonnes bactéries ». Ces probiotiques constituent un traitement naturel de la sécheresse intime. 

Au moment des rapports sexuels


Utiliser un gel hydratant lubrifiant et l’appliquer largement sur le vestibule mais également sur la verge si besoin. L’effet d’un lubrifiant sécheresse intime est néanmoins temporaire. Il soulage la sécheresse pour faciliter l’activité sexuelle, mais n’a pas vocation à traiter le problème. En cas d’utilisation de préservatif, il faut s’assurer qu’il soit compatible avec.



N’ayez pas peur ou honte d’en parler à votre médecin qui pourra en plus de ces mesures vous prescrire des traitements adaptés (traitements hormonaux, injection d’acide hyaluronique, radiofréquence thermocontrôlée, laser vaginal.…) La plupart des femmes seront un jour touchées par un épisode de sécheresse intime. Quelle que soit votre situation, des solutions adaptées existent.

Source : Ma Formation Officinale 

Commentaires (0)

info
Vous devez être connecté pour pouvoir commenter cet article !
Me connecter et continuer
contact_support expand_less