Rhinotrophyl solution nasale 12ml


Rhume, rhinopharyngite - Des nourrissons aux adultes
  • Pour qui Pour qui : Adulte et enfant
  • Mode d'administration Mode d'administration : Voie nasale
  • Femme enceinte Femme enceinte : Non autorisĂ©
  • Allaitement Allaitement : Non autorisĂ©
  • Forme Forme : Solution nasale

3,92 â‚¬
3,92 â‚¬
Rhinotrophyl pulvérisation nasale est un médicament préconisé en traitement local d'appoint des rhumes et des rhinopharyngites.
Rhinotrophyl pour le rhume est un médicament sans ordonnance à visée antiseptique. Il s'utilise aussi bien chez l'adulte, l'enfant que les bébés.
Rhinotrophyl gouttes nasales contient du ténoate d'éthanolamine à 3% c'est une substance décongestionnante et antiseptique.
Les excipients quant à eux sont l'hydrogénophosphate de sodium dodécahydraté, l'hydrogénophosphate de sodium dihydraté, le parahydroxybenzoate de méthyle sodé, le parabydroxybenzoate de propyle sodé, l'eau purifiée.

Posologie de Rhinotrophyl

Chez l'adulte : une pulvérisation 4 à 6 fois par jour dans chaque narine.

Chez l'enfant de plus de 30 mois : 1 pulvérisation dans chaque narine 3 à 4 fois par jour.

Chez le nourrisson : 1 pulvérisation 2 fois par jour dans chaque narine.

Les pulvérisations nasales de Rhinotrophyl se font la tête légèrement penchée en arrière et en tenant le flacon bien droit.

Le traitement par Rhinotrophyl ne dépassera pas quelques jours sans avis médical.

Précautions d'emploi de Rhinotrophyl

Ne pas utiliser ce médicament contre le rhume en cas d'allergie à l'un des composants.

En cas de fièvre, de maux de tête, de douleurs à l'oreille ou de toux associée, il est préférable de consulter votre médecin.

L'utilisation de ce médicament Rhinotrophyl est déconseillée pendant la grossesse et l'allaitement.

Toujours lire attentivement la notice avant d'utiliser un médicament quel qu'il soit.

Conditionnement : flacon de 12 ml

 LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Un rhume, autrement appelé une rhinopharyngite est une infection virale très fréquente et contagieuse. Cette pathologie est bénigne mais elle peut être à l’origine des complications, qui sont le plus souvent bactériennes.

Qu’est-ce que le rhume ?


Le rhume, est une infection virale bénigne de la muqueuse qui tapisse l’intérieur du nez et du pharynx.

En temps normal la muqueuse nasale sécrète en petite quantité un liquide qui va humidifier en permanence l'air inspiré et qui va permettre de lutter contre les agents infectieux.

Mais en cas d’infection virale, la muqueuse nasale gonfle, s’irrite et va produire en réaction une grande quantité de liquide, c’est pour ça que le nez devient bouché ou qu’il coule.

Les facteurs favorisant le rhume


Des facteurs vont favoriser le rhume. Ils vont réduire la mobilité des cils de la muqueuse respiratoire comme lors d’un tabagisme passif, de pollution et de sécheresse de l’air ou induire une irritation locale quand la personne a par exemple un reflux gastro-œsophagien.

D’autres facteurs favorisants sont un terrain allergique, la vie en communauté, une anémie, un déficit immunitaire (jeunes enfants qui ont un système immunitaire immature, mucoviscidose) ou l’absence d’allaitement maternel.

Les symptômes du rhume


La période d’incubation du rhume va durer de un à sept jours. La symptomatologie de celui-ci va débuter par une petite fièvre inférieure à 39°C qui ne va pas durer plus de 3 jours. Le nez sera dans un premier temps bouché puis il coulera pendant 2 à 10 jours. Les sécrétions nasales sont claires transparentes puis elles vont être épaisses, jaunes verdâtres.

D’autres symptômes peuvent être présent en parallèle, un mal de gorge et une toux qui pourront durer jusqu’à 10 jours.

Attention aux bébés de moins de 3 mois qui ne respirent que par le nez. Ils ont un risque de détresse respiratoire ou d’apnée.

Evolution du rhume


Cette maladie bénigne, guérit spontanément en moins de dix jours.

Mais ce rhume peut précéder une autre infection virale comme une bronchiolite, une bronchite, ou une laryngite.

Des complications, généralement bactériennes, peuvent suivre un rhume comme une otite moyenne aiguë purulente, une sinusite aiguë, ou une conjonctivite purulente.

Prévention, que faire pour éviter d’avoir un rhume ?


Pour éviter d’attraper un rhume, il faut tout d’abord éviter la contagion, vous devez utiliser des mouchoirs jetables, vous laver les mains régulièrement, vous devez éviter de porter les mains au visage, et porter un masque en cas de contact avec des sujets à risque : jeunes enfants, personnes malades…

Il est conseillé de maintenir la température ambiante dans votre maison entre 18 et 20°, et vous devez éviter les changements chaud-froid brutaux. Vous pouvez purifier l’air en aérant souvent votre maison, vous pouvez humidifier l’air ou avoir recourt à des huiles essentielles.

Pour ne pas être enrhumé, il faut éviter de fumer ou de vous exposer aux polluants car ça irrite les voies respiratoires et augmente le risque de complications.

Vous pouvez prendre des oligoéléments (zinc, magnésium, fer), des probiotiques contenant Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus plantarum, Bifidobacterium Lactis, Lactobacillus GG, Lactobacillus Johnsonii, L.reuteri, L.rhamnosus, L.casei rhamnosus, B animalis subsp lactis, de l’extrait de pépins de pamplemousse ou de la vitamine C qui sont conseillés en prévention du rhume.

Que faire en cas de rhume ?


Avant de pouvoir traiter un rhume il faut être sûr de son diagnostic.
Différents médicaments sont disponibles :

Tout d’abord les traitements qui agissent localement, au niveau de la muqueuse nasale avec :

• un lavage des fosses nasales par du sérum physiologique ou des solutions salines isotoniques, pour nettoyer le nez, ou hypertoniques pour améliorer la respiration.

• des solutions nasales antiseptiques pour désinfecter et diminuer les écoulements tel que Rhinotrophyl qui contient un dérivé soufré à visée antiseptique et décongestionnante.

• des inhalations à base d’huiles essentielles (eucalyptus, menthe poivrée, romarin…) en cas de nez bouché vont fluidifier les sécrétions et dégager le nez.

Auxquels peuvent être associés des médicaments par voie orale :

• des médicaments à base de vasoconstricteurs comme la pseudo-éphédrine vont décongestionner le nez c’est le cas des médicaments tels que Dolirhume, Dolirhume Pro, Actifed Rhume, Actifed Jour&Nuit, Rhinadvil.

• des antihistaminiques : contenant la chlorphéniramine Humex lib..., ou la phéniramine comme dans le Fervex…, vont diminuer les écoulements de votre nez.

Attention ces traitements ne sont pas anodins et peuvent vous être déconseillés voire même contre-indiqués notamment dans le glaucome à angle fermé, l’adénome de la prostate, en cas de problèmes cardiaques, de grossesse... Ils peuvent entraîner une somnolence attention à la conduite automobile et ne consommer pas d’alcool pendant le traitement. Ces molécules actives peuvent être dopantes. C’est pourquoi il est recommandé de demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien avant de prendre ces substances et de lire attentivement la notice.

Des souches homéopathiques sont une alternative intéressante pour les femmes enceintes et les enfants en cas de rhume, ils sont à base d’Allium cepa, Mercurius solubilis, Kalium bichromicum, Gelsemium…


A ces traitements spécifiques contre le rhume, vous pouvez prendre sur conseil :

  • des antalgiques comme le paracétamol ou l’ibuprofène vont permettre de lutter contre la fièvre et/ou la douleur.
  • Des vitamines qui peuvent être prise contre la fatigue.
  • du sirop en cas de toux associée ou des pastilles ou collutoires si vous avez une irritation de votre gorge.
  • Les antibiotiques sont inefficaces en cas de rhume car comme vu précédemment, le rhume est une maladie virale et non bactérienne mais ils peuvent être proposés si vous avez une complication, une surinfection bactérienne.
Alix de Colnet

Alix de Colnet

Docteur en pharmacie

Mis Ă  jour le 25/08/2020