Soulager et prévenir les piqûres de moustiques

Soulager et prévenir les piqûres de moustiques
Si l’été est synonyme de soleil, de vacances et de farniente, il marque aussi le retour des moustiques ! Moins présents en automne et en hiver, les moustiques profitent de la chaleur pour faire leur grand retour et atteindre leur pic d’activité. Ces visiteurs indésirables sont connus pour leurs piqûres qui provoquent des rougeurs, des boutons parfois gonflés et des démangeaisons plus ou moins importantes qui peuvent durer plusieurs jours. Même si des solutions anti-moustiques existent pour éviter les piqûres, certains moustiques parviennent à laisser une trace de leur passage sur la peau. L’objectif est alors de soulager la zone qui a été piquée, d’apaiser les sensations d’inconfort et de limiter les tentations de grattage. Pharma GDD vous présentent les différentes options qui s’offrent à vous pour soulager les piqûres de moustiques et vous rappellent quelques gestes essentiels de prévention.

Piqûres de moustiques : pourquoi ça nous démange ?

Le moustique est un insecte de la famille des diptères. Il en existe plusieurs genres : le moustique Culex, le plus répandu dans l’hémisphère nord, le moustique Anopheles et le moustique Aedes (dont fait partie le moustique-tigre). Seuls les moustiques femelles sont responsables des piqûres. Dans certains cas, le moustique peut transmettre à l’Homme des virus et des bactéries à l’origine de maladies telles que le paludisme, la dengue, le chikungunya ou le virus Zika.

Pourquoi le moustique pique-t-il ?

Après l’accouplement, la femelle moustique se met en quête d’une proie sur laquelle elle pourra prélever du sang. Le sang est en effet une source de protéines nécessaire à la ponte et à la nutrition des œufs. Le moustique pique le plus souvent en début et fin de journée et durant la nuit. La piqûre peut durer jusqu’à trois minutes s’il n’est pas dérangé.

Certains éléments attirent davantage les moustiques que d’autres, ce qui explique que certaines personnes se fassent plus souvent piquer. Les moustiques sont attirés par les odeurs corporelles liées aux phéromones. Or, ces odeurs peuvent être modifiées par la nourriture, la sueur, le parfum et la composition bactérienne de la peau. Plus elles sont fortes et plus le risque de se faire piquer augmente.

Comment se déroule la piqûre ?

Les moustiques sont dotés de thermorécepteurs qui leur permettent de détecter la chaleur infrarouge du corps et de trouver la veinule (petit vaisseau constitutif des veines) dans laquelle il va puiser du sang. Le moustique procède alors à une piqûre intraveineuse en enfonçant ses stylets dans la peau pour atteindre la veinule. Dans un premier temps, il injecte sa salive par un canal appelé « hypopharynx ». La salive va servir de coagulant et fluidifier le sang pour qu’il passe plus facilement dans la trompe du moustique. Dans un deuxième temps, le moustique utilise un autre canal pour prélever un volume de sang allant de 5 à 10 mm3. Le prélèvement de sang peut être très rapide et durer moins d’une minute.

Pourquoi ça démange ?

Nous ne sommes pas tous égaux en termes de réaction à une piqûre de moustique mais les démangeaisons sont malgré tout quasi-systématiques. Cela est lié à la salive que le moustique injecte dans le sang et qui touche les mastocytes (cellules des tissus conjonctifs). Les globules blancs vont réagir en sécrétant de l’histamine, signe que le système immunitaire est en alerte.

Il s’en suit alors une réaction en chaîne : les petits vaisseaux sanguins se dilatent, un œdème plus ou moins important apparaît ainsi que des démangeaisons, des irritations et des rougeurs. Après une piqûre de moustique, l’effet de l’histamine se fait ressentir au bout de 30 à 60 secondes. Il atteint son niveau maximal après 2 à 3 minutes pour se dissiper le plus souvent 10 minutes après la piqûre.

La réaction inflammatoire à une piqûre de moustique peut être locale et s’accompagner de démangeaisons modérées. Dans certains cas, la réaction est plus étendue, avec un œdème chaud et douloureux, des démangeaisons violentes et parfois une surinfection. Enfin, certaines personnes extrêmement sensibles aux piqûres de moustiques peuvent développer un urticaire géant, une gêne respiratoire voire un œdème de Quincke.

L’envie irrépressible de se gratter après une piqûre de moustique est liée aux fibres sensitives de la peau qui transmettent au cerveau un message d’alerte induisant les démangeaisons. Lorsque l’on gratte la zone piquée, les démangeaisons disparaissent temporairement car le message est « court-circuité ». Elles finissent toutefois par réapparaître car les terminaisons nerveuses se réactivent. C’est alors un véritable cercle vicieux qui s’enclenche : plus la personne piquée se gratte et plus elle aura envie de se gratter.

Comment soulager une piqûre de moustique ?

Malgré toutes les précautions que nous pouvons prendre contre les piqûres de moustiques, elles sont parfois inévitables. Il est alors nécessaire de soulager la zone piquée afin de limiter les démangeaisons et favoriser la disparition du bouton qui résulte de la piqûre. Voici dix conseils pour soulager efficacement les piqûres de moustique.

1. Ne pas gratter

Même si la tentation est grande, il est recommandé de ne pas gratter les boutons qui apparaissent après la piqûre de moustique. En effet, cela a pour conséquence de rendre la zone plus vulnérable au développement des bactéries et donc aux infections. On pense souvent que le fait de se gratter soulage mais ce n’est que provisoire et entraîne une recrudescence des démangeaisons.

2. Désinfecter

Juste après la piqûre de moustique, vous pouvez désinfecter la zone avec une compresse imprégnée d’alcool à 70 °. Appliquez la compresse pendant dix minutes jusqu’à deux fois par jour sur la piqûre. Attention, cette méthode ne doit pas être utilisée chez les enfants âgés de moins de 36 mois.

3. Nettoyer

Une autre astuce très simple consiste à nettoyer la zone qui a été piquée avec de l’eau et du savon. Le savon de Marseille est particulièrement recommandé en raison de son effet calmant. Hypoallergénique et antiseptique, il purifie en douceur. Nettoyez la zone concernée par la piqûre de moustique délicatement deux fois par jour, sans frotter.

4. Bicarbonate de soude et vinaigre

Le bicarbonate de soude et le vinaigre (particulièrement le vinaigre de cidre) sont deux actifs qui se trouvent facilement dans le commerce et qui peuvent être utilisés pour soulager une piqûre de moustique. Ils ont des vertus antiseptiques et soulagent rapidement les démangeaisons. Le vinaigre peut être appliqué pur sur la piqûre à l’aide d’une compresse. Si vous choisissez d’utiliser du bicarbonate de soude, diluez-en trois cuillères à soupe avec deux cuillères à soupe d’eau tiède pour former une pâte que vous appliquerez ensuite en cataplasme sur la zone piquée.

5. Froid ou chaud ?

La chaleur mais aussi une extrême fraîcheur peuvent apaiser les piqûres de moustiques instantanément et réduire les démangeaisons en provoquant un effet anesthésiant. Appliquez une source de chaleur ou un glaçon à l’endroit de la piqûre en veillant à ne pas provoquer de brûlure. Quelques secondes suffisent pour atténuer les sensations douloureuses.

6. Les huiles essentielles et végétales

L’aromathérapie est également une méthode efficace pour soulager les piqûres de moustique. Certaines huiles essentielles sont particulièrement recommandées pour cet usage. C’est le cas de l’huile essentielle de lavande aspic qui est LA référence en la matière. Elle est apaisante, analgésique, anesthésiante et antibactérienne. L’huile essentielle d’eucalyptus citronné est anti-inflammatoire et permet de limiter le gonflement et les rougeurs après la piqûre de moustique. Vous pouvez aussi utiliser des huiles essentielles de menthe des champs et de tea tree.

Nous vous conseillons de diluer ces huiles essentielles dans une huile végétale apaisante comme l’huile de calendula (qui est aussi anti-œdémateuse) ou l’huile d’amande douce. Le mélange recommandé est le suivant : une goutte d’huile essentielle pour dix gouttes d’huile végétale. Les femmes enceintes et les enfants doivent éviter l’utilisation des huiles essentielles sans avis médical.


Notre sélection :

7. L’aloe vera

L’aloe vera est une plante vivace dotée de nombreux bienfaits. Le gel qui en est extrait regorge de vitamines et de minéraux essentiels pour la peau. Appliqué sur une piqûre de moustique, le gel d’aloe vera a un effet apaisant et favorise la cicatrisation, en particulier si la zone a été grattée. Il procure également une sensation de fraîcheur qui calme les démangeaisons rapidement.

8. Les plantes

Certaines plantes médicinales et aromatiques sont réputées pour soulager les piqûres de moustique. C’est le cas notamment du plantain, une mauvaise herbe très courante qui constitue surtout un antihistaminique naturel. Le plantain se trouve facilement sur les talus, dans les champs et les fossés. Le pissenlit et la menthe permettent également de soulager les piqûres de moustique. Si vous êtes piqué lors d’une balade, malaxez simplement des feuilles d’une de ces plantes entre vos mains pour en faire sortir le suc et frottez-le ensuite sur la zone concernée.

9. Les crèmes et pommades antihistaminiques

Si les différentes méthodes que nous venons de citer ne fonctionnent pas, vous pouvez vous tourner vers une crème ou une pommade antihistaminique comme Apaisyl Gel, Onctose ou Phénergan 2 %. Ces produits permettent de bloquer les effets de l’histamine et donc de soulager les démangeaisons dues aux piqûres de moustiques plus rapidement et d’éviter de gratter les boutons.

La crème Quotane 0,5 % contient quant à elle un anesthétique local qui atténue les démangeaisons au niveau de la zone concernée par la piqûre de moustique.

10. Les crèmes et pommades corticoïdes et les antihistaminiques oraux

En cas de réaction très importante après une piqûre de moustique, les crèmes et pommades à base de corticoïdes sont très efficaces. Elles vont calmer les démangeaisons, réduire les éventuels gonflements et favoriser la résorption de la piqûre en deux à trois jours. Ces crèmes sont disponibles sans prescription médicale en pharmacie mais nécessitent toutefois certaines précautions. Demander conseil à votre pharmacien avant toute utilisation.


Notre sélection :

Des antihistaminiques par voie orale à base de cétirizine notamment peuvent également soulager les piqûres de moustique entraînant des réactions très gênantes. Ils peuvent être obtenus sans ordonnance pour une durée de sept jours maximum. S’il n’y a pas d’amélioration, un avis médical s’impose.

Quelles solutions pour ne pas se faire piquer par les moustiques ?

La prévention reste le meilleur moyen d’éviter les piqûres de moustique. Certains principes sont bien connus mais il est toujours bon de les rappeler.

Éviter les zones et les périodes à risque

Pour éviter de se faire piquer par un moustique, il convient de rester éloigné des zones proches d’eaux stagnantes qui sont propices à leur développement. Il faut également se montrer vigilant au lever du jour et au coucher du soleil car ce sont des moments où les moustiques sont particulièrement actifs.

Porter des vêtements appropriés

Les vêtements amples, épais et couvrants permettent de se préserver des piqûres de moustique en isolant les parties du corps les plus exposées. Privilégiez les vêtements de couleur claire qui produisent moins de rayonnement infrarouge et attirent donc moins les moustiques.

Utiliser des répulsifs anti-moustiques

Il existe plusieurs types de répulsifs permettant de se protéger des moustiques et de leurs piqûres. La bougie anti-moustique Pharmavoyage est fabriquée à base de géraniol, un actif qui repousse les insectes et peut s’utiliser dans toutes les circonstances : camping, randonnée, pique-nique, repas en famille…

Pour une efficacité encore plus grande, vous pouvez utiliser des répulsifs anti-moustiques sous forme de sprays ou de bracelets imprégnés à porter au poignet. Ces produits ont pour effet de bloquer les récepteurs olfactifs des moustiques et donc de réduire le risque de piqûre. Les répulsifs sont particulièrement recommandés en cas de séjour dans les régions tropicales.

Certains répulsifs peuvent être appliqués directement sur les vêtements et les tissus pour compléter l’action des répulsifs cutanés et garantir une protection optimale contre les moustiques. Formulés à base de perméthrine, ces répulsifs résistent à plusieurs lavages. Pour plus d’informations sur les solutions anti-moustiques, consultez notre fiche conseil : « Comment choisir son répulsif anti-moustiques ? ».

Enfin, pour passer des nuits sereines et ne pas vous réveiller avec des piqûres de moustique, vous pouvez utiliser une moustiquaire imprégnée de répulsif, surtout si vous partez en voyage dans une région qui comporte un risque de transmission de virus.

Ce qu’il faut retenir

Les piqûres de moustique sont parfois inévitables malgré l’utilisation de produits répulsifs. Elles entraînent la formation d’un bouton à la surface de la peau et des démangeaisons parfois insupportables. Pour soulager les piqûres de moustiques, un certain nombre de solutions et de remèdes naturels existent : bicarbonate de soude, vinaigre, huiles essentielles, aloe vera ou pommades disponibles en pharmacie pour calmer la réaction. A l’approche de l’été, ces méthodes vous permettront de calmer les démangeaisons efficacement et d’éviter de gratter les zones piquées.