Tout savoir sur les bas et chaussettes de contention

Tout savoir sur les bas et chaussettes de contention
L'insuffisance veineuse touche un grand nombre de femmes mais aussi d'hommes à travers le monde, elle est due à un mauvais retour veineux. Mal soignée, elle se traduit par des douleurs et/ou des lourdeurs des jambes, des fourmillements, des œdèmes… qui peuvent engendrer des complications à long terme telles que des phlébites ou encore des embolies pulmonaires. Certains facteurs aggravent ce phénomène : les varices, la phlébite, le piétinement, la station debout prolongée, la grossesse, les suites d'opération, les longs voyages (en avion, en train, en voiture...). Pour diminuer voire éviter ces désagréments, la contention veineuse est l’un des moyens les plus efficaces.

Comment agissent les bas de contention ?

Les bas de contention exercent une pression dégressive de la cheville en remontant vers le haut de la jambe (pression plus forte au niveau de la cheville qui diminue en remontant le long de la jambe). En comprimant la jambe, ils diminuent le calibre des veines. Les veines dilatées sont ainsi resserrées, augmentant la vitesse de circulation du sang vers le cœur. Le sang ne stagne donc plus dans les membres inférieurs. Ainsi, le retour veineux est favorisé, les douleurs et les lourdeurs des jambes sont atténuées.

Les bas à varices, peuvent être associés à des compléments alimentaires, des veinotoniques ou des semelles de retour veineux.

Il ne faut pas confondre bas de contention et bas de maintien (ou bas anti-fatigue). Ces derniers sont utilisés uniquement à titre préventif pour les troubles veineux lors de la station debout prolongée. En effet, ils n'agissent que sur les veines superficielles.

Les contre-indications sont la ou les allergie(s) connue(s) aux composants constituants ce bas, l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs avec indice systolique < 0,6, la microangiopathie diabétique évoluée, la phlébite bleue douloureuse avec compression artérielle et la thrombose septique.

Quelle classe de contention choisir et comment prendre vos mesures ?

Il existe 4 niveaux de compression en fonction de la gravité de la pathologie à traiter. L'unité de mesure de ces niveaux est le millimètre de mercure (mmHg).


Niveau     Pression            Indications
Classe 1 10 à 15 mmHg Lourdeurs de jambes, douleurs modérées, varicosités, impatiences, varices simples
Classe 2 15 à 20 mmHg Varices, jambes lourdes, œdèmes veineux, suites chirurgie phlébologique et  sclérothérapique, troubles veineux de la grossesse, prévention de la thrombose veineuse lors des voyages de longue durée
Classe 3 20 à 36 mmHg Varices post-intervention, thromboses veineuses profondes, œdèmes veineux, ulcères veineux cicatrisés, lymphœdèmes
Classe 4 > 36 mmHg Ulcères veineux de la jambe, syndrome post-thrombotique sévère, lymphœdème sévère


La prise de mesure doit se faire le matin au lever, sur les 2 jambes. Pour les chaussettes de contention, mesurez le tour de cheville au plus fin de la cheville, au-dessus de la malléole, puis le tour de mollet au plus large du mollet et enfin la hauteur, qu’il faut mesurer du sol au pli du genou.

Pour les bas et les collants de contention, mesurez le tour de cheville au plus fin de la cheville, au-dessus de la malléole, puis le tour de cuisse au plus large de la cuisse et pour finir la mesure de la hauteur du sol à l'entrejambe.

Comment mettre en place un bas, une chaussette ou un collant de contention ?

Pour qu’un bas de contention agisse correctement sur la jambe, il faut savoir l’enfiler. Pour cela, il faut :
  • mettre le bas sur une peau propre et sèche, le plus tôt possible après le lever (les chevilles ne sont pas gonflées). Ne pas appliquer au préalable d’huile ou de lait pour le corps. Veiller à manipuler vos bas de contention avec précaution (pas de bague ni d’ongle abîmé) afin d’éviter tout accroc ;
  • retourner le bas jusqu’au talon, vérifier que celui-ci est bien positionné ;
  • enfiler le pied, puis le talon ;
  • retourner le bas sans tirer puis le dérouler sur la cheville jusqu’en haut de la cuisse, en remontant de droite à gauche par de petits mouvements. Ne pas tirer directement vers le haut ;
  • veiller à ce qu’il n’y ait pas de plis.
Vous pouvez vous aider d’enfile bas pour mettre vos chaussettes et bas de contention.


Notre sélection :

Comment entretenir un bas de contention ?

Les chaussettes, bas et collants de contention peuvent être lavés à la main dans une eau savonneuse ou en machine (programme textiles délicats) à 30°C sans assouplissant. Pour les sécher, ils doivent être mis à plat loin de toute source de chaleur (le sèche-linge est interdit) et ne doivent pas être repassés. Afin de préserver l’adhérence des bandes auto-fixantes des bas de contention, vous pouvez les nettoyer avec de l’alcool dilué. Un bas à varices se lave tous les jours. En effet, le lavage leur permet de  reprendre leur forme initiale, de prolonger leur durée de vie ainsi que leur efficacité.

Quelles sont les chaussettes, bas et collants de contention disponibles ?

Les bas de contention  ne sont plus ceux que portaient nos mamies ! En effet, ceux-ci ont évolué. Ils sont constitués de maille plus fine, pouvant aller jusqu’à un aspect de voile tout en conservant leur efficacité. De nombreux coloris sont disponibles allant de couleurs classiques (du noir ou du beige) à des couleurs plus actuelles. Certaines marques proposent même des bas à varices à motifs.

Vous retrouverez sur notre site un large choix de contention veineuse des classes 1 à 3, en fonction des saisons, des marques Thuasne, DonjoyGibaud, Innothera, Sigvaris... 
  • Des plus épaisses, idéales pour l’hiver.
  • Des fines, agréables à porter l’été.
  • Des pieds ouverts, pour porter dans les chaussures ouvertes lors des beaux jours.
  • Des fantaisies, à porter tout au long de l’année.
  • Des collants pour les femmes enceintes.

Notre sélection :

Un bas de contention associe donc l’aspect médical, l’esthétisme et le confort. On peut même le confondre avec un bas classique.