Hernie inguinale, abdominale, discale : ce qu'il faut savoir

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 07/02/2022 à 17h02, publié le 11/01/2017 à 13h01
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Hernie inguinale, abdominale, discale : ce qu'il faut savoir
En médecine, le terme hernie désigne le déplacement de la totalité ou d’une partie d’un organe ou d’un tissu en dehors de la cavité qui le contient habituellement. Ce déplacement se fait par le biais d’un orifice naturel ou accidentel. Le plus souvent sans gravité, une hernie peut toutefois être gênante, voire invalidante, et est susceptible de perturber les activités quotidiennes. On distingue plusieurs types de hernies selon la partie du corps touchée : inguinale, ombilicale, crurale, hiatale, discale… Pour vous permettre d’en savoir plus, les pharmaciens de Pharma GDD vous présentent les causes, les symptômes et les traitements des différentes hernies.

Quelles sont les causes d’une hernie ?

La hernie est généralement provoquée par une faiblesse au niveau d’un tissu, qui n’est plus en mesure de résister à la pression exercée par l’organe qui se déplace. Il existe 3 grands types de hernies : les hernies de la paroi abdominale, la hernie hiatale et la hernie discale.

Plusieurs facteurs favorisent l’apparition d’une hernie abdominale. L’âge, tout d’abord, entraîne une perte de tonicité des organes et des tissus, augmentant les risques de hernie. Ensuite, l’augmentation de pression dans l’abdomen, qu’elle soit liée à un surpoids, une grossesse ou une constipation, peut causer une hernie. Dans certains cas, c’est un traumatisme ou une anomalie congénitale qui est responsable de ce phénomène.

La hernie discale est courante entre 30 et 55 ans. Le vieillissement ne constitue pas un facteur favorisant, car il induit une rigidification de la colonne vertébrale et des disques intervertébraux, impliqués dans ce type de hernie. D’autres éléments peuvent être mis en cause : les mauvaises postures, le port de charges lourdes, les mouvements brusques ou répétitifs, la sédentarité, la grossesse, l’obésité. Par ailleurs, la hernie discale est plus fréquente chez les personnes qui passent de longues heures à conduire (commerciaux, chauffeurs routiers, chauffeurs de taxi, etc.), ainsi que chez les sportifs de haut niveau pratiquant une discipline avec des impacts.

La hernie discale

Au sein de la catégorie de population des 30-55 ans, 5 % des hommes et 3 % des femmes sont confrontés au moins une fois à une hernie discale (hernie intervertébrale). Dans 90 % des cas, elle est localisée au niveau des lombaires.

Rôle des disques intervertébraux

La colonne vertébrale (rachis) est une structure composée de vertèbres séparées par des disques riches en eau, à la fois souples et résistants, dont le rôle est d’amortir les chocs et d’assurer la souplesse de la colonne vertébrale. Chaque disque intervertébral est constitué d’une enveloppe fibreuse contenant un cœur pulpeux (nucleus pulposus). La partie frontale du disque, orientée vers l’avant du corps, est en contact avec le canal qui abrite la moelle épinière et les racines des nerfs qui en sortent.

Comment se forme une hernie discale ?

La hernie discale est la conséquence du déplacement d’un disque intervertébral hors de son enveloppe fibreuse, entraînant une compression des racines nerveuses situées à proximité. Il faut différencier la hernie discale intermittente, qui se manifeste par des épisodes aigus et des symptômes passagers, et la hernie discale chronique, résultat d’un déplacement permanent du disque intervertébral.

La majorité des hernies discales se développe entre la 4e et la 5e lombaire, ou entre la 5e lombaire et le sacrum. Elles peuvent aussi se former au niveau des cervicales, plus précisément entre la 5e et la 6e vertèbre, ou entre la 6e et la 7e. Les vertèbres thoraciques, quant à elles, sont très rarement le siège d’une hernie discale.

Hernie discale : les principaux symptômes

Les symptômes d’une hernie discale varient sensiblement selon sa localisation. Au niveau des lombaires, elle occasionne des sensations douloureuses dans le bas du dos (lumbago) pouvant irradier dans une jambe (douleur sciatique). Une hernie discale située sur les cervicales provoque des maux de tête et de cou, ainsi que des douleurs qui peuvent se propager dans une épaule et un bras (névralgie cervico-brachiale).

En plus des douleurs dans la région touchée, la hernie discale peut induire des fourmillements ou des picotements dans les zones périphériques. De plus, une compression nerveuse brutale par le disque peut générer une paralysie du nerf et une anesthésie d’une partie d’un membre, avec une perte de force. À terme, la hernie discale favorise l’endommagement et l’inflammation du disque intervertébral concerné. La douleur peut être accentuée lorsque les muscles proches sont sollicités (mouvements, toux, éternuements, efforts physiques importants, etc.). Selon les individus, la position assise ou debout prolongée, mais aussi la position couchée sur le ventre sont susceptibles d’aggraver les symptômes de la hernie discale.

Les hernies de la paroi abdominale

Ces hernies peuvent apparaître sur différentes zones de l’abdomen et se caractérisent par le déplacement d’un organe digestif, le plus souvent l’intestin. Les hernies inguinales, crurales et ombilicales sont les plus répandues.

Symptômes d’une hernie abdominale

Les hernies de la paroi abdominale se manifestent par l’apparition d’une masse indolore, souple au toucher, qui disparaît souvent en position allongée. D’autres symptômes peuvent être observés, comme une gêne, une tension ou une sensation de pesanteur.

En l’absence d’une prise en charge adaptée, des complications peuvent survenir. Dans un premier temps, on peut constater un élargissement progressif de l’orifice. Ensuite, il y a un risque d’étranglement, c’est-à-dire un engagement brutal de l’intestin dans l’orifice. Formant une sorte de nœud, l’organe reste coincé et la circulation sanguine est bloquée. On parle alors de hernie étranglée, une complication sérieuse qui nécessite, parfois, une résection intestinale en urgence.

Hernie inguinale et hernie crurale

Touchant principalement les hommes, la hernie inguinale correspond au passage de l’intestin à travers le canal inguinal, situé au niveau de l’aine. Outre une masse anormale, elle peut entraîner une gêne ou une douleur lorsque la personne se penche, tousse ou porte des charges lourdes. La hernie inguinale peut aussi être gênante lors de la marche et provoquer des troubles du transit ou urinaires.


Également localisée dans la région de l’aine, la hernie crurale (hernie fémorale) implique un déplacement d’une partie de l’intestin plus bas que dans le cas de la hernie inguinale, par un orifice situé au point de passage des vaisseaux fémoraux. Ce sont essentiellement les femmes qui sont touchées par la hernie crurale.

Hernie ombilicale

Comme son nom l’indique, la hernie ombilicale apparaît au niveau du nombril, qui constitue une zone faible de l’abdomen. Un défaut de fermeture de l’orifice ombilical peut être en cause. À peine visible, ce type de hernie devient plus apparent quand la pression dans l’abdomen augmente. Les nouveau-nés, les jeunes enfants et les femmes sont les personnes les plus concernées par cette hernie. Lorsqu’elle est située juste au-dessus du nombril, on parle de hernie épigastrique ou encore de hernie de la ligne blanche.

La hernie hiatale

Aussi appelée hernie diaphragmatique, la hernie hiatale est l’une des lésions du système digestif les plus courantes. Cette hernie est due au passage d’une partie de l’estomac à travers l’orifice œsophagien du diaphragme (hiatus œsophagien). Généralement, son apparition n’entraîne pas de symptômes. Cependant, lorsqu’elle se développe, la hernie hiatale affaiblit le clapet situé à la jonction de l’œsophage et de l’estomac. Celui-ci n’assure plus son rôle, ce qui se traduit par des brûlures d’estomac, des remontées acides, des douleurs dans la partie supérieure de l’abdomen et des régurgitations plus ou moins importantes après les repas.

Le traitement des hernies

Si vous présentez des symptômes faisant penser à une hernie, consultez d’abord votre médecin généraliste, qui pourra ensuite vous orienter vers un spécialiste (gastro-entérologue ou orthopédiste selon le type de hernie). Pour faire son diagnostic, le médecin effectue un examen clinique, auquel peuvent s’ajouter divers examens tels qu’une échographie ou une endoscopie pour les hernies de la paroi abdominale, une IRM, une radiographie, un scanner ou un électromyogramme en cas de hernie discale. Le traitement est ensuite déterminé en tenant compte du type de hernie et de son stade.

Comment soigner une hernie discale ?

En général, une hernie discale guérit de manière spontanée en environ 6 semaines, sous réserve d’adopter de nouvelles habitudes posturales et de veiller à éviter les situations qui mobilisent les disques intervertébraux de façon excessive. Si la douleur est difficile à supporter, nous vous conseillons de prendre un antalgique et/ou un anti-inflammatoire pour être soulagé. En cas de contracture au niveau des muscles du dos, il est possible de se tourner vers un décontractant musculaire après avoir demandé l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien. Lorsque les douleurs liées à la hernie discale persistent, des infiltrations de dérivés de cortisone peuvent être envisagées.


Sachez que vous pouvez aussi opter pour des solutions non médicamenteuses comme la thermothérapie par exemple. L’application de chaleur sur la zone touchée contribue à atténuer la douleur et à décontracter les muscles. Selon vos habitudes de vie et vos activités, choisissez un baume de massage à l’effet chauffant, un coussin thermique ou un patch à laisser en place toute la journée. Le traitement de la hernie discale peut aussi inclure des séances d’électrostimulation et/ou de kinésithérapie, et des exercices de renforcement musculaire pour le dos et la sangle abdominale.


Dans 5 à 10 % des cas, la hernie discale est finalement traitée par une intervention chirurgicale qui vise à libérer les racines nerveuses comprimées. L’opération est suivie d’une période de rééducation d’une durée de 1 à 2 mois. La reprise des activités se fait de manière progressive.

Quel traitement en cas de hernie inguinale ?

Face à une hernie inguinale, le port d’un bandage herniaire (ou ceinture herniaire) au-dessus du sous-vêtement a pour but d’empêcher la hernie de sortir et de soulager les éventuelles douleurs. Il est associé à une pelote amovible que l’on place au niveau de l’aine, à l’endroit de la hernie. Certains modèles de bandages herniaires sont conçus pour les hernies inguinales bilatérales et d’autres peuvent être adaptés à la localisation de la hernie (droite ou gauche). Enfin, il existe également des sous-vêtements (boxers) qui remplacent le bandage herniaire et offrent une plus grande discrétion. Tous ces dispositifs peuvent être utilisés avant et après une opération chirurgicale de la hernie inguinale.


Les autres hernies abdominales sont traitées par chirurgie lorsque la masse devient douloureuse ou ne rentre plus dans l’abdomen. En effet, cette situation peut aboutir à une souffrance de l’organe et à un risque de nécrose. Le cas échéant, il est préconisé aux patients de perdre du poids si la hernie est consécutive à une trop forte pression au niveau de l’abdomen.

Le traitement de la hernie hiatale

En raison des symptômes qu’elle provoque, la hernie hiatale nécessite souvent le recours à un médicament antiacide ou antisécrétoire afin de réduire l’acidité gastrique. Il est également recommandé de modifier son régime alimentaire et d’éviter les aliments qui favorisent les brûlures d’estomac. Après avoir demandé l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien, vous pouvez aussi vous tourner vers un complément alimentaire à base de plantes, un correcteur d’acidité ou un pansement gastrique.


À un stade avancé, la hernie hiatale peut nécessiter une opération chirurgicale. L’objectif de l’intervention est de repositionner l’estomac dans l’abdomen et de resserrer l’orifice afin de réduire les risques de récidive. L’opération est réalisée sous cœlioscopie et requiert 2 à 5 jours d’hospitalisation.

L’essentiel à retenir

Une hernie correspond au déplacement d’un organe hors de la cavité qui le contient. En théorie, elle peut apparaître à n’importe quel endroit du corps, mais les plus fréquentes sont les hernies de la paroi abdominale (ombilicale, inguinale, crurale), la hernie hiatale et la hernie discale. Les symptômes varient selon le type de hernie. Ainsi, une hernie de la paroi abdominale se manifeste par l’apparition d’une masse indolore et souple, tandis qu’une hernie discale, située sur la colonne vertébrale, peut induire des douleurs localisées et périphériques. La hernie hiatale, quant à elle, se traduit par un inconfort digestif (remontées acides, brûlures d’estomac). Dans tous les cas, il est important de consulter un médecin pour bénéficier d’une prise en charge adaptée. La chirurgie est employée lorsque la hernie atteint un stade avancé et quand l’organe ne rentre plus dans sa cavité.

Sur notre chaîne YouTube, vous pourrez retrouver une vidéo consacrée à la hernie inguinale, et plus précisément à la mise en place d'un bandage herniaire.
contact_support expand_less