Pityriasis versicolor : symptômes, cause et traitement

Pityriasis versicolor : symptômes, cause et traitement
Le pityriasis versicolor est une affection de la peau provoquée par la prolifération d’un champignon naturellement présent au niveau de la flore cutanée : Malassezia furfur. Elle se manifeste par de multiples taches aux teintes très variables, qui apparaissent le plus souvent en cas de transpiration excessive, ou à la suite d’une exposition solaire. Cette dermatose bénigne et non contagieuse est particulièrement inesthétique et peut impacter la qualité de la vie. Un traitement antifongique et certaines mesures préventives sont indispensables pour venir à bout de cette mycose cutanée fréquemment récidivante. Pharma GDD vous explique l’origine, les manifestations et le traitement du pityriasis versicolor.

Cause de pityriasis versicolor

Le pityriasis versicolor est dû à une infection provoquée par un champignon type levure, Malassezia furfur. Ce champignon lipophile fait partie de la flore cutanée saprophyte, c’est-à-dire qu’il est naturellement présent sur notre peau. Il se situe préférentiellement sur les zones de la peau les plus riches en glandes sébacées, car il siège au niveau du follicule pileux. C’est pour cette raison que le pityriasis versicolor est plus fréquent chez l’adolescent et le jeune adulte, période de la vie où les glandes sébacées sont les plus actives.

D’aspect levuriforme, Malassezia furfur va se multiplier, proliférer au niveau cutané et aborder sa forme filamenteuse pathogène sous l’influence de différents facteurs, provoquant ainsi l’apparition d’un pityriasis versicolor. Cette double morphologie se retrouve souvent sur les prélèvements effectués au niveau des lésions (cellules rondes et filaments).

Comment se manifeste le pityriasis versicolor ?

Le pityriasis versicolor touche préférentiellement les zones cutanées situées au niveau du thorax du cou et des épaules, des zones du corps plus sujettes à la transpiration. Cependant, il peut également se manifester au niveau des jambes, des bras et du visage. Il se caractérise par l’apparition de nombreuses petites taches ovalaires ou rondes, peu ou pas squameuses, dont les teintes peuvent revêtir des couleurs très variées, allant du brun clair, au rose, saumon ou blanchâtre, d’où son nom « versicolor » (nuances de couleurs). Ces petites lésions peuvent confluer pour donner de plus larges plaques. La couleur des taches dépendra de la couleur de la peau sous-jacente : sur une peau claire, elles seront plus brunes, tandis que sur une peau plus pigmentée elles apparaitront blanches.
Le pityriasis versicolor passe le plus souvent inaperçu et c’est à l’occasion d’une exposition solaire que les taches vont apparaître, où le soleil va mettre en évidence la présence de la levure par l’apparition de petites zones de dépigmentations, les taches blanches du pityriasis versicolor (pityriasis versicolor achromique). L’achromie est une diminution voire une perte de la pigmentation normale de la peau occasionnée par les atteintes locales du champignon. En effet, cette hypopigmentation est due à la production par le champignon d’une substance (acide azélaïque) inhibant la synthèse de mélanine. Les lésions sont alors totalement dépigmentées et non squameuses.
Son apparition est souvent associée à d’autres dermatoses comme la dermite séborrhéique, une pathologie également liée à la présence de la levure Malassezia.

Quels sont les facteurs favorisants ?

Présente naturellement au sein du microbiote cutané, la prolifération de Malassezia furfur chez certains individus dépendra de différentes conditions favorisantes, on parle donc d’une infection opportuniste :

  • Les conditions climatiques : la chaleur et l’humidité jouent un rôle essentiel dans le développement du champignon. Le pityriasis versicolor est une affection fréquente des zones tropicales.
  • Le port de vêtements synthétiques ou trop serrés : Ils favorisent la transpiration et l’augmentation de la température.
  • L’âge : son apparition est corrélée à l’activité maximale des glandes sébacées. Avec le vieillissement la peau s’assèche et le risque de développer un pityriasis versicolor est alors beaucoup moins important.
  • Des facteurs individuels multifactoriels sont également évoqués : l’hypersécrétion sébacée, la sudation excessive, et une probable prédisposition génétique.
  • Défenses immunitaires affaiblies : traitement immunosuppresseur et corticothérapie.
  • Situations particulières : grossesse, diabète, malnutrition.


Diagnostic

Le diagnostic du pityriasis versicolor est essentiellement clinique, il repose sur l’observation de lésions généralement très caractéristiques. Cependant, un examen en lumières de Wood peut s’avérer utile. Il consiste à balayer toutes les zones cutanées avec une lumière spécifique du spectre ultra-violet afin de mettre en évidence les lésions non visibles à l’œil nu, et ainsi d’en déterminer l’étendue. Une fluorescence jaune - vert pâle signalera alors la levure Malassezia furfur.
Un prélèvement réalisé au niveau des lésions à l’aide d’une curette ou d’un scotch test permet un examen mycologique afin de mettre en évidence la présence du champignon.
Dans sa forme achromiante, le pityriasis versicolor peut être confondu avec le vitiligo. Cette pathologie non infectieuse se caractérisant par des taches de dépigmentations apparaissant sur les zones exposées au soleil comme le visage et le dos des mains. Cependant, les zones atteintes sont lisses, et leurs formes et tailles permettent le plus souvent d’établir un diagnostic différentiel.

Traitement du pityriasis versicolor

Le traitement de base du pityriasis versicolor repose sur l’utilisation de médicaments antifongiques d’action locale à large spectre d’activité, associé aux mesures de prévention afin d’éviter la multiplication du champignon.
Les traitements médicamenteux sont en général à base de kétoconazole. Il se présente généralement en solution moussante et en dose unique. Il est souvent conseillé de traiter l’ensemble du corps, afin d’éliminer d’autres foyers locaux souvent invisibles et responsables de récidives. La ciclopirox olamine en solution ou crème peut également être appliquée régulièrement pendant plusieurs semaines. Il faut de toute façon se conformer à la prescription médicale.
À noter, le traitement des cheveux est également souhaitable dans les formes plus étendues et lorsque le visage est atteint.
Dans les formes étendues ou très récidivantes, un traitement antifongique par voie orale peut être envisagé.

Malassazia furfur étant un hôte habituel de la flore cutanée, cette affection est caractérisée par son fort taux de récidive (90 % dans les 2 ans), notamment chez les personnes ayant une peau à tendance grasse. La bonne observance du traitement est essentielle. Il s’agit d’utiliser les traitements locaux en respectant correctement leur mode et nombre d’application. Pour traiter ces récidives, un protocole de traitement d’entretien et préventif peut être mis en place.

À savoir :

L’hypopigmentation provoquée par le pityriasis versicolor persiste souvent plusieurs mois après la disparition de la levure, voire plusieurs années. Les taches ne bronzant pas, elles resteront visibles lorsque la peau environnante se teintera, même si le champignon n'est plus présent.

Comment prévenir le pityriasis versicolor ?

Le pityriasis versicolor ayant tendance à fréquemment récidiver, notamment en période estivale, il est important d’adopter quelques règles hygiéniques visant à limiter les facteurs favorables à son apparition comme :

  • Éviction des endroits chauds et humides comme les hammams et saunas.
  • Porter des sous-vêtements et des vêtements en coton afin de limiter la transpiration. Éviter d’une manière générale les matières synthétiques.
  • Un traitement préventif éventuel : utilisation d’un antifongique local avant la période estivale et après les expositions solaires.
  • Éviter l’usage excessif d’huile et de pommades grasses, car Malassezia furfur est un champignon lipophile, c’est-à-dire que les lipides (ou corps gras) facilitent son développement.
  • Pour éviter l’apparition des taches blanches au soleil, il est conseillé d’utiliser une crème solaire protection totale à la texture non grasse (gel).


Conclusion

Le pityriasis versicolor est une mycose cutanée bénigne et non contagieuse, mais particulièrement gênante en raison de son aspect inesthétique. Il touche préférentiellement le jeune adulte et se manifeste le plus souvent par de petites taches situées au niveau du thorax et du cou qui apparaissent l’été après l’exposition solaire, ou en cas de forte transpiration. Fréquemment récidivant, il est indispensable de le traiter par des médicaments antifongiques adaptés dont il faudra renouveler régulièrement les applications avant de le voir disparaître définitivement. Certaines mesures d’hygiène visant à limiter l’humidité et la chaleur devront également être respectées.