Rejoignez-nous !
Livraison prévue mardi !

Manque de fer : les conséquences de l’anémie ferriprive

  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Manque de fer : les conséquences de l’anémie ferriprive
On a tous en souvenir le dessin animé de Popeye qui ouvre une boîte d'épinards riches en fer pour les manger dans le but de devenir plus fort... Une légende car en réalité les épinards ne contiennent que très peu de fer. Cependant, l’idée d’associer le fer, la force et la vitalité est tout à fait vrai ! En effet, il faut savoir qu'une alimentation équilibrée en diverses vitamines et en oligo-éléments comme le fer va apporter à l'organisme le nécessaire à son bon fonctionnement. Le fer est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Il est nécessaire de connaître les aliments qui en contiennent pour en consommer en quantité suffisante. Pharma GDD vous informe sur les symptômes, les causes et les conséquences d'une carence en fer.
 

Qu'est-ce que le fer ?

Le fer est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement du corps. Il fait partie des sels minéraux indispensables que l’on retrouve dans l’alimentation. Il participe au transport et au stockage de l'oxygène dans l'organisme. Le fer est un élément constituant l'hémoglobine contenue dans les globules rouges qui véhiculent l'oxygène des poumons vers les tissus. Le fer joue un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d'hormones et de neurotransmetteurs.
 

Les causes d'une carence en fer

L'anémie par carence en fer se définit par un taux d'hémoglobine dans le sang inférieur aux valeurs normales. Elle est liée à un manque ou une mauvaise distribution du fer par l'organisme.
Chez l'adulte, le taux d'hémoglobine varie en fonction du sexe et des périodes de la vie :
  • 130 g/l (par litre de sang) chez l'homme
  • 120 g/l chez la femme
  • 105 g/l chez la femme enceinte (à partir du second trimestre de grossesse).
Chez l'enfant, la quantité normale d'hémoglobine se modifie en fonction de l'âge :
  • 150 à 180 g/l chez le nouveau-né
  • 115 g/l entre 1 et 2 mois
  • 105 g/l de 2 mois à 1 an
  • 115g/l de 1 an à la puberté.
 

Le régime alimentaire

L'anémie peut être due à un apport insuffisant de fer via l'alimentation. Entre 6 mois et 5 ans, la croissance rapide chez les enfants demande une quantité en fer importante.

Les régimes alimentaires végétariens ou végans en font partie. L'anémie chez les végétariens et les végans peut survenir lorsque l'alimentation n'est pas suffisamment équilibrée et que les nutriments n'apportent pas assez de fer.

Pour cela, il est nécessaire de consommer certains aliments riches en fer comme le chocolat noir, les noix, les graines (cumin, fenugrec, fenouil, coriandre, carvi), les fruits secs, les légumes à feuilles vertes (brocoli), les algues de type Ao-nori, laitue de mer, wakamé atlantique et les légumineuses (pois, lentilles...) en les associant à de la vitamine C.
 

Trouble de malabsorption du fer

Le trouble de malabsorption du fer par le tube digestif est causé par une affection touchant la muqueuse digestive en particulier l’intestin grêle comme la maladie de Crohn, la maladie cœlique ou l'intolérance au gluten.

La maladie de Crohn entraine une mauvaise absorption du fer liée à l'inflammation de la muqueuse du système digestif. Elle se caractérise par des douleurs abdominales violentes, des diarrhées, des écoulements de sang par l'anus, une perte d'appétit, des nausées et des vomissements. Cette maladie provoque une grande fatigue, un amaigrissement, de la fièvre, une pâleur liée à une anémie par carence en fer associée à une cassure de la courbe de poids et de la taille chez l'enfant et l'adolescent.
 

L’anémie liée à des saignements

Les saignements digestifs visibles

Certaines pertes sanguines visibles peuvent également être à l'origine d’une carence en fer, comme en présence de saignements gastro-intestinaux : présence de sang dans des vomissements, la coloration noire des selles, du sang rouge dans les selles, mais aussi en cas de rectocolite hémorragique.

Les saignements digestifs invisibles

L'anémie par carence en fer est en majorité causée par des pertes de sang dissimulées, invisibles, dues à des saignements en quantité très faibles mais prolongés.
 
  • L’ulcère gastroduodénal
Cela se caractérise par une plaie profonde qui se forme dans la paroi interne de l'estomac ou dans la première partie de l'intestin appelée duodénum. Cet ulcère est le résultat d'une inflammation chronique de la paroi interne favorisée par la bactérie Helicobacter pylori dans le tube digestif.
 
  • Les polypes du côlon
Les polypes du côlon se manifestent par une prolifération des cellules dans glandes situées dans la muqueuse du côlon entrainant des saignements pouvant être visibles dans les selles.
 
  • Le cancer du côlon et du rectum
Le cancer colorectal se manifeste par des douleurs abdominales, des gaz, des sensations de ballonnements, une gêne en position assise, des douleurs anales et au niveau du rectum. Des saignements du rectum peuvent apparaître tout comme des glaires émises par l'anus.

Les causes gynécologiques et urologiques de l’anémie de fer

Au cours des menstruations, certaines femmes sont sujettes à des saignements importants que l’on appelle règles hémorragiques engendrant une anémie ferriprive. Cette perte abondante de sang demande à l’organisme un effort pour combler cette perte de globules rouges et de fer, fatigant le corps et créant une carence.

Les femmes enceintes sont également à risque. Elles voient augmenter leurs besoins en fer considérablement avec la croissance du fœtus, du placenta et de l'augmentation du volume sanguin. C’est pour cela qu’il est grandement conseillé d’adapter son alimentation pendant la grossesse. Les besoins en fer étant plus importants pour apporter les nutriments au fœtus pour se développer engendrent une carence. De plus, les femmes qui ne sont pas immunisées contre la toxoplasmose ont tendance à réduire leur consommation de viande rouge car il est important de bien la cuire afin de réduire le risque de transmission de cette bactérie dangereuse pour le bébé.

Les fibromes utérins sont également la cause de saignements menstruels abondants, pouvant engendrer des douleurs et des envies fréquents d'uriner. Ces fibromes sont des tumeurs bénignes situées sur la paroi de l'utérus pouvant tout aussi bien être en groupe ou isolés.

Enfin, en cas de cancer de la vessie, des saignements peuvent apparaître dans les urines, ce que l'on appelle hématurie. Les saignements interviennent souvent à la fin de la miction. D'autres symptômes peuvent survenir comme des brûlures ou des douleurs lors de la miction.
 

Le sport de haut niveau et le fer

Il existe de cas d’anémie de fer concernant les sportifs :
  • La pseudo-anémie par dilution ou hémodilution est liée à l'augmentation du volume plasmatique qui permet d'augmenter le débit cardiaque.
  • L’anémie par hémolyse, c’est-à-dire la destruction des globules rouges notamment par les vibrations que provoque l’impact du pied, on parle d’hémolyse d’effort.
Les coureurs et athlètes de haut niveau pratiquant, par exemple le triathlon, sont fréquemment carencés en fer. L'accumulation d'efforts intensifs que cela soit lors d'une épreuve d'endurance ou d'un sprint, favorise la chute du taux de globules rouges, engendrant une anémie ferriprive mais liée à l'exercice physique et non à une anémie nutritionnelle. Le sportif nécessite une bonne oxygénation des cellules et donc un apport suffisant en fer.
 

L’anémie ferriprive provoquée par les médicaments

Certains médicaments de type anti-coagulants comme l’aspirine ou l’héparine risquent de provoquer une anémie. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent conduire à un ulcère de l'estomac et à la purge intestinale continuelle. La carence en fer sera la conséquence à long terme des saignements liés à la prise de ces médicaments.
 

Les symptômes d'un manque de fer

Une carence en fer entraine une fatigue intense, des maux de tête, une pâleur, une faiblesse, une asthénie, une peau et des cheveux secs et des ongles cassants.
La concentration et les capacités d'apprentissage peuvent être également altérées.
En présence d'une anémie sévère, des vertiges, une augmentation de la fréquence cardiaque et une gêne respiratoire peuvent survenir.
Elle peut également provoquer une douleur thoracique et une insuffisance cardiaque.
Une aménorrhée, c’est-à-dire une interruption des cycles menstruels peut également se manifester.
D'autres symptômes peuvent survenir comme le syndrome des jambes sans repos qui se caractérise par une envie irrépressible de bouger les jambes lors d'une période d'inactivité.
Les carences graves peuvent s'accompagner de glossite, c'est à dire une inflammation de la langue, de chéilose, une inflammation douloureuse et une fissuration des commissures de la bouche ou encore de koïlonychie, c’est à dire des ongles concaves.
 

Les conséquences de l’anémie ferriprive

L'anémie ferriprive chez le jeune enfant peut avoir des conséquences définitives sur les capacités de compréhension et d’apprentissage. Elle peut également entraîner une cassure de la courbe de croissance du poids, des troubles de la fonction musculaire, un retard intellectuel et des troubles du comportement. Un déficit en fer engendre une baisse diminution de la réponse immunitaire et donc une augmentation des infections chroniques ORL, pulmonaire et cutanées.

Concernant la femme enceinte, l'anémie peut entraîner des complications néfastes pour l'enfant à naître, causant un faible poids, un accouchement prématuré ou un risque de mort fœtale. L'organisme de la maman et du bébé peut être privé d'une dose suffisante d'oxygène.
 

Comment diagnostiquer une carence en fer ?

Une analyse de sang prescrite par le médecin traitant va aider à déterminer le dosage en fer. Ce bilan permet de connaître le taux d'hémoglobine, l'hématocrite, c'est à dire la proportion entre globules rouges et le volume total de sang et le nombre globules rouges et leur taille. Si le taux d'hémoglobine est bas, ainsi que l'hématocrite et le nombre de globules rouges, alors il sera question d'une anémie par carence en fer.
La transferrine et la ferritine sont également analysées.
La transferrine est la protéine qui transporte le fer dans le sang lorsqu'il n'est pas contenu dans les globules rouges.
La ferritine est une protéine qui fixe le fer et le stocke dans le foie et la rate.
Après avoir vérifié les habitudes alimentaires et si les apports ferreux du patient sont suffisants. Le médecin prescrira un traitement.
 

Quels sont les traitements d’une anémie ferriprive ?

Le traitement de l'anémie par carence en fer se fait par un apport médicamenteux prolongé en fer, sous forme de comprimés ou de sirop pour les enfants. Il nécessite un traitement sur minimum 3 mois, pris en dehors des repas afin de favoriser une bonne absorption du fer.
Les médicaments pour le fer colore les selles en noir, engendre quelques désagréments comme des douleurs abdominales et une tendance à la constipation.

La fixation du fer grâce aux vitamines

La vitamine B12 (cobalamine) va permettre de fixer le fer. Elle est essentielle à la formation des globules rouges.
Les médicaments pour manque de fer contiennent également de l'acide folique (vit B9).
La vitamine B9 joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique et dans la formation des globules rouges, le fonctionnement du système nerveux, du système immunitaire, dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Elle est également nécessaire à la production de nouvelles cellules, la rendant particulièrement importante lors des pics de croissances durant l'enfance, l'adolescence et la grossesse.
 
Des solutions existent pour favoriser la bonne absorption et réduire l'inconfort.
Il est conseillé d'accompagner la prise du médicament avec du jus d'orange car le fer est davantage absorbé dans un milieu acide et la vitamine C améliore l'absorption du fer.
 

Interactions et malabsorption du fer

Il faudra éviter de consommer du thé car il a tendance à gêner l'absorption du fer. En effet les tanins tels que les polyphénols présents dans le thé et le café sont chélateurs de fer. Il faudra en boire à distance des repas, de préférence 1 heure avant ou deux heures après.
Il faut savoir que les compléments ferreux peuvent entraîner des interactions avec d'autres médicaments comme le traitement de l'ostéoporose et les antiacides en cas de brûlures d’estomac.
 

Quand consulter ?

Il sera conseillé de consulter un médecin traitant si certains symptômes se manifestent comme une fatigue, un manque de vitalité, des règles plus abondantes et prolongées, s'il se produit des saignements entre les règles.
Il faudra également demander l’avis d’un médecin si les selles contiennent du sang noir ou rouge vif ou encore en cas de vomissement, de crachat de sang ou du sang dans les urines.
 

Comment prévenir la carence en fer ?

Il est conseillé d'apporter une alimentation variée et équilibrée avec des nutriments riches en fer, viande rouge, boudin noir, foie de veau, de volaille, crustacés, légumes verts, fruits, les légumineuses de type lentilles, pois, fèves et des céréales.
Les aliments en vitamine B12 contenus dans la viande, les œufs et les produits laitiers ainsi que ceux riches en vitamine B9, comme les choux de Bruxelles, les brocolis, les asperges et les petits poids apportent un équilibre et favorisent le taux normal en fer.
Des compléments alimentaires à base de fer peuvent aider à un apport équilibré. Ils pourront aider à couvrir les besoins en fer en cas de fatigue ressentie ou lors d’une transition de régime alimentaire de type végétarien ou vegan.

À retenir

Il est nécessaire d'avoir une alimentation équilibrée en divers oligo-éléments, minéraux et vitamines. Afin d'éviter toute carence, en particulier en fer. Si vous ressentez des symptômes semblables à une anémie ferriprive, il sera fortement conseillé de consulter un médecin afin d’établir un diagnostic.
expand_less