Fumafer 66 mg 100 comprimés


Anémie, carence en fer - A partir de 10 ans
  • Pour qui Pour qui : Dès 10 ans
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie orale
  • Femme enceinte Femme enceinte : AutorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : AutorisĂ©
  • Forme Forme : ComprimĂ©s

3,01 â‚¬
3,01 â‚¬
Fumafer 66 mg comprimé est un médicament indiqué dans le traitement des anémies causées par un manque de fer chez les adultes et les enfants dès l'âge de 10 ans, mais aussi en traitement préventif de la carence en fer chez la femme enceinte. 

Sa substance active est le fumarate ferreux, dosé à 200 mg pour un comprimé pelliculé (quantité correspondante en fer à 66 mg).
Les autres composants de sa formule sont le carboxyméthylamidon sodique, l'amidon de maïs, la povidone K90, le ducosate sodique, l'hypromellose, le stéarate de magnésium et le macrogol 6000.

Posologie de Fumafer 66 mg

En traitement curatif pour manque de fer chez l'adulte et l'enfant de plus de 30 kg (soit environ 10 ans), la posologie recommandée en moyenne est de 2 à 3 comprimés par jour. 
Pour le traitement préventif d'une carence en fer chez la femme enceinte, la posologie préconisée est d'1 comprimé par jour, au cours des 2 derniers trimestres de la grossesse (ou à partir du 4ème mois). 

L'horaire de la prise de fumafer 66mg et sa répartition s'adapteront selon la tolérance digestive. Afin de limiter les effets indésirables, il est recommandé de fractionner la dose en diverses prises quotidiennes. 

La durée de traitement doit être suffisante pour apporter une correction à l'anémie tout en restaurant les réserves en fer, soit environ 3 à 6 mois. Après 3 mois de traitement, un contrôle de l'efficacité du traitement peut être utile, il est donc recommandé de contacter son médecin.

Contre-indications à l'utilisation de Fumafer 66 mg comprimé

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de surcharge en fer, notamment dans certaines formes d'anémies telles que la thalassémie, les anémies réfractaires ou encore l'anémie par insuffisance médullaire.
Il n'est pas préconisé dans le traitement des anémies liées aux maladies inflammatoires.

Une consultation médicale doit être effectuée avant la mise en place de tout traitement, afin de rechercher la cause de cette anémie. 

Il est important de signaler à votre médecin ou pharmacien tout autre traitement médicamenteux en cours, afin d'éviter les éventuelles interactions entre plusieurs médicaments, notamment les médicaments injectables qui contiennent du fer.

Dans les conditions normales d'utilisation, Fumafer 66 mg peut être pris au cours de la grossesse, comme durant l'allaitement.


Conditionnement : boîte de 100 comprimés pelliculés

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

L’anémie ferriprive ou l’anémie par carence martiale est une variété d'anémie qui se caractérise par une diminution du taux d'hémoglobine à l'intérieur du sang, faisant suite à un manque de fer dans l'organisme

En effet, le fer fait partie des sels minéraux qui sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Pour simplifier on peut dire que le fer fait respirer les cellules. Un atome de fer est présent dans chaque molécule d’hémoglobine, des globules rouges du sang. L’hémoglobine assure ainsi le transport de l’oxygène des poumons vers les autres organes. Le fer entre aussi dans la composition de la myoglobine qui a comme rôle de stocker l'oxygène dans les muscles. Le fer va intervenir dans de nombreuses réactions enzymatiques dans les cellules. 

Les causes de l’anémie


On peut se demander quelle est l’origine de l’anémie ? Tout d’abord une anémie peut être le résultat d’une alimentation qui ne contient pas assez de fer pour compenser les pertes physiologiques de fer. Par exemple les végétariens stricts, la femme enceinte donc les besoins en fer sont augmentés.

Une anémie peut aussi être le résultat de malabsorptions, de diarrhées chroniques, de parasitoses digestives, de pertes chroniques de sang.

Les symptômes de l’anémie ferriprive


Les symptômes de l’anémie ferriprive sont plus ou moins intenses suivant la sévérité de l’affection. Quand l’anémie est légère, le taux d’hémoglobine est un peu diminué et donne donc peu de symptômes. En plus si cette anémie s’est installée lentement, le corps a eu le temps de s’y habituer.

Les symptômes que l’on peut voir apparaître sont une fatigue accentuée, manque de motivation, un teint pâle, des vertiges, des étourdissements, un essoufflement plus marqué lors d’un effort, des maux de tête, des acouphènes, une œsophagite, une sécheresse de la langue, des palpitations, une peau sèche, ou des cheveux et des ongles ternes et cassants.

Le diagnostic de l’anémie est établi au terme d’un bilan sanguin.
On effectue une Numération de la Formule Sanguine (NFS) qui va évaluer différents taux, celui de l’hémoglobine, l’hématocrite, le volume globulaire moyen (VGM)... Le médecin va aussi préconiser la mesure de la ferritine sanguine qui va être diminuée en cas d’anémie ferriprive.

Le traitement pour l’anémie ferriprive


Le traitement de l’anémie va s’articuler autour de deux axes.

Le premier axe est de déterminer l’origine de la carence. Si elle est due à un saignement intestinal, par exemple, il faudra le traiter.

Le deuxième axe est de donner une supplémentation médicamenteuse en fer en plus d’un régime alimentaire plus riche en fer. Fumafer peut être administré pour supplémenter la personne en fer en plus d’une alimentation riche en fer, c’est-à-dire riche en viandes rouges, en abas, le soja, le tofu, les céréales non raffinés, les lentilles, le cacao, les fruits de mer… Ça sera un long traitement qui durera entre 4 à 6 mois pour permettre la reconstitution des réserves normales.

Lors d’une anémies ferriprives sévères et installées, on pourra envisager des injections par intraveineuse, voire une transfusion sanguine.
Alix de Colnet

Alix de Colnet

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 09/08/2019