Rejoignez-nous !
Livraison prévue demain !

Tendinites : causes, symptômes et traitements

  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Tendinites : causes, symptômes et traitements
Transitoire, mais particulièrement gênante, la tendinite est un trouble musculo-squelettique dû à une sollicitation importante des tendons. Elle concerne surtout les sportifs, mais peut aussi survenir chez les travailleurs qui effectuent des mouvements répétitifs. La guérison d’une tendinite prend souvent du temps, c’est pourquoi il est essentiel de connaître les mesures de prévention et de réagir dès les premiers signes pour réduire les risques de complications. Pharma GDD vous explique les causes de la tendinite, les symptômes et les traitements à mettre en place pour la soigner correctement.

Qu’est-ce qu’un tendon ?

Situés aux extrémités des muscles, les tendons transfèrent la force musculaire aux os pour permettre tous les mouvements du corps. Ce sont des faisceaux de fibres solides et lisses, entourés d’une membrane appelée épitendon. Ils sont composés de 70 % d’eau, de collagène, de glycoprotéines et de protéoglycanes. Ils sont très peu vascularisés et résistent aux tensions tout en étant élastiques. Certains tendons, notamment ceux qui passent sur des saillies osseuses, sont entourés d’une gaine (paratendon) qui les protège et produit un liquide lubrifiant, la synovie, dont le rôle est de favoriser le glissement des tendons lors des mouvements. En cas d’usure, et en l’absence de trouble tendineux, de nouvelles fibres viennent remplacer les anciennes, faisant des tendons de véritables tissus vivants.

Tendinite tendon d'Achille - Source image : https://www.chirurgie-orthopedique-paris.com

Quelles sont les causes des tendinites ?

Par abus de langage, on a tendance à désigner toutes les douleurs aux tendons par le terme tendinite. Or, ces douleurs devraient plutôt être qualifiées de tendinopathies. En effet, si la tendinite résulte d’une inflammation, les douleurs tendineuses sont plus souvent liées à une dégénérescence d’origine non inflammatoire. On parle alors de tendinose ou de tendinopathie de surcharge.

Les causes sportives

La pratique du sport constitue la cause principale des tendinites. Ainsi, le tendon peut subir une inflammation suite à un effort ayant forcé sur ses capacités de résistance. Le manque d’échauffement avant l’effort est également une cause fréquente de tendinite, car cela prive les tendons d’une préparation adaptée à la sollicitation. L’essai d’un nouveau sport comporte également un risque de tendinite. Enfin, il faut accorder une attention particulière au matériel, en particulier les chaussures, et s’assurer que tous les équipements conviennent à la discipline pratiquée, faute de quoi les tendons peuvent se retrouver fragilisés.

Les mouvements répétitifs

Outre le sport, les mouvements répétitifs et les postures qui contraignent les tendons peuvent entraîner des tendinites. On retrouve ce cas de figure chez les personnes qui travaillent sur une ligne de production, les chauffeurs de bus, les hôtes et hôtesses de caisses, les agents d’entretien, les travailleurs du bâtiment… La répétition quotidienne des mêmes mouvements sollicite les tendons de manière excessive et favorise à la fois l’inflammation, en cause dans la tendinite, et la dégénérescence des fibres de collagène.

Les facteurs de risque personnels

Certaines personnes, en raison de leur mode de vie ou de leur état de santé, sont plus exposées que d’autres à l’apparition d’une tendinite. Ainsi, le tabagisme, la sédentarité et l’âge constituent des facteurs favorisants. La prise de certains médicaments peut également fragiliser les tendons, tout comme certaines pathologies. La maladie de Dupuytren, par exemple, provoque un épaississement et un rétrécissement des tissus situés sous la peau de la paume des mains. Les tendons qui se rattachent aux doigts ne peuvent plus bouger librement, ce qui peut générer une tendinite puis une dégénérescence des tendons du muscle palmaire.

Les tendinites les plus courantes

Tous les tendons peuvent être touchés par une tendinite. Lorsque l’inflammation concerne les extrémités, très sensibles, on parle de tendinopathie d’insertion ou d’enthésopathie. Quand la gaine protégeant le tendon est inflammée elle aussi, il s’agit d’une ténosynovite. D’après les spécialistes, les tendinites les plus couramment observées sont :
  • la tendinite de l’épaule, également connue sous le nom de tendinite de la coiffe des rotateurs ou tendinite du muscle sus-épineux ;
  • la tendinite du coude, aussi appelée épicondylite ou tennis elbow (car très répandue chez les pratiquants de tennis) ;
  • la tendinite du tendon d’Achille, ou tendinite calcanéenne ;
  • la tendinite du tendon rotulien ;
  • le syndrome de l’essuie-glace (tendinite sur le côté du genou) ;
  • la tendinite de De Quervain (tendons du pouce, rattachés au poignet) ;
  • la pubalgie (tendinite des adducteurs).

Les symptômes d’une tendinite

Le plus souvent, la tendinite s’installe de façon progressive. D’abord imperceptible, elle se manifeste ensuite par une douleur localisée plus ou moins intense, parfois lancinante. Dans un premier temps, la douleur est ressentie seulement après et pendant les efforts qui sollicitent le tendon atteint. En l’absence de prise en charge, elle devient omniprésente, y compris au repos, et peut être accentuée lorsque l’on touche la zone.

Chez certaines personnes, la douleur liée à la tendinite est associée à une perte de force, un échauffement et/ou un gonflement de la partie du corps concernée. Des contractures peuvent également apparaître, ainsi qu’une rougeur cutanée. La classification de Blazina permet de distinguer les différents stades d’une tendinite :
  • stade 1 : douleur après l’effort, qui disparaît au repos ;
  • stade 2 : douleur pendant l’effort ;
  • stade 3 : douleur continue, qui gêne la vie quotidienne et la pratique sportive ;
  • stade 4 : rupture du tendon.
La gravité d’une tendinite est évaluée par un médecin grâce à l’analyse des signes cliniques. Des examens complémentaires comme une échographie ou une IRM peuvent également être réalisés pour mieux comprendre l’origine de la tendinite et déterminer son stade. Si aucun traitement n’est mis en place, il y a un risque de tendinite chronique et de dommages irréversibles au niveau des tendons. Une autre complication possible est la calcification (dépôts de sels de calcium), qui entraîne une perte de mobilité, une raideur, voire un blocage articulaire. Par exemple, une tendinite au poignet peut évoluer vers un syndrome du canal carpien.

Comment prévenir les tendinites ?

Diverses mesures préventives peuvent être prises pour éviter les tendinites. Elles concernent essentiellement l’activité physique. Ainsi, l’échauffement est indispensable avant l’effort. D’une durée minimale de 10 minutes, il doit être progressif et inclure des étirements et des assouplissements des muscles et des tendons qui vont être sollicités. Il est important d’effectuer des gestes spécifiques à la discipline pratiquée. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à prendre des cours pour apprendre les bons mouvements, et à demander conseil à des professionnels pour faire les bons choix en termes d’équipement. Après l’effort, n’oubliez pas de bien vous étirer. Veillez à boire en quantité suffisante, que ce soit en phase de préparation, de récupération, ou pendant l’effort. En effet, la déshydratation et la perte en minéraux qui en résulte sont propices aux douleurs tendineuses, ligamentaires et musculaires. Finalement, si votre profession ou vos activités de loisirs (bricolage, jardinage) impliquent des mouvements répétitifs, instaurez des pauses régulières afin de ménager vos tendons.

Quel traitement pour soigner une tendinite ?

Pour bien soigner une tendinite et éviter les complications, il est recommandé de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes. Une fois le diagnostic confirmé, le médecin oriente généralement vers un kinésithérapeute. Dans la plupart des cas, le traitement d’une tendinite associe la physiothérapie et les médicaments antidouleur.

Adapter l’activité physique

Durant la phase aiguë de la tendinite, il est recommandé de diminuer les efforts, voire de stopper l’activité si la douleur est très intense. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le repos prolongé n’est pas conseillé, car il n’a pas que peu d’impact sur la guérison du tendon touché. L’idéal est donc de réduire l’intensité de l’effort pour favoriser la résorption de l’inflammation et la régénération des fibres potentiellement endommagées. Ensuite, il faut bien attendre la guérison complète, contrôlable par une échographie ou une IRM, avant de reprendre une activité soutenue. En effet, la reprise précoce du sport peut favoriser les récidives et les tendinites à répétition.

Les médicaments indiqués en cas de tendinite

Pour soulager les symptômes de la tendinite, en particulier la douleur, le paracétamol est conseillé en première intention, sur une courte période. Il n’a pas d’action sur l’inflammation ni sur la guérison du tendon. Il est aussi possible de se tourner vers les anti-inflammatoires par voie orale (ibuprofène), en pommade ou sous forme d’emplâtre imprégné à appliquer sur la zone concernée par la tendinite. Le recours à ces médicaments nécessite un avis médical préalable, et ne doit pas excéder 1 semaine. Attention, certains anti-inflammatoires, notamment le diclofénac, sont associés à un risque de photosensibilisation et impliquent donc de ne pas s’exposer au soleil.

La thermothérapie et le massage

La thermothérapie, et plus précisément la cryothérapie, est une technique non médicamenteuse qui peut intervenir lors de la phase aiguë de la tendinite. Ce traitement par le froid peut être mené à l’aide d’une vessie à glace, d’un coussin thermique placé au congélateur ou d’une poche de froid instantané. Le froid entraîne une vasoconstriction, exerce une action anti-inflammatoire et réduit les œdèmes. Pour éviter les brûlures, il est recommandé de placer un linge entre la peau et l’accessoire utilisé. Celui-ci peut être appliqué pendant 20 minutes. Il faut ensuite rester au moins 20 minutes à température ambiante avant l’application suivante.


En alternance avec la thermothérapie, il peut être intéressant d’effectuer des massages pour atténuer les douleurs aux tendons. Vous pouvez utiliser une crème ou un baume de massage spécifique contenant des actifs tels que l’arnica, le silicium, la gaulthérie, le camphre ou encore le menthol.


Vous pouvez aussi vous tourner vers l’aromathérapie et réaliser vous-même votre produit de massage*. Pour un soin d’urgence, en phase aiguë de la tendinite, diluez 2 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie couchée (ou gaulthérie odorante) dans 20 gouttes d’huile végétale de calophylle inophyle ou dans une huile à base d’arnica. Dans la semaine qui suit la fin de la phase aiguë, massez le tendon atteint 3 fois par jour avec le mélange suivant :
  • 30 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse italienne (antalgique) ;
  • 15 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie odorante ou d’eucalyptus citronné (anti-inflammatoire) ;
  • 15 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée (anesthésiante par le froid) ;
  • 15 gouttes d’huile essentielle de poivre noir ou d’ylang-ylang (antalgique) ;
  • 50 ml d’huile végétale de calophylle inophyle (antalgique et anti-inflammatoire).
Attention, cette recette ne peut pas être utilisée chez la femme enceinte ou allaitante, les enfants de moins de 12 ans, les personnes souffrant d’hypertension ou prenant un traitement anticoagulant.

Orthopédie : les orthèses pour la tendinite

Face à une tendinite, le port d’une orthèse adaptée à la zone du corps touchée est souvent conseillé : épaulière, bracelet anti-épicondylite, coudière, genouillère, orthèse de poignet, etc. En effet, cela limite les mouvements responsables des douleurs aux tendons et aide à la régénération lorsque les fibres de collagène ont subi des dommages. Les orthèses permettent de poursuivre les activités habituelles tout en réduisant les douleurs de la tendinite. Elles sont aussi recommandées dans le cadre de la reprise du sport après la guérison du tendon, et dans un but préventif. Alternative aux orthèses, le strapping permet d’immobiliser le tendon atteint grâce à une bande élastique adhésive.

La rééducation fonctionnelle

Effectuée chez un kiné, la rééducation fonctionnelle peut commencer dès que la phase aiguë de la tendinite est passée. Cette rééducation peut durer 3 à 6 mois selon le degré de gravité de la tendinite. Elle repose sur des étirements doux, du renforcement, des séances d’ultrasons et des massages. L’objectif de la rééducation fonctionnelle est de stimuler la formation de nouvelles fibres de collagène, qui viendront renforcer les tendons.

Les infiltrations et la chirurgie

Lorsque la tendinite résiste aux différents traitements présentés précédemment, des infiltrations de corticoïdes peuvent être envisagées. Une autre méthode consiste à injecter du PRP (platelet rich-plasma), un plasma riche en plaquettes sanguines, obtenu après centrifugation d’un prélèvement sanguin du patient. Les injections sont faites directement dans le tendon atteint, afin de lui apporter des facteurs de croissance. Selon les cas, 2 à 3 injections sont nécessaires. Elles sont espacées de 3 à 6 semaines et réalisées sous contrôle médical. Finalement, dans les cas les plus sévères, impliquant par exemple une déchirure du tendon, il faut passer par la chirurgie pour réparer les lésions.

En conclusion

La tendinite correspond à une inflammation d’un tendon. Elle est courante chez les sportifs, mais aussi chez les personnes qui effectuent des mouvements répétitifs en raison de leur profession ou de leurs loisirs. Le symptôme principal de la tendinite est la douleur, à laquelle peuvent être associés un gonflement de la zone touchée, une sensation d’échauffement ou des contractures. Pour prévenir les tendinites, il faut avant tout prendre le temps d’échauffer les tendons avant le sport et les activités qui vont les solliciter. Il est également essentiel de bien choisir son matériel et d’effectuer correctement les gestes techniques. Pour soigner une tendinite, il est intéressant d’associer une activité adaptée et des médicaments antalgiques à plusieurs méthodes de soins telles que la thermothérapie, le massage, l’aromathérapie et les orthèses. La rééducation fonctionnelle auprès d’un kiné est essentielle, surtout pour les sportifs. Les infiltrations et la chirurgie sont réservées aux cas les plus sévères, notamment en cas de rupture du tendon.

*Dr Françoise Couic Marinier & Dr Anthony Touboul, Le guide Terre Vivante des huiles essentielles, Terre Vivante, 2017
expand_less