Livraison express le lendemain, pour toute commande passée avant 18h (Hors week-ends et jours fériés)

Les problèmes de peau liés à l'incontinence

  • Par Myriam Gorzkowski, mis à jour le 29/01/2024 à 15h01, publié le 01/04/2019 à 09h04
  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Les problèmes de peau liés à l'incontinence
L'incontinence peut être synonyme de problème de peau, notamment lorsqu'elle est associée à d'autres facteurs. Les personnes dépendantes, alitées ou encore âgées sont par exemple particulièrement concernées. Mais, comment une dermite associée à l’incontinence apparaît-elle ? Est-il possible de les prévenir ? Comment les soigner ? Pharma GDD vous informe sur l’incontinence et la peau abimée pour prévenir ce phénomène grâce à l’utilisation de produits lavants adaptés pour la toilette et de soins protecteurs. 

Incontinence : origines des problèmes de peau

L'incontinence, caractérisée par des pertes d'urine incontrôlables, peut toucher toutes les tranches d'âge : les jeunes enfants, phénomène que l'on appelle l’énurésie, les femmes enceintes au cours de leur grossesse ou toute personne ayant subi une opération au niveau de l'appareil urinaire. En revanche, la DAI touche principalement les personnes fragiles, alitées et/ou dépendantes, les patients en réanimation, souffrant d'incontinence urinaire, fécale ou mixte est fréquente, notamment lorsqu'elles sont âgées. La peau est composée de 3 couches principales : l'épiderme, le derme et l'hypoderme. Les cellules présentes à la surface de l'épiderme jouent le rôle de barrière face aux agressions extérieures. La peau est un organe qui assure une triple protection.
Elle garantit une protection chimique grâce à son microbiote contre les toxines et les irritants.
Elle exerce une protection mécanique sur le corps contre les frottements et l'humidité.
Elle confère une protection biologique contre les bactéries et les champignons.  
D'ordinaire présentes en quantité, les cellules de l’épiderme diminuent avec l'âge. La peau devient alors poreuse, fragile et s'assèche. Dans ces conditions, la barrière cutanée se trouve altérée et n'est plus capable d'assurer ses différents rôles. Elle laisse ainsi pénétrer les bactéries et les infections.

DAI : quels sont les symptômes ?

Différents problèmes de peau peuvent être liés à l'incontinence. Il peut s'agir de démangeaisons, accompagnées ou non de rougeurs, d'irritations (prurit), d’érythème fessier, de douleurs ou de blessures consécutives au grattage de la peau. Avec la vieillesse, la peau se fragilise, car elle est asséchée et affinée, donc plus sensible aux agressions extérieures (frottements, humidité...) Elle est aussi particulièrement déshydratée. Pour vérifier cela, on peut procéder au test du pli cutané sur les personnes âgées incontinentes qui restent alitées : il suffit de pincer légèrement leur peau sur le dessus de la main. Si celle-ci ne se remet pas en place immédiatement après le pincement, la peau est déshydratée. Il est également important de surveiller les zones à risque chez une personne incontinente : une inflammation dans les plis cutanés ou dans les zones en contact avec l'urine et/ou les selles est fréquente.

La dermite associée à l'incontinence

La dermatite associée à l'incontinence (DAI) est une inflammation de la peau de la région anale et génitale liée au contact prolongé des urines et/ou des selles. Cette affection très douloureuse et perturbante pour le patient représente un facteur de risque d'escarre. La DAI est également connue sous les noms de dermite du siège, érythème fessier, lésion de macération, lésion humide ou encore lésion miroir. La dermatite associée à l’incontinence présente des éruptions érythémateuses avec des papules, une érosion, des croûtes, des pustules à bords émiettés avec implication des plis cutanés. Les problèmes de peau chez les personnes incontinentes peuvent être favorisés par d'autres facteurs annexes :
  • l'humidité ;
  • l'incontinence fécale (prolifération de bactéries) ;
  • des produits d'hygiène inadaptés ;
  • un change d'incontinence inadéquat ;
  • une toilette intime trop fréquente ou mal réalisée.

Généralement, un problème de peau chez les personnes incontinentes est dû à un ensemble de facteurs qui, combinés, vont venir fragiliser la peau : humidité, produits irritants, bactéries fécales, pH déséquilibré, microbes... Les personnes âgées, alitées ou à mobilité réduite sont les plus exposées à ces problèmes cutanés, du fait de la fragilité de leur peau et/ou leur incapacité à parer aux problèmes qui surviennent comme l’impossibilité pour les personnes de se changer seules.

L'humidité liée à l’urine ou la transpiration rend la peau plus sensible aux frottements et aux irritations, mais elle favorise aussi la prolifération des microbes et bactéries : rien de tel qu'un environnement chaud et humide pour leur permettre de se développer. De plus, lorsque la peau est sèche, comme c'est souvent le cas chez les personnes âgées, les plaies de pression sont favorisées dans le cas d'un alitement prolongé, la peau étant fragilisée.

Les selles et les urines permettent aux bactéries fécales de transformer l'urée en ammoniac. Cela entraine une élévation du pH de la peau en contact rendant la couche cornée perméable annulant son rôle protecteur.

Les selles contiennent des enzymes et des sels biliaires inactivés dans le tube digestif. Au contact de la peau, ces mêmes enzymes sont réactivées et provoquent une irritation. 

La macération va augmenter le phénomène de dermatite. En cas d'exposition prolongée à l'humidité, les cornéocytes, les cellules de la couche superficielle de la peau, augmentent de volume. Du liquide s'accumule dans l'espace intercellulaire et crée des grands espaces de décollement. Le phénomène d'humidité excessive augmente le coefficient de friction cutané, rendant la peau plus perméable aux substances irritantes. Cette modification cutanée offre un milieu idéal pour la prolifération bactérienne et la sensibilise aux produits chimiques.

Après 3 à 5 jours, une dermite associée à une incontinence non traitée entraine une surinfection mycosique. Ce phénomène est causé par la multiplication de levures comme Candida Albicans en milieu alcalin. La mycose cutanée se présente généralement sous la forme d'une éruption rouge vif qui se diffuse depuis une zone centrale. Des papules et/ou des pustules peuvent apparaître sur le bord de l'éruption, se propageant sur la peau saine.

Complications possibles : si la peau n'est pas soignée, certaines complications peuvent apparaître. Ainsi, des problèmes de peau combinés à une pression cutanée plus ou moins importante (lorsque que le patient est alité généralement), peuvent amener à l'apparition d'escarres, dans les cas avancés.

Le traitement de la dermite associée à l'incontinence 

Il sera important d'apporter un traitement de la surinfection mycosique qui repose sur des produits antifongiques locaux de type imidazolés. Ce traitement agit également sur les dermatophytes, responsables du pied d'athlète et Malassezia furfur, l'agent du pityriasis versicolor. Ce traitement peut se présenter sous forme de crème pour les lésions suintantes ou de poudre dans les plis. La durée du traitement varie selon le cas. En l'absence de résultat au traitement, il faudra envisager une mise sous antifongique oraux avec votre médecin.

Prévenir la dermatite liée à l'incontinence

Afin de prévenir les problèmes de peau chez les personnes incontinentes, certains gestes simples à effectuer lors de la toilette quotidienne peuvent être suivis. Le rôle des soignants est fondamental, car une hygiène suivant un protocole strict permet souvent d'éviter la survenue d'une dermite associée à l'incontinence.
La toilette du périnée doit se faire à l'eau claire ou au sérum physiologique en cas d'urines seules. En présence de selles, il faudra utiliser de l'eau et du savon neutre doux, surgras ou syndet. Il est indispensable d'utiliser des produits nettoyants adaptés à la peau fragile des personnes incontinentes sujettes aux problèmes de peau. Il faudra choisir un produit d'hygiène pour le corps et le siège doté d'un pH proche de 5,5 afin de respecter l'intégrité de la peau. Le pH 5,5 est légèrement acide et permet de protéger l'épiderme des bactéries néfastes. Cela évite de créer un déséquilibre occasionnant des irritations et des infections. 
Préférez l'utilisation d'un nettoyant sans rinçage, car l'eau a tendance à dessécher la peau. Les lingettes nettoyantes spécialement conçues pour les soins des incontinents sont également conseillées. Elles sont composées d'huile de ricin aux vertus antibactériennes et antifongiques. Cette huile convient parfaitement pour une application au niveau du siège et des muqueuses. La glycérine apporte une hydratation, un apaisement et renforce l'intégrité de la barrière épidermique par son action émolliente.
En séchant la personne, il vaut mieux tamponner la peau plutôt que de la frotter, pour ne pas la fragiliser. 

Une fois la toilette terminée, il est possible d'appliquer des crèmes de soin incontinence adaptées pour protéger la peau de la sécheresse et des irritations causées par l'humidité (urine, transpiration). Choisissez-les au pH neutre pour préserver l'équilibre de la peau. Il est préférable d'éviter le talc sur les zones sensibles, car celui-ci risque de boucher les pores et empêcher ainsi la peau de respirer et aux produits hydratants de pénétrer. Utilisez des produits de qualité et gardez une certaine constance dans la méthode de soins utilisée. Les soins protecteurs sont formulés à partir de diméthicone, de cristaux liquides, d'oxyde de zinc. Le dexpanthénol également connu sous le nom de vitamine B5 a un effet cicatrisant et protecteur contre les urines et les selles. Les émulsions, mousses ou crèmes contenant des cristaux liquides lamellaires ce qui favorise l'application et la tenue du soin pour une meilleure fonction barrière. L'oxyde de zinc est également un agent assurant un effet isolant pour protéger la peau des agressions extérieures. De plus, l'oxyde de zinc apporte ses vertus antifongiques, antibactériennes et assainissantes.


Le nettoyage de la peau souillée doit se faire aussi rapidement que possible après une fuite, pour éviter le contact prolongé avec l'urine et les selles. Les changes complets doivent être de qualité, absorbants et non irritants. Il est important de renouveler le change au minimum 3 fois par jour et davantage en cas de diarrhée. Pour les hommes, l'utilisation d'un étui pénien penilex homme est d'ailleurs conseillée. Les changes pour incontinence comme les couches Confiance doivent être bien ajustés et choisis à la taille de la personne, avec une absorption qui lui convient. Il existe également des changes complets avec ceinture intégrée. Quel que soit le type de change, il ne faut pas oublier de changer régulièrement de protection les personnes alitées qui n'ont pas conscience de leur état notamment la maladie d’Alzheimer pour cela, certaines protections sont équipées d'un témoin d'humidité, qui permet de contrôler de façon externe le moment où la protection doit être changée. De même, une protection anatomique adaptée plus grande n'est pas forcément plus efficace : celle-ci doit surtout être ajustée à la taille du patient.

 

C’est pour cela qu’il est important de bien choisir une protection urinaire

À retenir

Il est primordial de prévenir la dermite associée à l’incontinence en utilisant des produits lavants et protecteurs adaptés et veiller à changer régulièrement la protection incontinence au moins 3 fois par jour. Il faudra également s’assurer de la bonne taille et de son niveau d’absorption pour éviter la macération et les fuites urinaires. Pour aller plus loin, rendez-vous sur nos fiches conseils : les causes et les traitements de l’incontinence urinaire et Sondage et stomie : des solutions à la rétention urinaire. Dans tous les cas, consultez un médecin ou un dermatologue dès qu'un problème de peau apparaît. Il vous prescrira alors les soins adaptés au cas observé.