Que doit contenir une trousse de secours ?

Que doit contenir une trousse de secours ?
La trousse de secours, ou trousse de premiers soins, est l’élément nécessaire au traitement des accidents du quotidien, bénins ou plus importants. Entre le matériel pour panser les blessures et les médicaments à emporter avec vous, une trousse de premiers soins complète est nécessaire. Il existe des trousses comprenant un certain nombre d’essentiels mais un bon kit de premier soin est modulable et adapté à vos besoins. Pour éviter le casse-tête chaque année à l’heure de composer votre trousse de secours, suivez les conseils de nos pharmaciens et simplifiez-vous la tâche.

Le matériel

La première chose dont vous aurez besoin, pour traiter à la fois les coupures, les bosses, ou encore les entorses et autres blessures plus graves, c’est de matériel de soin complet. Il faut également penser au matériel pour protéger victime et soignant avant et après le traitement.

Se protéger et protéger le blessé

Avant de commencer à soigner, souvenons-nous du principe premier d’Hippocrate : « Ne pas nuire ». Il faut toujours, avant de traiter une blessure, être certains de ne pas aggraver l’état de la victime, ainsi que protéger le soignant. Première étape, pour traiter une plaie ou toute zone susceptible de faire entrée des germes, enfilez des gants de protection. Vous pouvez opter pour des gants sans latex, si vous-même ou la victime êtes allergique au latex ou que vous ne savez pas si elle l’est. Pour éviter de transmettre ou de contracter des maladies, lorsque vous effectuez une manœuvre de bouche à bouche, utilisez un masque spécial. Ceux-ci utilisent des valves qui empêchent le retour de l’air vers le soignant pour éviter les risques de contamination croisée. Emportez également dans cette trousse de secours au moins une couverture de survie pour protéger la victime si elle doit rester immobile en attendant les secours. Les couvertures de survie servent à garder la chaleur corporelle proche du blessé et éviter qu’il ne s’affaiblisse ou ne fasse une hypothermie.

Les plaies et coupures superficielles

Après avoir sorti vos gants de protection, il va falloir traiter la plaie. Nous traiterons un peu plus loin le choix du désinfectant. Une fois la plaie désinfectée, il vous faudra de quoi faire un pansement, voire même arrêter un saignement important si la plaie est profonde. Dans le premier cas, il est bon d’avoir dans votre trousse de premiers soins un ensemble de compresses stériles, de rouleaux de sparadrap et de bandes collantes. Assurez-vous que chaque élément soit dans une pochette qui l’isole des impuretés de l’extérieur pour ne pas contaminer la plaie. Pour des coupures superficielles, des pansements prédécoupés autocollants peuvent suffire, emmenez-en donc de différentes tailles dans la trousse. Si par contre la plaie est plus profonde, et qu’elle donne lieu à une hémorragie, vous devez être équipés. Pour des saignements de nez on privilégiera des mèches hémostatiques, mais il existe également des coussins hémostatiques pour des plaies à la surface importante. On trouve aussi des sprays de poudre pour des plaies plus petites ou des pansements compressifs qui vont aussi rapprocher les lèvres de la plaie. Si malgré cela l’hémorragie persiste, il peut être nécessaire d’appliquer un garrot sur le membre touché. Il existe pour cela des garrots à clip qui simplifient l’opération.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre fiche Comment stopper un saignement ?

Chocs et coups

Votre trousse de premiers soins doit aussi vous équiper en cas de chute ou de coup entrainant des douleurs articulaires ou musculaires. Pour commencer, juste après le choc vous pouvez appliquer du froid sur la zone en question. Pour cela, il existe des bombes de froid comme on le voit dans les milieux du sport, ou des poches de froid que l’on craque. Si malgré cela la douleur ne s’atténue pas, on immobilisera le membre touché, et pour cela avoir dans votre trousse une écharpe triangulaire pour le bras est utile. Pour les membres inférieurs, on optera pour la solution du strapping serré. Enfin, sur des articulations plus petites, des attelles en mousse et aluminium, à découper et attacher avec du strap existent.


Notre sélection :

Les indispensables

En dehors de ce matériel spécifique, votre trousse de premiers soins doit contenir un certain nombre d’éléments généraux. Par exemple, des ciseaux, utiles à tout du bandage au strapping, ou un aspivenin, nécessaire si vous partez dans la nature et que vous êtes loin d’un poste de secours. Prenez également dans votre trousse un tire-tique pour retirer ces parasites indésirables. Emmenez également des pinces pour les échardes et pour retirer un corps étranger d’une plaie. N’oubliez pas de les désinfecter à chaque utilisation. Si la victime se plaint de maux de tête, pensez à avoir avec vous un thermomètre pour vérifier qu’elle ne fasse pas de fièvre importante.

Dans quoi transporter votre trousse de secours ?

Il existe de nombreux modèles de trousses de secours, de la petite trousse au sac de secouriste. La première est très facilement transportable mais moins complète, tandis que le second est plus encombrant mais contient tous les éléments nécessaires pour être prêts en toutes circonstances. Pour les médicaments de votre trousse, un casier avec des compartiments séparés peut se révéler utile pour ranger efficacement et retrouver rapidement chaque médicament. Dans tous les cas, évitez d’emporter les boites de chaque comprimé, elles prennent beaucoup de place et vous pouvez noter les informations sur un papier avec la dénomination internationale de vos molécules. Vous pouvez également opter si vous le souhaitez pour une trousse contenant déjà le matériel, et y ajouter seulement vos médicaments.


Notre sélection :

Les médicaments

Une bonne trousse de secours contient également une pharmacie de voyage pour être protégés contre toute éventualité. Entre les antiseptiques, les anti-douleurs et les différentes crèmes à prévoir, n’oubliez rien grâce à ces conseils.

Nettoyer les plaies

Comme nous le disions, avant de faire un bandage, il faut nettoyer et désinfecter la plaie. Pour cela, le plus simple est le sérum physiologique, qui sert au nettoyage des plaies de toutes tailles. Il peut aussi servir au nettoyage des yeux en cas de gêne, voire même du nez si vous ne disposez que de cela. Utilisé en association avec une compresse stérile ou des pinces désinfectées, retirez de la plaie tout corps étranger avant de désinfecter la plaie à l’aide d’un antiseptique. Ils sont disponibles en sprays ou en dosettes pour être plus adaptés à une trousse de premiers soins. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter notre fiche Bien choisir son antiseptique.


Notre sélection :

Les dangers du soleil

Dans votre trousse de secours, vous pouvez emmener un tube de crème solaire, mais cela peut ne pas suffire. Si vous prenez malgré la protection un coup de soleil, ou que vous vous brûlez sur une surface chaude ou une flamme, sortez de la trousse une crème anti-brûlure ! Celle-ci va soulager la douleur et aider à réparer la peau. Avant d’appliquer un traitement, il faut déterminer la gravité de la brûlure. Une brûlure au premier degré se caractérise par une peau rougie, mais seule la couche supérieure, l’épiderme, est touchée par la brûlure. Elle se remet en un ou deux jours si on la traite correctement. En revanche, une brûlure au second degré touche plusieurs couches des tissus de la peau et on constate l’apparition de cloques sur la peau. Elle se résorbe beaucoup plus lentement, entre dix jours et deux semaines. La trolamine peut être utilisée pour les brûlures, en apportant de l’hydratation à la peau touchée et en la nourrissant après l’application. D’autres pommades cicatrisantes existent et toutes doivent être renouvelées deux à trois fois par jour. Pour les brûlures au second degré, on privilégiera des pansements hydrocolloïdes qui vont garder la brûlure hydratée et nourrir la peau.


Notre sélection :

Antihistaminiques

Si au cours d’une balade vous êtes piqués par un insecte ou que vous vous frottez à une plante urticante, il peut être bon d’appliquer une pommade antihistaminique pour calmer la démangeaison. Cela évitera de déclencher une crise d’urticaire importante voire une réaction allergique grave. Pour les personnes avec des allergies préexistantes, pensez à emporter votre stylo injectable d’adrénaline dans la trousse de secours. Les antihistaminiques par voie orale doivent aussi être à disposition dans votre trousse de premiers soins pour parer à toute possible réaction allergique importante. Pour plus d’informations sur les piqûres d’insectes, consultez la fiche Les piqûres de l’été.

Chocs et coups : les crèmes

Après avoir subi un coup, pour éviter un gonflement ou des douleurs articulaires, vous pouvez appliquer une pommade sur la zone d’impact. Différentes crèmes existent, notamment à base d’arnica, une plante de montagne, mais aussi des anti-inflammatoires sous formes de pommades. Ces crèmes, vont agir sur la zone qui a subi le coup pour prévenir un épanchement hémorragique trop important ou une inflammation des tendons et des muscles victimes du traumatisme.

Antidouleurs

Votre trousse de secours doit contenir des médicaments anti-douleurs, les comprimés essentiels au traitement des maux de têtes ou d’estomac, ainsi qu’en cas de blessure particulièrement douloureuse. La molécule la plus classique, le paracétamol a deux usages. C’est un antalgique, il agit contre la douleur, mais c’est également un antipyrétique, c’est-à-dire qu’on l’utilise pour lutter contre la fièvre. Cela en fait la molécule parfaite à emmener partout, si vous tombez malade ou si vous vous blessez. D’autres molécules existent. L’ibuprofène par exemple est un analgésique et un anti-inflammatoire : il est indiqué en cas de douleurs, de fièvres mais aussi pour traiter les inflammations des tendons par exemple. L’aspirine, enfin, est à la fois antalgique, antipyrétique et anti-inflammatoire mais elle est déconseillée en cas d’ulcère de l’estomac, de traitement anticoagulant et lorsque que vous avez une plaie en début de cicatrisation.
Les anti-douleurs sont à prendre avec prudence, en quantité raisonnable et en faisant toujours attention aux contre-indications.


Lorsque vous avez composé votre trousse de premiers soins, il est important de vérifier les dates de péremption régulièrement pour ne pas vous retrouver avec des médicaments périmés. Après avoir utilisé une compresse, un pansement, ou une bande de strap, pensez à remplacer immédiatement le matériel utilisé. Si vous voyagez, pensez à noter les dénominations internationales de vos médicaments et si vous partez en zone tropicale, pensez à adapter votre trousse de secours.