Bien choisir son antiseptique

Bien choisir son antiseptique
Toujours en bonne place dans les armoires à pharmacie et les trousses de secours, la solution antiseptique est un produit indispensable à utiliser sur les blessures du quotidien plus ou moins étendues et constitue l’un des premiers gestes à effectuer pour soigner une plaie correctement. L’antiseptique est en effet le point de départ qui favorise le processus de cicatrisation et, finalement, une guérison optimale de la plaie.

Les désinfectants sont très nombreux et regroupés dans diverses familles selon leur composition. Pour bien choisir son antiseptique, il faut prendre en compte un certain nombre de critères et suivre quelques précautions d’usage. Les pharmaciens de Pharma GDD font le point sur les différents éléments à évaluer avant de choisir une solution antiseptique et vous rappellent les précautions d’emploi pour une utilisation sans danger.

A quoi sert un antiseptique ?

L’antiseptique est un produit particulièrement indiqué pour le traitement des plaies. Qu’il s’agisse d’une coupure, d’une petite écorchure ou d’une brûlure superficielle, la peau est fragilisée et doit être soignée avec les bons produits pour guérir et cicatriser dans de bonnes conditions. La solution antiseptique intervient après que le nettoyage de la plaie ait été effectué à l’eau tiède et au savon ou au sérum physiologique pour en retirer les éventuels corps étrangers.

L’antiseptique est un désinfectant à usage corporel. Il est important de ne pas le confondre avec les désinfectants utilisés pour la préparation du matériel médical et des objets à usage chirurgical. En effet, ces deux types de produits ne possèdent pas les mêmes propriétés.

L’antiseptique ne rend pas la zone lésée stérile mais a pour but d’empêcher le développement et la prolifération des micro-organismes, notamment les bactéries et les virus, au niveau de la plaie. Il limite ainsi les risques de surinfection et permet d’amorcer un bon processus de cicatrisation. Les antiseptiques agissent rapidement sans provoquer de sensations douloureuses. Après leur application, un pansement adapté à la nature de la plaie vient achever les premiers soins.

Il existe de nombreux types de désinfectants appartenant à différentes catégories en fonction de leur composition. Les antiseptiques peuvent lutter spécifiquement contre les champignons (fongicides), les virus (virucides), les bactéries (bactéricide) ou les spores (sporicides). Dans certains cas, une solution peut regrouper l’ensemble de ces propriétés.

Les éléments à prendre en compte pour choisir le bon antiseptique

Plusieurs éléments ont leur importance et doivent mobiliser votre attention avant de choisir une solution antiseptique. En effet, utiliser un produit inadapté peut avoir une incidence plus ou moins importante sur le soin de la plaie ainsi que sur le déroulement de la cicatrisation.

Le type de plaie et la localisation

Avant de choisir un antiseptique, nous vous recommandons de commencer par identifier la localisation et la nature de la plaie concernée par les soins. Plusieurs types de plaies peuvent être distingués, présentant chacun des caractéristiques différentes et nécessitant une prise en charge spécifique.

Ainsi, vous n’utiliserez pas la même solution antiseptique selon que la plaie se situe sur la peau ou sur une muqueuse. Le produit devra être adapté à la sensibilité de la zone touchée pour limiter au maximum les risques de réaction et d’irritation.

Dans un second temps, observez bien la plaie. Est-elle fermée, ouverte ou souillée par des éléments extérieurs ? S’agit-il d’une plaie suintante ? Présente-t-elle un saignement persistant malgré le nettoyage préalable ? Les réponses à ces questions conditionneront en partie le choix du désinfectant.

La personne touchée

Un autre critère à prendre en compte est la personne concernée par la plaie. S’il s’agit d’un enfant ou d’une femme enceinte, il faudra suivre certaines précautions d’usage et s’assurer que le produit peut effectivement être utilisé sans risque.

Le risque infectieux

Le dernier critère à évaluer avant de choisir un antiseptique est le niveau de risque infectieux. Trois niveaux sont distingués (bas, intermédiaire, haut) et vont dépendre principalement des conditions environnementales auxquelles la plaie est confrontée et qui peuvent amener des agents infectieux. En pratique, plus le risque infectieux est élevé plus le champ d’action de la solution antiseptique devra être large pour qu’elle soit efficace.

A chaque plaie son antiseptique

Un bon antiseptique doit idéalement combiner une efficacité à large spectre, un effet rapide et durable et une composition respectueuse de la peau et non irritante. Les désinfectants les plus utilisés sont les antiseptiques biguanides et les dérivés de chlore et d’iode. En revanche, l’alcool n’est pas recommandé en raison de son effet irritant et asséchant qui freine la cicatrisation. Il est plutôt réservé à la désinfection du matériel médical ou de la peau saine.

Comme nous l’avons précisé plus haut, le principal critère de choix de la solution antiseptique est la nature de la plaie. Nous vous proposons donc un désinfectant adapté aux types de plaie les plus courants.

La plaie souillée

Dans certains cas, la plaie peut être souillée par des éléments extérieurs tels que de la terre, de l’herbe, du sable ou du gravier. Il est alors recommandé de bien la nettoyer et d’utiliser une solution antiseptique moussante ou de l’eau oxygénée à 10 volumes afin d’évacuer ces corps étrangers. L’eau oxygénée plus concentrée n’est pas conseillée car elle présente un risque de brûlures et d’irritations.

Notre sélection d’antiseptiques moussants :


L’eau oxygénée à 10 volumes possède une action anti-saignement ainsi qu’un pouvoir antiseptique léger qui doit être consolidé ensuite car son activité est faible et inhibée par le sang ou le pus. Après avoir rincé la solution à l’eau, utilisez un antiseptique plus puissant à base de chlorhexidine ou d’hexamidine en solution aqueuse.

La chlorhexidine ne doit pas être utilisée au niveau des cavités internes et peut s’avérer irritante pour les muqueuses.

La plaie ouverte

En présence d’une plaie ouverte, d’éraflures et de peau à vif, les antiseptiques recommandés sont la chlorhexidine en solution aqueuse, spray ou compresse et les produits dérivés du chlore. Ils possèdent en effet un large champ d’action et une grande efficacité bien qu’ils soient peu stables.

Nous vous déconseillons d’utiliser une solution antiseptique colorée comme l’éosine sur les plaies ouvertes car elle empêcherait d’observer correctement l’évolution de la plaie ainsi que sa cicatrisation.

La plaie fermée

Les plaies fermées telles que les ongles incarnés, les panaris ou les échardes nécessitent l’application d’une solution antiseptique qui pénètre l’épiderme. C’est le cas de l’hexamidine et du chlore qui peut être utilisé sous forme de bain jusqu’à amélioration de la plaie. Les désinfectants à base de povidone iodée peuvent aussi être utilisés dans le cas des plaies fermées car ils vont pénétrer rapidement dans les couches profondes de l’épiderme.

Ces antiseptiques présentent toutefois quelques contre-indications et ne doivent pas être appliqués en cas d’allergie aux antiseptiques iodés et sur les bébés âgés de moins d’un mois. Les femmes enceintes doivent également se montrer vigilantes et ne pas utiliser d’antiseptique iodé de manière prolongée pendant leur grossesse. Il convient de rincer ce type de désinfectant quand ils sont appliqués sur les enfants de 1 à 30 mois et de faire preuve de prudence en cas de dysfonctionnements thyroïdiens.

On évitera également l’utilisation de ces antiseptiques sur des plaies ouvertes car ils entraînent une coloration de la peau qui ne laisse pas la possibilité d’évaluer le déroulement de la cicatrisation.

Notre sélection d’antiseptiques iodés et chlorés :

Les antiseptiques naturels

Si les pharmacies garantissent un large choix de solutions antiseptiques, certains remèdes de grands-mères sont également réputés pour leurs propriétés désinfectantes naturelles.

Le jus de citron et l’ail sont ainsi deux ingrédients accessibles qui peuvent être utilisés comme antiseptique et appliqués sur des plaies superficielles (petites coupures, égratignures). Ils peuvent aussi être utiles en cas de petits problèmes de peau comme l’acné par exemple. Il est recommandé de les utiliser avec précaution car ils peuvent être irritants et photosensibilisants.

Le miel et la propolis sont des produits issus de la ruche qui sont très efficaces pour combattre les bactéries et aider ensuite la peau à se reconstituer. Ils sont principalement utilisés sur les brûlures, les écorchures et les plaies superficielles. Le miel agit en libérant de l’eau oxygénée qui va ensuite éliminer les corps étrangers.

Enfin, certaines huiles essentielles sont très connues pour leur pouvoir antiseptique, fongicide, bactéricide et antiviral. Vous pouvez ainsi utiliser des huiles essentielles de thym à thymol, de lavande fine et d’arbre à thé (tea-tree). Évitez de les appliquer pures sur la peau et diluez-les plutôt avec du miel ou une huile végétale comme l’huile de calophylle inophyle (aussi appelée huile de tamanu) ou l’huile de karanja.

Tout comme les désinfectants disponibles en pharmacie, les antiseptiques naturels doivent être utilisés sur une plaie nettoyée et avec parcimonie. Demandez l’avis d’un pharmacien en cas de réaction cutanée indésirable.

Utiliser correctement un antiseptique

Choisir le bon antiseptique implique également d’en connaître les précautions d’emploi. Nous vous rappelons six principes de base qui doivent être respectés pour un usage sûr et efficace du désinfectant choisi.

1. Vérifier la date de péremption et les risques d’intolérance

Avant toute utilisation, il est nécessaire de vérifier la date de péremption de l’antiseptique. S’il a déjà été ouvert, assurez-vous de ne pas avoir dépassé la date limite d’utilisation après ouverture (30 jours dans la plupart des cas). Pour plus de sécurité et limiter le doute, nous vous conseillons d’indiquer clairement la date d’ouverture sur le contenant du produit.

N’utilisez pas un désinfectant périmé ou dont vous ne connaissez pas la date d’ouverture. En effet, la solution pourrait avoir été contaminée ou perdu de son efficacité et le soin de la plaie ne serait alors pas garanti.

Pensez également à vérifier la composition de l’antiseptique et les risques d’intolérance afin d’éviter une réaction allergique ou une irritation cutanée au niveau de la plaie qui aurait pour effet d’augmenter le risque d’infection.

2. Privilégier les formats unidoses et les sprays

Nous vous recommandons d’utiliser des solutions antiseptiques en formats unidoses ou en sprays plutôt qu’en flacons. Pratiques à transporter et à utiliser, ces conditionnements présentent également l’avantage de limiter la contamination par des bactéries et donc l’altération de l’efficacité du produit. Les désinfectants en unidoses sont généralement conseillés pour une utilisation unique et doivent être jetés après avoir été ouverts.

3. Bien nettoyer les mains et la plaie

Le nettoyage minutieux des mains est une règle d’hygiène essentielle avant de commencer le moindre soin sur une plaie. L’idéal serait même de porter des gants pour empêcher tout transfert de germes.

Il est également important de bien nettoyer la plaie avant d’y appliquer un antiseptique. Cette étape préalable permet de retirer les impuretés et les souillures qui ont pu se loger dans la plaie et de stopper les éventuels saignements.


Notre sélection pour le soin des plaies :

4. Laisser agir l’antiseptique

Pour que l’antiseptique agisse correctement, il est nécessaire de respecter le temps de « pose » indiqué sur la notice. Laissez sécher le produit de préférence à l’air libre avant de poursuivre les soins de la plaie.

5. Garder la main légère

Nous vous recommandons de ne pas appliquer une trop grande quantité de solution antiseptique sur la plaie et de ne pas la nettoyer trop fréquemment. Cela aurait pour conséquence de freiner le bon déroulement du processus de cicatrisation et de guérison de la plaie.

6. Ne pas associer les antiseptiques

Enfin, il est déconseillé d’utiliser plusieurs désinfectants en même temps sur une plaie. Leurs composants peuvent en effet être incompatibles et entraîner une baisse d’efficacité du produit voire des lésions cutanées plus importantes.

Que retenir ?

La solution antiseptique est indispensable pour soigner une plaie correctement. Elle permet en effet d’éliminer les bactéries et les micro-organismes, limitant ainsi les risques de surinfection. Le désinfectant permet aussi de favoriser le bon déroulement du processus de cicatrisation. Il existe plusieurs types d’antiseptiques, de composition variable. Il est recommandé de choisir un antiseptique au large champ d’action et adapté à la nature de la plaie à soigner. Pour garantir l’efficacité du désinfectant, il convient de respecter les précautions d’emploi et les principes d’hygiène de base.