Radiothérapie : soulager les effets secondaires

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 19/10/2022 à 09h10, publié le 06/10/2022 à 16h10
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Radiothérapie : soulager les effets secondaires
La radiothérapie est un traitement contre le cancer qui est susceptible d’engendrer des effets secondaires, en particulier des troubles cutanés, comme des démangeaisons, des rougeurs, une sécheresse ou encore des troubles gastriques tels que des nausées et des vomissements ainsi que des complications en termes de digestion. Cela peut également se manifester par des difficultés de déglutition et une sécheresse buccale. Pharma GDD vous informe sur ces désagréments pouvant être ponctuels ou rémanents, voire apparaître a posteriori.

Qu'est-ce que la radiothérapie ?

La radiothérapie est une méthode qui consiste à détruire les cellules cancéreuses via des rayonnements en bloquant leur capacité à se multiplier. C'est ce que l'on appelle le traitement locorégional des cancers.
Il existe différents types de radiothérapie :
La radiothérapie externe utilise des rayons émis par une machine appelée accélérateur linéaire de particules qui est située à proximité du patient et dirigée vers la zone du corps à traiter. Ces rayons vont traverser la peau pour atteindre la zone à traiter. 
La curiethérapie est un traitement souvent dédié à des cancers localisés avec des indications spécifiques. Il s'effectue par la mise en contact direct avec des sources radioactives et la zone à traiter à l'intérieur du corps dans le but d'épargner les tissus sains environnants. 
La radiothérapie métabolique correspond à des sources radioactives administrées par voie orale, sous forme de boisson, de capsule ou par injection intraveineuse. Une fois dans l'organisme, ces sources vont venir se fixer sur les cellules cancéreuses pour les détruire. 
Il arrive également que le protocole oblige à associer la radiothérapie à une chimiothérapie. On parle alors de radio-chimiothérapie. Le but est de rendre les cellules cancéreuses plus sensibles aux rayons afin de réduire le risque de récidive tumorale et la taille de la tumeur avant la chirurgie.

Pourquoi la radiothérapie provoque-t-elle des effets secondaires ?

L'irradiation cible une zone bien spécifique du corps humain, là où se situe la tumeur. Lorsque que le rayonnement agit sur les cellules cancéreuses, il endommage les tissus sains qui se trouvent à proximité. La plupart des effets secondaires surviennent pendant le traitement de radiothérapie ou quelques jours ou semaines après la fin, c'est ce qu'on appelle communément les effets secondaires précoces. Ils sont amenés à disparaître après quelques semaines. Il se peut que certains effets secondaires dits tardifs apparaissent plusieurs mois ou années après le traitement de radiothérapie. La majeure partie des tissus touchés parvient à se reconstruire, mais certains effets secondaires peuvent perdurer.

Les effets secondaires cutanés liés à la radiothérapie

La radiothérapie peut entraîner des modifications cutanées sur la zone à traiter. La peau peut devenir rouge, prurigineuse, sèche ou se décolorer. Une rougeur associée à une sensation de brûlure peut apparaître, laissant place à une coloration brunâtre durant quelques semaines. Des squames et des cloques peuvent aussi se former. Enfin, la perte des cheveux et des poils est un phénomène assez courant. La peau traitée par radiothérapie sera plus sensible au soleil pendant et après le traitement.
La peau étant agressée à l'endroit traité, il est important de se laver à l'eau tiède, au savon de Marseille ou à l'aide d'un syndet et de ne pas frotter la peau. Il sera déconseillé de se raser et il faudra éviter d'appliquer un déodorant et de se parfumer. Les matières synthétiques seront à proscrire, car elles sont irritantes. Il vaut mieux privilégier le coton.
Le syndet de son nom "synthetic detergent" est un produit nettoyant qui contient des tensioactifs anioniques respectant l'intégrité de l'épiderme. C’est ce qu’on appelle un « savon sans savon ». L'huile de douche dermatologique apporte également un nettoyage adapté préservant la peau du dessèchement, des démangeaisons et de l'inconfort.


La peau nécessite l'application d'un soin hydratant au quotidien qui vient réparer et apaiser la peau. Choisissez des soins dermatologiques sans parfum pour une bonne tolérance cutanée. 


Des soins réparateurs pour peaux irritées offrent une barrière microbienne, physique et immunologique grâce à des actifs associant des prébiotiques, des sucres et des ferments lactiques pour favoriser la cicatrisation. Ils renferment également une association de zinc, de cuivre et de panthénol pour assainir et réparer la peau abîmée et fragilisée. La Centella asiatica est reconnue pour apaiser les irritations, les rougeurs et les échauffements.
[selection 3337875816779, 3282770204667, 3282770141979, 3401347869546, 3401321285669, 3401344502200 

Le gel d'aloe vera peut être appliqué après chaque séance de radiothérapie pour apaiser les échauffements.


L'Eau Thermale riche en oligo-éléments et en minéraux apporte un apaisement. Lorsque la peau chauffe ou rougit après la radiothérapie, il est conseillé de vaporiser de l'eau thermale pour soulager la peau fragilisée. En effet, l'eau thermale tout comme les cures thermales sont bénéfiques aux peaux fragilisées par les traitements anticancer ou encore les brûlures... 


La peau étant fragilisée, il est impératif de se protéger du soleil. Des protections solaires spéciale kératose actinique sont élaborées pour réduire le risque de cancer de la peau. Ces produits solaires sont considérés comme des dispositifs médicaux et ont pour but de limiter le risque de mélanome, le cancer de la peau. Ils conviennent également aux peaux hypersensibles ou allergiques au soleil, aux patients immunodéprimés ou sous traitements médicamenteux photosensibilitants.


La radiothérapie peut provoquer une alopécie, mais limitée à la zone du corps touchée par les rayons. La chute de cheveux est rarement causée par la radiothérapie, sauf si la radiation est dirigée vers la tête. Ce phénomène est un effet secondaire courant de la radiothérapie à la tête. La quantité de poils et de cheveux qui tombent dépendent de la superficie irradiée et de la dose émise. Il faudra patienter la fin du traitement et quelques mois avant de voir repousser les poils et les cheveux sur la zone nue. 

Radiothérapie : dysphagie et sécheresse buccale

La dysphagie

L'œsophage peut être irrité par la radiothérapie du thorax. La radiothérapie peut affaiblir les muscles et les structures qui permettent la déglutition. Cela se manifeste par une douleur au moment d'avaler. Cela est dû au fait que les muscles de la langue et de l'arrière de la gorge éprouvent des difficultés à bouger, compliquant l'action de pousser les aliments ou les liquides dans la gorge et d'ouvrir l'œsophage. D’autres troubles peuvent apparaître comme des lésions dans la bouche et la gorge, une sécheresse de la bouche, une salive épaisse, un gonflement et une altération du goût. Les muscles de la mâchoire peuvent se contracter et rendre difficile l'ouverture et la mâche. L'œsophage peut se rétrécir et des résidus alimentaires vont rester coincés au fond de la gorge. Des exercices de déglutition peuvent aider au renforcement de la langue et de l'œsophage. 

La Xérostomie

La sécheresse buccale peut être causée par la radiothérapie dirigée vers la tête, le cou et la bouche. En cas de sécheresse buccale et de salive épaisse, il est important de boire suffisamment, quitte à opter pour des compléments nutritionnels oraux comme de l'eau gélifiée.


Le fait de mâcher des chewing-gums ou de sucer des bonbons sans sucre stimulera les glandes salivaires. 


L'utilisation d'un humidificateur va aider à limiter l’épaisseur de la salive et des sécrétions.

Des lubrifiants pour sécheresse buccale peuvent aider à soulager et à protéger la muqueuse buccale. Enrichis en glycérine, en acide hyaluronique, en mauve, ils apaisent et hydratent en cas de xérostomie.


Le jus d'aloe vera à boire permet de soulager la mucite causée par la radiothérapie. 


La mucite est une inflammation des muqueuses de la bouche ou du système digestif qui se manifeste par une rougeur, une douleur et des aphtes. L’acide hyaluronique est également utilisé pour soulager les aphtes et ulcères buccaux.


Il est conseillé de se rincer la bouche à l'aide du mélange pour stimuler les glandes salivaires. Pour cela, il suffit de mélanger 1 litre d'eau, 1 cuillère à café de sel et 1 cuillère à café de bicarbonate de soude.

Troubles gastriques liés à la radiothérapie

La radiothérapie peut entrainer des troubles digestifs comme une colite, c'est-à-dire une inflammation du côlon. Cette colite dite radique, générée par les rayons se traduit par des épisodes inflammatoires accompagnés de diarrhées qui surviennent à la suite de l'ingestion d'aliments contenant des fibres ou certains qui ont des vertus laxatives. Il est important d'adapter le régime alimentaire et d'associer si besoins des médicaments antispasmodiques ou antidiarrhéiques


Il est important de supprimer les boissons alcoolisées, gazeuses, le thé et le café ainsi que les aliments rendant la digestion difficile comme le chou, les épinards, l'oseille et l'artichaut. Il faudra éviter les crudités de type radis et carottes ainsi que les graisses cuites.
Lorsqu’elle touche les zones proches de l'abdomen et des hanches, la radiothérapie peut engendrer des nausées, car elle irrite les organes situés dans la zone traitée. Ces désagréments peuvent débuter dès le début des traitements et pendant tout le protocole. 
Une inflammation du rectum dite rectite radique peut entrainer des saignements lors de l'évacuation des selles. Des médicaments de type corticoïdes locaux peuvent être prescrits. Si les saignements sont importants, les vaisseaux sanguins impliqués peuvent être cautérisés. Une inflammation de l'intestin grêle peut se produire et engendrer une occlusion intestinale, bloquant les selles et les gaz et nécessitant leur évacuation via une aspiration. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour enlever la zone intestinale lésée.

Radiothérapie : Troubles des fonctions génitales

Une sécheresse vaginale ou encore un rétrécissement du vagin peuvent apparaître et provoquer des douleurs lors des rapports sexuels. Lorsque le traitement est terminé, le médecin pourra prescrire un traitement à base d'œstrogènes en application locale. La sécheresse intime peut être réduite grâce à l’application d’un lubrifiant adapté. 


Il sera conseillé d’utiliser un dilatateur vaginal, c’est-à-dire un tube en silicone pour éviter le rétrécissement. Ce dispositif aide à retrouver une anatomie vaginale normale grâce à des exercices à effectuer.
Enfin, une ménopause prématurée peut être provoquée par la radiothérapie externe, se manifestant par des bouffées de chaleur, une prise de poids et des troubles du sommeil.

Les troubles urinaires liés à la radiothérapie

La radiothérapie peut provoquer une irritation de la vessie, appelée la cystite radique, se traduisant par une douleur, une envie fréquente d'uriner et/ou des envies impérieuses d'uriner et la présence de sang dans les urines (hématurie). La radiothérapie entraine parfois une incontinence urinaire qui peut être traité par des séances de kinésithérapie et par des médicaments antispasmodiques urinaires permettant de contrôler la contraction des muscles de la vessie. Les séances auprès d'un kinésithérapeute nécessitent l'utilisation d'une sonde, un dispositif d'électrostimulation indiqué dans le cadre d'une rééducation du périnée. Le phénomène d’incontinence régresse entre 4 et 6 semaines après l’arrête de la radiothérapie.

La radiothérapie et la fatigue

Plusieurs facteurs vont provoquer une fatigue, entre autres le contre coup de l'annonce de la maladie qui génère une anxiété, voire une dépression. L'organisme est submergé par la sécrétion d'hormones, comme le cortisol, la dopamine ou encore l'adrénaline qui puisent l'énergie de l'organisme. L'équilibre hormonal est perturbé et le niveau d'énergie chute, provoquant de la fatigue. Les déplacements quasi-quotidien entre le domicile et l'hôpital n'arrange en rien cette fatigue. Elle s'installe progressivement durant tout le traitement qui dure environ 5 à 7 semaines. Il est important de favoriser une activité physique adaptée, de lutter contre la dénutrition, le traitement de la douleur et bénéficier d'un accompagnement psychologique. Cette perte de vitalité peut perdurer deux à trois mois après la fin des séances de radiothérapie.

En conclusion

La médecine ayant fait de nombreux progrès en termes d'efficacité, elle a également trouvé des solutions pour réduire les effets secondaires de la radiothérapie. Les protocoles peuvent être modifiés en fonction des symptômes évoqués auprès de l'oncologue qui suit le patient. Des médicaments, compléments alimentaires, solutions buvables, accessoires intimes ou encore des soins cutanés et capillaires aident à vivre cette épreuve de la vie pour se sentir mieux et vaincre la maladie.