Le froid pour soulager la douleur

Le froid pour soulager la douleur
Foulures, déchirures, courbatures, récupération... En cas de douleur, il est courant d'hésiter entre la chaleur et le froid pour soulager la zone douloureuse. Or, tous les deux n'agissent pas de la même façon et ne sont pas à utiliser dans les mêmes cas. Alors, quels sont les bienfaits du froid sur la douleur ?

Chaud ou froid ?

Tout dépend du type de douleur. Le froid exerce une action analgésique immédiate. L'effet recherché est donc de calmer la douleur au plus vite et d'éviter la formation d'un œdème. La chaleur est plus adaptée pour des douleurs qui surviennent après l'effort : crampes, torticolis, lumbagos... La cryothérapie est l'action du froid sur les cellules de la peau et est utilisée pour les douleurs articulaires, tendineuses ou musculaires. Résultats : effet décontractant et sensation de bien-être.

Les effets du froid

Le froid a pour avantage d'exercer plusieurs effets sur la blessure. Il est antalgique, anesthésiant, lutte contre l'inflammation et l'apparition de l’œdème et réduit aussi le saignement à l'origine de l'hématome.

La chaleur

La chaleur, à l'inverse du froid, provoque une dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui va favoriser la circulation sanguine, apporter de l'oxygène et participer à la décontraction des muscles. Ce qui permettra de soulager la douleur. Elle est recommandée pour toutes les douleurs chroniques, comme l'arthrose par exemple. En revanche, la chaleur comporte un risque inflammatoire. C'est pourquoi elle est préconisée quand il y a très peu d'enflure et une faible douleur. On va par exemple utiliser la glace les deux premiers jours après une blessure entraînant une douleur intense, et de la chaleur quand la douleur est faible mais dure.

Le froid, sous quelle forme ?

Il est possible de traiter la douleur par le froid de différentes façons. Vous pouvez tout d'abord utiliser de la glace, qui va participer à faire baisser la température à la surface de la peau. Pour cela, il suffit d'envelopper de la glace dans un linge humide afin de conduire le froid en profondeur et augmenter ainsi la durée d'efficacité. Vous pouvez aussi vous servir d'une vessie à glace, un accessoire très souvent utilisé dans le domaine de la cryothérapie.

La thermothérapie par le froid peut également être réalisée à l'aide d'un patch froid ou de compresses thermiques. Celles-ci contiennent du sel spécial et de l'eau, séparés à l'intérieur par une fine paroi. Lorsque cette paroi se rompt, la réaction refroidit la poche. Le principal avantage de la compresse thermique est qu'elle épouse parfaitement les formes du membre à soulager. Elle doit être placée au congélateur pendant 1h30 à 2h avant l'utilisation. Il est recommandé d'utiliser une pochette adaptée ou d'envelopper la compresse dans un linge pour éviter le contact direct avec la peau ainsi que les risques de brûlures par le froid. Certains baumes anti douleur composés de camphre, d'eucalyptus ou de menthol peuvent soulager la douleur en apportant un effet frais.

Il existe aussi des masques thermiques réutilisables pour le visage. Froids, ils aident à soulager les maux de tête, migraines, la sensation de tête lourde, la fièvre et les yeux fatigués ou gonflés. Chauds, ils soulagent la congestion nasale et l'inflammation des sinus, et améliorent l'efficacité des produits cosmétiques.


Notre sélection :

Cryothérapie : les précautions d'emploi

Lorsqu'ils sont mal utilisés, le chaud et le froid peuvent avoir l'effet contraire à celui recherché. Avant d'avoir recours à la thermothérapie, veillez bien à identifier le type de douleur et sa récurrence. Il est recommandé de ne pas appliquer de glace ou de source de chaleur dans les cas suivants :
  • problème circulatoire important,
  • insensibilité ou trouble affectant la conscience (risque de brûlure, que ce soit au froid ou à la chaleur).
En cas de doute, n'agissez pas sans demander l'avis d'un professionnel de santé au préalable.