Mildac 600mg 15 comprimés


Manifestations dépressives légères et transitoires - Adultes
  • Pour qui Pour qui : Adulte
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie orale
  • Femme enceinte Femme enceinte : Non autorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : Non autorisĂ©
  • Forme Forme : ComprimĂ©s
  • Photosensibilisant Photosensibilisant : Oui

8,98 â‚¬
8,98 â‚¬
Mildac 600mg en comprimé est un médicament contenant du millepertuis. Il est indiqué chez l'adulte dans les manifestations dépressives transitoires et légères. Il est utilisé dans le traitement de courte durée des états de tristesse passagère accompagnés de troubles du sommeil et de baisse d'intérêt.

Chaque comprimé contient 612 mg de Millepertuis (Hyperium perforatum L.), sous forme d'extrait sec méthanolique (80% V/V).
Les excipients sont composés d'acide ascorbique, de cellulose microcristalline, de croscarmellose sodique, d' oxyde de fer (E172), d' hypromellose, d'acide stéarique, de stéarate de magnésium, de saccharine sodique, de silice précipité, de dioxyde de titane (E171) et de vanilline.

Posologie du médicament Mildac 600 mg

Le médicament Mildac 600 mg est réservé à l'adulte, et sa posologie habituelle est de 1 comprimé par jour, à prendre de préférence le matin et à avaler avec un verre d'eau.

Le traitement ne doit pas dépasser 15 jours, sans avis médical.

Précautions d'emploi

Le médicament Mildac 600 mg contient du millepertuis qui est un inducteur enzymatique. A ce titre il comporte de nombreuses interactions médicamenteuses, c'est à dire qu'il modifie l'action de certains médicaments, notamment il rend inefficace la pilule contraceptive.

Ne jamais associer la prise de Mildac 600 mg avec la pilule contraceptive,  les anti-coagulants,la digoxine, les anti-épileptiques (éthosuximide, felbamate, fosphénytoïne, lamotrigine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, tiagabine, topiramate, acide valproïque, valpromide) (sauf gabapentine et vigabantrin), les immunosuppresseurs (ciclosporine, sirolimus, tacrolimus), les antiprotéases (amprénavir, atazanavir, fosamprénavir, indinavir, lopinavir, nelfinafir, ritonavir, saquinavir), l'irinotécan, la théophylline.

Il faut éviter de prendre Mildac 600 mg avec un traitement contenant de la carbamazépine (un anti-épileptique) ou de la télithromycine (un antibiotique).

Si vous prenez ce médicament en même temps qu'un autre médicament, vous devez consulter votre médecin avant d'arrêter votre traitement avec Mildac 600 mg.

Avant de prendre le médicament  Mildac 600 mg, vous devez lire attentivement la notice.

Mildac 600 mg n'est pas un médicament antidépresseur, il ne constitue pas un traitement de la dépression caractérisée.

Si vos troubles persistent au delà de 15 jours, si vous ressentez une souffrance importante, une grande tristesse, une perte d'intérêt, en cas d'insomnies, de troubles de la mémoire, du sommeil ou de l'appétit; si ces troubles reflètent un changement important par rapport à votre caractère habituel, vous devez consulter votre médecin.
Ne pas utiliser Mildac 600 mg pendant la grossesse, sauf avis contraire de votre médecin.
Au cours de l'allaitement, son utilisation est soumise à un avis médical préalable. 


Conditionnement : Boîte de 15 comprimés enrobés

 LES CONSEILS DE PHARMA GDD

La dépression est un état qui dure dans le temps et qui ne doit pas être négligé.

Qu'est ce que la dépression ?

Elle se caractérise par une baisse de l’humeur accompagnée d’une douleur morale, d’une baisse de l’estime de soi, d’un désintérêt général ou encore d’un ralentissement psychomoteur. La dépression peut arriver à n’importe qui et à n’importe quel âge.
La prise en charge d’une dépression s’articule autour d’un traitement médicamenteux si besoin et d’un accompagnement psychologique (psychothérapie..). Elle va permettre au patient de retrouver un équilibre biologique, social et psychologique.

Il est important de se faire entourer à la fois par son entourage proche et par l’équipe médicale : médecins, psychologues ou psychiatres. Les thérapies (cognitivo-comportementales...) jouent un rôle dans la guérison de la maladie mais ont aussi un impact positif sur la prévention des rechutes. Elles permettent de mieux se connaitre, de comprendre le lien qui existe entre la vie actuelle ou passée et l’épisode de dépression.

Le traitement antidépresseur

Il est important de bien suivre son traitement, pas d’arrêt brutal sans en parler à son médecin, en effet le traitement par antidépresseurs nécessite un arrêt progressif en diminuant par paliers la posologie.
Il faut bien respecter les horaires de prise, le matin ou le soir, suivant le type d’antidépresseurs.
Si les symptômes persistent en parler à son médecin pour éviter les phénomènes de rechutes.
L’amélioration apparait au bout de quelques semaines, il faut continuer de prendre son traitement antidépresseur et ne pas se décourager car celui-ci peut mettre jusqu’à 6 semaines pour faire effet.
Il en est de même avec les effets indésirables transitoires qui peuvent apparaître au début du traitement (somnolence, constipation, sécheresse de la bouche...).
Il faut aussi penser à signaler à tout autre professionnel de santé les médicaments que vous prenez pour éviter d’éventuelles interactions médicamenteuses.

Le Millepertuis contenu dans le médicament Mildac est une plante connue pour ces propriétés sur les manifestations dépressives légères et transitoires. C'est un médicament qui ne doit pas être pris plus de 15 jours sans avis médical. Mildac constitue plutôt la première étape de la prise en charge. Vous ne devez pas prendre Mildac pour le substituer à votre traitement anti dépresseur prescrit par votre médecin.

La vie quotidienne

La pratique d’une activité physique est bénéfique dans la réduction des symptômes de la dépression et aide à prévenir leur réapparition.
Prendre du temps pour soi est important, au début du traitement antidépresseur, il est normal que certaines tâches vous semblent pénibles, il est donc possible de les éviter.
Le rythme de vie lors d’un épisode de dépression a quelque peu ralenti mais il est important d’essayer d’en maintenir un même s’il sera moins intense. Ce rythme de vie consiste à participer à la vie familiale, à sortir accompagné ou non ou encore simplement de faire les courses.
Pour cela, fixez-vous des objectifs raisonnables en lien avec votre affection, cela ne sert à rien de placer la barre trop haut au risque d’être déçu de n’avoir pas réussi à les accomplir. C’est la théorie des petits pas : il faut gravir une marche à la fois et ne pas s’attaquer à la montagne le premier jour.
Essayer de garder contact avec votre entourage, car l’isolement va aggraver l’épisode dépressif.

L’entourage de la personne

Il ne faut pas juger la personne souffrant de dépression, il faut au contraire essayer de la comprendre en lui proposant votre aide pour accomplir et l’encourager dans des objectifs qu’elle s’est fixée ou que vous lui avez fixé. Il faut proposer son aide mais sans trop s’imposer.
Myriam Gorzkowski

Myriam Gorzkowski

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 28/01/2020