Mal de dos : quelles solutions ?

Mal de dos : quelles solutions ?

Le mal de dos est une souffrance très largement répandue. Ainsi, entre 70 et 80% des Français ont déjà été concernés par ce que certains nomment "le mal du siècle", et un tiers sont atteints de façon régulière. C'est l'une des principales raisons qui incite à consulter le médecin généraliste.

Le mal de dos peut avoir des causes multiples et prendre des formes variées. La douleur est souvent passagère, parfois chronique. Si certains cas nécessitent l'appel des urgences ou la chirurgie, nombreuses sont les situations ou la personne souffrante doit se soigner à son domicile.
Quels sont les facteurs de risque du mal de dos ? A quoi est-il dû ? Comment le prévenir ? Et surtout comment soulager la douleur d'un mal de dos ? La réponse à ces questions avec Pharma GDD !

Mal de dos : causes, symptômes et facteurs de risque

Notre dos est une mécanique complexe organisée autour de la colonne vertébrale, aussi appelée rachis. Elle est constituée de vertèbres (les cervicales sont les premières vertèbres à partir de la tête, elles sont suivies par les dorsales puis par les lombaires dans le bas du dos). Ces vertèbres sont séparées par des disques intervertébraux et liées à des muscles et à des ligaments. La moelle épinière et les nerfs qui lui sont reliés prennent place au coeur de ce rachis.
Des malformations, une courbure anormale de la colonne vertébrale, des maladies (cancers, infections...), des lésions osseuses ou des traumatismes sont susceptibles de toucher cet ensemble, provoquant entre autres des douleurs au dos. Parfois, même si le rachis et les muscles liés n'ont pas été directement atteints, le dos souffre par irradiation de douleurs causées par une atteinte d'autres organes (coeur, reins, poumons...). Les causes du mal de dos sont nombreuses.

On parlera de rachialgie pour nommer une douleur à la colonne vertébrale. Plus précisément, une lombalgie désigne une douleur à hauteur des vertèbres lombaires, une dorsalgie, une douleur au niveau des vertèbres dorsales, et une cervicalgie une douleur à hauteur des cervicales.

  • Le lumbago est le terme donné à un blocage aigu et douloureux du rachis lombaire. C'est une lombalgie aiguë.
  • La sciatique désigne une douleur découlant d'un dommage au nerf sciatique.
  • La hernie discale survient lorsqu'un disque intervertébral exerce une pression sur un nerf, provoquant des douleurs.
  • L'arthrite est une inflammation des articulations qui peut toucher la colonne vertébrale.
  • L'ostéoporose est une fragilisation osseuse susceptible de provoquer des fractures et des tassements vertébraux.

Quels sont les symptômes du mal de dos ?  

Selon les cas, les douleurs de dos peuvent être aiguës (durer au maximum 6 semaines) ou chroniques (au minimum 3 mois). Les douleurs prennent des formes variées : irradiation vers la jambe, souffrance musculaire, douleur lancinante... Parfois, le mal de dos induit une limitation des mouvements.

Les facteurs de risque du mal de dos

Toutes les personnes ne sont pas égales face au mal de dos. Plusieurs facteurs de risque de développement des douleurs dorsales ont été identifiés :

  • l'âge (notamment par dégradation des disques),
  • le manque d'activité physique / un style de vie sédentaire,
  • le tabac,
  • la génétique,
  • la grossesse,
  • une très forte poitrine,
  • le surpoids (notamment abdominal),
  • un métier ou une pratique exigeants physiquement,
  • des maladies de type cancer ou arthrite.

Le mal de dos est également lié au stress ou à l'anxiété. Si vous en souffrez, vous pouvez consulter la fiche Comment gérer son stress ?.

Comment soulager le mal de dos ?

Le mal de dos est une affection complexe. Parfois, la cause est facilement identifiable, dans d'autres cas, la personne souffrante devra prendre son mal en patience. Heureusement, la gamme de solutions pour y faire face est vaste, allant des médicaments à la chirurgie en passant par les solutions naturelles.

Les médicaments

Les médicaments les plus couramment utilisés pour éliminer la souffrance causée par le mal de dos sont les AINS (Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens), le paracétamol, les dérivés de morphine et les corticoïdes.
Idéalement, les AINS ne devraient être pris que pendant une courte durée. Demandez conseil à votre pharmacien.

Dans certains cas, les myorelaxants, des médicaments qui décontractent les tissus musculaires, sont utiles pour relaxer, dénouer les muscles et soulager la douleur. Ils sont pris soit par voie générale (par la bouche) ou appliqués directement sur la peau (spray).

Dans certaines situations, de la cortisone est injectée directement dans la zone douloureuse pour diminuer la douleur. Des expérimentations impliquant des injections de botox pour agir sur les muscles responsables de la douleur ont été pratiquées et pourrait faire partie de l'arsenal thérapeutique contre le mal de dos.

Les solutions naturelles contre le mal de dos

En aromathérapie, plusieurs huiles essentielles sont réputées pour leurs effets apaisants et pour leur action bénéfique sur le confort articulaire.
Les huiles essentielles de menthe (et le menthol), de bouleau jaune, de katafray, de gaulthérie (couchée ou odorante), d'elémi, de poivre noir, de romarin à camphre, de camphre et d'eucalyptus citronné sont à sélectionner. Elles s'utiliseront diluées dans une huile végétale et appliquées par massage sur la zone douloureuse.
Attention : demandez conseil à votre pharmacien en raison des contre-indications possibles.

En phytothérapie, les deux plantes renommées pour lutter contre l'inflammation et donc apaiser la douleur sont le cassis (Ribes nigrum) et l'harpagophyton (Harpagophytum procumbens). Le cassis se consomme en jus ou en gélules, l'harpagophyton en gélules.
La tisane de saule et de reine-des-prés cumule les effets anti-douleurs de ces deux plantes, ce qui la rend efficace en cas de douleurs dorsales.
Enfin, la valériane est réputée pour ses propriétés décontractantes pour les muscles.

En homéopathie, les souches arnica, bryonia, nux vomica, rhus toxicodendron et kalium carbonicum sont utilisées en cas de mal de dos. Rhus toxicodendron agirait en cas de raideur et de douleur, quand bryonia est à prendre en cas de douleur lors des mouvements, et nux vomica en cas de douleur liées à une raideur.
Notre sélection :

Les solutions physiologiques contre le mal de dos

D'autres techniques non médicamenteuses peuvent être tentées : la thermothérapie et la TENS.
La douleur est un signal qui se transmet au cerveau. L'information "froid" ou "chaud" se transmet à des vitesses équivalentes ou supérieures. L'idée à l'origine de la thermothérapie, c'est de profiter de la chaleur ou du froid pour "fermer la porte" au signal de la douleur. C'est une méthode simple, avec très peu d'effets secondaires. Pour la pratiquer, des poches spéciales, adaptées à la forme du dos, et contenant des gels, des billes ou de l'argile, sont disponibles.
Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la fiche Soulager la douleur par thermothérapie.

La TENS (neurostimulation électrique transcutanée) fonctionne à l'aide d'un courant électrique produit par un électrostimulateur et passant par des électrodes disposées sur la peau. La TENS fonctionnerait comme la thermothérapie en fermant la porte au signal de la douleur, et entraînerait également l'émission d'endorphines, des analgésiques naturellement produits par le corps.
Attention, la TENS est contre-indiquée chez les femmes enceintes, ainsi que chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques, ayant un pacemaker ou ayant eu des crises d'épilepsie.
Enfin, l'exercice physique est fondamental pour soulager des douleurs dorsales. Le stretching (des assouplissements) et les exercices de tonification (renforcement des abdominaux) sont des outils efficaces pour alléger les maux de dos. Il est conseillé de suivre des séances de kinésithérapie.
Les activités physiques à privilégier pour s'exercer et réduire son mal de dos sont la marche à pied, la natation et le vélo.

Les ceintures lombaires

Ces dispositifs sont très efficaces pour diminuer les douleurs et soulager le dos. Les matériaux actuels sont adaptables et agréables à porter. Certaines incluent des espaces pour insérer des poches de thermothérapie.
Ces ceintures ne doivent être utilisées que sur des durées limitées, pour éviter de générer des effets néfastes (fonte musculaire, décalcification osseuse).
Les tabourets et sièges ergonomiques sont spécialement étudiés pour guider le corps dans l'adoption d'une position confortable et sans douleur. Ces sièges sont recommandés pour les personnes souffrant de mal de dos.
Notre sélection :

La chirurgie

Si toutes les autres options ont échoué et si la cause du mal est clairement connue, il peut être proposé une intervention chirurgicale. Selon les cas, elle ôtera un morceau de disque ou une partie  de vertèbre qui fait pression sur un nerf. Parmi les autres techniques réalisées, en fonction de la situation : l'insertion d'un disque artificiel, ou la fusion de deux vertèbres.

Comment prévenir le mal de dos ?

Considérant les nuisances potentiellement considérables induites par le mal de dos, mieux vaut prévenir que guérir ! Le mal de dos n'est pas inévitable, et quelques mesures à prendre permettent d'en diminuer le risque.

L'hygiène de vie

Avoir une bonne hygiène de vie en général diminue le risque de développer un certain nombre de troubles, et le mal de dos ne fait pas exception à la règle. L'obésité et le tabac comptant parmi les facteurs de risque de cette affection, perdre du poids et arrêter de fumer font partie de la stratégie à mettre en œuvre.
Ce ne sont pas des démarches simples à entreprendre, mais des aides et conseils existent. Vous pouvez consulter nos fiches Perte de poids : comment retrouver la ligne ? et Sevrage tabagique : quelles solutions ?.
Un minimum d'activité physique non traumatique apporte de grands bénéfices dans la prévention du  mal de dos. Ces activités physiques devront inclure des séances d'étirements du dos et des exercices de renforcement des muscles de la sangle abdominale et du dos.

Les bons gestes

Les maux de dos surviennent souvent suite au port ou au soulevé inadapté de charges lourdes. Une attention particulière portée à la réalisation de ces gestes est un bon moyen d'éviter le mal de dos.

  • Analysez l'environnement avant de tenter de soulever une charge pour voir si des outils ou machine peuvent vous aider. Le temps perdu à mettre en oeuvre un bras mécanique n'est rien face au temps gagné en terme d'arrêt maladie ou de handicap dû à des troubles musculo-squelettiques.
  • Gardez le dos droit, utilisez la puissance des jambes pour soulever une charge et gardez-là si possible à hauteur des hanches et le plus près possible du corps.
  • Lorsque vous soulevez ou portez une charge, évitez d'exercer simultanément un mouvement de torsion (se tourner sur le côté).

Les aides techniques

Si vous pratiquez des activités à risque menant au développement de maux de dos (ouvrier, haltérophile...), vous pouvez porter une ceinture lombaire. Elles sont utilisables aussi bien en prévention qu'en traitement. Pour vous aider, consultez la fiche Ceinture lombaire : quand, pourquoi, comment ?.
Pour les personnes passant beaucoup de temps assis (travail de bureau, longs trajets en voiture ou dans les transports en commun), l'amélioration de la posture est un facteur important dans la prévention des maux de dos. Les supports et assises spécialement étudiés corrigent la posture sans douleur et efficacement pour diminuer les risques de survenue du mal de dos.
Enfin, considérant le fait que nous passons jusqu'à un tiers de notre temps à dormir, la qualité de la literie et de l'oreiller a une importance considérable, notamment dans la prévention des maux de dos.
Notre sélection :

Quand doit-on consulter un médecin ?

Le mal de dos peut être l'un des signes d'une affection ou d'une blessure grave.
Vous devez contacter un médecin en urgence si le mal de dos :

  • s'accompagne d'incontinence urinaire ou fécale, ou de difficultés pour uriner,
  • est doublé d'une douleur dans la poitrine,
  • est survenu suite à un traumatisme récent (exemple : lors d'un accident),
  • provoque un engourdissement au niveau des fesses, de l'anus ou des parties génitales,
  • est accompagné d'une fièvre (pensez, lorsque vous avez mal au dos, à toujours prendre votre température).

Consultez rapidement un médecin si le mal de dos :

  • est persistant, même au repos,
  • ne diminue pas ou s'accroît,
  • son intensité est telle qu'elle vous empêche de travailler ou d'exercer une activité physique,
  • il y a présence d'une difformité dans le dos,
  • il est lié à un état de faiblesse,
  • il s'accompagne d'une perte de poids inexpliquée.

Le mal de dos est très largement présent dans la population, mais heureusement les moyens de le prévenir comme de le soulager existent et sont facilement accessibles. Il suffit généralement d'adopter une bonne hygiène de vie et de pratiquer une activité physique modérée pour l'éviter. Les moyens pour diminuer les douleurs qu'il cause sont variés et n'impliquent pas systématiquement chirurgie et médicaments.