Fluidabak 1,5% collyre 10 ml


Sécheresse oculaire - Adultes et enfants
  • Pour qui Pour qui : Adulte et enfant
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie oculaire
  • Femme enceinte Femme enceinte : Sur avis mĂ©dical
  • Allaitement Allaitement : Sur avis mĂ©dical
  • Conditionnement Conditionnement : Flacon

4,57 â‚¬
4,57 â‚¬
Le collyre Fluidabak 1.5% est indiqué dans le traitement symptomatique de la sécheresse oculaire.

La substance active est la Povidone 1.5g pour 100 ml.

Le flacon fait 10 ml. 

Posologie de Fluidabak

Il vous est recommander de mettre une goutte de collyre 4 à 6 fois par jour, suivant la gène. 

Pour instiller le collyre, vous devez vous laver soigneusement les mains avant toute chose. La goutte de collyre doit être mise dans le cul-de-sac conjonctival inférieur de  l’œil à traiter en regardant vers le haut et en tirant légèrement la paupière inférieure vers le bas. Vous devez éviter le contact de l'embout du flacon avec l’œil ou les paupières.

Si vous avez un traitement concomitant avec un autre collyre, instillez les collyres à 15 minutes d'intervalle.

Précautions d'emploi de Fluidabak 

N'utilisez pas Fluidabak en cas d'allergie à un des constituants du produit.

Les femmes enceintes ou allaitantes doivent demander conseil à leur médecin avant instillation du collyre. 

Si votre vision se trouble lors de l'application du produit vous devez éviter de conduire. 

N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant utilisation de ce collyre.

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Fluidabak est un collyre destiné à suppléer une insuffisance lacrymale. Il est destiné au traitement de la sécheresse oculaire, lorsque celle-ci est due à une insuffisance de production de larmes.

D’où viennent les larmes ?

Ce sont les glandes lacrymales qui secrètent les larmes. Elles se répartissent sur la surface antérieure du globe oculaire pour former le film lacrymal, puis elles migrent vers l’angle interne de l’œil, où elles s’élimineront dans les fosses nasales, via les voies lacrymales excrétrices.

La production des larmes est d’environ 1,5 ml par jour. Après 60 ans elle diminue pour atteindre 1 ml journalier, en raison de la dégénérescence de la glande lacrymale. Cependant le débit peut être augmenté par le pleur réflexe (les irritations déclenchent un larmoiement), ou par le pleur psychique (rire ou chagrin).

Les larmes sont composées à 98 % d’eau. Elles contiennent également des sels minéraux dont le chlorure de de sodium, des lipides, de mucus et des protéines, notamment les lactotransferrines et les lysozymes, dont la  principale fonction est de protéger l’œil contre les infections.
Le film lacrymal se renouvelle à chaque clignement de paupières. Réparti en trois couches, ce film permet de conserver l’humidité de l’œil et de protéger la cornée. La cornée est d’une importance capitale dans notre vision, c’est la lentille principale de l’œil.

Le syndrome de l’œil sec

La sécrétion des larmes diminue avec l’âge, entraînant la dégradation du film lacrymal, conduisant au syndrome de l’œil sec. Celui-ci touche particulièrement les femmes âgées et peut être à l'origine de troubles visuels, de brûlures et rougeurs oculaires, d’une photophobie, d'une fatigue oculaire et d’une augmentation des inflammations telles que les kérato-conjonctivites.

La sécheresse oculaire peut-être également due à une évaporation exagérée des larmes.

Circonstances susceptibles de favoriser la sécheresse oculaire :

  • Altérations hormonales : ménopause, grossesse, prise de pilule contraceptive.
  • L’environnement entraînant une évaporation accrue des larmes : soleil, vent, climat sec, altitude, activités visuelles intenses telles que lecture, écriture ou ordinateur, car elles ont tendance à diminuer la fréquence des battements de paupières.
  • Les médicaments : antidépresseurs, antihistaminiques, bêtabloquants, diurétiques.
  • Le port de lentilles de contact.
  • Certaines pathologies : blépharites, allergies, herpès, maladies auto-immunes, eczémas…

Fluidabak : des larmes artificielles contre la sécheresse oculaire

Fluidabak est un collyre composé de povidone, un polymère synthétique. Il exerce une action lubrifiante et mouillante sur la surface de l’œil. Il permet ainsi de combler l’insuffisance de larmes.

Fluidabak ne contient pas de conservateur : il se présente sous forme d’un flacon multidoses équipé d’une membrane filtrante, le protégeant ainsi contre une éventuelle contamination microbienne, le temps de son utilisation.

Selon la gravité des symptômes, Fluidabak s’utilise à raison de 1 goutte 4 à 6 fois par jour. Bien veiller à se laver les mains avant son utilisation, éviter le contact de l’embout avec l’œil ou les paupières et reboucher le flacon après son utilisation. Après ouverture, le collyre peut se conserver 8 semaines.

Nadine Vignet

Nadine Vignet

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 04/07/2019