Sophrologie : origines, bienfaits et pratique

Sophrologie : origines, bienfaits et pratique
La sophrologie est une pratique qui suscite un intérêt croissant depuis les années 2000. Elle encourage à travailler à la fois sur le corps et l’esprit, par le biais de différents exercices. Face à un quotidien parfois hyperactif et vecteur de stress, la sophrologie se présente comme un outil pour apprendre à se détendre, relâcher les tensions, gérer ses émotions et le flot de pensées qui nous envahit. En quoi consiste-t-elle concrètement ? Comment la pratiquer ? Pharma GDD consacre cette fiche conseil à répondre aux questions les plus fréquentes portant sur la sophrologie.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est une méthode qui s’appuie sur trois piliers : la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation. Elle implique de stimuler intérieurement différentes capacités et ressources insoupçonnées ou peu exploitées, dans le but de se relaxer et de mieux gérer les éléments qui nous entourent.

Les origines de la sophrologie

En 1960, le neuropsychiatre et professeur de psychiatrie Alfonso Caycedo invente le mot sophrologie pour définir « une nouvelle école scientifique qui étudie les modifications de la conscience humaine ». Étymologiquement, ce néologisme est issu du grec ancien sôs (harmonie), phren (conscience) et logos (étude). Convaincu que le corps, l’âme et la conscience ne forment qu’une seule entité, Alfonso Caycedo s’inspire de diverses disciplines pour concevoir la sophrologie : hypnose, relaxation progressive, phénoménologie, training autogène, yoga, méditation… Face aux nombreux courants alternatifs qui se développent, il utilise dès 1988 la dénomination « sophrologie caycédienne », avant de la déposer légalement comme marque. Aujourd’hui, de multiples expressions sont employées pour définir la sophrologie. On en parle par exemple comme d’une méthode de relaxation, d’une psychothérapie, d’une pratique psychocorporelle, ou encore d’une technique de développement personnel.

En France, c’est le docteur Raymond Abrezol, dentiste formé à la psychanalyse et à la médecine traditionnelle chinoise, qui amorce la diffusion de la sophrologie. Il est notamment le co-créateur de la Société française de sophrologie, fondée en 1966. À partir des années 2000, la pratique devient populaire. Ainsi, en 2018, la France compte plus de 10 000 sophrologues. Le métier est reconnu par l’État et nécessite l’obtention d’un certificat ou d’un diplôme de praticien de la sophrologie, avec un minimum de 300 heures de formation.

Il faut savoir que les fondements et les méthodes de sophrologie ne sont pas validés scientifiquement. Les critiques les plus fréquentes portent d’ailleurs sur l’absence de preuves d’efficacité thérapeutique, ainsi que sur les risques de dérive sectaire. Malgré cela, la sophrologie est utilisée et plébiscitée dans de plus en plus de domaines.

Quels sont les objectifs de la sophrologie ?

Alfonso Caycedo considère la sophrologie comme un moyen d’atteindre un état entre la veille et le sommeil, propice à la mobilisation des capacités individuelles. Il insiste également sur le principe de l’action positive en conscience, qui se répercute sur la totalité de l’être. La sophrologie contribue à transformer les angoisses et le stress en pensées positives et agréables. Elle permet de mieux gérer ses émotions et de retrouver une harmonie entre le mental et le physique. De plus, cette pratique encourage à être à l’écoute de ses sensations et des signaux envoyés par son corps. En trouvant des ressources en soi-même, on peut ensuite les développer et les adapter à ses besoins et ses objectifs. C’est la finalité de la sophrologie.

Sophrologie : dans quels domaines est-elle utilisée ?

Avec le temps, la sophrologie est parvenue à s’insérer dans de nombreux secteurs. Pratiquée individuellement, elle aide à gérer une vie active et stressante, rythmée par les obligations professionnelles, familiales et sociales. Elle peut aussi être pratiquée à l’approche d’un examen ou d’un événement important.

Dans le domaine de la santé, la sophrologie est souvent recommandée en complément de l’approche thérapeutique. On la retrouve par exemple pour la préparation à l’accouchement, en soin de support pour accompagner un traitement (cancer notamment), ou dans le suivi de certaines pathologies chroniques impliquant de l’anxiété. La sophrologie peut aussi être envisagée en cas de comportement compulsif ou d’addiction.

Enfin, il n’est pas rare d’avoir recours à la sophrologie dans le domaine du sport de compétition, de l’art du spectacle, ainsi que dans le monde de l’entreprise pour améliorer par exemple le travail et la cohésion de groupe.

Les bienfaits de la sophrologie

La sophrologie peut être pratiquée aussi bien de manière ponctuelle, à une période précise de la vie, ou sur une plus longue durée, pour favoriser le bien-être général.

Sommeil et sophrologie

Si vous êtes sujet à des problèmes de sommeil (insomnie, réveils nocturnes) ou des difficultés d’endormissement, la sophrologie peut être une solution. Elle se révèle particulièrement efficace lorsque les troubles sont légers et liés à un mode de vie actif, au stress ou à de mauvaises habitudes au moment du coucher. En sophrologie, vous pourrez travailler sur vos éventuelles angoisses et sur votre capacité à vous détendre, et vous familiariser avec des techniques de futurisation pour bien préparer la nuit.

La sophrologie, un bon anti-stress

Le stress est un phénomène très courant au 21e siècle. Il peut être provoqué par de nombreux facteurs, comme l’activité professionnelle, la vie sociale et familiale, les événements importants. Pratiquer la sophrologie peut vous aider à combattre le stress et ses effets à la fois physiques et psychologiques. En effet, elle apprend le lâcher-prise face aux situations propices à la contrariété. Elle vous permettra aussi d’accueillir et de gérer ces émotions négatives, et de vous préparer aux temps forts de votre vie.

La sophrologie à l’adolescence

Phase de transition et de grands bouleversements, l’adolescence est souvent mal vécue en raison des difficultés qu’elle engendre. Ainsi, les adolescents peuvent rencontrer des troubles du sommeil, un manque de concentration, des émotions fortes, un stress et un mal-être qui font perdre confiance en soi. Si l’adolescent y est réceptif, la sophrologie pourra l’aider à aborder plus sereinement cette étape. Il travaillera entre autres sur l’acceptation des changements physiques et émotionnels et le renforcement de son estime de soi.

Grossesse, accouchement et sophrologie

La sophrologie est souvent choisie par les futures mamans pour préparer l'accouchement et mieux vivre les bouleversements qu’implique la grossesse. La pratique apporte davantage de sérénité et de confiance. Elle aide à accepter les modifications du corps et les éventuelles gênes qui en découlent. Grâce à la sophrologie, les femmes peuvent aussi anticiper l’accouchement de manière positive et l’utiliser le jour J pour gérer la douleur des contractions. Si cette méthode de préparation vous intéresse, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’une sage-femme formée en sophrologie. Vous pouvez également consulter notre fiche conseil sur les médecines douces pendant la grossesse.

La sophrologie face à la douleur

Mal de dos, douleurs digestives, articulaires, maux de tête… Nous y avons tous été confrontés. Ces symptômes sont souvent le signe d’un déséquilibre ou d’un dérèglement dans l’organisme. La douleur est une alerte lancée par le corps lorsqu’il est confronté à un « trop plein ». Pratiquer la sophrologie peut alors aider à se recentrer, se relaxer et délier les tensions. Toutefois, elle ne peut remplacer un avis médical et un traitement adapté.

Comment pratiquer la sophrologie ?

Il est possible de pratiquer la sophrologie très tôt, dès l’enfance. L’important est que le sujet soit pleinement conscient, ce qui intervient généralement vers l’âge de 4 ans. Si vous voulez vous lancer, nous vous recommandons de consulter un sophrologue. Si possible, tournez-vous vers un praticien qui adhère à une fédération, un syndicat ou un organisme représentatif de la profession. Selon vos besoins, vous pouvez opter pour des séances seul ou en groupe. Sachez qu’un accompagnement individuel implique un entretien préalable, essentiel pour l’établissement d’un protocole sur-mesure. En général, une séance dure entre 1 h et 1 h 30 et se termine par un échange avec le sophrologue sur les sensations ressenties au fil des exercices. Il est conseillé de pratiquer régulièrement entre deux séances, en s’appuyant par exemple sur un enregistrement audio.

Un environnement favorable à la sophrologie

Pour réaliser une séance de sophrologie à la maison, l’idéal est de se trouver dans un environnement calme, avec le moins de sollicitations possible. Ce moment doit être rien qu’à vous : laissez votre téléphone de côté et faites en sorte de ne pas être dérangé. Si cela vous aide, vous pouvez tamiser la lumière, mettre un fond musical sans paroles et très discret, ou utiliser un diffuseur d’huiles essentielles pour installer une atmosphère olfactive favorable à la détente. Un tapis n’est pas forcément nécessaire, même s’il apporte un certain confort si vous pratiquez la sophrologie allongé ou assis sur le sol.

Notre sélection :

La détente corporelle

Le premier exercice de sophrologie à effectuer pour bien commencer une séance consiste à se reconnecter à son corps en évacuant les tensions. Tout d’abord, installez-vous confortablement dans la position de votre choix (assis au sol ou sur une chaise, allongé). Fermez les yeux et prenez conscience de votre posture tout en restant à l’écoute de votre respiration. Petit à petit, laissez-vous aller à la détente en relâchant vos muscles. Commencez par la tête, puis le cou, les bras, pour arriver jusqu’au bout des orteils. Prenez conscience de votre corps relâché et appréciez cet état pendant quelques minutes. Quand vous vous sentez prêt, prenez tranquillement trois respirations profondes et remettez progressivement votre corps en tension, des pieds jusqu’au sommet du crâne.

L’image « bouée »

En sophrologie, l’image dite bouée est un élément essentiel utilisé pour faire face à des émotions désagréables ou des douleurs. Si vous êtes dans ce cas, voici la démarche à suivre :
  • relâchez-vous dans une position de votre choix et faites quelques profonds soupirs pour chasser les pensées négatives et les pressions inutiles ;
  • revenez à votre respiration naturelle et laissez venir une image positive, synonyme pour vous de bien-être et de joie (paysage, moment du quotidien, souvenir…) ;
  • face à cette image, laissez vos cinq sens s’éveiller et imaginez les couleurs, les personnes présentes près de vous, les odeurs, les bruits, les saveurs, la température, etc. ;
  • appréciez pleinement cet instant de sérénité, inspirez profondément pour capter le moment et les émotions ressenties, puis expirez. Répétez cette respiration plusieurs fois pour diffuser le positif dans tout votre corps ;
  • terminez la séance de sophrologie en remettant votre corps en tension.

Ce qu’il faut retenir

Inventée au début des années 1960, la sophrologie est inspirée de plusieurs pratiques orientales et occidentales. Elle s’appuie sur la respiration, la détente corporelle et la visualisation d’images positives dans le but de se détendre, d’évacuer les tensions et les émotions négatives. Les domaines d’application de la sophrologie sont très variés : stress, changements physiques, troubles du sommeil, douleurs, grossesse et accouchement, préparation sportive, etc. Pour se lancer, il est préférable de commencer avec un sophrologue, au cours de séances individuelles ou collectives. Cela vous permettra d’avoir des bases solides pour pratiquer la sophrologie seul chez vous. Qu’elle soit ponctuelle ou régulière, votre pratique vous permettra de vous consacrer uniquement à vous, votre corps et votre esprit.