Comment prévenir et soulager la digestion difficile ?

Comment prévenir et soulager la digestion difficile ?
Nous autres Français sommes mondialement reconnus pour notre amour de la bonne nourriture et de la gastronomie ! Et bien entendu, avec les repas de fêtes de fin d’année par exemple, l’occasion est encore plus grande de se faire plaisir autour de tables bien garnies, et d’oublier, l’espace de quelques heures, la signification même du mot "excès" !

Mais avec ces bacchanales alimentaires, il est ensuite courant de subir une digestion bien plus compliquée qu’à l’habitude, le système digestif n’étant pas forcément capable d’assimiler avec la même efficacité la grande quantité de nourriture ingurgitée, d’autant que celle-ci est en plus souvent chargée en graisses ou en sucres.

Cependant, il existe chez de nombreuses personnes des symptômes récurrents qui compliquent la digestion et provoquent des douleurs sans pour autant avoir abusé des bonnes choses.

Alors pour éviter la survenue des ballonnements, des nausées ou autres maux d’estomac, Pharma GDD vous explique les raisons de ces troubles digestifs, mais surtout comment les prévenir et, le cas échéant, comment les traiter.

Les symptômes d’une digestion difficile

La dyspepsie est le terme médical de la digestion difficile qui se manifeste par des douleurs au creux de l'estomac accompagnés de ballonnement. Ces troubles digestifs se caractérisent par une sensation gênante après le repas, nommé « syndrome de détresse postprandiale », un sentiment de trop plein au niveau de l'estomac, une satiété précoce ou encore des douleurs ou brûlures par intermittence au creux de l'estomac nommées brûlures gastriques.
Ces symptômes s'accompagnent de ballonnements de l'estomac, des nausées voire des vomissements, des éructations voire le hoquet.

Les différentes causes d’une digestion difficile

L’excès de nourriture et les graisses ne sont pas les seuls facteurs d’une digestion difficile. Certaines intolérances ou bien des fragilités liées au métabolisme engendrent des problèmes de digestion comme des remontées gastriques, des crampes abdominales ou encore un dérèglement du transit intestinal.

Le reflux gastro-œsophagien

L’acidité de l’estomac liée à des aliments trop épicés, trop gras ou trop compliqués à digérer cause des reflux gastro-oesophagiens ou des brûlures d’estomac. La prise des inhibiteurs de pompe à protons (IPP) est une solution pour soulager cet inconfort, en réduisant l’acidité du suc gastrique.

Ce phénomène se produit lorsque l'acidité produite par l'estomac remonte dans l'œsophage. On ressent ce genre d’inconfort car l'acidité du suc gastrique qui atteint les parois de l'œsophage est trop acide ce qui occasionne des douleurs, des irritations et des sensations de brûlures. Le reflux gastro-oesophagien est lié à une faiblesse du muscle appelé sphincter oesophagien inférieur qui a pour rôle de retenir les sucs gastriques. La remontée acide est facilitée par le trop-plein de l’estomac. Cela peut également être lié à une hernie hiatale, engendrant des douleurs dans la cage thoracique.

L’intolérance au gluten ou symptômes de la maladie cœliaque

L'intolérance au gluten peut également modifier la digestion, entraînant des douleurs abdominales, des ballonnements se traduisant par une sensation de tension dans l'abdomen associée à des flatulences. Ce phénomène peut également modifier le transit en provoquant des diarrhées ou bien une constipation. En effet, le gluten est présent dans de nombreux aliments. On le retrouve dans le blé, l'avoine, le seigle et l'orge. Tous leurs dérivés en contiennent comme les farines, les pâtes et les biscuits.

Pourquoi la digestion est-elle difficile après un repas copieux ?

Les repas pris au quotidien sont généralement bien digérés sauf si un apport en sucre ou en graisses est trop important. L’exemple typique sont les repas copieux lors des fêtes de fin d'année riment souvent avec abus.

Une étude réalisée par la BBC Focus permet d’apporter un premier élément d’explication au fait que la digestion soit difficile après les repas de fête : en moyenne, en France, nous consommons plus de 3200 kilocalories en un seul repas, alors que les apports journaliers recommandés sont de 2500 kilocalories par jour pour les hommes, et de 2000 pour les femmes sédentaires.

Survient alors régulièrement ce qui est trop souvent appelé à tort une "crise de foie". Cette désignation est erronée, car il s’agit en réalité d’une dilatation de la vésicule biliaire, celle-ci étant située sous le foie. Cette dilatation est due au fait qu’elle doive s’activer intensément pour délivrer les sels biliaires indispensables à la digestion servant à émulsionner les graisses ne pouvant être produits en quantité suffisante.

En somme, on parle de digestion difficile quand la quantité de nourriture ingurgitée est souvent trop importante pour que le système digestif puisse correctement l’assimiler, et cela peut se manifester par de l’aérophagie, des spasmes, des crampes, des ballonnements, des nausées, des vomissements, voire par une constipation.

Adopter les bons réflexes pendant le repas

Au cours du repas, il est également possible d’adopter certains réflexes pour faciliter la digestion :
  • Manger lentement et prendre le temps de bien mastiquer ses aliments permet de ne pas surcharger l’estomac, et donc de faciliter l’écoulement des aliments vers les intestins, sans que la vésicule biliaire ne soit soumise à une pression trop forte.
  • Il est important de ne pas trop boire pendant le repas, et notamment de l’alcool, car celui-ci met intensément à contribution le foie pour être assimilé par l’organisme. Le but étant d’éviter de remplir l’estomac.
  • Essayer de se dégourdir les jambes voire de prendre l’air entre les plats, cela encourage la circulation et donc la métabolisation des aliments.
  • Ne pas se forcer et continuer à manger si l’on sent que l’estomac est déjà trop rempli, il est important de savoir se raisonner même s’il faut se priver de dessert ou d’un plat savoureux afin de ne pas surcharger le tube digestif, ce qui amènera dans la majorité des cas des troubles.
  • Il est aussi possible d’intégrer du jus de citron dans les plats les plus riches pour en faciliter la digestion, car cet agrume a pour bénéfice de stimuler la production d’enzymes par le foie.

S’assurer une bonne digestion après le repas et les jours suivants

Si malgré toutes ces mesures, la digestion véhicule toujours son lot de désagréments, il existe de nombreuses solutions pour réussir à endiguer le mal. Juste après avoir terminé de festoyer, il ne peut être également que bénéfique d’aller marcher pendant au moins une petite demi-heure, sans bien sûr forcer l’allure, cela contribue à éliminer les effets des excès alimentaires. Les jours suivants, pour permettre à l’organisme de reprendre un rythme normal, continuer une pratique sportive comme la course à pied, le vélo ou la piscine permet de maintenir une stimulation positive des fonctions d’élimination.

Le jeûne intermittent peut également être indiqué pour offrir une action détox et purifiante au corps. Il va permettre d'éliminer les toxines accumulées par l'organisme et ainsi lui permettre de mieux assimiler les vitamines, minéraux, oligo-élément et tout autre nutriment.

Les médicaments

Tout d’abord, des médicaments pour la digestion difficile sont spécialement conçus pour apporter davantage de confort, ainsi que pour venir à bout des ballonnements, crampes d’estomac et douleurs spasmodiques ainsi que pour stimuler les fonctions d’évacuation et la production de bile.

Notre sélection :

Les solutions naturelles

Boire une infusion pour la digestion ou un thé vert peut également s’avérer très efficace, nombre de plantes facilitant la digestion, mais aussi la détox les jours suivants les repas copieux. Ainsi, le chardon-marie, le curcuma, le fenouil, le gingembre, le romarin, l’hibiscus, la menthe, la sauge ou l’anis vert sont, entre autres, particulièrement recommandés.
  • Les graines chaudes ont aussi su montrer leur pouvoir, celles-ci sont d’ailleurs utilisées depuis des millénaires en médecine ayurvédique, la médecine traditionnelle indienne. À l’instar du cumin ou du carvi, il est conseillé d’en croquer quelques graines en fin de repas car ce sont de puissants toniques digestifs.
  • De manière générale, la phytothérapie est source de nombreuses solutions pour faciliter la digestion, des végétaux comme le radis noir, le brocoli ou la mélisse sont notamment régulièrement utilisés, ceux-ci possédant des propriétés drainantes pour le foie, antispasmodiques, ou encore cholagogues, c’est-à-dire qu’ils augmentent la quantité et la fluidité de la bile.

Notre sélection :

  • Du côté des huiles essentielles, elles sont également plusieurs susceptibles de soulager les désagréments déclenchés par la digestion. Cependant, comme elles sont susceptibles d’avoir différents effets secondaires, il est important de se tourner vers un médecin, un thérapeute ou un pharmacien pour vérifier la posologie, la voie d’administration à privilégier, ainsi que l’absence de risque. Les usages traditionnels font surtout mention de l’huile essentielle de basilic, particulièrement indiquée en cas de digestion difficile ou de ballonnements, mais aussi l’huile essentielle de citron qui serait drainante pour les toxines et purifiante pour le foie, ou encore de l'huile essentielle d'estragon, considérée comme une excellente stimulante digestive.

Notre sélection :

  • En bonus, voici un remède que votre grand-mère pourrait tout à fait vous recommander : boire un verre d’eau citronnée tiède 2 à 3 fois dans la journée est un excellent moyen de stimuler le système digestif, notamment en stimulant le foie et en réchauffant l’estomac pour réussir à activer encore davantage la digestion. Cependant, ce remède n’est pas indiqué en cas de reflux gastro œsophagien car cela accentuerait l’acidité.

L’homéopathie

Pour bien faire le tour des solutions d’origine naturelle, il ne faut pas oublier que l’homéopathie peut aussi s’avérer très utile pour venir à bout des troubles digestifs. Il est cependant important, comme pour les huiles essentielles, de se faire établir une prescription par un professionnel de santé, en l’occurrence un médecin homéopathe, afin que celui-ci définisse avec précision le traitement adapté, à savoir la souche et le dosage, ceux-ci dépendant des caractéristiques physiologiques, des symptômes ainsi que du terrain de l’individu. Certaines souches telles que Carbo vegetabilis 9 CH à base de charbon végétal pourront réduire les gaz. Antimonium crudum 9CH réduira la sensation d’estomac lourd. Lycopodium 9 CH soulagera les ballonnements ou encore Nux vomica 9 CH stoppera les nausées.

Comment prévenir ces troubles de la digestion ?

Il est possible de prévenir les troubles de la digestion en vue d’effectuer un repas copieux, en prenant des dispositions pour mettre toutes les chances de son côté. Voici quelques conseils pour anticiper :
  • 2 à 3 heures avant le début du repas, boire une bonne quantité d’eau permet d’éviter la déshydratation de l’organisme, et le rend plus enclin à une digestion efficace.
  • Pendant la journée qui précède le repas, il est essentiel de ne pas se priver de manger pour se "laisser de la place pour le soir". La seule conséquence sera que l’estomac se retrouvera très sûrement saturé dès la fin de l’apéritif. Il est ainsi recommandé de consommer des fibres, des légumes et des fruits, qui vont tonifier les différents organes du système digestif.
  • Une demi-heure avant le repas, plusieurs solutions sont envisageables pour préparer au mieux l’estomac, le foie et les intestins à recevoir cette grande quantité de nourriture :
  • Prendre une cuillère à café de bicarbonate de soude diluée dans un verre d’eau, son effet antiacide permettant de limiter considérablement la survenue de brûlures d’estomac pendant la digestion
  • Tout en étant très vigilant aux contre-indications et en ne prenant pas cette solution pour une prescription mais une possibilité basée sur ses usages traditionnels, prendre une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée (Mentha x piperita) sur un comprimé neutre ou un sucre peut aider à préparer le système digestif et à le mettre en bonnes conditions, notamment car celle-ci bénéficierait de vertus stimulantes pour l’estomac et le pancréas, et serait aussi régulatrice et protectrice hépatique et anti-nauséeuse.
  • Enfin, vous pouvez également adopter un régime prétox, une solution consistant à faire des repas légers et sains 5 à 7 jours avant les fêtes.

Notre sélection :

Ainsi, pour être sûr de bien digérer, il n’est pas forcément nécessaire de se priver, mais plutôt de manger intelligemment, et de prendre les précautions nécessaires. Si toutefois ces dernières ne suffisent pas, les solutions restent nombreuses pour réussir à venir à bout des ballonnements, crampes d’estomacs ou autres brûlures. Médicaments, solutions naturelles ou remèdes de grand-mère, vous n’avez que l’embarras du choix !

Cependant, si ces troubles se prolongent durant plusieurs jours, il est plus que recommandé d’aller consulter votre médecin pour qu’il puisse étudier correctement la situation, et prescrire un traitement qui soit parfaitement adapté.

À lire aussi : En mode détox après les fêtes !