Dulcolax 30 comprimés


Constipation occasionnelle
  • Pour qui Pour qui : Adulte
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie orale
  • Femme enceinte Femme enceinte : Non autorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : Non autorisĂ©
  • Forme Forme : ComprimĂ©s

5,39 â‚¬
5,39 â‚¬
 Dulcolax en comprimé est un médicament laxatif stimulant. Il peut être utilisé ponctuellement en cas de constipation occasionnelle.

Il contient, comme substance active, du bisacodyl (5 mg par comprimé).
Ses excipients sont : le lactose monohydraté, l' amidon de maïs anhydre, l' amidon soluble, le glycérol (85%), le stéarate de magnésium. L'enrobage est composé de stéarate de magnésium, de saccharose, de gomme arabique, de dioxyde de titane, de talc,de macrogol 6000, d' Eudragit L 100, d' Eudragit S 100, d' huile de ricin, d' oxyde de fer jaune, de cire d'abeille blanche, de cire de Carnauba et de gomme laque.

Posologie du médicament Dulcolax comprimé

Chez l'adulte la posologie est de 1 ou 2 comprimés maximum (à avaler sans croquer). Il est préférable de prendre ce médicament le soir, il agit dans les 10 h suivant son administration. Si vous le prenez le matin à jeun son délai d'action est d'environ 5 h.

La durée de ce traitement contre la constipation occasionnelle ne doit pas dépasser 10 jours.

Précautions d'emploi et mises en garde du médicament Dulcolax comprimé

Vous ne devez jamais utiliser Dulcolax comprimé en cas d'allergie à l'un des constituants de ce médicament, ni en cas de constipation chronique. Son utilisation est également interdite en cas de déshydratation sévère et si vous souffrez de certaines affections intestinales (recto-colite et maladie inflammatoire), ni en cas de douleur abdominale d'origine inconnue.

Le médicament Dulcolax comprimé ne doit pas être associé avec la prise de certains médicaments comme l'amiodarone, le brétylium, les quinidiniques, le sotalol, l'astémizole, le bépridil, l'érythromycine , le disopyramide, L'halofantrine, la pentamidine, le sultopride, la terfénadine, la vincamine. Pour plus d'informations, consulter la notice avant toute prise de Dulcolax en comprimé.

Dulcolax comprimé peut provoquer des pertes électrolytiques, notamment en potassium, pouvant être grave pour le cœur. Il est à utiliser avec précaution et sous surveillence médicale, chez les insuffisants rénaux et chez la personne âgée.
Attention, ce médicament (comme tout laxatif stimulant) est exclusivement réservé au traitement d'une constipation occasionnelle, et il ne doit pas être associé à tout autre médicament laxatif.

En cas de constipation récente inexpliquée et si la constipation est accompagnée de douleurs, de fièvre, de gonflement du ventre, vous devez consulter.
La prise du médicament Dulcolax comprimé peut provoquer des effets indésirables notamment des douleurs abdominales occasionnées par les spasmes lors de la défécation, pouvant entraîner des vertiges voire des syncopes. Des nausées, des diarrhées, des vomissements, des douleurs anorectales peuvent également accompagner la prise de ce traitement.

La constipation occasionnelle peut être due à des modifications de vie ponctuelle (voyage) ou à de mauvaises habitudes alimentaires. Il est important de respecter une bonne hygiène diététique lorsque vous êtes confronté à une constipation occasionnelle, comme une augmentation des apports alimentaires d'aliments riches en fibres et de consommation d'eau et de jus de fruits, ainsi q'une activité physique plus importante.

Dulcolax comprimé ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, ni au cours de l'allaitement.

Conditionnement : boite de 30 comprimés enrobé

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

La constipation est caractérisée par une diminution de la fréquence des selles associée à une difficulté à les évacuer. La personne va à la selle moins que trois fois par semaine, les selles sont dures et l’évacuation douloureuse. Des symptômes sont souvent associés comme les ballonnements, une sensation d’inconfort au niveau du ventre.

La constipation peut être passagère, ponctuelle ou durer dans le temps (plus de six mois) et donc être chronique.


Les facteurs favorisants la constipation occasionnelle


Le régime alimentaire et le mode de vie


La constipation a un lien fort avec le régime alimentaire et le mode de vie. L’alimentation de la personne constipée n’est pas assez riche en fibres, souvent elle ne boit pas assez et son activité physique est réduite.

La constipation occasionnelle peut être liée à un stress, un voyage, une hospitalisation, un alitement, une sédentarité, des nouveaux médicaments. Chez la femme, certaines périodes du cycle menstruel, la grossesse ou la ménopause peuvent aussi être à l’origine d’une constipation ponctuelle et passagère.


Le blocage psychologique


La personne peut aussi d’elle-même bloquer l’émission de selles pour éviter la douleur que celle-ci engendrait comme en cas d’hémorroides ou de fissures anales.

Prise en charge de la constipation


Des mesures hygiéno-diététiques comme premier traitement


Comme dit précédemment en cas de constipation occasionnelle la première chose à faire est d’adapter son régime alimentaire. Il vous faut manger plus de fruits (framboise, rhubarbe), de légumes (haricots, poireaux), de pain complet. Vous pouvez consommer des fruits secs comme les figues et les pruneaux. Tous ces aliments permettront d’augmenter votre prise de fibres mais essayer de le faire graduellement 15 à 40 g par jour afin d’éviter les ballonnements. Les fibres sont essentielles car ce sont elles qui régulent votre transit en effet, elles retiennent l’eau, augmentent le volume de vos selles et stimulent les contractions de l’intestin.

Attention à boire suffisamment d’eau (soupe, jus de fruits, tisanes, infusions) au moins 1.5 litre par jour.

Vous ne devez pas être sédentaire. Il vous est recommandé d’avoir une activité physique quotidienne la marche, ou le vélo devront être préférés à la voiture.

Un traitement laxatif

Une aide par un traitement laxatif peut être envisagé si les mesures hygiéno-diététiques n’ont rien donné. Il existe différents types de laxatifs : les laxatifs stimulants, osmotiques, de lests, lubrifiants, et locaux. Il vous est conseillé de demander l’avis de votre pharmacien ou de votre médecin. Attention à bien respecter la notice et soyez sûr que ce traitement est adapté à votre profil. Une fois que la constipation est régulée, ne prolongez pas la prise de laxatifs.

Les laxatifs stimulants vont augmenter la motricité de l’intestin. Ce sont des laxatifs puissants qui ont une action forte et rapide. Ce traitement doit être bref pas plus de 8, 10 jours. En effet, à long terme ces traitements peuvent être responsables de dépendance, de pertes électrolytiques, notamment de potassium, ce qui présente un risque d’hypokaliémie et donc un danger pour le cœur.

Ces laxatifs stimulants sont deux sortes :

  • les dérivés anthraquinoniques (anthracéniques) qui sont d'origine végétale, on les retrouve dans le séné, la bourdaine, la rhubarbe, le cascara, l’aloès… Les spécialités concernées sont Pursennide, Senokot, dragées Fuca par exemple. Ces plantes peuvent être retrouvées dans des tisanes comme la tisane Boldoflorine.
  • Les dérivés du diphénylméthane comme le bisacodyl contenu dans Contalax, et Dulcolax, le bisoxatine, le picosulfate de sodium (Fructine)

D’autres laxatifs peuvent être employés : Les laxatifs lubrifiants comme l’huile de paraffine, le lansoyl, le lubentyl favorisent le glissement des selles jusqu’au rectum puis leur élimination. Eux aussi sont à utiliser occasionnellement car ces laxatifs enduisent la matière fécale et les parois de l’intestin de matière lubrifiante, ce type de laxatif peut à long terme diminuer l’absorption de vitamines liposolubles A, D, E ou K.

Les laxatifs osmotiques à base de lactulose ou de macrogol attirent l’eau dans l’intestin et augmentent ainsi l’hydratation des selles et leur fréquence d’évacuation. Des laxatifs de lest à base de psyllium et d’ispaghul comme dans Spagulax, Transilane gonflent au contact de l’eau, ils augmentent ainsi la masse et le volume des selles. Ils ont un effet plus doux et ne sont pas irritants.

Il existe aussi des laxatifs locaux sous forme de suppositoires à la glycérine, eductyl ou des micro-lavements (Microlax). Ils déclenchent le réflexe d’élimination des selles dans un délai court. Leur utilisation doit être ponctuelle car ils peuvent par perte du réflexe d’exonération déclencher une incontinence.
Alix de Colnet

Alix de Colnet

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 09/08/2019