Insuffisance rénale : symptômes et traitements

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 09/05/2022 à 17h05, publié le 26/01/2022 à 15h01
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Insuffisance rénale : symptômes et traitements
L’insuffisance rénale est une maladie qui touche les reins, compliquant ou rendant impossible les diverses fonctions de ces organes vitaux. Maladie silencieuse au début, elle provoque diverses complications au fil des années augmentant le risque de souffrir d'une perte de la fonction rénale. Pharma GDD vous informe sur les symptômes évocateurs de la maladie, les causes, les facteurs aggravants et les diverses solutions pour aider à retarder la phase terminale amenant à la dialyse ou à la greffe de rein. Enfin, nous verrons quand consulter et comment prévenir cette maladie pour réduire les conséquences irréversibles.

Quels est le rôle des reins dans notre organisme ?

Les reins se situent de part et d’autre de la colonne vertébrale. Ils font partie de l'appareil urinaire avec la vessie qui stocke l'urine avant l'évacuation par l'urètre. Les reins ont plusieurs fonctions dans l'organisme. Ils jouent un rôle de filtre afin d'éliminer l'urée et la créatinine véhiculée dans le sang et évacuée dans l'urine. Chaque jour, les reins filtrent environ 190 litres de sang et rejettent 1,55 à 2 litres d'urines. Les reins maintiennent l'équilibre électrolytique, en d'autres termes l'eau, le sodium, le calcium, le magnésium et le potassium dans l'organisme en ajustant leur élimination urinaire. Un manque ou un excès peuvent entraîner des complications sévères. Les reins sécrètent et diffusent également des hormones, des substances chimiques appelées enzymes qui jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement de l'organisme. La rénine contribue au contrôle de la pression artérielle. L'érythropoïétine également appelée EPO est une hormone qui stimule la production de nouveaux globules rouges, qui ont pour rôle de transporter de l'oxygène à l'intérieur de notre corps et ainsi améliorer l'énergie physique et l'endurance. Les reins produisent le calcitriol, la forme active de la vitamine D permettant l'absorption du calcium issu de l'alimentation et contribuant ainsi à la formation et la solidité des os. Ces hormones, enzymes et vitamines sont sécrétées par les glandes surrénales qui sont situées juste au-dessus des reins.

L’insuffisance rénale chronique et aiguë

Il existe deux types d’insuffisance rénale. L'insuffisance rénale chronique est la diminution des fonctions des reins. Ces derniers perdent de façon durable et irréversible leur capacité à filtrer efficacement le sang de l'organisme. Cette pathologie dite silencieuse évolue progressivement sans possibilité de guérison. Elle se définit par une dysfonction des reins durant au minimum 3 mois. Le débit de filtration ralentit rendant les reins fibreux. Sans surveillance, l'insuffisance rénale légère à modérée peut entraîner la détérioration des reins et du diabète. L'insuffisance rénale a de nombreuses conséquences sur la santé. Elle peut engendrer de l'anémie, des troubles du métabolisme osseux, des troubles de l'équilibre acido-basique, des dyslipidémies et des conséquences endocriniennes. L'insuffisance rénale chronique est plus ou moins lente, mais peut conduire à une perte totale de la fonction rénale, ce que l’on nomme insuffisance rénale terminale nécessitant des séances de dialyse ou une greffe de rein. L'insuffisance rénale aiguë est due à une atteinte brutale et réversible des reins qui peut survenir au cours d'une infection grave comme une hémorragie. Elle survient lorsque le rein est sain, suite à une déshydratation sévère, un état de choc ou une prise de médicaments comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ce type d'insuffisance rénale demeure transitoire et peut nécessiter une assistance temporaire par dialyse.

Les symptômes d’une insuffisance rénale

Considérée comme une maladie fantôme, l'insuffisance rénale est souvent diagnostiquée tardivement, au stade terminal. Cependant, certains symptômes peuvent être évocateurs comme des envies fréquentes d'uriner, des urines foncées, troubles, mousseuses et peu abondantes. D’autres symptômes comme des nausées, vomissements, crampes musculaires, impatiences dans les jambes, mauvais goût dans la bouche, mauvaise haleine, troubles du sommeil et somnolence pendant la journée sont fréquents. Une fatigue liée à l'anémie provoquée par un ralentissement de la production d'EPO et donc de globules rouges. Une anémie ferriprive, un essoufflement et une fatigue sont les signes à prendre en compte. Une perte d'appétit, une diminution des urines, des œdèmes causés par la rétention d'eau et de sel ou encore de l'eau dans les poumons. Ce stade très avancé de la maladie va entraîner une hospitalisation et certainement une dialyse.

Les causes d’une insuffisance rénale 

L'hypertension artérielle et le diabète sont les deux principales causes de l'insuffisance rénale chronique. L'hypertension artérielle est responsable de lésions des vaisseaux des reins tandis que le diabète entraîne une accumulation de protéines encrassant les reins qui ne sont plus en mesurer de jouer leur rôle de filtre. Ces deux pathologies sont responsables de la moitié des cas d'insuffisance rénale en France. Il existe d'autres causes comme : 
  • les régimes hyperprotéinés ont tendance à fatiguer les reins.
  • une maladie chronique des glomérules rénaux appelée glomérulonéphrite. 
  • une maladie auto-immune comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde
  • la polykystose rénale, une maladie génétique héréditaire provoquant une formation de nombreux kystes au niveau des reins.
  • des pyélonéphrites chroniques ou encore une anomalie, tels que des calculs rénaux ou une lithiase entraînant une malformation des voies urinaires. 
  • l’âge est également une cause. L’insuffisance rénale chronique est fréquente après 80 ans.

Les facteurs aggravants d’une insuffisance rénale 

L'insuffisance rénale apparaît suite à certains facteurs aggravants comme les maladies cardiovasculaires, les antécédents héréditaires, l'obésité, le cholestérol, le tabac, l'inactivité physique et la sédentarité. L'âge est également un facteur. En effet, après 60 ans, les reins fonctionnent moins bien. Une prise de médicament toxique pour les reins, des substances toxiques comme le plomb, le mercure, le cadmium ou les produits de contrastes iodés ou la radiothérapie ciblée sur les reins.

Comment diagnostiquer une insuffisance rénale ?

Il est possible de calculer la sévérité d'une insuffisance rénale chronique. Pour cela, on utilise le débit de filtration glomérulaire. Il s'agit d'un calcul qui prend en compte le taux de créatinine. Un DFG (débit filtration glomérulaire) supérieur à 90 ml/mn correspond à une fonction rénale normale. Ce calcul permet de distinguer 5 stades de l'insuffisance rénale chronique. Le DFG est un calcul basé sur le dosage de la créatine sérique. En cas de taux élevé de créatinine, on constate un dysfonctionnement des reins.
  • Stade 1 : DFG ≥ 90 ml/mn correspond à une maladie rénale sans modification
  • Stade 2 : DFG entre et 8 ,g et 60 ml/mn est une insuffisance rénale chronique débutante.
  • Stade 3 : DFG entre 59 et 30 ml/mn correspond à une insuffisance rénale chronique modérée.
  • Stade 4 : DFG entre 29 et 15 ml/mn est une insuffisance chronique sévère
  • Stade 5 : DFG < 15 ml/mn insuffisance rénale chronique terminale.
D'autres examens sont prescrits pour évaluer la kaliémie qui mesure le taux de potassium dans le sang. Une diurèse des 24 h est effectuée. Cela consiste à recueillir le volume des urines émises en 24h afin de vérifier l'aspect, la couleur et le volume et contrôler la protéinurie. L’hyperkaliémie ou un taux élevé de potassium est le signe d’un dysfonctionnement rénal. Un taux élevé de potassium au-dessus de 5,5 mmol-L peut provoquer un arrêt cardiaque. La phosphatémie, c'est-à-dire le taux de phosphore dans le sang est également un facteur de risque de maladie cardiovasculaire.

Les traitements face à l’insuffisance rénale 

Il n'existe pas de traitement contre l'insuffisance rénale chronique. Il est cependant possible de stabiliser la maladie dans le but d'éviter les traitements lourds et invasifs. Dès le premier stade, il est primordial de traiter la cause de l'insuffisance rénale. 
Attention, les médicaments prescrits contre l'insuffisance rénale chronique sont différents selon le stade de la maladie, l'origine et les particularités de chaque individu. Les diurétiques vont permettre d'augmenter la production d'urines, les anti-hypertenseurs à réduire la production d'acide urique. Les statines aident à contrôler le taux sanguin de cholestérol et enfin, d'autres normalisent les concentrations sanguines de phosphore, de calcium ou de composés acides. Le fer et les dérives de l'érythropoïétine vont stimuler la production de globules rouges afin de lutter contre l'anémie et le manque d'oxygénation.

La dialyse 

Lorsque que les reins ne sont plus en mesure d'accomplir suffisamment leur rôle, le recours à la dialyse s'impose afin d'éviter l'accumulation de déchets toxiques ainsi que les déséquilibres en électrolytes. La dialyse est une technique médicale de purification qui permet d'assurer la fonction de filtre à la place des reins. L'hémodialyse, la méthode la plus courante permet d'éliminer les déchets du métabolisme dans un liquide neutre nommé dialysat à travers une membrane de filtration qui le met en contact avec le sang du patient. Elle consiste à utiliser une machine par laquelle passe le sang du patient afin d'éliminer les déchets de l'organisme. Le sang filtré est ensuite réinjecté au patient. Une séance d'hémodialyse dure en moyenne quatre heures et a lieu trois fois par semaine dans un centre dédié. La dialyse péritonéale consiste à poser un cathéter dans le ventre de manière permanente pour effectuer une séance de deux heures par jour à domicile. Grâce à ce cathéter, le patient peut remplir le péritoine avec le dialysat. Les déchets du métabolisme et l'eau en excès filtrent à travers la paroi des vaisseaux sanguins du péritoine et passent dans le dialysat qui se trouve ensuite aspiré et remplacé par le dialysat propre. Le patient branche son cathéter à une pompe qui va faire circuler le dialysat. Cette technique n'est pas pérenne à long terme, c'est pourquoi, les patients ont recours à l’hémodialyse ou à la greffe de reins. Cette option ne peut être proposée aux personnes souffrant d'obésité, de dénutrition, ni à celles et ceux ayant subi plusieurs interventions chirurgicales abdominales ou qui n'urinent plus naturellement.

La greffe de rein

La greffe de rein est également possible. La transplantation rénale est le traitement de choix de l'insuffisance rénale chronique. Elle peut être réalisée à partir d'un rein donné par une personne de la famille du patient ou d'une personne décédée. Il est possible de vivre avec un seul rein. Après l'intervention chirurgicale, un traitement médicamenteux antirejet sera prescrit à vie. Bien sûr, le patient est mis sur une liste d'attente afin de bénéficier du don. La greffe de rein peut être décidée avant le recours à la dialyse. Cette transplantation préemptive apporte une meilleure qualité de vie et d'autonomie que la dialyse. Cependant, la greffe de rein est contre-indiquée chez les personnes très âgées ou souffrant de maladies. La durée de fonctionnement du rein greffé est limitée. Après une vingtaine d'année, une nouvelle greffe est souvent nécessaire.

Insuffisance rénale : quand et qui consulter ?

En cas de symptômes ou de bilan sanguin anormal révélant un débit de filtration glomérulaire inférieur à 60 ml/mn, il est conseillé de consulter un médecin spécialiste du rein, appelé néphrologue. Il pourra contrôler l'hypertension artérielle, traiter toutes les complications de l'insuffisance rénale chronique et aider à ralentir la progression de la maladie dans le but de retarder le plus possible le stade de dialyse.

Prévenir l’insuffisance rénale

Lorsque les reins ont encore la capacité d'assurer l'élimination des déchets du métabolisme, des mesures diététiques et d'hygiène de vie ainsi que la prescription de certains médicaments permettent de prendre en charge la maladie et de limiter sa progression. Les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique légère à modérée sont invitées à essayer de maintenir leur consommation quotidienne de protéines au-dessous du seuil de 0.8 à 1 gramme de protéines par kilogramme et par jour moitié protéines d'origine animale et moitié d'origine végétale. L'automédication est à éviter en cas de prise de médicaments pouvant être toxiques pour les reins. La phytothérapie, les tisanes et la prise de compléments alimentaires peuvent devenir toxiques en cas de maladie rénale. En cas d'hypertension artérielle, il est demandé au patient de contrôler et de réduire la consommation de sel, de matières grasses s’il souffre d'obésité ou d'excès de cholestérol.
Concernant les stades avancés et les personnes sous dialyse, le médecin recommandera de limiter la quantité de liquides ingérés par jour. Un suivi auprès d'un nutritionniste ou d'un diététicien est nécessaire pour adopter de nouvelles habitudes et ainsi alléger le travail des reins. Une supplémentation en fer et en vitamine D peut aussi être prescrite. 


L'arrêt du tabac est inévitable et de la consommation d'alcool doit être exceptionnelle. L'activité sportive est encouragée. Il sera également important de vérifier le calendrier de vaccination. Le cas échéant, la vaccination contre l'hépatite B devra être effectuée, car l'insuffisance rénale chronique augmente les risques d'infections. Seules les pyélonéphrites et les coliques néphrétiques sont douloureuses. Les maladies rénales demeurent le plus souvent sans symptômes, c'est pour cela qu'il est important d'effectuer un dépistage régulier par simple test urinaire afin de vérifier la présence de protéines en petites quantités. Cela aura pour but de repérer une éventuelle insuffisance rénale et, si elle est prise à temps, anticiper et ainsi peut être évitée la dialyse.

En conclusion

L’insuffisance rénale est le résultat de la destruction progressive et irréversible des reins. Il est indispensable de consulter un médecin, dès les premiers symptômes surtout en cas d’antécédents familiaux. Des tests urinaires peuvent être effectués en cas de doute, permettant de prévenir cette maladie aux conséquences graves. Une hygiène de vie saine et une alimentation équilibrée associée à une activité physique permettent de réduire le risque d’une insuffisance rénale. 
contact_support expand_less