Rhinallergy Boiron 40 comprimés à sucer


Traitement des allergies - A partir de 6 ans
  • Pour qui Pour qui : Dès 6 ans
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie orale
  • Femme enceinte Femme enceinte : AutorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : AutorisĂ©
  • Forme Forme : ComprimĂ©s Ă  sucer

4,66 â‚¬
4,66 â‚¬
Rhinallergy est un médicament homéopathique des laboratoires Boiron qui se présente sous la forme de comprimés à sucer. Ce médicament en vente libre est réservé à l'adulte et l'enfant à partir de 6 ans. 
Rhinallergy est utilisé traditionnelllement dans le traitement symptomatique des rhinites allergiques saisonnières (rhume des foins) et des conjonctivites allergiques transitoires.

Composition de Rhinallergy

Les souches homéopathiques utilisées dans les comprimés Rhinallergy sont Allium cepa 5 CH, Ambrosia 5 CH, Euphrasia officinalis 5 CH, Histaminum muriaticum 9 CH, Sabadilla officinalis 5 CH et Solidago virga aurea 5 CH.
Ces souches sont présentes à dose égale de 0.5 mg pour un comprimé de 300 mg.

Les excipients sont le lactose, le saccharose et le stéarate de magnésium.

Posologie de Rhinallergy

Sucer lentement un comprimé de Rhinallergy toutes les 1 à 2 heures sans dépasser 6 par jour. On espacera les prises dès l'amélioration des symptômes et le traitement ne durera pas plus d'une semaine sans avis médical.

Précautions d'emploi des comprimés Rhinallergy

Rhinallergy est contre-indiqué en cas d'allergie à l'un de ses composants. Ce médicament est déconseillé en cas de syndrome de malabsorption du glucose, du galactose, de déficit en lactase, d'intolérance au fructose.
Ce médicament ne sera pas utilisé en dessous de 6 ans en raison du risque de fausses routes (fait d'avaler de travers).
Les souches homéopathiques utilisées dans Rhinallergy ne sont pas connues pour être toxiques pendant la grossesse ou l'allaitement. Cependant par prudence, on demandera d'abord l'avis de son médecin avant d'utiliser ce médicament contre le rhume des foins.

Lire attentivement la notice.

Contenance : 40 comprimés à sucer

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Très fréquent, le ronflement (ou ronchopathie) qui gêne votre entourage impacte aussi votre sommeil et votre santé. Le ronflement est un bruit rauque plus ou moins fort dû à des vibrations anormales du pharynx lors de l’inspiration.

Mécanisme du ronflement

Il survient lorsque les muscles de l’arrière-gorge, du voile du palais, de la luette et de la langue se relâchent pendant les phases de sommeil profond. Ces organes prennent davantage de place et obstruent les voies respiratoires. Lors de l’inspiration, l’air a plus de mal à passer et fait vibrer le pharynx provoquant le bruit caractéristique du ronflement.

Au cours des allergies saisonnières, l'inflammation des muqueuses et leur gonflement entraine une gêne du passage de l'air notamment par le nez. Les patients respirent alors par la bouche et se mettent à ronfler. Il faut donc à la fois soigner la cause (l'allergie au pollen) et les conséquences (les ronflements).

Selon les individus, le ronflement peut être passager, intermittent ou régulier. Il touche plus de 40% des adultes de plus de 50 ans de manière régulière. Il peut entrainer des problèmes avec son entourage (souvent le conjoint), une fatigue plus ou moins marquée  dans la journée ainsi qu’une baisse de la vigilance pouvant être dangereuse au travail ou au volant.

Facteurs favorisants les ronflements

Plusieurs facteurs favorisent la survenue ou l’aggravation des ronflements :
  • Le sexe : les hommes ronflent plus que les femmes
  • L’âge : augmentation avec les années
  • Le poids : surpoids et obésité favorisent les ronflements ainsi que l’apnée du sommeil (relâchement plus important des muscles)
  • L’obstruction nasale ou naso-pharyngée : inflammation allergique qui peut être traitée par Rhinallergy, atteinte infectieuse, amygdales volumineuses, déviation de la cloison nasale, polypes
  • La position : dormir sur le dos favorise le basculement de la langue vers l’arrière
  • L’alcool ou les médicaments (somnifères, anxiolytiques, antihistaminiques) car ils diminuent le tonus musculaire
  • Le tabac : il entraîne une inflammation chronique des voies aériennes qui gêne le passage de l’air.
Changer vos habitudes de vie suffit souvent à améliorer le ronflement : arrêtez de fumer, l’alcool, diminuer progressivement avec votre médecin vos médicaments quand c’est possible, perdre du poids, dormir sur le côté…

Chez les enfants, des ronflements importants et prolongés peuvent altérer son sommeil et ses apprentissages dans la journée. Par conséquent, il est important d’en parler avec votre pédiatre qui pourra en déterminer la cause (allergies, amygdales ou végétations trop volumineuses…)

Quand consulter ?

Le ronflement, s’il peut paraître anecdotique, n’est pas sans conséquence, c’est pourquoi vous devez consulter si :
  • Vous ressentez une fatigue anormale en journée qui vous oblige à lutter pour rester éveillé
  • Vous êtes fatigué au réveil et cela s’accentue dans la journée
  • Vous avez d’autres symptômes associés : troubles de la mémoire et de la concentration, maux de tête, irritabilité, anxiété, dépression, baisse de la libido

Que faire en cas de ronflements ?

Le traitement du ronflement commence souvent par votre conjoint qui se tourne vers des protections auditives : certains ronfleurs atteignent les 100 décibels soit le bruit d’un camion dans la rue !

Si les règles hygièno-diététiques ne sont pas suffisantes, vous pouvez alors penser aux produits anti-ronflements : les languettes et les pastilles ont une action lubrifiante qui va limiter les vibrations du voile du palais, les bandelettes nasales écartent les ailes du nez pour libérer le passage de l’air, les sprays buccaux ou nasaux renferment des actifs décongestionnants et lubrifiants.

Si le ronflement persiste, la consultation médicale s’impose et votre médecin traitant peut vous orienter vers un ORL pour un bilan afin de rechercher les causes du ronflement, mais aussi d’éliminer ou de confirmer un syndrome d’apnée du sommeil. Deux options sont envisageables :
  • Le port de gouttières ou Orthèses d’Avancée Mandibulaires (OAM) : cela évite la chute arrière de la langue en obligeant la mâchoire inférieure à avancer. Cela met en tension le voile du palais, empêchant sa vibration. Elles peuvent être réalisées sur mesure et nécessitent des dents et des gencives en bon état.
  • La correction anatomique vise à intervenir sur le voile du palais par la chirurgie, le laser ou bien surtout par radiofréquence.
Désormais, tout le monde pourra dormir sur ses 2 oreilles !
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 09/07/2019