Quels cosmétiques utiliser pendant la grossesse ?

Quels cosmétiques utiliser pendant la grossesse ?
La grossesse est une période particulière qui implique de prendre quelques précautions et d’adapter certaines de ses habitudes. Il n’est pas toujours facile de savoir ce qu’il est possible d’utiliser sans risque et ce qu’il vaut mieux laisser de côté temporairement. Certains produits de beauté sont indispensables, comme le sérum et la crème hydratante, la protection solaire et la crème anti vergetures. Le mot d’ordre pendant la grossesse est la douceur. On préférera donc les formules respectueuses de la peau et de la santé aux produits très concentrés en actifs ou contenant des substances potentiellement néfastes pour le développement de bébé. Comment choisir ses cosmétiques lorsque l’on est enceinte ? Quels produits de beauté sont à éviter au cours de la grossesse ? Vers quelles alternatives se tourner ? Pharma GDD répond à toutes vos questions pour vous permettre d’y voir plus clair et de préserver votre santé ainsi que celle de votre futur bébé !

Soins du visage et du corps pendant la grossesse

Pendant votre grossesse, rien ne vous empêche de rester coquette et de continuer d’utiliser des produits de beauté pour prendre soin de vous. Le tout est de bien choisir vos cosmétiques et de connaître les alternatives aux composants qu’il est préférable d’éviter.

Vitamine A et acides de fruits : les précautions à prendre

Tout au long de la grossesse, les soins visage et les traitements dermatologiques contenant de la vitamine A ou un dérivé (le rétinol par exemple, présent dans les soins anti-rides) sont contre-indiqués. En effet, la vitamine A est tératogène, c’est-à-dire qu’elle peut entraîner des malformations chez le futur bébé. Il peut s’agir de malformations congénitales du visage ou du crâne, de malformations de l’oreille, d’une cécité, voire d’une atrophie osseuse, de lésions cardiaques et de dommages au niveau du système nerveux.

L’isotrétinoïne, dérivée de la vitamine A et utilisée pour traiter les cas d’acné sévère, ne peut être prescrite à une femme enceinte. Si vous êtes sujette à l’acné, prenez rendez-vous avec un dermatologue afin qu’il évalue la situation et vous présente les différentes options. L’idéal est d’attendre la fin de la grossesse pour mettre en route un traitement anti-acné. Il est toutefois possible, dans certains cas, d’appliquer du peroxyde de benzoyle en soin local ou de prendre du zinc par voie orale à partir du deuxième trimestre de grossesse. Gardez toutefois à l’esprit que cette période est propice aux problèmes de peau, en particulier chez les femmes prédisposées. L’imprégnation hormonale influence fortement l’état de l’épiderme, mais cela reste provisoire et rentre dans l’ordre après la grossesse.

Si vous êtes adepte des acides de fruits (AHA) pour prendre soin de votre peau, sachez qu’il est possible que votre peau, rendue plus fragile par l’imprégnation hormonale due à la grossesse, ne les supporte plus. Il sera alors nécessaire d’espacer l’utilisation des produits de beauté qui en contiennent, voire de les abandonner le temps de la grossesse. Il en est de même pour le gommage visage à grains, qui peut provoquer des rougeurs ou une sécheresse cutanée intense. Préférez donc un gommage enzymatique ou sous forme de crème, plus doux et respectueux de votre peau pendant la grossesse. En parallèle, privilégiez l’hydratation, avec un sérum hydratant associé à une crème visage adaptée à votre type de peau.


Notre sélection :

La protection solaire pour éviter le masque de grossesse

Le masque de grossesse, aussi appelé chloasma, est la bête noire des femmes enceintes lorsque les rayons du soleil font leur apparition. Ce phénomène est lié à la surproduction d’hormones qui a lieu pendant la grossesse et qui a pour effet d’augmenter la synthèse de la mélanine, le pigment à l’origine de la coloration de la peau et du bronzage. En cas d’exposition au soleil, la mélanine monte à la surface de l’épiderme de manière désordonnée, ce qui se traduit par l’apparition de taches brunes de forme plus ou moins régulière.

Le risque de masque de grossesse est le plus fort entre le quatrième et le sixième mois. Il concerne toutes les femmes enceintes, qu’elles soient brunes, blondes ou rousses. Les taches brunes se répartissent le plus souvent au niveau du front, des pommettes, des joues et du dessus des lèvres. Le seul moyen de les éviter est de se protéger du soleil en toutes circonstances.

Dans votre routine beauté quotidienne, adoptez une crème solaire SPF 50+ dès les premiers beaux jours et jusqu’à la fin de l’automne. Ce geste est également indispensable si vous partez en séjour à la montagne en hiver ! Pour allier protection solaire et maquillage, et ainsi éviter de multiplier les cosmétiques sur votre peau, vous pouvez opter pour une crème solaire teintée (SPF 20 minimum). N’oubliez pas de porter un chapeau à larges bords pour bien couvrir votre visage, même lorsque le temps est couvert.


Notre sélection :

Les soins anti vergetures

La grossesse est une période propice à l’apparition des vergetures. Ces petites stries de couleur rouge violacé sont la conséquence d’un étirement brutal de la peau, fragilisant les fibres de collagène et d’élastine. Au moment de la grossesse, les vergetures peuvent apparaître sur le ventre, mais aussi au niveau des hanches, des fesses ou des seins. La peau est moins souple et résiste donc moins aux tensions, ce qui peut se traduire par des vergetures. Ce phénomène concerne près de 75 % des femmes enceintes et persiste après l’accouchement. Pour prévenir l’apparition des vergetures, nous vous recommandons d’utiliser dès le premier trimestre un soin anti vergetures sous forme de crème ou d’huile.


Notre sélection :

Corps : gommage, épilation et hygiène

Votre routine de soins pour le corps aura peut-être besoin d’être modifiée à l’occasion de la grossesse. Les adeptes du gant de crin devront par exemple penser à troquer cet accessoire trop agressif pour un gommage plus doux. En effet, le gant de crin risque de briser les fibres de soutien de la peau et d’accentuer les risques de varicosités sur les jambes. La peau, plus fragile, risque de développer plus facilement des vergetures et des plaques de sécheresse. Optez plutôt pour un gommage corps prêt à l’emploi ou pour une éponge konjac.

L’épilation à la cire chaude est également à éviter, car elle risque de fragiliser les vaisseaux sanguins et d’accentuer les sensations de jambes lourdes, fréquentes pendant la grossesse. L’idéal est de réaliser une épilation à la cire tiède en institut ou à la maison, grâce à une cire en pot à faire réchauffer légèrement au micro-ondes.

En ce qui concerne l’hygiène quotidienne du corps, votre gel douche habituel pourrait ne plus vous convenir et donner lieu à des réactions d’inconfort (démangeaisons, tiraillements, irritations). Dans ce cas, nous vous conseillions d’utiliser un savon surgras, idéalement saponifié à froid, surtout si votre peau est plus sèche. Tournez-vous vers un savon enrichi en actifs hydratants et nourrissants, comme le beurre de karité, les huiles végétales ou le lait d’ânesse.


Notre sélection :

Grossesse et huiles essentielles

Il est généralement recommandé d’éviter d’avoir recours aux huiles essentielles pendant le premier trimestre de grossesse. Certaines sont interdites jusqu’à la naissance, voire pendant l’allaitement. C’est le cas notamment des huiles essentielles qui contiennent des cétones, molécules induisant un risque de neurotoxicité. La sauge officinale, la menthe poivrée, l’aneth ou encore le romarin sont ainsi à proscrire lors de la grossesse. Les huiles essentielles qui agissent sur le système hormonal (dites hormon-like) sont également à éviter : cyprès de Provence, ciste, genévrier, myrte rouge…

Dans tous les cas, n’utilisez jamais une huile essentielle par voie orale et n’en appliquez pas sur le ventre ou la poitrine. Préférez une utilisation par voie cutanée : mélangez 1 goutte d’huile essentielle pour 10 gouttes d’huile végétale (amande douce, jojoba) puis appliquez le mélange par des massages doux. L’huile essentielle de laurier noble est par exemple conseillée en cas de douleurs lombaires. Au cours de la grossesse, il est aussi possible de se servir des huiles essentielles par voie aérienne, c’est-à-dire en diffusion dans l’atmosphère, à condition de bien les choisir. L’huile essentielle de citron est très utile en cas de nausées, tandis que les huiles essentielles de lavande et de camomille vous aideront à vous relaxer si vous êtes de nature stressée.

Quelle que soit l’huile essentielle que vous choisissez, nous vous conseillons de privilégier un produit 100 % pur et naturel, éventuellement issu de l’agriculture biologique. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à l’un de nos pharmaciens formés en aromathérapie ou à un spécialiste des huiles essentielles.


Notre sélection :

Ingrédients à risque dans les cosmétiques

Avec les années, de plus en plus de substances utilisées pour fabriquer les cosmétiques sont pointées du doigt en raison de leur caractère néfaste. Durant la grossesse, ces composants sont à éviter par principe de précaution.

Les perturbateurs endocriniens

On en entend parler partout sans forcément connaître leur rôle et leur impact sur la santé. Les perturbateurs endocriniens sont des substances que l’on retrouve dans de nombreux produits du quotidien, et pas seulement dans les cosmétiques. Ils auraient pour conséquence de dérégler le système hormonal et pourraient impacter le développement du bébé pendant la grossesse. Les plus connus sont le phenoxyéthanol et les parabens, que l’on peut reconnaître grâce au suffixe « paraben ». Parfois, ils se cachent derrière un nom de code plus obscur, de E214 à E217.

Les phénols (détergents) et les phtalates (plastiques) sont également considérés comme des perturbateurs endocriniens. Ils sont notamment suspectés de favoriser l’apparition de malformations génitales, d’une puberté précoce et de problèmes de fertilité. Il est donc préférable de savoir les repérer pour les éviter pendant la grossesse, et même en dehors de cette période. Les phénols figurent parfois dans la composition des lingettes jetables pour le démaquillage et les produits de coloration pour cheveux. Les phtalates peuvent être présents dans les parfums et les produits coiffants.

Le BHA et le BHT, que l’on peut trouver dans des crèmes, des lotions ou des produits hydratants ainsi que dans des baumes et rouges à lèvres, auraient quant à eux des effets neurotoxiques. Enfin, le triclosan (antibactérien puissant) aurait un impact négatif sur le développement et l’activité de la glande thyroïde. On le trouve essentiellement dans les savons, les déodorants, les démaquillants ou encore les dentifrices.

Les sels d’aluminium

Les études scientifiques restent encore contradictoires concernant la dangerosité des sels d’aluminium (chlorhydrate d’aluminium, chlorure d’aluminium). En l’attente de conclusions définitives, les autorités sanitaires françaises ont recommandé de limiter leur usage, notamment pendant la grossesse, où l’organisme des femmes est plus fragile et vulnérable aux agressions extérieures. Les sels d’aluminium sont surtout présents dans les anti-transpirants et les déodorants sous le terme « aluminium chlorohydrate » ou « aluminium zirconium pentachlorohydrate ». Ils sont susceptibles de pénétrer dans la peau lorsque celle-ci présente des lésions, par exemple après le rasage ou l’épilation.

Si vous souhaitez éviter les sels d’aluminium pendant votre grossesse, vous pouvez vous tourner vers la pierre d’alun (potassium alum) ou un déodorant qui n’en contient pas. De plus en plus de marques, qu’elles soient bio ou non, proposent des alternatives aux déodorants conventionnels.


Notre sélection :

L’alcool et le parfum

La peau est généralement plus fragile au moment de la grossesse. Il est donc recommandé d’éviter les composants qui pourraient la sensibiliser davantage, tels que l’alcool et le parfum. En outre, le parfum peut induire un risque de photosensibilisation, un phénomène accru pendant la grossesse pouvant laisser des taches pigmentaires sur la peau. Dans la mesure du possible, évitez donc d’appliquer des produits parfumés sur votre visage pour prévenir le masque de grossesse, et protégez-vous toujours des rayons UV avec une protection solaire à indice élevé (SPF 50+).

Ce qu’il faut retenir

Pour de nombreuses femmes, la grossesse est l’occasion de faire le tri dans la salle de bain et de mieux choisir ses cosmétiques, tant pour sa propre santé que pour celle du futur bébé. Sans aller jusqu’à la paranoïa, il est important de rester attentive aux compositions des produits que l’on utilise au quotidien pendant la grossesse, que ce soit pour le visage ou le corps. Pour y parvenir, il peut être intéressant de se tourner vers les cosmétiques bio, qui contiennent beaucoup moins de substances controversées, notamment les perturbateurs endocriniens, qui peuvent avoir un impact sur le développement du bébé à naître. La grossesse implique aussi d’adapter ses soins habituels et de faire preuve d’une grande douceur avec la peau, soumise à d’importants changements, plus fragile et vulnérable face aux agressions.