Que faire en cas de fièvre ?

Que faire en cas de fièvre ?
La fièvre est un des symptômes les plus courants lorsque nous sommes malades. Elle traduit une augmentation de la température corporelle et on estime qu’elle est présente lorsque la température interne dépasse les 38°C. La fièvre touche tous les âges et malgré l’inconfort qu’elle peut susciter, elle n’est pas un danger en elle-même. Elle ne fait que répondre à la présence d’une infection virale et témoigne de la mise en route des défenses immunitaires. Elle est, dans ce cas, provoquée par la libération de protéines par les globules blancs qui sont responsables de la lutte contre les microbes. La fièvre peut aussi être le résultat d’un coup de chaleur dans lequel c'est l'incapacité que l'on a à se rafraîchir qui provoque l’augmentation de la température corporelle.

Savez-vous reconnaître les signes de cette réaction immunitaire normale ? Connaissez-vous les traitements possibles ?

Pour tout savoir des symptômes selon l’âge des patients (nourrissons, enfants, adultes) et des solutions naturelles ou médicamenteuses pour les faire disparaître, lisez attentivement ce qui suit !

Les symptômes de la fièvre et les complications

Diverses causes sont possibles lorsqu’il s’agit d’expliquer une hausse de la température corporelle. Infections bactériennes ou virales, inflammations, cancer, intolérance à un médicament... peuvent provoquer une production de chaleur trop importante au regard des capacités de régulation de notre organisme. La température corporelle est habituellement de 37°C. Lorsque celle-ci dépasse 38°C, des manifestations commencent à apparaître. Parmi les principaux symptômes, on retrouve :
  • Une transpiration accrue qui amène à une perte en eau et en sel. Le principal risque de ce symptôme étant bien évidemment la déshydratation.
  • Une accélération des battements cardiaques
  • Une perte de poids
  • La manifestation probable de symptômes sous-jacents : migraine (lien fiche migraine), état fébrile , impression de chaleur, gêne à la lumière.
  • La fatigue
  • Une sensation de mal être

Fièvre chez le nourrisson

Chez un bébé, la fièvre est aussi une réaction naturelle pour lutter contre les infections. Son intensité n’a toutefois aucun rapport avec la gravité d’une quelconque maladie.

Respiration plus rapide, transpiration, pleurs, agitation...sont des signes qui ne trompent pas lorsque votre nourrisson a de la fièvre. Les causes principales de la fièvre chez un bébé sont généralement les maladies infantiles du type varicelle, rougeole ou encore roséole. Parfois, il arrive que les effets de l’injection d’un vaccin puisse engendrer de la fièvre tout comme une poussée dentaire.

La fièvre ne doit cependant pas durer et ne pas monter en intensité. Dans ce cas, il arrive que des complications surgissent. Chez un enfant de moins de 3 mois, et pour un température supérieure à 39°C, il se peut que des signes neurologiques comme des convulsions fassent leur apparition. Elles sont d’ailleurs assez fréquemment observées. La fièvre entraîne également des battements du cœur accélérés et une transpiration élevée afin d’éliminer l’excès de chaleur de l’organisme. Lorsque vous constatez des cris ou des pleurs anormaux chez votre bébé de moins de 3 mois accompagnés de température, il est vivement conseillé de consulter un médecin en urgence.

Fièvre chez l’enfant

Chez l’enfant, les symptômes vont être légèrement différents. On retrouve par exemple les signes neurologiques comme les convulsions mais on peut aussi observer des délires, une diminution de l’activité ou encore une perte d’appétit.

A ceux-là peuvent s’ajouter des symptômes plus graves et nécessitant une consultation en urgence. Il s’agit :
  • d’une grosse toux accompagnée d’une gêne respiratoire,
  • d’une éruption de boutons ou tâches rouges,
  • de vomissements et/ou de diarrhées 

Fièvre chez l’adulte

La fièvre chez l’adulte s’accompagne de symptômes multiples. Douleurs articulaires, courbatures, céphalées, frissons sont les plus courants. Les personnes cardiaques sont plus à risque lors d’une montée de température car pour que la chaleur soit éliminée, le pouls aura tendance à s’accélérer (cela permet de faire parvenir plus de sang vers la peau). Les risques de crises cardiaques sont ainsi relativement possibles.

Que ce soit chez le bébé, l’enfant ou l’adulte, l’augmentation de la température interne provoque une déshydratation.

Comment mesurer la fièvre ?

Avant de vouloir faire baisser la fièvre, il est essentiel de savoir la mesurer correctement. Pour cela, il faut s’équiper d’un thermomètre.

Divers types de thermomètres existent :
  • le thermomètre à colonne. Aussi appelé thermomètre à Gallium, cet instrument de mesure est en verre et contient des graduations. Il comporte un réservoir rempli de métaux liquides (liquide qui a remplacé le mercure, devenu interdit dès 1999) qui, sous l’effet de la chaleur,  se dilatent dans le corps du thermomètre. Ce type de thermomètre permet de mesurer la température buccale, axillaire et rectale. 
  • Le thermomètre électronique. Il peut se placer dans le rectum, sous le bras ou dans la bouche. L’affichage de la température se fait en quelques secondes (en moyenne entre 40 et 60 secondes).
  • Le thermomètre infrarouge. C’est un appareil électronique muni d’une sonde qui évalue la température du corps à partir des rayonnements infrarouges.  Le résultat s’affiche très rapidement. Ce thermomètre prend la température frontale, tympanique ou temporale. Il ne nécessite pas forcément de contact. 
  • Le thermomètre digital pour les bébés et enfants de moins de 4 ans. Ce thermomètre est spécialement adapté à la prise de température des nourrissons car il est directement intégré au sein d’une tétine. 

Notre sélection :

D’autres indicateurs de températures sont commercialisés. Il s’agit notamment des bandeaux de cristaux liquides (à poser sur le front) qui permettent de savoir si oui ou non vous avez de la fièvre. Attention, toutefois, ils ne donnent pas une mesure précise de votre température corporelle. Il faudra alors compléter la mesure par un thermomètre s’il vous indique que vous êtes fiévreux. Retrouvez par exemple, F-Test indicateur frontal de température pour connaître votre état.

Comment faire baisser la fièvre ?

Après avoir vérifié que votre température corporelle excédait bien les 38°C, plusieurs techniques pour faire baisser la fièvre sont envisageables. Un traitement médicamenteux ou à partir de plantes et d’huiles essentielles n’est pas toujours systématique.

Cependant, il est à rappeler qu’à partir de 40°C, une fièvre doit être vraiment prise au sérieux et qu’au-delà de 41°C, elle devient ce qu’on appelle une hyperthermie maligne (le pronostic vital rentre en jeu). Cette dernière est l’effet secondaire le plus redouté des neuroleptiques. Le but des solutions proposées ci-après est principalement de soulager les symptômes liés à la fièvre.

Premièrement, il est possible de gérer sa fièvre en adoptant des gestes simples comme :
  • Se découvrir
  • S’hydrater régulièrement avec de l’eau plate,
  • Dormir mais, encore une fois, sans trop vous couvrir !
  • Alléger son alimentation pour éviter à l’organisme de perdre de son énergie à digérer
  • Aérer son habitat
Ces quelques conseils sont aussi applicables pour les plus petits.

Les médicaments contre la fièvre

Les médicaments contre la fièvre sont surtout utilisés pour le confort qu’ils procurent. Le paracétamol, l’aspirine et l’ibuprofène sont les solutions médicamenteuses les plus populaires. Que ce soit pour un enfant ou pour un adulte, le paracétamol sera pris en première intention car il convient à une plus large catégorie de patients. Vous le retrouvez sous le nom de doliprane, d'efferalgan ou de dafalgan. Il donne également moins d’effets indésirables. Pour connaître plus précisément les dosages à adopter : référez-vous à notre article sur le paracétamol.

L’ibuprofène est un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien qui peut être délivré sans ordonnance. C’est un antipyrétique qui peut vous aider à faire baisser la fièvre. Ce type de médicament nécessite des précautions car même s’il permet de soulager les courbatures et la sensation de mal être engendrée par la fièvre, il n’est pas recommandé de le prendre en cas de varicelle (il peut favoriser l’infection). l’ibuprofène est également interdit si vous êtes enceinte ou si vous souffrez de problèmes aux reins, au cœur ou au foie.

L’aspirine est à la fois un anti-inflammatoire, un antipyrétique et un antalgique. Il est très intéressant pour faire baisser la température corporelle. Comme l’ibuprofène, il est doté de quelques contre-indications. Par exemple, il n’est pas possible de l’associer avec d’autres traitements comme les anti-coagulants ou les anti-HTA (anti hypertenseurs). Il est également déconseillé de l’utiliser en cas de grossesse.

Un principe d’alternance peut être mis en place en cas de forte fièvre. Par exemple, si vous prenez du paracétamol et que votre fièvre est toujours supérieure à 38,5°C après 3 heures, il est possible de prendre de l’ibuprofène. Le paracétamol se prend toutes les 6 heures (l’échelle sera la suivante : 0h-6h-12h-18h-24h) et l’ibuprofène peut se prendre en complément au niveau de la troisième heure, la neuvième heure, la quinzième heure et la vingt et unième heure. Quoi qu’il en soit, la fièvre est un symptôme d’une infection sous-jacente. Pour vous en débarrasser efficacement, il convient de traiter la cause. Parce qu’il n’est pas prudent de s’auto-médicamenter, consultez un médecin ou demandez l’avis d’un pharmacien sur les traitements délivrables sans ordonnance.

Fièvre et phytothérapie

Les plantes ont des vertus médicinales qui peuvent aisément contribuer à faire disparaître la fièvre. Les tisanes non sucrées à base de fleur de sureau, de gingembre et d’achillée mille feuilles sont idéales car ces plantes favorisent la transpiration et font parvenir le sang à la peau pour ainsi diminuer la température.

Les plantes comme le saule et la Reine des prés sont préconisées pour faire tomber la fièvre. Grâce à sa teneur en flavonoïdes et en salicine, le saule est traditionnellement employé pour traiter les fièvres modérées. La Reine des prés contient des substances proches de celles du saule et aurait donc la même action. Elle sont disponibles sous forme de gélules pour une prise simple et rapide ou encore sous forme d'infusions, idéales pour les personnes ne pouvant avaler les gélules. 


Notre sélection :


Fièvre et aromathérapie

Certaines huiles essentielles peuvent être très intéressantes lorsque vous avez de la fièvre. Elles vont avoir une action régulatrice sur les montées de fièvre et aider à diminuer la température progressivement. Elles accompagneront votre état de santé et amélioreront votre confort au quotidien.

Pour se sentir mieux, on pourra faire appel par exemple aux huiles essentielles de :
  • Gaulthérie odorante. Elle agirait comme un antalgique et un antipyrétique. Elle se rapprocherait des effets des médicaments et convient généralement aux adultes et enfants de plus de 6 ans. 
  • Ravintsara. Cette huile boosterait les défenses immunitaires et serait antivirale. Son action se résumerait à combattre les virus et les bactéries à l’origine de la fièvre. Elle convient aux adultes et enfants de plus de 6 ans.
  • Thym à Thymol. Le thym à thymol serait une huile anti-infectieuse : elle enlèverait les agents infectieux à l’origine de la fièvre. Elle peut être utilisée par les adultes et les enfants de plus de 6 ans. 
  • Lavande fine : L’huile essentielle de lavande fine aurait des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires. Elle est réservée à l’adulte et aux enfants de plus de 3 ans. 
  • Thym à linalol : Elle agirait comme un véritable stimulant immunitaire et serait réputée pour lutter contre la fatigue. Elle vous aidera sûrement à combattre les effets de la fièvre et peut convenir aux enfants de plus de 6 ans grâce à des composants très doux. Elle lutterait contre les infections à l’origine de la fièvre. 

Notre sélection :


Pour rappel, les huiles essentielles ne vous dispensent pas de consulter un médecin. Il faut également faire attention aux dosages et à la posologie. De nombreuses huiles ne conviennent pas à tout le monde (enfants, femmes enceintes ou allaitantes...) et peuvent provoquer des réactions allergiques. Elles peuvent également ne pas être compatibles avec d’autres traitements en cours. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien.

En définitive, la fièvre est un moyen naturel pour votre corps de se défendre contre les virus et autres bactéries. Elle se traduit par une montée de la température corporelle qui peut être stoppée aux moyens de solutions médicamenteuses, de la phytothérapie ou de l’aromathérapie. Des habitudes simples sont aussi à prendre pour soulager les symptômes liés à la fièvre.