Aginax crème fluide 30 ml


Irritations intimes

11,92 â‚¬
11,92 â‚¬
La crème fluide Aginax soulage les irritations et les démangeaisons externes de la région intime. Elle est particulièrement adaptée pour l'usage intime, notamment au niveau de la zone anogénitale, partie du corps située entre l’anus et le vagin.

Les causes des démangeaisons vulvaires sont plurielles et peuvent être liées à des mycoses, des allergies ou de plus simples irritations provoquées par le tissu des vêtements par exemple.

Formulée à partir de maïs, ou plus exactement de ses inflorescences qui se caractérisent par des filaments allongés, appelés aussi « cheveux de maïs », cette crème fluide est riche en matières grasses et en sels minéraux qui réparent et consolident le film lipidique de la muqueuse vaginale tout en apaisant les démangeaisons grâce à l’huile de noix de coco, qui intervient dans le même champ d’action tout en ajoutant ses propriétés adoucissantes et anti-irritantes.

Facile à appliquer, la crème fluide Aginax peut être utilisée en association avec des traitements anti-mycosiques.

Aginax est une marque spécialisée dans l’hygiène intime et se décline sous deux produits, cette crème fluide et une solution moussante au pH neutre, disponible sur Pharma GDD.

Conditionnement : tube de 30 ml
Appliquez 2 à 6 fois par jour Aginax crème fluide sur la région irritée ou sur les démangeaisons.
Lors d'un traitement associé utiliser préalablement Aginax solution hygiène intime de façon quotidienne puis Aginax crème fluide avant le traitement antimycosique.
Composition
Dérivés à base de glycérides
octadécanoiques peroxydés : 15%
Excipient, q.s.p : ................ 85%


Ingrédients : Eau, Huile de mais péroxydée, Huile de mais raffinée, Huile de coco, Poe-20 sorbitan monotrearate, Glycérine, Cetyl alcool, Polyacrylamide, Isoparaffin, Laureth-7, Sorbitan stearate, Benzoate de sodium, Parfum (Busban), Imidazolidinyl urée, Propyl paraben.

Mis à jour le 18/07/2019

AVIS PRODUITS

5,0
Moyenne de 5,0 sur 1 avis
très bon produit très bonne tolérance
Par Marie-Hélène
le
VOTRE AVIS