Comment désinfecter une plaie ?

Comment désinfecter une plaie ?
 Coupure, éraflure... Notre peau est sujette à de multiples agressions. Si la majorité d'entre elles ne nécessitent heureusement pas la consultation d'un médecin ou un passage aux urgences, il faut néanmoins savoir soigner une plaie. En effet, le risque principal est l'infection, qui peut avoir des conséquences graves. Il faut d'abord laver, puis, selon les situations, désinfecter la plaie, et enfin la couvrir d'un pansement. Dans quelques rares cas, une consultation s'imposera.
Comment nettoyer une plaie ? Quel désinfectant utiliser ? Quels sont les bons gestes ? Quand faut-il consulter ? Découvrez les réponses à ces questions sur Pharma GDD !

Les différents types de plaies

Le terme "plaie" désigne toute rupture de la peau ou des muqueuses, provoquée par un agent mécanique.

Définition de la plaie simple

La plaie simple, dont il sera en grande partie question ici, désigne une ouverture de la peau superficielle, ou une éraflure. La plaie simple ne produit pas un saignement abondant. Elle n'est pas localisée à proximité d'un œil ou d'un orifice naturel.

Les types de plaies

Le terme "plaie" peut recouvrir une grande variété de lésions. Les deux grands types de plaies couramment rencontrées et que l'on peut soigner soi-même à la maison sans consulter sont les coupures et les éraflures (ou écorchures). Ces dernières sont généralement consécutives à un mouvement ayant entraîné une friction (par exemple une chute). Il y a souvent présence de corps étrangers dans la blessure, incrustés. Ces débris et impuretés aggravent le risque d'infection.

Quels gestes face à une plaie ?

Pas d'affolement, quelques gestes simples permettent de désinfecter la plaie et d'éviter toute complication.

Règles d'hygiène

Notre peau héberge un microbiote constitué de colonies de micro-organismes (bactéries, virus, spores...). On en compte plusieurs milliards sur notre corps. Ils vivent en interaction avec nous et ne nous sont pas tous hostiles, loin de là. Ainsi, notre peau héberge deux flores, une commensale, ou résidente, et une transitoire. Ces colonies forment un équilibre protecteur en inhibant naturellement le développement de micro-organismes néfastes. La plaie constitue un cas particulier : ces mêmes bactéries qui nous protègent risquent de se développer dans la plaie et potentiellement de l'infecter. Et les plaies elles-mêmes sont parfois contaminées par un corps étranger porteur de micro-organismes étrangers au corps. La plaie représente une porte d'entrée pour les microbes, notamment vers la circulation générale (passage dans le sang).   Dans tous les cas, la personne qui va pratiquer le soin et désinfecter la plaie doit respecter une parfaite hygiène des mains et idéalement porter des gants, pour éviter de contaminer la plaie qu'elle va traiter mais aussi éviter de se contaminer. Des gants de tous types, certains sans latex pour éviter une réaction allergique, sont disponibles. Ces quelques gestes d'hygiène effectués, le traitement de la plaie simple peut commencer.

Les mesures à prendre face à une plaie

Pour soigner une plaie correctement, il faut suivre une série d'étapes : la préparation, le lavage et séchage, la désinfection et le pansement de la plaie.

    1- Préparer le soin

Réunissez le matériel nécessaire et installez la personne blessée de façon confortable, par exemple en position assise. Idéalement, la personne devra être située à proximité d'un point d'eau potable (robinet, douche).

    2- Le lavage à l'eau et au savon (ou au sérum physiologique)

Le but de cette étape, absolument fondamentale, est de nettoyer la plaie pour éliminer les corps étrangers (débris et poussières), les germes et les caillots de sang (nids à bactéries). Passez la plaie sous l'eau du robinet ou de la douche. Vous pouvez utiliser du savon pour aider à l'élimination des impuretés. Les autres produits utilisables pour laver une plaie sont le sérum physiologique et le liquide de Ringer.


Notre sélection :

Certains corps étrangers peuvent s'avérer difficiles à ôter. Vous pouvez vous aider d'une pincette (elle-même propre et désinfectée) pour faciliter leur extraction. Si vous ne parvenez pas à éliminer les corps étrangers (s'ils sont trop profondément incrustés), consultez un médecin. Il ne faut pas frotter la plaie. Une fois lavée, la plaie devra être séchée pour recevoir le désinfectant. Il est important qu'elle soit parfaitement rincée, le savon pouvant altérer l'efficacité du désinfectant. Pour la sécher, n'utilisez jamais d'ouate (coton), vous risqueriez de laisser des "fils" dans la plaie. Préférez la compresse tissée ou non tissée ou un linge propre.

    3- L'application d'un désinfectant

Le désinfectant va tuer ou inhiber la croissance des micro-organismes après avoir nettoyé la plaie, éliminant les risques d'infection. Utilisez une compresse imprégnée d'antiseptique et tamponnez la plaie.

    4- Le pansement

Il faut couvrir la plaie pour éviter qu'elle ne soit touchée par des éléments extérieurs. Un large choix de pansements de plus en plus ergonomiques, efficaces et favorisant une bonne cicatrisation ont été élaborés. Ainsi, ils n'étouffent pas la plaie et préservent son humidité. Des sprays formant comme une seconde peau ont été conçus. Enfin, certains pansements spéciaux sont destinés aux travailleurs de la restauration ou de l'industrie agro-alimentaire. Ils sont faciles à repérer visuellement ou à l'aide de détecteurs. Pensez à changer de pansement régulièrement (respectez les consignes du fabricant). Pour faire votre choix, vous pouvez consulter la fiche Comment choisir son pansement ?

En général
- Evitez de mélanger les antiseptiques.
- Lisez attentivement la notice.
- Respectez le temps de contact et le temps de séchage spontané du produit.
- N'appliquez pas sur la peau un désinfectant prévu pour le matériel.
- Après application et soin de la plaie, pensez à nettoyer le flacon à l'aide d'un produit désinfectant.

Les antiseptiques disponibles

Pour désinfecter une plaie, il faut privilégier l'usage d'un antiseptique à large spectre (il agira sur les bactéries, mais aussi les virus, les spores...) non irritant et adapté à la peau lésée. Demandez conseil à votre pharmacien.
Vous pouvez consulter notre fiche Bien choisir son antiseptique.

Les antiseptiques à privilégier

Utilisez la povidone iodée sous forme de solution pour la peau (produit dermique). C'est un antiseptique halogéné iodé. Attention : elle ne doit pas être utilisée chez l'enfant de moins de 6 mois, la femme enceinte ou hyperthyroïdienne ou chez l'insuffisant rénal. En cas d'incompatibilité avec la solution iodée, on utilisera un antiseptique formulé à l'hexamidine ou à la chlorhexidine. Attention : on évite tout contact de cette dernière avec l'appareil auditif (tympan...) et les cavités internes.

Les antiseptiques à éviter

Contrairement à une croyance répandue, il ne faut pas utiliser d'alcool pour désinfecter une plaie. Il a un caractère irritant et assèche la plaie, ce qui retarde sa cicatrisation. L'alcool doit être réservé à la désinfection du matériel ou de la peau saine, par exemple avant un acte médical (prise de sang...).

L'éosine et le dakin sont à déconseiller : la première colore la plaie et rend difficile le diagnostic du médecin si celui-ci finit par être contacté. Le deuxième est instable. Enfin, les colorants de type "vert de méthyl" ou "violet de gentiane" sont également déconseillés.

Les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles ont des propriétés antiseptiques intéressantes en cas de plaie simple. Elles sont à utiliser en derniers recours, en cas d'absence d'autres antiseptiques. L'huile essentielle de Tea Tree est réputée pour son large spectre d'action. Les autres huiles traditionnellement conseillées sont celles de palmarosa, de ravintsara et de thym à linalol. Il suffit généralement d'appliquer une ou deux gouttes d'huile essentielle directement sur la lésion.

Le conditionnement

Une fois ouvert, les flacons d'antiseptiques ne se conservent généralement pas longtemps et perdent très vite leur efficacité. Vu l'utilisation qui est faite des désinfectants cutanés, privilégiez les antiseptiques en spray, en unidose ou en lingette plus faciles à conserver.


Notre sélection :

Plaie : quand faut-il consulter ?

Il faut contacter les secours (15) :
- si la plaie est profonde,
- ou si elle saigne beaucoup,
- ou si son aspect est nécrosé ou déchiqueté
- ou si elle est située près d'un orifice du corps ou d'un oeil.

De même, les secours doivent être contactés si la plaie est simple mais que la personne lésée est par ailleurs atteint d'une maladie entraînant une immuno-dépression ou encore d'un diabète. Il faut également consulter en cas de plaie simple si suite à l'évènement au moins l'un des critères suivants est rempli :
- absence de vaccination anti-tétanos à jour,
- fièvre,
- zone atteinte chaude, rouge, gonflée et douloureuse.

Certaines plaies rencontrées lors d'activités courantes (promenade, bricolage, jardinage, cuisine...), même si elles ne sont pas spectaculaires, sont à risque et nécessitent la consultation rapide d'un médecin.

Le cas de la plaie punctiforme

La plaie punctiforme (en forme de point) est une plaie causée par un objet pointu (aiguille, clou...). Même si elle est peu spectaculaire, surtout comparée à une éraflure, elle est beaucoup plus grave : elle risque de provoquer une infection en profondeur, notamment au niveau d'une articulation ou d'un tendon. Si la pénétration n'a pas été très profonde, appliquez les règles de soins généraux en désinfectant la plaie avec attention, sinon, si la pénétration a été profonde et a pu approcher d'une articulation ou d'un tendon, consultez un médecin.

Les morsures

Les morsures d'animaux ou d'hommes ne sont pas des plaies simples. Elles ont un haut potentiel infectieux en raison des micro-organismes présents dans la bouche de l'animal ou de l'homme à l'origine de la morsure. Les dents des chats provoquent en général des morsures punctiformes quand la mâchoire des chiens lacère ou écrase. C'est aussi pour éviter de transmettre certaines maladies que les animaux sont vaccinés. De même, la vaccination contre le tétanos est fondamentale pour l'humain. Pensez à bien vérifier que vos vaccinations antitétaniques sont à jour.

Le chat est également susceptible de transmettre une maladie infectieuse lors de griffures, c'est la "maladie des griffes du chat". Pour l'éviter, une désinfection soigneuse lors des griffures s'impose, sans consultation systématique du médecin.

De manière générale, il faut appliquer un désinfectant en cas de piqûre d'insecte ou d'animal marin. Pour en savoir plus, consultez la fiche Piqûres d'insectes, les 10 ennemis de l'été.

La plaie de la main

Une coupure, même minime, à la main peut avoir des conséquences graves. Il ne suffit que d'une entaille de 2 mm de profondeur pour léser un nerf. Une plaie à la main, même d'allure bénigne, peut causer une raideur d'un doigt ou une perte de sensibilité, à l'origine d'un handicap. Etant donnée l'importance de nos mains, il ne faut pas hésiter à consulter rapidement un médecin. En cas de piqûre (clou, barbelé...) à la main, hors plaie profonde, il faut appliquer les règles générales : surveiller la plaie et consulter en cas d'apparition de rougeur chaude et douloureuse. La plaie simple est un phénomène couramment rencontré. Elle est généralement sans gravité. Quelques gestes simples et une bonne connaissance des situations à risque permettent d'éviter des complications parfois graves.