Monazol crème 2% 15 g


Traitement des mycoses cutanées - Adultes et enfants
  • Pour qui Pour qui : Adulte
  • Mode d'administration Mode d'administration : Peau et muqueuse
  • Femme enceinte Femme enceinte : Sur avis mĂ©dical
  • Allaitement Allaitement : Sur avis mĂ©dical
  • Forme Forme : Crème

3,71 â‚¬
3,71 â‚¬
Ce médicament Monazol crème est un antifongique de la famille des imidazolés : il contient 2% de nitrate de sertaconazole efficace en cas de mycose.

La crème Monazol est utilisée dans la prise en charge des mycoses cutanéo-muqueuses à Candida et à dermatophytes, c'est à dire pour le traitement des intertigos sous-mammaires, génitaux, anaux et péri-anaux, des autres intertrigos, de la perlèche, des vulvites et des balanites.

Comment utiliser Monazol en cas de champignon ?

Effectuer votre toilette avec un savon neutre ou alcalin car les savons acides favorisent la prolifération des candidoses.
Séchez bien la lésion.
Etalez la crème une fois par jour sur la mycose en débordant d'au moins 1 cm autour de la lésion.

En cas de mycose dermatologique, la durée de traitement préconisée est de 21 jours et d'une semaine en cas de problème gynécologique.
En cas de récidive du champignon ou d'atteinte chronique, un avis médical s'impose avant de ré-évaluer la prise en charge.

Précautions d'emploi de Monazol crème

Ne pas utiliser la crème antimycosique Monazol en cas d'allergie(s) à l'un de ses constituants :
Stéarate de polyoxyéthylène glycol et éthylène glycol (TEFOSE 63), macrogolglycérides lauriques (LAM 2130 CS / LABRAFIL M 2130 CS), isostéarate de glycérol (PECEOL ISOSTEARIQUE), parrafine liquide légère, acide sorbique, parahydroxybenzoate de méthyle, eau purifiée.

Pendant la grossesse ou l'allaitement, la crème Monazol ne sera utilisée qu'après l'avis de votre médecin.

Il peut arriver que la crème Monazol entraine des rougeurs ou des démangeaisons : l'apparition de ces effets secondaires doit vous faire arrêter le traitement.

Lire attentivement la notice avant d'utiliser Monazol en crème.

Conseils en cas de mycose

Il est préférable de porter des vêtements et des sous-vêtements en coton et d'éviter tous les facteurs favorisants le développement du champignon : milieu chaud et humide (piscine, sauna, etc...), macération, port de vêtements synthétiques qui ne laissent pas respirer la peau, vêtements trop serrés, partage des affaires de toilette (gant, serviette, tapis de bain), lieux publics comme les douches des gymnases ou des salles de sport, etc...

Conditionnement : tube de 15 g

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Les mycoses superficielles sont généralement des infections sans gravité, mais qui peuvent provoquer des symptômes particulièrement gênants dans la vie quotidienne. 

Monazol crème : un médicament antifongique

Monazol en crème est un médicament antimycosique à appliquer localement. Il est composé de sertaconazole, une molécule appartenant à la classe thérapeutique des imidazolés. Son activité antimycosique s’exerce sur les levures du genre candida et sur les champignons dermatophytes. Cette activité antifongique est complétée par un effet antibiotique sur les bactéries Gram + telles que le Streptocoque et le Staphylocoque). Ce large spectre d’activité rend ce médicament particulièrement intéressant. Il est utilisé dans le traitement des mycoses de la peau et des muqueuses, notamment en cas de candidose.
Monazol en crème est indiqué pour traiter les intertrigos sous-mammaires, génitaux et annaux. Il est également préconisé dans le traitement de la perlèche, des vulvites et des balanites.
Avant d’utiliser la crème Monazol, il est nécessaire de laver la région atteinte avec un savon neutre ou alcalin et de la sécher soigneusement.
Puis, appliquez la crème sur la lésion et sur sa périphérie (1 cm autour) à raison de 1 application par jour. Le traitement est à poursuivre le temps nécessaire au soin de chaque pathologie.
Dans les affections dermatologiques, sa durée d’utilisation est d’environ 3 semaines, et dans les atteintes gynécologiques, il est le plus souvent de 8 jours.
Toutefois, en raison du caractère récidivant de ce type d’infection, un traitement plus long peut s’avérer nécessaire. Vous conformez aux indications de votre médecin et respectez les posologies indiquées afin d’éviter les récidives et les éventuelles complications, comme les surinfections.

Les mycoses : quelles précautions ?

Le caractère chronique que peut revêtir de type d’infection, nécessite un certain nombre de précautions afin d’arriver à les éradiquer.
Certains facteurs vont favoriser l’apparition de mycoses, car les champignons ont besoin d’un milieu humide, chaud et fermé pour se développer.
D’autre part, la contamination peut se faire d’individu à individu, mais également par l’intermédiaire de surfaces et d’espaces contaminés.
Les mycoses sont plus fréquentes l’été en raison de la chaleur et de la transpiration, deux conditions favorables aux macérations, et propices à la multiplication de ces microorganismes.
C’est pour ces raisons qu’il convient de limiter les situations de chaleur humide, et d’être vigilant lors de la fréquentation de certains lieux.
Nous vous conseillons d’éviter le port de chaussures fermées et non aérées, de prendre certaines mesures d’hygiène (se sécher soigneusement après chaque toilette, utiliser des produits adaptés pour traiter les transpirations excessives).
Il est également important de changer le linge de toilette fréquemment, de procéder à une désinfection régulière des espaces de vie et de porter des vêtements en matière naturelle comme le lin ou le coton.
Enfin si vous fréquentez des lieux publics comme les piscines, les salles de sport les saunas, pensez à mettre des sandales.
Certains traitements médicamenteux peuvent favoriser l’apparition d’une mycose comme la corticothérapie ou une antibiothérapie.
Les mycoses sont également plus fréquentes au cours de certaines pathologies comme en cas de diabète, ou en cas de déficit immunitaire. Le surpoids est également un facteur favorisant.
Nadine Vignet

Nadine Vignet

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 23/08/2019