Comment soigner une bronchite ?

Comment soigner une bronchite ?
La bronchite se caractérise par une inflammation des voies respiratoires inférieures et touche plus précisément les bronches et les bronchioles. Elle s’accompagne généralement d’une toux sèche puis se termine par une toux avec expectoration (toux grasse).

C’est une maladie bénigne très répandue qui fait l’objet d’une recrudescence en automne et en hiver. Elle évolue souvent spontanément vers la guérison sous quelques semaines mais il arrive qu’il y ait des complications.

La bronchite est plutôt désignée par le terme « bronchite aiguë » puisque c’est la plus couramment rencontrée parmi les types de bronchite. En France, on estime chaque année qu’environ dix millions de bronchites aiguës sont diagnostiquées. Elle est la conséquence d’un virus et fait parfois office de suite logique à un rhume ou à une rhinopharyngite.

Toux, fièvre, courbatures… et si c’était une bronchite ? Découvrez vite quels sont les symptômes de la bronchite, ses causes et ses traitements ! Apprenez également à reconnaître les complications de cette maladie virale.

Bronchite : symptômes et causes

La bronchite aiguë débute la plupart du temps par une quinte de toux sèche, dite non productive, qui provoque des douleurs thoraciques. Un état de mal-être général peut se faire sentir. Courbatures, maux de tête, fièvre...les manifestations de cet état peuvent laisser penser à un début de grippe.

Dans la grande majorité des cas, la toux sèche laisse place à une toux grasse, dite productive car il y a crachats. Ces sécrétions d’aspect jaunâtre ou verdâtre font partie de l’évolution naturelle de la bronchite aiguë. Une fièvre modérée ne dépassant pas les 38,5 °C est d’ailleurs toujours présente. Il n’est pas nécessaire de s’inquiéter à ce stade de la maladie car ces expectorations ne sont pas le signe d’une surinfection bactérienne.

Quoi qu’il en soit, il est important d’aller consulter un médecin lorsque vous avez de la fièvre plus de 3 jours ou si la toux persiste pendant plus de 3 semaines (cela peut être le signe d’une coqueluche).

La principale cause de l’apparition d’une bronchite aiguë est un virus. En effet, cette maladie est d’origine virale et est par conséquent très contagieuse par voie aérienne et par contact (mains ou objets). Une autre forme de bronchite est aussi à évoquer : la bronchite chronique. Celle-ci peut survenir après avoir eu une bronchite aiguë (elle peut être une des complications de la maladie). On dit qu’elle est chronique car elle provoque une toux prolongée (plus de 3 mois par an pendant au moins deux ans).

Soigner une bronchite par les médicaments

Contrairement aux idées reçues, une bronchite aiguë ne se soigne pas nécessairement avec des antibiotiques. On adopte généralement du paracétamol pour faire baisser la fièvre qui est souvent associée à la maladie et permettre de diminuer la sensation de mal-être. La prise d’anti-inflammatoires comme l’ibuprofène peut compléter la prescription afin de soulager les douleurs et faire diminuer la température.

Pour stopper la toux sèche, il est vivement conseillé de se tourner vers les antitussifs. Un antitussif est un médicament qu’il convient d’employer uniquement en cas de toux sèche et irritante chez les adultes comme chez les enfants. Lorsque la toux devient grasse, il doit absolument être arrêté car il ne répond pas à ce type de toux. Continuer à prendre ce médicament risquerait d’encombrer vos voies respiratoires et de provoquer une surinfection. N’hésitez pas à demander l’avis de votre pharmacien ou de votre médecin sur les médicaments à adopter. Vous retrouverez les antitussifs essentiellement sous forme de sirops, de pâtes pectorales ou à sucer et solutions buvables.

Pour désencombrer les voies respiratoires (toux grasse), on favorisera la prise de fluidifiants. La toux est un réflexe naturel de défense de l’organisme qu’il convient de respecter et les fluidifiants vont aider à évacuer les sécrétions. Pour les enfants de moins de 2 ans, seuls le désencombrement des voies respiratoires à l’aide d’un mouche bébé ou d’un mouchoir jetable et des mesures d’hygiène simples (éviter le tabac à domicile) sont nécessaires.

Les expectorants agissent en faisant cracher le patient alors que les mucolytiques vont avoir une action fluidifiante. Il n’y a pas de contre-indications particulières pour ces types de médicament. Ils se présentent sous la forme de comprimés (effervescents ou non), de sirops, de solutions buvables, de sachets ou de gommes.

Les bronchites chroniques sont les seules à nécessiter une prise en charge plus lourde. Il est possible dans ce cas que votre médecin vous prescrive des corticoïdes, des antibiotiques ou décide de vous prescrire une oxygénothérapie (si vous manquez régulièrement d’oxygène). Il est conseillé de consulter un pneumologue si l’on est atteint de ce type de bronchite.

Soigner une bronchite naturellement

Les médecines douces peuvent aussi être employées lorsque la bronchite fait son apparition. Il est effectivement possible de se soigner en privilégiant les bienfaits de l’aromathérapie ou de la phytothérapie.

Aromathérapie

L’aromathérapie utilise les huiles essentielles pour soulager les maux. La bronchite peut être calmée  grâce à certaines huiles comme :
  • l’huile essentielle de cyprès qui aurait les mêmes vertus que les médicaments antitussifs. A tester, Huile essentielle Cyprès bio Arkopharma
  • l’huile essentielle d’estragon. Elle agirait sur les quintes de toux et aurait les mêmes propriétés qu’un antispasmodique

Les huiles essentielles restent des solutions à utiliser avec précaution. Il est nécessaire de demander l’avis de votre pharmacien avant leur emploi. Il est également recommandé de tester si des réactions apparaissent après avoir déposé une goutte d’huile essentielle mélangée à une huile végétale dans le pli du coude, par exemple. Attendez 48 heures et si rien ne se passe, il vous restera à connaître la posologie des huiles essentielles qu’il vous faut. Les huiles essentielles sont contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitantes et les enfants de moins de 6 ans.

Phytothérapie

La phytothérapie extrait le meilleur des plantes pour aider à traiter les maladies. Pour apaiser les symptômes de la bronchite, certaines plantes sont plus efficaces que d’autres. Le thym, l’eucalyptus et le pélargonium (plus connu sous le nom de géranium) ont, par exemple, des effets bénéfiques sur les voies respiratoires.

Le thym serait idéal pour réduire considérablement la durée et l’intensité des symptômes de la bronchite.Il apaiserait notamment les quintes de toux. Vous pouvez retrouver divers conditionnements comme les gélules ou les sachets (pour réaliser des infusions) pour les personnes ayant des difficultés à déglutir. Découvrez Médiflor infusion thym 24 sachets, Vitaflor tisane thym bio 18 sachets pour la version Bio mais aussi Naturactive thym 30 gélules.

L’eucalyptus est une plante intéressante pour faire diminuer la toux et favoriser l’expectoration. Elle est aussi très appréciée des patients atteints d’une bronchite chronique pour ces mêmes bienfaits. Vous pouvez vous procurer Arkogélules eucalyptus 45 gélules ou Iphym eucalyptus feuille coupée 100 g.

Le pélargonium ou géranium est une plante reconnue pour lutter contre les infections des voies respiratoires. Elle dispose d’une multitude de bienfaits car elle peut traiter toutes les manifestations liées à la bronchite comme les maux de tête ou la fièvre. Arkogélules pélargonium 45 gélules est un exemple de solution adaptée.

D’autres plantes sont mélangées comme dans Herbesan infusion n°14 bio respiratoire 20 sachets et permettent de contribuer au confort des bronches.

Les bons réflexes en cas de bronchite

La bronchite est une maladie virale très contagieuse mais il reste possible de limiter la contamination de ses proches en adoptant quelques règles d’hygiène de vie simples.

On préconise de :
  • se laver les mains régulièrement pour éviter la transmission manuelle,
  • tousser en se protégeant la bouche, éventuellement de porter un masque,
  • d’utiliser des mouchoirs en papier plutôt qu’en tissu afin de pouvoir les jeter après usage.
  • d’aérer les pièces de son habitation quotidiennement pendant 10 minutes afin de renouveler l’air ambiant.
  • d’éviter de fumer car le tabac fait que les symptômes empirent. Le tabagisme passif est également un facteur aggravant.

Les complications de la bronchite

Chez les adultes et les enfants en bonne santé, une bronchite disparaît généralement après 2 à 3 semaines. Cependant, parfois, il arrive qu’une simple bronchite fasse l’objet de complications et se transforme en bronchite chronique. Cette dernière entraîne l’expectoration d’un grand volume de mucus et la paroi des bronches qui en produit en grandes quantités est responsable du déclenchement d’une toux persistante. Les bronches se retrouvent encombrées et une surinfection bactérienne peut survenir.

La surinfection bactérienne peut toucher tout le monde mais elle est plus fréquemment rencontrée chez les patients à risques comme les personnes âgées, les personnes présentant une déficience immunitaire au niveau des bronches ou les personnes ayant une pathologie respiratoire comme l’asthme ou une insuffisance respiratoire.

La bronchite chronique peut aussi être le point de départ d’une pneumopathie ou d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). La pneumopathie est une inflammation des tissus pulmonaires qui se traduit par une difficulté à respirer (essoufflement) et une toux sèche. Elle peut apparaître suite à une bronchite qui n’aurait pas été bien traitée. Elle ne doit pas être prise à la légère car si elle n’est pas soignée, elle peut entraîner des lésions irréversibles aux poumons, une insuffisance cardiaque et respiratoire, voire même le décès du patient.

L’autre complication de la bronchite pourrait être la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) car cette maladie chronique inflammatoire des bronches part aussi d’une toux persistante avec expectorations. Elle se caractérise par un rétrécissement progressif et une obstruction permanente des voies aériennes et des poumons. Une gêne respiratoire s’installe et les activités quotidiennes du patient deviennent compliquées à réaliser. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir la mise en place d’une oxygénothérapie. La BPCO est souvent liée au tabagisme mais la bronchite reste un terrain propice.



La bronchite est une maladie qui peut être virale ou chronique. Appelée bronchite aiguë dans sa forme virale, elle cause de nombreux symptômes qu’il est important d’endiguer si l’on ne veut pas que des complications surviennent.
Pour en savoir plus sur les différents symptômes de la bronchite, ces articles peuvent vous intéresser :
Comment traiter une toux grasse?
Comment arrêter une toux sèche ?