Piqûre de guêpe, abeille : quels réflexes ?

Piqûre de guêpe, abeille : quels réflexes ?
L'été : la saison de la chaleur, des coups de soleil, et... des piqûres ! Si les piqûres de guêpe et d'abeille ne sont pas dangereuses en soi, ce sont les réactions qu'elles entraînent qui peuvent avoir des conséquences graves.

Comment réagir ?

En cas de piqûre d'abeille ou de guêpe, la douleur immédiate ressentie provient du venin (auquel certaines personnes sont allergiques et peuvent être fortement réactives). Aussitôt après la piqûre, une rougeur et une boursouflure apparaissent.

La conduite à tenir :

1) En cas de piqûre d'abeille, veiller à ce que le dard ne soit pas resté dans la peau. Dans le cas contraire, l'enlever délicatement, en prenant bien garde à ne pas comprimer la poche à venin, ce qui aurait pour effet de libérer davantage de venin. Attention donc si vous utilisez une pince à épiler : mieux vaut se servir d'une carte de crédit pour enlever délicatement le dard.

2) Désinfecter la piqûre à l'aide d'un antiseptique après s'être lavé les mains.

3) Calmer la douleur avec de la glace.

4) Appliquer un gel apaisant pour atténuer les démangeaisons, tels que Dapis Gel ou Urgodermyl, qui associe pour ce dernier des propriétés filmogènes protectrices et apaisantes, ou une crème à base de cortisone.

5) Vérifier si la vaccination antitétanique est à jour.

Quelles complications ?

Chez les personnes allergiques, la piqûre peut entraîner un urticaire ou un oedème de Quincke (gonflement des tissus au niveau de la bouche et des voies respiratoires). Dans le pire des cas, un choc anaphylactique peut survenir rapidement après la piqûre. Il s'agit d'une réaction allergique grave qui se manifeste par des démangeaisons, des frissons, des rougeurs, une chute de la tension artérielle et une respiration difficile. Celui-ci doit être particulièrement pris au sérieux, car des soins doivent être administrés le plus tôt possible : il nécessite l'appel au Samu (15) dans les plus brefs délais.

Les piqûres peuvent également entraîner des complications non allergiques localisées : en étant situées à l'intérieur de la cavité buccale, elles peuvent entraîner des troubles respiratoires graves.

Dans tous les cas, si l'oedème persiste, si des problèmes respiratoires ou malaises apparaissent, consultez : un traitement peut être nécessaire.

En cas de complications, on pourra vous préscrire :
  • des antihistaminiques
  • des antalgiques
  • l'utilisation d'un kit d'urgence en cas de choc anaphylactique
     

Existe-t-il des facteurs de risques ?

Les risques sont accrus chez les personnes présentant des :

→ Antécédents d'allergies
→ Prédispositions aux allergies

Les personnes ayant déjà été atteintes par un choc anaphylactique se sont généralement vues prescrire un kit d'adrénaline auto-injectable à utiliser en cas de récidive.

Quand consulter ?

  • En cas de réaction allergique / si l'oedème persiste
  • En cas de malaise ou de vomissements
  • En cas de piqûres multiples
  • Si la piqûre est localisée au niveau bucco-pharyngique