Ballonnements intestinaux : prévention et traitement

Ballonnements intestinaux : prévention et traitement

Les ballonnements intestinaux, parfois accompagnés de flatulences malodorantes, nuisent à la qualité de vie. Ils provoquent des douleurs et gênent la personne atteinte, qui s'interroge sur ce phénomène et ses causes. Chaque repas suscite l'inquiétude et le doute : va-t-il provoquer des ballonnements ? Contient-il un aliment qui va déclencher le gonflement du ventre désagréable et ruiner la sérénité de l'après repas ? Les ballonnements ont plusieurs causes possibles, certaines liées à des maladies potentiellement graves. Pour les éviter, des solutions existent, tant diététiques que médicamenteuses. Les plantes offrent aussi des moyens d'éliminer les ballonnements. Pharma GDD fait le point sur ce problème.

Les causes des ballonnements intestinaux

Les ballonnements intestinaux sont un phénomène expérimenté par une grande partie de la population. Ils sont difficile à cerner : pour les uns, le terme "ballonnements" est relatif à des flatulences trop fréquentes. Pour les autres, c'est une sensation d'inconfort accompagnée de bruits et de gargouillements après un repas. Enfin, certaines personnes associent parfois les ballonnements au surpoids.
Chez un quart des personnes déclarant souffrir de ballonnements, l'examen clinique effectué par le médecin ne trouve qu'un abdomen plat (ce qui ne veut pas dire qu'il s'agit d'une sensation imaginaire). En revanche, chez les trois quart restants, il y a une distension de l'abdomen.

Les causes courantes de ballonnements et de flatulences

Les deux grandes causes courantes de ballonnements sont l'aérophagie et la fermentation dans le colon.

  • L'aérophagie

    C'est le fait d'avaler de l'air en mangeant ou en buvant. Nous avalons tous de l'air, mais certaines personnes, en raison d'une alimentation ou d'un comportement à table inadapté, en avalent plus que la moyenne, déclenchant ainsi les ballonnements.
    Les grandes causes d'aérophagie sont le fait de :

    • mâcher un chewing-gum,
    • boire à l'aide d'une paille,
    • consommer des boissons gazeuses, dont les bulles vont arriver dans l'estomac.

    Lors des repas, il faut manger lentement pour éviter les déglutitions trop rapides. Il faut s'abstenir de parler tout en mangeant. La mastication se fait bouche close. Le port de prothèses dentaires inadaptées est aussi responsable d'aérophagie.
    Plusieurs maladies entraînent également ce phénomène, comme par exemple l'endométriose, ou la giardiase, une maladie rarissime provoquée par un parasite. Le nez bouché est aussi responsable d'aérophagie ; en effet, l'inspiration se fait alors par la bouche, occasionnant une trop grande quantité d'air aspiré.

  • La fermentation

    Lorsque nous mangeons, la nourriture est mâchée par les dents et préparée par la salive. Elle gagne l'estomac où elle est décomposée avant de passer dans l'intestin grêle où elle est digérée. Mais les résidus non digérés arrivent jusqu'au colon, où ils subissent un processus de fermentation par les bactéries présentes. La présence de cette flore bactérienne est normale. Mais une fermentation excessive produisant une quantité de gaz anormale est la cause des flatulences et pourrait également induire la sensation de ballonnements chez certaines personnes.

Les facteurs déclenchant les sensations de ballonnements

Quatre facteurs, liés à la sensation de ballonnements, ont été identifiés.

  • Le dysfonctionnement musculaire

    Normalement, les muscles abdominaux et le diaphragme s'adaptent pour que le volume de l'abdomen reste stable, même après l'alimentation ou l'élimination de l'urine ou des selles. Mais chez les personnes souffrant de ballonnements, il a pu être observé une anomalie du fonctionnement de ces muscles.

  • Un transit intestinal des gaz perturbé

    Chez les gens ballonnés, le gaz intestinal est mal évacué et est retenu dans l'organisme, causant le gonflement du ventre. Les lipides augmentent ce phénomène.

  • Une hypersensibilité au niveau des viscères

    Certaines personnes ont une hypersensibilité viscérale. Même un volume de gaz intestinaux normal provoque une sensation d'inconfort. Ce serait l'explication des ballonnés "à ventre plat", ceux qui ne présentent pas de signes cliniques de distension abdominale à l'examen. Ces patients sont souvent constipés ou diarrhéiques, or l'hypersensibilité se retrouve plus chez les personnes souffrant de ces troubles.

  • Une trop grande production de gaz

    Elle ne concerne qu'une partie des malades souffrant de ballonnements. Chez les autres, il n'y a pas de lien entre ventre gonflé et volume de gaz. La cause des ballonnements est à chercher ailleurs.

Les maladies à l'origine des ballonnements

Dans certains cas, les ballonnements sont un symptôme de maladies et troubles parfois graves.
Ils peuvent être le signe :

  • d'une infection intestinale aiguë,
  • d'une ischémie transitoire chronique,
  • d'une occlusion intestinale,
  • d'une intolérance au lactose, à ne pas confondre avec l'allergie au lait. Il s'agit ici d'une digestion incomplète du lait. En cause : un manque de lactase, l'enzyme qui permet justement la digestion du lactose,
  • d'une ascite (accumulation de liquide dans le péritoine),
  • d'une maladie cœliaque. 

Quand faut-il consulter ?

Il faut consulter rapidement un médecin si les ballonnements sont accompagnés d'une perte de poids inexpliquée, de fièvre et que du sang et des graisses sont présents dans les selles. La consultation s'impose également si les ballonnements durent longtemps et sont concomitants de douleurs abdominales, de perte de poids, de diarrhée et de constipation ou qu'ils apparaissent de façon imprévisible.
Il faut aller aux urgences si, en plus des ballonnements, vous êtes constipés, qu'aucun gaz n'est émis, et que vous ressentez de vives douleurs à l'abdomen : il y a un risque d'occlusion intestinale.

Les aliments anti-ballonnements

La réorientation de son alimentation est l'un des principaux moyens disponibles de lutte contre les ballonnements et les flatulences.

La flore intestinale

Une fermentation excessive pourrait trouver son origine dans un deséquilibre de la flore intestinale. On appelle cette flore le microbiote. Elle est constituée de dizaines de milliards de bactéries, de différentes sortes, qui cohabitent normalement de façon équilibrée. Ces bactéries assurent divers rôles, dont celui de transformer les résidus de l'alimentation qui atteignent le côlon en acides gras et en vitamines B et K. Elles limitent également le développement de bactéries pathogènes.
Il peut arriver, sous l'influence de divers facteurs, que cette flore bactérienne soit déséquilibrée : on parlera de dysbiose. Ce phénomène peut conduire à l'apparition de ballonnements.
De même, si l'estomac a une acidité insuffisante, cela risque d'avoir pour conséquence une prolifération de bactéries dans l'intestin grêle, un phénomène nommé SIBO (Small intestinal bacterial overgrowth). A l'origine de ce manque d'acidité : diverses pathologies, mais également les médicaments inhibiteurs de la pompe à protons. La baisse d'acidité de l'estomac peut donc induire un SIBO qui est à l'origine de ballonnements.
Pour nourrir de façon adéquate son microbiote et ainsi éviter la dysbiose, il faut s'orienter vers une alimentation équilibrée, riche en fibres et limitée en sucres. Mais les fibres, si elles sont nécessaires à la qualité du transit ainsi qu'à l'équilibrage de la flore intestinale, sont également susceptibles de provoquer des ballonnements. Il faudra noter les aliments riches en fibres consommés et identifier ceux qui sont à l'origine de ballonnements, et les éviter.
Les fibres peuvent être classées en deux grandes catégories : les solubles et les insolubles. Les secondes sont réputées pour générer des ballonnements. On les trouve dans les céréales complètes, dans les légumes verts ainsi que dans la peau des fruits.

Une complémentation en probiotiques peut être envisagée. Les probiotiques sont des bactéries et levures, qui, lorsqu'elles atteignent vivantes le microbiote, aideraient à le rééquilibrer en cas de dysbiose. Une fois consommés, ils risquent d'être éliminés par l'acidité de l'estomac ; il est préférable de les prendre encapsulés de façon à ce qu'ils parviennent vivants jusqu'à l'intestin.
Notre sélection :


Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre fiche Tout savoir sur les probiotiques.

Les FODMAPs

Les hydrates de carbone font partie des aliments qui sont peu ou pas digérés et qui passent dans le gros intestin, où ils fermentent, émettant des gaz à l'origine des flatulences. Ils sont associés aux troubles intestinaux, dont les ballonnements. Ils sont regroupés sous le terme de FODMAPs.
FODMAP est un acronyme anglais (Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols), soit, en français :

  • Fermentescibles (aliments fermentés de façon rapide par les bactéries du côlon, comme par exemple les crudités, les choux et certains fromages),
  • Oligosaccharides (fructane dérivé du fructose, raffinose et stachyose). On les trouve dans l'oignon, l'ail, les poireaux, les légumes secs et les haricots...
  • Disaccharides (le lactose). Il est principalement présent dans le lait, les fromages à tartiner et les fromages frais.
  • Monosaccharides (le fructose). Il est présent en grande quantité dans certains fruits (pommes, poires, pastèques...) et aussi dans les pâtisseries industrielles, sous la forme de sirop de glucose-fructose.
  • Polyols (sorbitol, maltilol, xylitol et mannitol). Ce sont des -ol retrouvés naturellement dans certains aliments et souvent utilisés comme édulcorants alimentaires comme alternatives au sucre.

Lorsque l'on souffre de ballonnements, l'origine se trouve peut-être dans la consommation d'aliments incluant des FODMAPs. Il faut donc s'abstenir de les consommer pendant un mois en moyenne, d'observer les effets et ensuite de les réintroduire un à un, de manière à identifier celui ou ceux qui causent les troubles intestinaux, et qu'il faudra donc supprimer de son alimentation.

Traitements contre les ballonnements

L'amélioration de son alimentation est un processus long. Pour aider à éliminer les ballonnements ou à les réduire, des solutions existent, médicamenteuses ou naturelles. L'exercice physique est également une solution reconnue contre le ventre gonflé.

Les médicaments en cas de ballonnements

Les médicaments contre les ballonnements généralement prescrits sont la siméticone, qui agit directement sur les bulles de gaz pour les fusionner et faciliter leur évacuation, le métronidazole, un antibiotique et les prokinétiques, des médicaments qui activent la mobilité intestinale.
Les antidépresseurs sont parfois prescrits pour contrer les ballonnements associés à l'intestin irritable.

A côté de ces médicaments, d'autres produits disponibles en pharmacie aident à réduire les ballonnements. Le plus connu est sans doute le charbon végétal, réputé pour sa capacité d'absorption des gaz.
Il est également possible de consommer des enzymes pour aider à décomposer des FODMAPs. Ainsi, on peut prendre de l'enzyme alpha-galactosidase et de la lactase. Ces enzymes, dans certains cas précis, permettent de compenser une incapacité de l'organisme à digérer des aliments et suppriment en conséquence les ballonnements associés.

L'approche par les plantes

La phytothérapie, l'aromathérapie et l'homéopathie offrent des solutions naturelles non médicamenteuses pour faire face aux ballonnements.

En aromathérapie, les huiles essentielles à utiliser contre les ballonnements sont celles de cardamome, de cumin, de menthe poivrée et de basilic exotique. Elles peuvent s'utiliser de deux manières : diluées dans une huile végétale et appliquées directement sur le ventre, ou avalées, à raison d'une à deux gouttes sur un comprimé à sucer ou dans une cuillère à café pleine d'huile d'olive ou de miel.
Par exemple, dans le cas du basilic exotique, il faut mélanger 10 gouttes d'huile essentielle à 15 ml d'huile végétale de macadamia pour une préparation à appliquer sur l'abdomen en massages circulaires.

En phytothérapie, les plantes recommandées pour leurs vertus contre les ballonnements et les flatulences sont l'angélique, le fenouil, le thym, le basilic, la sauge, l'aneth et l'anis. Elles sont traditionnellement utilisées pour favoriser la digestion.

En homéopathie, les souches à utiliser en cas de ballonnements sont Asa foetida, Nux vomica et Lycopodium. Contre les flatulences, les souches sont Argentum nitricum, China rubra et Kalium carbonicum.

Notre sélection :

L'exercice physique

L'exercice aide à éliminer les gaz intestinaux et donc à réduire les ballonnements. Certains mouvements aident également à relâcher les muscles intercostaux et donc à réduire la sensation de ballonnements.
Les exercices à privilégier sont la marche, la course ou le saut à la corde, ainsi que les étirements et les exercices de renforcement de la sangle abdominale.


Les ballonnements peuvent avoir de multiples causes. Dans certains cas, ils peuvent amener à consulter un médecin. Sinon, l'élimination planifiée des aliments les plus couramment incriminés dans le phénomène vous permettra surement d'identifier la cause de l'inconfort. En attendant, des solutions pour réduire et mieux vivre les ballonnements sont disponibles.