Test de Fagerström : évaluer la dépendance physique à la nicotine

Test de Fagerström : évaluer la dépendance physique à la nicotine

Le test de Fagerström permet d'évaluer le degré de dépendance à la nicotine. Il est utilisé par les tabacologues pour adapter la prise en charge du sevrage tabagique (choix du médicament, posologie). Le test est constitué de questions portant sur les habitudes du fumeur. Très rapide, il ne prend que quelques secondes. A la fin du questionnaire, le patient obtient un score qui correspond à son degré de dépendance : plus le score est élevé plus la dépendance est forte.

Pour calculer votre degré de dépendance, répondez aux questions qui suivent puis reportez-vous aux interprétations.

Combien de temps après votre réveil fumez-vous votre première cigarette ? Dans les 5 premières minutes 3
Entre 6 et 30 minutes 2
Entre 31 et 60 minutes 1
Après 60 minutes 0
Trouvez-vous difficile de vous abstenir de fumer dans les endroits où c’est interdit ? Oui 1
Non 0
À quelle cigarette de la journée renonceriez-vous le plus difficilement ? La première le matin 1
N’importe quelle autre 0
Combien de cigarettes fumez-vous par jour en moyenne ? 10 ou moins 0
11 à 20 1
21 à 30 2
31 ou plus 3
Fumez-vous à un rythme plus soutenu le matin que l’après-midi ? Oui 1
Non 0
Fumez-vous lorsque vous êtes malade, au point de devoir rester au lit presque toute la journée ? Oui 1
Non 0
TOTAL     


Interprétations du résultat :

SCORE DE 0 À 2 :
Le sujet n’est pas dépendant à la nicotine. Il peut arrêter de fumer sans avoir recours à des substituts nicotiniques. Si toutefois le sujet redoute l’arrêt, le médecin peut lui donner des astuces comportementales (jeter les cendriers, boire un verre d’eau…) ou lui conseiller d’appeler Tabac Info Service au 39 89.


SCORE DE 3 À 4 :
Le sujet est faiblement dépendant à la nicotine. Il peut arrêter de fumer sans avoir recours à un substitut nicotinique. En cas de manque ou de difficultés passagères (irritabilité, manque, envie très forte…), le médecin peut éventuellement lui indiquer la prise d'un substitut nicotinique par voie orale (comprimé à sucer, gomme à mâcher, comprimé sublingual…). Si le sujet redoute l’arrêt, le médecin peut lui conseiller d’appeler Tabac Info Service au 39 89 pour recevoir des conseils et du soutien.


SCORE DE 5 À 6 :
Le sujet est moyennement dépendant. L’utilisation des traitements pharmacologiques de substitution nicotinique va augmenter ses chances de réussite. Les conseils du médecin seront utiles pour l’aider à choisir la galénique la plus adaptée à son cas.


SCORE DE 7 À 10 :
Le sujet est fortement ou très fortement dépendant à la nicotine. L’utilisation de traitements pharmacologiques est recommandée (traitement nicotinique de substitution ou bupropion LP ou varenicline). Ce traitement doit être utilisé à dose suffisante et adaptée. En cas de difficulté, le médecin va orienter le patient vers une consultation spécialisée.



Lire aussi :
 
Sevrage tabagique : quelles solutions ?
Substituts nicotiniques : adapter le traitement à sa dépendance
Consommation de tabac : attention danger !