Tout savoir sur l'otite

Tout savoir sur l'otite
L’otite est une maladie infectieuse ou inflammatoire qui peut se développer dans les différentes parties de l’oreille, en allant du conduit auditif à l’oreille interne. Elle touche principalement les jeunes enfants, et est même la deuxième pathologie la plus courante chez les moins de 6 ans après la rhinopharyngite.
La plupart du temps, elle finit par disparaître toute seule, mais il est cependant possible de prendre des mesures pour en réduire les symptômes, celle-ci étant très souvent douloureuse et fatigante, et pouvant même altérer l’audition, tout en sachant qu’elle est susceptible de toucher les deux oreilles à la fois.
Afin de répondre à vos questions, nos pharmaciens vous livrent toutes leurs connaissances sur le sujet !

Les différents types d’otites et leurs causes

Il est possible de distinguer différents types d’otites en fonction de la partie de l’oreille dans laquelle elles se développent, c’est-à-dire dans l’oreille externe, l’oreille moyenne ou l’oreille interne. Vous pouvez retrouver ci-dessous un schéma montrant l’anatomie globale d’une oreille :

schéma oreille

Otite externe

L’otite externe est une inflammation du conduit auditif externe, le plus souvent d’origine bactérienne ou fongique, mais qui peut aussi être virale. Il existe 3 formes d’otites externes :
  • L’otite externe diffuse isolée, la plus courante, qui se caractérise par une inflammation localisée et des douleurs assez vives.
  • L’otite externe sévère, l’inflammation entraîne un rétrécissement du conduit auditif et crée des douleurs importantes.
  • L’otite externe focalisée, due à la présence d’un furoncle dans le conduit auditif, et qui est source d’une douleur intense.

Ce type d’otite peut survenir à cause de deux principaux facteurs :
  • Un nettoyage trop fréquent des oreilles, car le cérumen permet de lutter contre la prolifération bactérienne, il est donc normal et important d’en retrouver dans le conduit auditif, sans bien sûr que cela soit en trop grande quantité, ce qui pourrait gêner l’audition.
  • Une présence prolongée d’humidité dans le conduit auditif, car cela amène une desquamation de la peau et finit par créer des fissures microscopiques, propices à laisser entrer les organismes infectieux. C’est pour cette raison que l’otite externe est aussi appelée "l'otite du nageur".

Otite moyenne aiguë

L’otite moyenne aiguë, qui touche principalement les enfants âgés de moins de 6 ans. Il s’agit d’une infection causée par un virus ou une bactérie dans l’oreille moyenne, mais elle est le plus souvent d’origine virale. Ici encore, 2 types d’otites moyennes aiguës se distinguent :
  • L’otite moyenne aiguë congestive, qui crée une inflammation du tympan, celui-ci devenant en conséquence rouge ou rosé.
  • L’otite moyenne aiguë purulente, résultat d’une surinfection bactérienne de l’oreille moyenne, et qui se manifeste par un épanchement purulent dans la caisse du tympan, le tympan étant pour sa part bombé ou perforé.

Les causes d’une otite moyenne aiguë peuvent être nombreuses :
  • Elle peut survenir à la suite d’une rhinopharyngite, l’infection se propageant dans l’oreille par le canal de la trompe d’Eustache (qui débouche sur l’arrière des fosses nasales), ce qui entraîne une congestion des muqueuses et une accumulation de liquide, et donc une pression sur le tympan qui va créer la douleur.
  • Des défenses immunitaires trop faibles peuvent en faciliter le développement.
  • Une différence de pression prolongée au niveau du tympan, liée par exemple à un voyage en avion ou à des séances de plongée. On parle alors d’otite barotraumatique.
  • Une anomalie de la trompe d’Eustache.
  • Une lésion du tympan à la suite d’un choc violent.
  • Une inflammation ou une infection au niveau de la tête ou du cou.

Otite séreuse

L’otite séreuse, fréquente chez les enfants ayant entre 1 et 8 ans, et qui résulte d’une accumulation de liquide séreux (de couleur jaunâtre) au niveau des osselets, à savoir le marteau, l’enclume et l’étrier, ce qui finit par boucher la trompe d’Eustache. Elle peut survenir en cas de défaut d’aération durable de l’oreille moyenne.

Otite interne

L’otite interne, ou labyrinthite, est une infection rare de l’oreille interne causée par une bactérie ou un virus, qui touche la cochlée et le vestibule. Elle peut survenir :
  • À la suite d’une otite moyenne ou d’une mastoïdite.
  • À cause d’une fracture du rocher (mastoïde), situé à la partie inférieure de l’os temporal.
  • En prolongement d’une grippe, d’une rhinopharyngite ou d’une varicelle.


Les symptômes de l’otite

Si les symptômes d’une otite vont paraître relativement évidents pour une personne adulte, il n’est pas toujours facile de la détecter chez les enfants, notamment les plus jeunes, car ils ne sont pas forcément capables d’expliquer les gênes ou les douleurs. En règle générale, cette pathologie se manifeste par :
  • Des douleurs intenses et pulsatiles (relatives aux battements du cœur) à l’intérieur de l’oreille, pouvant irradier vers la tête ou vers les mandibules.
  • Des bourdonnements dans l’oreille.
  • Une sensation d’avoir l’oreille bouchée.
  • De la fièvre.
  • Des baisses d’audition.
  • Un écoulement de pus ou de sang par l’oreille lorsque le tympan est perforé.
  • Une douleur lorsqu’on tire sur l’oreille dans le cas d’une otite externe.
  • Des vertiges, des sensations de tournoiement et des pertes d’équilibre, qui peuvent survenir en cas d’otite interne.

Chez les enfants, il est également courant que l’otite déclenche des troubles digestifs comme des vomissements ou des diarrhées. Vu de l’extérieur, certaines réactions et manifestations peuvent aussi mettre la puce à l’oreille des parents, comme le fait que l’enfant se touche régulièrement l’oreille, qu’il pleure plus que d’habitude, ou encore qu’il soit particulièrement fatigué ou, au contraire, sujet à des troubles du sommeil. Il peut également avoir des difficultés à supporter la position allongée, car celle-ci est plus douloureuse.

Soigner une otite : quelles solutions ?

L’infection ou l’inflammation déclenchée par l’otite finit souvent par disparaître par elle-même, et ne nécessite que dans certaines exceptions un traitement antibiotique. Les différents traitements utilisés contre l’otite, qu’ils soient des médicaments ou des solutions naturelles, vont surtout consister à atténuer les symptômes liés à la maladie, et notamment la douleur. Il existe cependant aussi des possibilités d’intervention médicale ou chirurgicale si les otites deviennent chroniques.

Médicaments pour otite

3 types de traitements médicamenteux peuvent être utilisés afin de traiter une otite :
  • Les antalgiques sont couramment utilisés, car la douleur créée par cette pathologie est souvent le symptôme le plus marqué et le plus difficilement supportable, et parce qu’ils permettent en même temps de faire tomber la fièvre. Il est ainsi possible de prendre des antalgiques génériques, comme du paracétamol (en prenant le soin de bien respecter les posologies et de veiller aux contre-indications), mais il existe également des antalgiques locaux comme Aurigoutte ou Otipax, qui sont des solutions auriculaires locales ayant aussi des effets anesthésiques, et qui peuvent être utilisées en cas d’otite externe. Si le tympan est percé, il ne faut surtout pas les utiliser, car ils peuvent être toxiques. La douleur en moins, il sera toujours plus facile de dormir sur vos deux oreilles.
  • Les solutions de lavage de nez sont essentielles pour accélérer la guérison de l’otite, notamment dans les cas d’une otite moyenne aiguë, d’une otite séreuse ou d’une otite interne. Les voies auriculaires et nasales étant liées, cela permet en effet de traiter en partie l’infection ou l’inflammation, et d’aider à décongestionner la trompe d’Eustache. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de bien se moucher pendant une otite, même si cela est fortement désagréable, et de bien le faire chez les enfants qui ne sont pas encore en âge de le faire seul (cela peut être à l’aide d’un mouche-bébé).
  • "Les antibiotiques c’est pas automatique !" comme le dit l’adage ! En effet, pour le traitement de l’otite, les antibiotiques ne seront pas systématiquement prescrits, car près de 80 % des otites guérissent seules. On distingue alors différentes situations :
  • Chez l’enfant de moins de 2 ans, un traitement antibiotique sera toujours mis en place, pendant environ une dizaine de jours, car le système immunitaire n’est pas encore assez fort pour combattre l’infection ou l’inflammation.
  • Pour les enfants ayant dépassé cet âge, une prescription est faite en cas de forte fièvre ou de douleurs très intenses.
  • Très souvent chez l’adulte, aucun traitement ne sera prescrit avant 72 heures afin d’éviter le développement d’une résistance bactérienne ou microbienne. Si dans ce laps de temps, l’état général ne s’améliore pas voire s’aggrave, alors des antibiotiques seront indiqués.

Plusieurs molécules sont susceptibles d’être utilisées pour le traitement de l’otite, mais c’est principalement l’amoxicilline qui est prescrite par les médecins, à laquelle peut être associée de l’acide clavulanique si les symptômes ne s’améliorent pas au bout de 72 heures. Dans les cas où le patient présente des allergies à ces substances actives, le médecin peut aussi prescrire des céphalosporines ou du cotrimoxazole.

Otite : solution chirurgicale

Quand les otites deviennent chroniques ou qu’elles se multiplient, il est alors nécessaire de prendre rendez-vous avec un médecin O.R.L. afin que celui-ci étudie la pathologie plus en détail. Il peut ainsi être amené à prescrire une intervention chirurgicale pour améliorer la situation :

Paracentèse

Dans les cas d’otites moyennes aiguës, d’otites moyennes chroniques ou d’otites séreuses, une paracentèse peut être réalisée. L’objectif est d’équilibrer la pression de l’air à l’intérieur de l’oreille moyenne, en évacuant le pus ou le liquide qui s’y trouve. Cela permet de soulager rapidement la douleur.

Aérateurs transtympaniques

C’est au cours de la paracentèse que peut être effectuée la pose d’aérateurs transtympaniques, plus connus du grand public sous le nom de yo-yo. Ce sont de petits tuyaux, mesurant environ 2 millimètres, qui permettent de laisser le tympan légèrement ouvert pour éviter une nouvelle accumulation de pus ou de liquide dans l’oreille moyenne, et donc les récidives d’otite. Lorsque des aérateurs transtympaniques ont été posés, il est essentiel de bien veiller à ce qu’il n’y ait pas du tout d’eau qui pénètre dans l’oreille, car cela augmente considérablement les risques d’infection. Il existe 2 types d’aérateurs transtympaniques :
  • Les aérateurs rigides sont utilisés pour les traitements de courte durée, car ils sont prévus pour rester en place sur une durée de 6 mois à 1 an. Ils sont conçus en plastique, en or ou en titane, et finissent par tomber seuls. Le tympan se referme tout seul dans presque tous les cas, les rares exceptions nécessitant une fermeture chirurgicale.
  • Les aérateurs souples sont pour leur part en silicone, et sont destinés à rester en place pendant plus d’1 an. Ils sont utilisés en cas de récidive une fois que les aérateurs rigides ne sont plus en place, et que du pus recommence à engorger l’oreille moyenne. Ceux-ci doivent quant à eux être obligatoirement retirés par le chirurgien.

Tympanoplastie

Quand les récidives sont majeures et que les infections commencent à endommager l’audition, que le tympan est trop endommagé, ou que les risques d’une complication tels qu’une méningite ou qu’une infection de la mastoïde, une tympanoplastie peut alors être réalisée. Il s’agit d’une reconstruction du tympan (et parfois des osselets) avec une autogreffe, c’est-à-dire un prélèvement de tissus ou de cartilage chez le patient. Comme dans le cas de la pose d’aérateurs transtympaniques, il est impératif de veiller à ce que de l’eau ne pénètre pas à l’intérieur de l’oreille traitée pendant plusieurs semaines.

Otite : traitements naturels

À l’instar de très nombreuses pathologies, il est possible de calmer les douleurs et les inflammations créées par l’otite à l’aide des huiles essentielles ou des plantes médicinales, ainsi que de favoriser la guérison grâce aux propriétés immunostimulantes de certaines.

Aromathérapie

Utiliser des huiles essentielles peut s’avérer bénéfique pour soulager l’oreille douloureuse et renforcer le système immunitaire. Cependant, les indications données ci-dessous ne sont pas des prescriptions médicales, et ne doivent en aucun cas se substituer aux recommandations d’un thérapeute, d’un médecin ou d’un pharmacien, celles-ci étant basées sur les usages traditionnels et culturels de chacune. Il est essentiel d’obtenir les bonnes indications afin de respecter le dosage, la posologie et la voie d’administration recommandés. Elles sont dans tous les cas contre-indiquées pour les enfants de moins de 6 ans, ainsi que pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Voici ainsi quelques huiles essentielles avec les propriétés qui leur sont prêtées :
  • L’Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) : antibactérien, antiviral, renforcerait le système immunitaire.
  • Le Niaouli (Melaleuca viridiflora) : immunostimulant, antiseptique, antiviral.
  • Le Palmarosa (Cymbopogon martinii) : antalgique, anti-inflammatoire, anti-infectieux.
  • Le Romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphoriferum) : antalgique et anti-inflammatoire.
  • Le Romarin à cinéole (Rosmarinus officinalis cineoliferum) : antalgique, antibactérien, antiviral, antiseptique voies respiratoires hautes.
  • Le Thym à linalol (Thymus vulagris linaloliferum) : puissant anti-infectieux, immunostimulant.
  • La Lavande aspic (Lavandula latifolia) : antalgique, anti-inflammatoire, anti-infectieux polyvalent.
  • L’Arbre à thé (Melaleuca alternifolia) : antibactérien, antiviral, antiseptique, immunostimulant.

Phytothérapie

Consommées en tisane, plusieurs plantes ou végétaux peuvent constituer une aide précieuse pour calmer la douleur et l’inflammation :
  • Les feuilles entières de Romarin, anti-infectieuses et antalgiques.
  • Les semences entières Fenouil, anti-inflammatoire.
  • L’Anis en fruits entiers, apaisant et connu pour ses bienfaits sur la sphère ORL.
  • Les capitules entiers de Camomille, anti-inflammatoire, sédative et apaisante. Elle fait aussi effet sur les conjonctivites, au cas où l’otite s’en accompagne.
  • Les feuilles entières de Thym, puissant antiseptique et désinfectantes.
  • Les bractées de Tilleul, sédatives et calmantes.
  • Les feuilles de Sarriette, antiseptiques et antalgiques.

Pour pouvoir renforcer le système immunitaire dans le même temps, du miel peut être ajouté dans l’infusion, lui donnant en plus une touche sucrée et délicate.

Soigner une otite par homéopathie

L’otite peut également être soignée plus rapidement grâce à des solutions homéopathiques, mais celles-ci doivent impérativement être prescrites par un médecin homéopathe, car le choix de la souche et du dosage va se faire obligatoirement en fonction du terrain de chaque individu, qui dépend aussi des symptômes présentés et des caractéristiques physiologiques.

Solutions traditionnelles

Votre grand-mère aurait aussi sûrement pu vous prodiguer des conseils de qualité pour réussir à soigner une otite ! En voici 3, parmi les plus célèbres, qui permettraient de se sentir bien mieux :
  • Le demi-oignon : pour mettre à profit les vertus antiseptiques et anti-inflammatoires de l’oignon, il suffit d’en couper la moitié d’un en petits morceaux, puis de le mettre 20 secondes au micro-ondes à pleine puissance, ou 2 minutes à la poêle à feu doux. Il faut ensuite l’envelopper dans un linge, en ne mettant qu’une épaisseur de tissu du côté qui sera en contact avec la peau. Il ne reste alors plus qu’à le placer sur l’oreille douloureuse, puis de se servir d’un bonnet ou d’un serre-tête pour le maintenir en place. Il est alors conseillé de le garder environ 20 minutes, en répétant l’opération 3 fois par jour.
  • Le cataplasme d’argile verte : L’argile jouit d’un puissant pouvoir anti-inflammatoire, il est donc intéressant de s’en faire un cataplasme tout autour de l’oreille pour aider à calmer la douleur, en la laissant sécher puis en la rinçant à l’eau tiède
  • Le jus d’ail : réputé pour être un excellent antibiotique naturel, l’ail peut également servir à combattre l’otite. Il suffit d’en râper une gousse pour en obtenir le jus, puis d’en mettre quelques gouttes pendant quelques minutes à l’intérieur de l’oreille, en gardant la tête inclinée sur le coté.



Même si l’otite se guérit souvent par elle-même, il est important de la traiter correctement pour éviter la surinfection, les récidives ou les complications. Les antibiotiques sont loin d’être toujours prescrits, les traitements visant surtout la majorité du temps à calmer la douleur et la fièvre, ou à décongestionner les voies respiratoires ou auriculaires. Les enfants étant les plus concernés, il faut être bien vigilant aux signes avant-coureurs qui indiquent le développement de la maladie, et surtout prendre rapidement un rendez-vous médical pour déterminer le type d’otite et le traitement adapté.