Hyperthyroïdie : un trop plein d'hormones

Hyperthyroïdie : un trop plein d'hormones

La thyroïde est une glande endocrine située au niveau du cou. Elle produit 2 hormones (la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4)) qui participent au bon fonctionnement de l'organisme. Lorsque la thyroïde sécrète trop d'hormones, on parle d'hyperthyroïdie.

Comment reconnaître l’hyperthyroïdie ?

Moins fréquente que l'hypothyroïdie, l'hyperthyroïdie survient majoritairement chez les femmes âgées de 20 à 40 ans.

Elle peut se manifester par :

  • une accélération du rythme cardiaque, des palpitations,
  • des troubles de la régulation de la température du corps (transpiration, mains moites, soif excessive),
  • des troubles du système nerveux (insomnie, nervosité, dépression),
  • des troubles du système digestif (selles fréquentes),
  • des troubles de l'état général (fatigue permanente, faiblesse musculaire, perte de poids importante, règles moins fréquentes et moins abondantes, baisse du désir sexuel, peau fine, cheveux cassants).

Hyperthyroïdie : quelles origines ?

L'hyperthyroïdie peut être d'origine auto-immune (maladie de Basedow), tumorale (adénome toxique) ou inflammatoire (thyroïdite). Elle peut également être causée par une surcharge en iode ou un excès d'hormones thyroïdiennes de synthèse.

La maladie de Basedow est la cause la plus fréquente d’hyperthyroïdie. Dans cette pathologie auto-immune, les anticorps empêchent la TSH (hormone secrétée par l'hypophyse) de jouer son rôle de régulateur et stimulent excessivement la thyroïde. La maladie se reconnaît à ses symptômes : goitre (augmentation du volume de la thyroïde), gonflement au niveau des tibias, exophtalmie (yeux globuleux).

L'adénome toxique est la seconde cause d’hyperthyroïdie. Il correspond à la formation de nodules ou tumeurs qui prennent le contrôle de la glande thyroïde. La production d'hormones thyroïdiennes n'est plus régulée, leur concentration dans le sang augmente.

Une inflammation de la glande thyroïde (ou thyroïdite) peut aussi être à l'origine de l’hyperthyroïdie. D'origine infectieuse (thyroïdite de De Quévrain) ou survenant après la grossesse (thyroïdite post-partum), elle n’entraîne qu'une hyperthyroïdie de courte durée.

L'hyperthyroïdie peut aussi être liée à un excès d'iode, principalement dû à la prise de certains médicaments comme l'amiodarone, l’interféron ou le lithium. Les médicaments à base d'hormones thyroïdiennes, utilisés dans le traitement de l’hypothyroïdie peuvent aussi en être responsables.

Plus rarement, la maladie est causée par une production surabondante de TSH (thyréostimuline) par une tumeur de l'hypophyse. On parle alors d’hyperthyroïdie secondaire.

Comment diagnostiquer l'hyperthyroïdie ?

Le diagnostic de l’hyperthyroïdie s'effectue de la même manière que celui de l’hypothyroïdie.

Le médecin commence par une palpation du cou, puis procède à un dosage sanguin des hormones thyroïdiennes et de l’hormone TSH. L’hyperthyroïdie est confirmée si le taux d'hormones thyroïdiennes est élevé et le taux de thyréostimuline (TSH) très bas.

D'autres examens peuvent compléter le diagnostic : un dosage d'anticorps pour confirmer une maladie de Basedow, une échographie, une scintigraphie, un électrocardiogramme.

Hyperthyroïdie : quels traitements ?

L'hyperthyroïdie est traitée par des médicaments contenant des antithyroïdiens de synthèse qui empêchent la production de nouvelles hormones thyroïdiennes.

En cas de récidive, un traitement à l'iode radioactif permet de détruire de manière permanente une partie des cellules thyroïdiennes. Il provoque souvent un état permanent d'hypothyroïdie, facilement traité grâce à des médicaments contenant des hormones de synthèse. Ce type de traitement ne peut être utilisé chez la femme enceinte ou allaitante car il est capable de détruire la thyroïde du fœtus.

Si aucun des traitements ne fonctionne, le médecin peut envisager une ablation chirurgicale partielle ou totale de la thyroïde. L'opération fait diminuer les taux sanguins d'hormones et peut entraîner une hypothyroïdie.

Des traitements spécifiques peuvent aussi être utilisés pour diminuer les symptômes.

Lire aussi :

Hypothyroïdie : une thyroïde paresseuse