La brûlure et le coup de soleil

Ces blessures courantes font partie de ces maux que l’on a tous expérimentés dans sa vie. Les amateurs de cuisine ont tous connu l’agression de la chaleur lors d’une mauvaise manipulation, et le coup de soleil, une forme de brûlure survient vite l’été, lorsque l’on s’est mal protégé en n’utilisant pas de protection solaire adaptée.
Il est essentiel de déterminer la gravité de la brûlure. C’est elle qui guidera le traitement. Elle est déterminée par le degré de la brûlure, sa localisation et sa superficie. Ainsi, certaines brûlures peuvent être soignées « à domicile », d’autres, plus graves, nécessiteront obligatoirement la consultation d’un médecin.

Comment estimer la gravité de la brûlure ?

Ces blessures sont classées selon trois degrés :
  • La brûlure de premier degré. La peau est gonflée, rouge et très sensible.
  • La brûlure de 2e degré. Elle est très douloureuse. Des cloques se forment sur la peau.
  • La brûlure de 3e degré. La peau prend un aspect cartonné. Elle est devenue insensible.
Les brûlures de 1er et 2e degré ne nécessitent pas de consultation médicale. Elles peuvent être traitées à l’aide de médicaments sans ordonnance. L’un des problèmes posés par les cloques (qu’il est préférable de ne pas percer) est qu’elles constituent une porte d’entrée pour d’éventuels germes, qui pourraient causer une infection.

Autres caractères permettant de mesurer la gravité de la brûlure : sa superficie et sa localisation.
Ainsi, une brûlure est grave si elle se situe sur une zone proche d’un orifice du corps ou au niveau d’une articulation, ou si elle est étendue (si elle couvre une surface supérieure à la moitié de la paume de la main dans le cas d’une brûlure de 2e degré).