Comment traiter la gastro-entérite virale ?

Comment traiter la gastro-entérite virale ?
La gastro entérite peut être d’origine virale, bactérienne ou, plus rarement, parasitaire. Dans le premier cas, elle est notamment à l’origine d’une diarrhée pouvant mener à une déshydratation, dangereuse en particulier chez le jeune enfant. Il est impératif d’éviter cette déshydratation, en buvant des liquides adaptés et en modifiant son alimentation. Si le virus lui-même ne peut être éliminé, des médicaments agissant sur la diarrhée sont disponibles. La gastro entérite virale disparaîtra au bout d’une semaine.
Que faire quand on a une gastro entérite virale ? Quels sont les traitements existants ? Les pharmaciens de Pharma GDD ont élaboré cette fiche pour répondre à ces questions.

Qu'est-ce que la gastro entérite virale ?

Les épidémies de gastro entérite sont, dans deux tiers des cas, causées par des virus.
Si la gastro entérite bactérienne survient généralement suite à une intoxication alimentaire, suite à l’ingestion de nourriture ou d’eau contaminée par des bactéries, la gastro entérite virale se transmet par la voie oro-fécale, lorsque l’on porte à sa bouche ou que l’on inspire de minuscules particules issues de fèces et porteuses de virus.
Il n’existe pas qu’un seul virus à l’origine de la maladie, mais plusieurs.
Etant donnée la très grande contagiosité de certains de ces virus, il faut, en période d’épidémie, prendre des précautions particulières pour éviter d’être contaminé. Pour les découvrir, vous pouvez consulter notre fiche Comment prévenir la gastro-entérite virale ?.

Une maladie causée par des virus

En effet, la gastro entérite virale peut être causée par des norovirus, des adénovirus, des rotavirus ou des astrovirus.
Norovirus et adénovirus frappent aussi bien les enfants que les adultes.
Rotavirus et astrovirus déclenchent des gastro entérite chez les enfants.
Norovirus est extrêmement contagieux. Il est la principale cause de gastro entérite virale.
Le délai entre la contamination et l’apparition des symptômes varie en fonction du type de virus impliqué. Il est en général de 1 à 3 jours.

Les symptômes de la gastro entérite virale

L’infection déclenche des nausées, des vomissements et une diarrhée (selles liquides émises en grande quantité et plusieurs fois par jour). On trouve également des crampes abdominales, des douleurs musculaires ou articulaires, de la fièvre, des frissons et des maux de tête. Ces symptômes, durent le plus souvent moins d’une semaine, mais persistent parfois jusqu’à 10 jours. Il existe des variations en fonction du type de virus en cause. Ainsi, norovirus est responsable de nausées, de diarrhée, de fièvre et de douleurs musculaires, rotavirus de vomissements, de diarrhée et de perte d’appétit etastrovirus de diarrhée, de maux de tête et de douleurs à l’estomac.

Chez l’adulte, ces symptômes sont dans la majorité des cas simplement désagréables, ils ne mettent pas en danger le malade. Mais la gastro entérite peut être à l’origine d’une déshydratation, une perte d’eau et d’électrolytes, potentiellement grave, en particulier chez l’enfant ou la personne âgée.

Nos conseils en cas de gastro entérite virale

Face à une infection virale, les antibiotiques, conçus pour lutter contre les bactéries et les champignons, sont inefficaces. Il est donc inutile d’en prendre. Au contraire, le fait de trop consommer d’antibiotiques induit des résistances bactériennes les rendant progressivement inutiles.
Contre la gastro entérite virale, la stratégie consiste à se reposer et à attendre que la maladie passe d’elle même. Il faut simplement veiller à éviter la déshydratation et à s’alimenter de façon adaptée. Plusieurs médicaments permettent de rendre plus supportable la maladie en réduisant les symptômes. Ils diminuent les vomissements, les diarrhées ou les douleurs, rendant la gastro entérite plus supportable.

Eviter la déshydratation

C’est éliminer le risque le plus important induit par la gastro entérite. Elle est due à la perte d’eau et de sel suite aux diarrhées et aux vomissements. La déshydratation est notablement dangereuse pour le nourrisson, ce dernier n’ayant que peu de réserves d’eau.

Pour prévenir la déshydratation, il faut boire régulièrement des liquides, en grande quantité (jusqu’à 2 litres par jour). C’est parfois difficile en raison des nausées et des vomissements. Pour faciliter l’ingestion de liquide, celui-ci devra être pris par petites portions étalées tout au long de la journée.
Il faut également veiller à corriger les pertes en sel et en sucre. Les tisanes sucrées sont ainsi idéales pour apporter à la fois l’eau et le sucre manquants. Les bouillons apportent, eux, de l’eau et du sel. Le soda de type « cola » apporte également du sucre et des sels minéraux, mais il a le désavantage de contenir des bulles qui peuvent provoquer des irritations au niveau de l’estomac. On peut donc en boire, à condition de les enlever avant. Attention, les jus de fruits peuvent avoir pour effet d’augmenter la diarrhée.

Chez l’enfant en bas âge, l’hydratation passe par l’allaitement ou les préparations pour nourrisson sans lactose, donnés plus souvent que d’habitude. L’utilisation de ces préparations sans lactose doit demeurer temporaire et ne pas dépasser quelques jours.
Si l’enfant vomit ou a des diarrhée nombreuses, et est à risque de déshydratation, on peut se tourner vers les solutions de réhydratation orale. Leur composition en électrolytes, en sucre et en eau est parfaitement adaptée aux besoins des enfants.

Ces solutions de réhydratation orale (SRO), aussi appelées « soluté de réhydratation orale », se présentent sous la forme de poudres (Physiosalt réhydratation orale pour bébé, Adiaril solution de réhydratation pour bébé) auxquelles il faudra ajouter de l’eau. Il est important de bien respecter les quantités pour éviter un mauvais dosage de la solution de réhydratation, qui pourrait avoir des effets néfastes.
Ces SRO doivent être proposées à l’enfant régulièrement, à plusieurs reprises par heure, par petites quantités. Pendant toute la période de diarrhée, il faut laisser l’enfant ingérer la solution de réhydratation à volonté. Les solutions peuvent se mettre dans des biberons, ou être dispensées à l’aide d’une cuillère, d’une pipette, d’une seringue... Dans tous les cas, il faut veiller à bien se laver les mains avant de préparer la SRO. Une fois préparées, ces solutions se gardent 24 heures maximum au réfrigérateur.

Enfin, les personnes à mobilité réduite peuvent bénéficier d’un bidon de réhydratation, que l’on peut fixer sur une tête de lit grâce à sa pince flexible, et doté d’un long tuyau. Il facilite l’hydratation, notamment des personnes âgées.

Lorsque les vomissements ou les nausées rendent impossible une réhydratation par voie orale et que la déshydratation est sévère, elle s’effectuera par voie intraveineuse.

Que manger en cas de gastro ?

Il est préférable de se tourner vers des aliments ralentissant le transit intestinal. Il s’agit principalement des féculents (riz, pâtes…, de préférence non complets), de la viande et du poisson maigres, du jambon, des fromages à pâte cuite (Beaufort, comté, emmental, gruyère). Côté fruits & légumes, on se tournera vers les carottes cuites, les bananes et les compotes de pommes. La gelée de coings est aussi autorisée.
A l’inverse, les aliments favorisant le transit sont à éviter. Ce sont ceux qui contiennent beaucoup de fibres, comme les pains, pâtes et riz complets, les légumes et légumineuses (lentilles, pois…), et la majorité des fruits. Les aliments gras ou épicés, les charcuteries et les fromages à pâte molle sont aussi à proscrire, de même que le café ou les boissons alcoolisées.

Les médicaments en cas de gastro entérite

Plusieurs médicaments permettent non pas de soigner la gastro, mais d’en apaiser certains symptômes. On trouve principalement les médicaments contre la diarrhée, les anti émétiques et les antispasmodiques et antalgiques.

Les médicaments contre la diarrhée

Les protecteurs intestinaux, aussi appelés pansements intestinaux, tapissent la muqueuse des intestins d’une sorte d’enduit, ce qui a un effet apaisant et réduit la diarrhée. Les médicaments contenant de l’argile (Smecta, Actapulgite, Bedelix) ou du charbon modifient la consistance des selles, ce qui a pour conséquence de diminuer la diarrhée. Ils doivent être pris à distance (2 heures) des autres médicaments dont ils diminuent l’efficacité. Les ralentisseurs intestinaux, tel le Lopéramide, réduisent le nombre de selles, et les anti-sécrétoires comme le racécadotril agissent de façon à restreindre les pertes en eaux et à limiter l’abondance de la diarrhée.
Pour plus de renseignements sur le sujet, vous pouvez consulter notre fiche Comment traiter la diarrhée aiguë ?.

Les anti émétiques

Il s’agit de médicaments contre les vomissements. Ils contiennent de la métopimazine, du dimenhydrinate, du dompéridone ou du métoclopramide. Les plantes fournissent également de bons alliés contre les nausées et vomissements, comme par exemple la menthe ou le gingembre, à prendre sous forme de thé.

Les antispasmodiques et antalgiques

Les antalgiques, comme le paracétamol, luttent contre la fièvre et les douleurs, quand les antispasmodiques, aussi appelés spasmolytiques, comme ceux contenant du phloroglucinol (spasfon) ou de la trimébutine, agissent en soulageant la gêne abdominale.

Les solutions homéopathiques face à la gastro entérite

L’homéopathie propose plusieurs souches contre la gastro. Ainsi, Nux vomica lutterait à la fois contre les vomissements chez l’adulte et les crampes, quand Veratrum album conviendrait plus en cas de vomissements chez l’enfant. Arsenicum album et Ipeca seraient adaptés contre la diarrhée et China rubra en cas de fièvre.

L’aromathérapie

La principale huile essentielle vers laquelle se tourner en cas de gastro entérite est celle de Cannelle écorce. Elle est réputée pour son action anti-virale et son effet stimulant sur l’immunité. Elle doit être avalée, à raison d’une à deux gouttes dans une gélule ou sur un morceau de mie de pain. Attention : elle ne doit pas être utilisée chez les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que chez les enfants. Elle est également caustique pour la peau.
Les huiles essentielles de citron ou de menthe poivrée sont efficaces, simplement respirées, pour diminuer les nausées. Pour les utiliser, il suffit de quelques gouttes sur un mouchoir, que l’on hume lors des phases difficiles.

Les probiotiques en cas de gastro

Notre flore intestinale joue des rôles multiples dans notre corps, notamment au niveau immunitaire. Tout déséquilibre de la flore peut avoir des conséquences importantes. On peut renforcer cette flore à l’aide de probiotiques, des souches de micro-organismes vivants encapsulés que l’on avale pour qu’ils parviennent aux intestins. Certaines permettent de réduire la durée de la diarrhée. Il s’agit principalement des lactobacilles Lactobacillus caseii GG et Lactobacillus reuteri et de Saccharomyces boulardii.


Notre sélection :

Doit-on consulter le médecin en cas de gastro ?

La déshydratation est l’un des principaux dangers représentés par la gastro entérite.
Les enfants en bas-âge sont plus fragiles que les adultes face à la maladie et doivent donc faire l’objet d’une attention particulière.
Dans tous les cas, si des signes de déshydratation sont présents, il faut impérativement appeler le SAMU (15). Ces signes sont des difficultés à marcher, la bouche sèche, la peau qui conserve la marque du pli cutané, un état de faiblesse, la faible quantité d’urine, de larmes ou de sueur, l’accélération du pouls, des céphalées, des vertiges, de la fatigue, une somnolence et des signes de confusion.

Chez le jeune enfant

Il faut consulter un médecin dans la journée lorsque l’enfant touché par la diarrhée est âgé de moins de trois mois, vomit plusieurs fois par jour ou ne s’alimente plus. Le médecin devra également être consulté le jour même en cas de forte fièvre ou si ses selles sont sanglantes.
Des vaccins efficaces contre rotavirus ont été élaborés. Ils permettent de prévenir les gastro entérites causées par ce virus et de maximiser la protection des enfants face à la maladie.

Chez l’adulte

Le médecin doit être vu dans la journée si la personne concernée est âgée de plus de 75 ans, a un affaiblissement de ses défenses immunitaires, est atteinte d’une maladie chronique, souffre de douleurs à la tête ou au ventre, vomit ou a de la fièvre.
Le médecin devra être consulté rapidement si la gastro entérite survient suite à un séjour dans un pays tropical, si la diarrhée est suivie ou précédée de phases de constipation, si elle persiste au-delà de deux jours, si ces symptômes apparaissent suite à la prise d’un nouveau médicament, ou si la gastro entérite dure plus d’une semaine.


Dans la plupart des cas, la gastro entérite est synonyme de quelques jours désagréables à passer, au repos, en n’oubliant pas de s’hydrater. Mais elle peut être dangereuse pour les enfants, en raison du risque de déshydratation. La réhydratation est impérative.
S’il n’existe pas de médicaments pour soigner une gastro entérite d’origine virale, il est possible d’en apaiser les principaux symptômes (diarrhée, vomissements, nausées, fièvres et douleurs) à l’aide de médicaments.