Bilan de santé complet : quels examens réaliser ?

Bilan de santé complet : quels examens réaliser ?
Un check up est à effectuer en fonction de l'âge. Il permet de faire le point sur son état physique et de rectifier le cas échéant les habitudes alimentaires. Il est important de mettre à jour son calendrier vaccinal pour connaître la date des vaccins et des rappels à effectuer. Enfin, Pharma GDD fait le point avec vous sur les différents bilans ou examens à réaliser en fonction de son âge et d’éventuels symptômes.

Analyse de sang et bilan sanguin

Il est important de surveiller chaque année à l’aide de son médecin son poids, sa tension, sa vue, son audition et d'effectuer régulièrement des analyses de sang. Cela permet de vérifier si chaque dosage hormonal, d’oligo-élément, de minéraux et de vitamines sont en quantité normale et d’éviter les carences.

Avant tout autre examen, votre médecin traitant prescrira un bilan sanguin complet afin de vous orienter vers un professionnel de santé en fonction des résultats. Il est conseillé de se rendre au moins une fois par an chez son médecin généraliste pour faire le point et vérifier les paramètres biométriques tels que la taille, le poids et la tension.

À partir de 40 ans, tous les 3 ans, il est préconisé d'effectuer une analyse de sang pour contrôler la glycémie et le cholestérol dans le but de vérifier l'existence de problème d’athérome et de diabète provoquant une rigidité artérielle. L'hypertension sera également à vérifier. Dès 50 ans, il sera nécessaire de vérifier le dosage de la créatinine pour les reins, la numération sanguine, le dosage de l'hormone TSH pour la thyroïde et un bilan hépatique.

Le suivi des vaccinations

Il est très important de respecter les dates de vaccination. Un calendrier de vaccination vous permet d’être vigilant quant aux vaccins et aux rappels à effectuer pour vous ainsi que pour vos enfants. En effet, les vaccins préviennent de nombreuses maladies, difficiles à traiter ou à risque de complications mortelles et de séquelles comme le tétanos, la coqueluche ou la diphtérie.

Le bilan de santé gratuit

L'examen périodique de santé est proposé gratuitement par la CPAM à toute personne affiliée au régime général mais également aux ayant droit ainsi que par la MSA pour les celles dépendant du régime agricole. Ce check-up est totalement pris en charge et s'avère être accessible tous les 5 ans dans le but prévenir et dépister diverses pathologies.
Il faut dans un premier temps effectuer une consultation pour obtenir un bilan de santé gratuit dans un Centre d'Examen de Santé (CES).
Certaines personnes sont prioritaires :
Les bénéficiaires du RSA, les jeunes âgés de 16 à 25 ans en stage de formation ou qui n'ont pas présenté un certificat médical lors de la journée Défense citoyenneté.
Les demandeurs d'emploi, les personnes âgées de 60 à 75 ans.
Les personnes qui ne sont plus en activité mais qui ont été exposées à l'amiante ou à la poussière de bois.
Les personnes invalides ou handicapées sont également prioritaires.

Les visites de contrôle chez les spécialistes

Le dentiste

La visite chez le dentiste est fortement conseillée dès 6 ans et doit être effectuée tous les ans pour examiner la santé buccale, les dents, les gencives et si besoin effectuer un détartrage. Pour votre bucco-dentaire et celle de vos enfants, il est important de se laver les dents 2 fois par jour et d’utiliser un bain de bouche régulièrement.

Des études prouvent qu'il existe un lien étroit entre le diabète et le risque parodontal. En effet, le contrôle du diabète permet de réduire les risques de parodontie. Une négligence peut entraîner une infection buccale généralisée provoquant des problèmes de gencives pouvant aller jusqu’au déchaussements des dents.
Notre sélection :

Le dermatologue

Une visite annuelle chez un dermatologue est conseillée pour surveiller les grains de beauté et rester en bonne santé. Ces examens sont importants pour éviter tous risques de cancer de la peau. Il est recommandé d’éviter l’exposition au soleil prolongée afin de préserver votre peau face aux UV néfastes pour votre santé. Il est également conseillé d’appliquer une protection solaire adaptée, des vêtements anti-UV, de porter un chapeau et des lunettes de soleil.
Notre sélection :

L’ophtalmologue

Il est important d’effectuer une visite chez l’ophtalmologue pour les enfants ainsi que les adultes tous les 2 ans ou tous les ans pour ceux qui portent des lunettes.
Un test d’acuité visuelle permet de dépister une myopie, une presbytie, une hypermétropie ou une astigmatie. Enfin, après 60 ans, les risques de dégénérescence maculaire liée à l'âge augmentent considérablement, c'est pour cela qu'il est fortement conseillé de programmer une visite annuelle chez l'ophtalmologue pour un dépistage du glaucome, de la cataracte et de la DMLA.

Le gynécologue

Chez la femme, un rendez-vous gynécologique est à faire une fois par an lorsqu’une pilule contraceptive est prescrite afin de vérifier si le dosage est correct.

Prévenir les pathologies liées à l’âge

La glande thyroïde

La palpation est le premier examen à effectuer pour dépister un goitre, c'est à dire l'augmentation du volume de la thyroïde ainsi que des nodules.
Il est alors possible de réaliser une analyse sanguine pour vérifier le dosage des hormones thyroïdiennes.
Si la taille de la glande semble anormale, il sera nécessaire de faire une échographie afin de visualiser la thyroïde puis une scintigraphie en injectant un traceur radioactif à base d'iode ou de technétium permettant de mettre en évidence la glande thyroïde qui sera examinée par un radiologue. Si la thyroïde présente une anomalie, un endocrinologue saura trouver le traitement adapté.

L’ostéoporose

Une ostéodensitométrie permet de suivre l'évolution de la densité minérale osseuse qu'il faudra réitérer tous les 3 ou 5 ans à partir de 50 ans. Il sera également conseillé d'effectuer cet examen en cas de fracture sans traumatisme, de prise de corticoïdes pendant au moins 3 mois consécutifs et de ménopause précoce. Afin de réduire et prévenir le risque d’ostéoporose, il est conseillé de se supplémenter en calcium et en vitamine D.

Les troubles cardiaques

L'examen clinique consiste en une auscultation cardiaque et pulmonaire à l’aide d’un stéthoscope. Le but est de rechercher un souffle ou des bruits anormaux et de vérifier la palpitation des pouls au niveau des axes artériels, des membres inférieurs, des carotides et de l'aorte abdominale. Il sera possible de confirmer le diagnostic par une échographie-doppler vasculaire. La surveillance varie en fonction des risques cardiovasculaires induits par le surpoids, le tabagisme et l'âge. Le risque de maladies cardiovasculaires augmente avec un excès de cholestérol au même titre que le diabète, l'hypertension et le tabagisme. L'hypertension artérielle augmente le risque de développer une insuffisance cardiaque, un infarctus du myocarde, une insuffisance rénale ou un accident vasculaire cérébral.
Un électrocardiogramme (ECG) est un tracé de l'activité électrique du cœur pour déterminer la régularité du rythme cardiaque.
Par ailleurs, une prise de sang ainsi qu'un électrocardiogramme sont conseillés avant de reprendre une activité sportive intense quel que soit l'âge et en fonction de l'hygiène de vie.

Le diabète

Le contrôle du taux de glycémie dans le sang est très important pour les personnes sujettes au diabète ou étant diabétique. En effet, le diabète se caractérise par une trop grande quantité de glucose dans le sang engendrant un impact sur différents organes principalement les reins en provoquant une néphropathie, et les yeux engendrant une rétinopathie. Il sera nécessaire d'effectuer une analyse sanguine à jeun tous les 3 mois auprès d'un laboratoire pour les personnes ayant un taux élevé frôlant le diabète. Concernant les personnes diabétiques sous insuline, il faudra le contrôler plusieurs fois par jour grâce à un lecteur de glycémie, tandis que les diabétiques de type 2, réaliseront 1 ou 2 contrôles par semaine.

L’audition

Un dépistage audiométrique permet de traiter au plus vite la perte de l'audition. Il sera intéressant de dépister une éventuelle presbyacousie auprès d’un spécialiste de l’audition tel qu’un médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL).

Prévention contre le cancer

Le sein

Dès 40 ans, il est important d'effectuer une mammographie tous les deux ans afin de dépister un éventuel cancer du sein. La mammographie permet de repérer de façon précoce des lésions minuscules augmentant les chances de guérison.

L’utérus

Un frottis sera à faire tous les 3 ans, et ce, dès 20 ans pour les femmes ayant des rapports sexuels. Le frottis est un examen qui permet de prévenir le cancer du col de l’utérus en vérifiant la présence d’anomalies du développement cellulaire (dysplasie). Il consiste à prélever des cellules présentes à l’entrée du col ainsi qu’à l’intérieur.

La prostate

La prostate est une glande située sous la vessie de l'homme. La prostate est traversée par l'urètre, le canal dans lequel circule l'urine depuis la vessie. Lorsque cette glande grossit, l'homme connaît des difficultés à uriner car elle comprime l'urètre.
Il est impératif d'effectuer un diagnostic grâce à une analyse de sanguin appelée PSA tous les 2 ans. En fonction du résultat, il sera également demandé d'effectuer une fois par an un toucher rectal pour déterminer l'état de la prostate.

Le côlon

Un test immunologique est à faire dès 50 ans tous les 2 ans pour détecter un éventuel cancer colorectal. Les hommes et les femmes âgés de 50 à 74 ans sont invités à effectuer un test immunologique ou un test Hemoccult, c'est à dire un dépistage de la présence de sang dans les selles. Ces examens à faire tous les 2 ans permettent le dépistage du cancer colorectal. En fonction des résultats, une coloscopie peut être prescrite. La coloscopie est un examen qui consiste à insérer via le rectum, une sonde dotée d’une caméra afin d'étudier la paroi interne de la totalité du côlon, c'est à dire le gros intestin. Cet examen sera préconisé chez les personnes ayant des antécédents de cancer de côlon, des saignements digestifs, des douleurs ou des diarrhées inexpliquées ou une sensibilité chronique du côlon.

Dépistage des IST

Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont des infections provoquées par des virus, des bactéries ou des parasites qui peuvent être transmises au cours de relations sexuelles. On en dénombre plusieurs dont le VIH, la gonococcie, la chlamydiae, la syphilis, les condylomes, la vaginose, l’herpès génital et les hépatites.
Le VIH est une infection sexuellement transmissible responsable du SIDA. Le VIH peut également se transmettre par le sang via une injection par intraveineuse. Il est impératif d'effectuer un test sanguin quinze jours après le rapport sexuel à risque. Le dépistage du VIH est fortement conseillé chez les personnes ayant des rapports sexuels non protégés, à risques et une vie sexuelle avec des partenaires multiples. Pour faciliter le dépistage, des autotest sanguins sont disponibles, apportant une réponse rapide.
Comme le VIH, les hépatites B et C sont transmissibles via les rapports sexuels non protégés et par le biais d’une injection intraveineuse. Une prise de sang doit être effectuée s’il y a risque de contamination.
Pour votre santé et celle des autres, il est important de se protéger et d’utiliser des préservatifs  afin d’éviter la contamination des IST et de MST.
Notre sélection :

Désormais, tout comme pour le VIH, il est possible d’effectuer différents autotests pour vérifier par exemple la détection de l'antigène prostatique spécifique (PSA) ou encore La maladie de Lyme, la détection de l'hypothyroïdie, ou une carence en fer.
Notre sélection :

L’adage « mieux vaut prévenir que guérir » illustre bien la démarche d’une surveillance et d’un bilan de santé pour rester en forme et pouvoir agir en conséquence. La vigilance et la prévention peuvent aider à prendre soigner certaines maladies à temps ou même en éviter certaines en recalibrant son mode de vie et son alimentation.