Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Symptômes de l'intolérance au lactose et solutions

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 04/06/2024 à 16h06, publié le 02/11/2023 à 11h11
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Symptômes de l'intolérance au lactose et solutions
L'intolérance au lactose est un inconfort d'ordre digestif qui touche de nombreuses personnes, adultes et enfants. Cette intolérance se manifeste par des troubles digestifs, des spasmes abdominaux, des flatulences et des diarrhées nécessitant de stopper un temps, de modifier son alimentation pour retrouver plus de confort. Pharma GDD vous informe sur cette incapacité à digérer ce sucre présent dans les produits laitiers. 
Nous vous expliquons tout sur les effets de la digestion du lactose, les symptômes et les causes de cette intolérance qu'il ne faut pas confondre avec une allergie aux protéines de lait de vache.

Intolérance au lactose : définition 

L'intolérance au lactose est un problème de digestion du sucre présent dans le lait et ses produits dérivés. Elle provient d'un déficit ou d’une carence en lactase. Elle se manifeste par un inconfort digestif causé par la consommation de lactose dépassant l'aptitude de la personne touchée à digérer ce sucre. Le lactose fait partie des sucres pouvant fermenter, que l'on appelle les FODMAPS (Fermentable Oligo-, Di-, and Monosccharides, And Polyols). On les retrouve donc dans le lactose, le fructose issu des fruits et les édulcorants comme le sorbitol. Ces FODMAPS peuvent être responsables des douleurs abdominales, ballonnements et gaz à cause de leur mauvaise absorption par le tube digestif et de la fermentation qu'ils provoquent.

Schéma intolérance au lactose

Les symptômes de l'intolérance au lactose 

L'intolérance au lait de vache se manifeste par des symptômes gastro-intestinaux. 
L'intensité des symptômes varie d'un individu à l'autre et en fonction de l'activité restante de lactase ainsi que de la quantité de lactose absorbée. Les symptômes apparaissent le plus souvent entre 30 minutes et 2 heures après l'ingestion de la nourriture contenant le lactose. Plus le produit laitier est liquide et bu rapidement, plus la quantité de lactose non digérée par la lactase est grande.
L'intolérance au lactose provoque :
  • des excès de gaz intestinaux et des bruits intestinaux nommés borborygmes,
  • des flatulences ;
  • des nausées
  • une sensation de ballonnement abdominal ;
  • des crampes et des douleurs abdominales ;
  • un besoin urgent d'aller à la selle entre 30 minutes et 2 heures après l'ingestion ;
  • une diarrhée aqueuse. 

Chez certains patients, une diarrhée sévère peut empêcher l'absorption des substances nutritives, lorsqu’elles sont expulsées par l'organisme trop rapidement sans avoir été assimilées. Les adultes développent ces symptômes après avoir consommé de 250 à 375 millilitres de lait. Le fait que les produits laitiers provoquent chez eux des symptômes gastro-intestinaux, les personnes intolérantes au lactose évitent consciemment ou non d'en consommer. Les enfants intolérants au lactose souffrent de diarrhée, empêchant la prise de poids si le lait est l'aliment principal de l'enfant, en particulier chez les bébés. C'est pour cela qu'il existe le lait sans lactose pour apporter les nutriments essentiel au bon développement de bébé. 

Les causes de l'intolérance au lactose

Le taux de lactase chez l'enfant et l'adulte est différent. En effet, chez le nourrisson, le taux plus élevé lui permet de digérer le lait, sa seule source d'aliment jusqu'à la diversification de l’alimentation. Peut-on devenir intolérant au lactose du jour au lendemain ? Effectivement, un adulte peut devenir intolérant au lactose du jour au lendemain, car chez les mammifères, notamment l’humain, l'activité de la lactase entre la fin de l'enfance et l'âge adulte diminue progressivement. Elle provient de l'adaptation normale à la diversification alimentaire et non d’une pathologie. C'est pour cela que l'intolérance peut davantage apparaître après le sevrage du lait, dans l'enfance ou à l'âge adulte. Avec l'âge, ce taux va se réduire par la baisse d'activité du microbiote, c'est pourquoi une grande partie des personnes âgées souffrent d'intolérance au lactose.

L’intolerance au lactose du nourrisson est exceptionnelle ou passagère. Bien sûr il existe des cas rares où le nourrisson est déficient en lactase, ce que l'on nomme le déficit congénital en lactase. L'intolérance au lactose peut être secondaire, c'est-à-dire la conséquence d'une maladie de l'intestin grêle, une MICI comme une maladie cœliaque, la maladie de Crohn ou bien une gastro-entérite, ou une giardiase. Elle peut perdurer plusieurs semaines, le temps que la muqueuse intestinale guérisse. 

Quelles différences entre intolérance et allergie ?

Il ne faudra en aucun cas confondre l'allergie aux protéines du lait de vache et l'intolérance au lactose. L'allergie aux protéines de lait de vache (APLV) est une perturbation du système immunitaire. Elle survient le plus souvent chez le nourrisson et l'enfant, provoquant des symptômes digestifs tels que des douleurs abdominales, des vomissements et une diarrhée. L'allergie entraine des symptômes respiratoires comme une congestion nasale, une toux et des éternuements. L’allergie alimentaire entraine des symptômes sur la peau comme une éruption cutanée de type urticaire ou eczéma atopique. L'allergie au lait de vache chez l'adulte demeure rare et peut provoquer des vomissements et des symptômes de reflux œsophagien. Il n'existe donc pas d'allergie au lactose. Contrairement à l'allergie aux protéines de lait, l'intolérance au lactose ne provoque pas de risque de complications. 
Il ne faudra pas confondre l'intolérance au lactose avec le syndrome de l'intestin irritable dont les symptômes sont similaires. 

À quel moment consulter ?

S'il y a suspicion d'intolérance au lactose, le réflexe est d'écarter temporairement le lactose de l'alimentation tout en veillant à conserver des apports en calcium. Lorsque les symptômes précédemment énoncés se présentent, il est conseillé de consulter son médecin traitant qui évaluera les symptômes après une consommation de lactose. Le régime sans produits laitiers doit être suivi durant une période de 3 à 4 semaines pour supprimer totalement les symptômes. Si ces derniers se manifestent de nouveau à la suite d'une consommation de produits laitiers, l'intolérance au lactose est confirmée. Certains professionnels de santé réalisent un test d'haleine à l'hydrogène qui dure 4 heures. Lors de ce test, le patient consomme une petite quantité mesurée de lactose. Avant et après l'ingestion, les médecins mesurent la quantité d'hydrogène dans l'air expiré du patient à intervalles d’une heure. Le taux d'hydrogène est mesuré parce que les bactéries intestinales produisent de l'hydrogène lorsqu'elles digèrent le lactose non absorbé. Dans le cas où l'hydrogène dans l'air expiré augmente significativement après la consommation du lactose, la personne est intolérante au lactose
Il existe le test de prise de sang intolérance lactose. En effet, un second test de tolérance au lactose peut être réalisé. Après l'ingestion d'une quantité mesurée de lactose par le patient, les médecins contrôlent ses symptômes en mesurant plusieurs fois sa glycémie. Les personnes qui digèrent le lactose ne développent aucun symptôme, mais présentent une augmentation de la glycémie. En revanche, celles qui ne peuvent pas digérer le lactose développent les symptômes liés à l'intolérance dans les 20 à 30 minutes qui suivent et leur glycémie n'augmente pas.

Intolérance au lactose quel traitement ? 

Il n'existe pas de traitement contre l'intolérance au lactose. La seule solution est d'éviter les produits laitiers sources de lactose notamment :
  • le lait et les différents produits laitiers ;
  • les denrées alimentaires à base de lait ou de produits laitiers contenant du lactose ;
  • des potages contenant du lait ou de la crème ;
  • la crème ;
  • la charcuterie et autres produits transformés avec additifs contenant du lactose ;
  • les boissons lactées, la crème glacée ; 
  • les pains au lait, les crêpes et gaufres ;
  • les confiseries au lait et les matières sèches du lait comme les caramels.
Le yaourt est souvent toléré, car il contient naturellement de la lactase produite par les lactobacilles, des probiotiques. Le fromage contient des quantités inférieures de lactose à celles du lait, lui permettant une plus grande tolérance en fonction de la quantité ingérée. Enfin, le lait et d'autres produits laitiers à teneur réduite en lactose sont disponibles à la vente. Les personnes qui doivent impérativement éviter les produits laitiers sont amenées à prendre une supplémentation en calcium pour éviter les carences.


Il faut éviter de boire du lait à jeun et en trop grande quantité. Il est conseillé de consommer les produits laitiers lors des repas en même temps que des protéines comme la viande, le poisson et les œufs tout comme les matières grasses. Il est également important de répartir la consommation des produits laitiers sur les 3 repas de la journée pour une meilleure tolérance. Il faut privilégier la consommation de fromages affinés, car, égouttés, ils contiennent moins de lactose. En cas d'écart, il est possible d'utiliser un complément lactase qui favorise une meilleure absorption, une diminution ou disparition des symptômes en cas de consommation d'un aliment contenant du lactose. Ils constituent une aide, mais ne remplacent pas le régime. Les suppléments en enzyme de lactase disponibles sans ordonnance peuvent être pris en mangeant ou en buvant des produits contenant du lactose. Ces compléments alimentaires lactase associent un complexe enzymatique de bétaïne, papaïne, vitamines B, calcium, lipase, amylase, protease ou d’amiloglucosidase.

Intolérance au lactose que manger ?

Le traitement naturel de l'intolérance au lactose est l'adoption d'un régime à base d'aliments contenant du calcium. L'intolérance au lactose n'est pas une pathologie, mais entraine un certain inconfort. C'est pour cela qu'il ne faut pas négliger les apports en calcium pour prévenir l'ostéoporose. En cas d'intolérance associée à des symptômes importants, il sera conseillé de privilégier d'autres sources de calcium notamment :
  • les œufs ;
  • les moules ;
  • les huîtres ;
  • les noix ;
  • le persil ;
  • les haricots verts ;
  • les poireaux.
Pour vous aider à mieux connaître les aliments que vous mettez dans votre assiette, nous vous présentons Ciqual, une source d'information de référence utile et gratuite qui détaille la composition nutritionnelle de plus de 3000 aliments consommés en France : lipides, protéines, glucides, sucres, acides gras, sel, vitamine et minéraux. Cet outil de référence produite par l'observatoire de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) est utilisé par les industriels pour l'étiquetage, les professionnels de santé diététiciens ou médecins, les chercheurs en épidémiologie nutritionnelle et par toute personne ayant un intérêt particulier pour la composition des aliments. Ce site peut aider toute personne qui souhaite connaître la valeur nutritionnelle et la composition de chaque aliment et ainsi adapter son alimentation, en l'occurrence, en cas d'intolérance au lactose.

Intolérance lactose : ce qu’il faut retenir

Contrairement à une intolérance au gluten ou à une allergie alimentaire, l'intolérance au lactose n'entraine pas de complications et s’avère être moins grave que les symptômes d’allergie aux protéines de lait de vache. C'est pour cela qu'il n'est pas nécessaire de tomber dans un régime trop drastique. Il est possible de doser la consommation de produits laitiers, de choisir parmi ceux qui sont plus pauvres ou exempts de lactose pour continuer à se faire plaisir tout en écoutant son corps. Pour celles et ceux qui le souhaitent, les supplémentations en lactase peuvent aider à mieux digérer le lactose. Enfin, il est très important d’avoir conscience qu’il ne faut pas se priver de source de calcium, car il existe un risque plus élever de faire de l’ostéoporose arrivé à un certain âge. Il faudra veiller à se supplémenter en calcium en cas de déficit.