Mycose vaginale : une infection bénigne

Mycose vaginale : une infection bénigne

La mycose vaginale est un champignon qui touche de nombreuses femmes. Bénigne mais fréquente, elle se manifeste généralement par un prurit intense, des pertes blanches, une vulve rouge, des brûlures et/ou douleurs lors de la miction (acte d'uriner). Pour remédier à tous ces désagréments et pour éviter toute récidive, suivez le guide.

Comment prévenir une mycose vaginale ?

La mycose vaginale est liée à un déséquilibre de la flore naturelle, qui favorise le développement de levures et de bactéries. Pour prévenir une infection, il est essentiel d'adopter une bonne hygiène intime :

  • procéder à une toilette intime quotidienne à l'aide d'un savon au pH physiologique (Lactacyd, Rogé Cavaillés, Saforelle),
  • ne nettoyer que la zone externe (vulve, clitoris, lèvres), bannir les douches vaginales,
  • bien se sécher pour éliminer l'humidité, propice à la prolifération des bactéries,
  • opter pour des sous-vêtements coton, lavables à 60°C, éviter les vêtements serrés (jean slim, legging...),
  • changer fréquemment de serviette,
  • après une baignade à la piscine, à la plage, une séance de hammam ou de sauna, se rincer rapidement et retirer le maillot de bain dès que possible.

Toutes ces mesures suffisent normalement pour prévenir un dérèglement de la flore vaginale. Toutefois, les mycoses vaginales peuvent apparaître en cas de grossesse, de ménopause, de diabète ou de prise d'antibiotiques...

Mycose vaginale : quel traitement ?

Avant de commencer le traitement, prenez conseil auprès d'un pharmacien pour vous assurer que vous êtes bien sujet à une mycose vaginale. Autre solution : utiliser le test de diagnostic Hydralin.

La mycose vaginale est une infection bénigne. Pour la soigner, on utilise généralement un traitement local sous forme d'ovules vaginaux, complété par l'application de crèmes ou de lotions sur les muqueuses externes. Il existe également des comprimés et des capsules antifongiques à prendre par voie orale.

Pendant toute la durée du traitement, les rapports sexuels sont déconseillés pour éviter d'infecter le partenaire. En cas de contamination ou de risque de contamination, celui-ci devra également être traité. De plus, le traitement local inactive les spermicides et contre-indique l'usage de préservatifs en latex, en raison du risque de rupture. Le traitement ne doit pas être interrompu durant les règles et doit être poursuivi plusieurs jours après la disparition totale des lésions.

Pour prévenir les récidives, pensez également à prendre des probiotiques par voie orale (Léro Flore, Hydralin Flora, Bioprotus Flore Intime) afin d'aider à la reconstruction de la flore vaginale.

Quand faut-il consulter son médecin ?

Une mycose vaginale « classique » (sans complication, sans infection associée) ne nécessite pas de consultation médicale. L'avis d'un pharmacien est toutefois conseillé.

Consultez votre médecin en cas :

  • de grossesse,
  • de mycose récidivante (plusieurs fois par an),
  • d'absence d'amélioration après quelques jours de traitement.

Lire aussi : 

Hygiène intime : nos recommandations