Rejoignez-nous !
Livraison prévue mardi !

Reconnaître et soigner une entorse du poignet

  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Reconnaître et soigner une entorse du poignet
Comme toutes les articulations du corps humain, le poignet peut être confronté à divers traumatismes. L’entorse, qui traduit une atteinte ligamentaire plus ou moins marquée, en fait partie. Parfois négligée et mal diagnostiquée, elle peut avoir des conséquences fonctionnelles à long terme, et aboutir au développement d’une arthrose du poignet détruisant progressivement l’articulation. Il est donc essentiel de connaître les symptômes de l’entorse du poignet, et de consulter un spécialiste pour confirmer le diagnostic et bénéficier d’un traitement adéquat. Afin de vous conseiller au mieux, Pharma GDD vous présente les principaux signes d’une entorse du poignet et vous explique comment la soigner de manière optimale.
 

Quelles sont les causes d’une entorse du poignet ?

Le poignet est une articulation très mobile qui relie la main à l’avant-bras. Dans certaines situations, il peut être soumis à des contraintes qui provoquent une entorse. Celle-ci est très courante chez les sportifs, amateurs comme professionnels, et s’observe également fréquemment chez les enfants et les personnes âgées.
 

Anatomie du poignet

L’articulation du poignet est constituée des extrémités inférieures du radius et du cubitus (ulna), ainsi que des os du carpe, regroupés en 2 rangs de 4 os courts. Au total, ce sont 10 os qui participent aux différents mouvements de la main (flexion, extension, rotation). Les ligaments, dont certains très petits, sont tendus entre les os pour permettre aux surfaces articulaires de rester parfaitement en contact lors des mouvements. En cas d’entorse du poignet, ce sont les ligaments qui sont touchés.
Figure 1
Figure 1

Que se passe-t-il lors d’une entorse du poignet ?

L’entorse du poignet peut survenir dans la vie de tous les jours, suite à une activité courante. Elle est toutefois plus fréquente dans un contexte sportif. Ainsi, les disciplines qui exposent le plus à ce traumatisme sont les sports d’hiver (ski, snowboard, hockey, patinage), les sports de balles (volley, handball, basket-ball), les sports de combat et les sports pouvant entraîner des chutes (équitation, skateboard, roller, cyclisme, escalade).

De manière générale, l’entorse désigne une lésion traumatique des ligaments. Pour le poignet, il y a 2 cas de figure :
  • les lésions des ligaments intrinsèques, qui relient entre eux les petits os du carpe ;
  • les lésions des ligaments extrinsèques, qui permettent la cohésion du talon de la main (os du carpe) et des os de l’avant-bras.
Prenons un exemple typique de l’entorse du poignet : en cas de chute, le réflexe est de l’amortir en plaçant ses mains devant soi, paumes vers le sol. Ce mouvement place le poignet dans une hyperextension, ce qui soumet les ligaments à un étirement allant au-delà de ce qu’ils peuvent supporter. Selon les cas, cela peut aller d’une simple distension ligamentaire à une déchirure partielle ou totale.
Figure 2
Figure 2

Symptômes de l’entorse du poignet

Face à une entorse du poignet, on distingue 3 niveaux de gravité. Souvent qualifiée de foulure, l’entorse bénigne (stade 1) résulte d’un simple étirement des ligaments. Elle entraîne une douleur légère qui se manifeste essentiellement lors des mouvements. Un hématome et un gonflement de l’articulation sont possibles, mais pas systématiques.

L’entorse moyenne (stade 2) implique une déchirure partielle de quelques fibres ligamentaires. La douleur varie selon le degré de déchirure. Elle est parfois associée à une sensation de pulsations dans le poignet, liée à l’inflammation. Au moment de l’entorse, il est possible d’entendre un craquement ou un claquement. Ensuite, un hématome et/ou un œdème peuvent apparaître, réduisant plus ou moins la mobilité du poignet.

Finalement, l’entorse grave du poignet (stade 3) se caractérise par une rupture totale des ligaments, voire un arrachement osseux. Elle peut être moins douloureuse qu’une entorse moyenne, car les ligaments sont totalement rompus. Lors du traumatisme, on peut constater un craquement ou un claquement, ainsi qu’un gonflement rapide du poignet. Une douleur vive survient plus tard, accompagnée d’une sensation de pulsation au niveau de l’articulation. Ce type d’entorse du poignet réduit fortement la mobilité, jusqu’à l’invalidité totale dans certains cas.
 

Comment réagir en cas d’entorse du poignet ?

Si vous êtes confronté à ce qui semble être une entorse du poignet, il est recommandé de suivre le protocole PRICE : Protection, Rest, Ice, Compression, Elevation. Ces 5 étapes constituent les premiers réflexes à adopter :
  1. Protéger l’articulation en cessant l’activité responsable du traumatisme.
  2. Mettre le poignet au repos en le mobilisant le moins possible.
  3. Appliquer du froid sur la zone, par le biais d’une poche de froid ou d’un spray froid.
  4. Exercer une compression sur le poignet avec un bandage (réalisé de préférence par un médecin, un infirmier ou un kiné).
  5. Garder le poignet surélevé à l’aide d’une écharpe d’immobilisation ajustable, et immobiliser l’articulation avec une attelle.

L’aromathérapie peut être employée en cas d’entorse. Les huiles essentielles de gaulthérie et d’hélichryse italienne, notamment, peuvent être utilisées pures (2 gouttes) pendant les 2 premiers jours qui suivent l’entorse du poignet, surtout en cas d’œdème ou d’hématome, puis être diluées dans une huile végétale pour masser la zone douloureuse. Pour réaliser votre huile de massage spéciale entorse, nous vous proposons la recette suivante* :

Ingrédients
  • 60 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse italienne (décongestionnante)
  • 30 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée (anesthésiante par le froid)
  • 30 gouttes d’huile essentielle de lentisque pistachier (anti-œdémateuse)
  • 60 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie odorante ou couchée (anti-inflammatoire)
  • 60 gouttes d’huile essentielle de laurier noble (antalgique)
  • 50 ml d’huile végétale de calophylle ou d’abricot
Préparation
Dans un flacon en verre, mélanger les huiles essentielles et l’huile végétale. Appliquer en massage délicat sur le poignet, puis réaliser un bandage. Il est aussi possible d’incorporer le mélange dans 50 g d’argile verte et d’appliquer le tout en cataplasme pendant 15 minutes.

Attention, cette méthode ne convient pas aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants âgés de moins de 12 ans, aux personnes souffrant d’hypertension ou prenant un traitement anticoagulant.


Quels que soient les symptômes présentés et leur intensité, il est indispensable de consulter un médecin afin d’évaluer la nature du traumatisme et réaliser les examens nécessaires à la confirmation du diagnostic. En effet, une entorse du poignet mal soignée peut avoir des répercussions plus tard, sous forme de lésions chroniques.
 

Diagnostic et traitement de l’entorse du poignet

Pour une bonne prise en charge de l’entorse du poignet, il faut commencer par confirmer le diagnostic. Ensuite, le degré de gravité est le principal critère pour déterminer le traitement adapté. Celui-ci sera suivi, le cas échéant, par des séances de rééducation.
 

Comment l’entorse du poignet est-elle diagnostiquée ?

Pour déterminer que l’on est bien face à une entorse du poignet, le médecin mène d’abord un interrogatoire précis afin de comprendre le contexte du traumatisme. Il réalise ensuite un examen clinique et prescrit des examens radiologiques (radiographie et arthroscanner) visant à rechercher une éventuelle lésion osseuse ou cartilagineuse.
 

Soigner une entorse de poignet selon sa gravité

Le diagnostic de l’entorse du poignet permet d’évaluer son niveau de gravité, indispensable pour mettre en place le traitement. Dans tous les cas, une période d’immobilisation est essentielle pour favoriser la cicatrisation des ligaments.

Pour une entorse du poignet bénigne, le traitement est orthopédique et repose sur l’immobilisation de l’articulation pendant 1 à 3 semaines à l’aide d’un strapping. Cette méthode contribue au repos du poignet et peut être associée, si besoin, à la cryothérapie.


Le traitement d’une entorse du poignet moyenne est également orthopédique. Il implique le port d’une attelle de poignet pendant 3 à 6 semaines. Un médicament antalgique ou anti-inflammatoire peut également être prescrit pour réduire la douleur et l’inflammation. Surtout connus sous forme de comprimés, les anti-inflammatoires (AINS) existent aussi en pommade anti-douleur et en patch. Demandez toujours conseil à votre médecin ou votre pharmacien avant d’utiliser un médicament. Enfin, des séances de rééducation sont destinées à traiter l’atrophie musculaire induite par l’immobilisation du poignet. Par la suite, la reprise de l’activité doit être progressive et nécessite un avis médical favorable.


Finalement, une entorse du poignet grave, avec rupture ligamentaire, nécessite un traitement chirurgical pour réparer les ligaments lésés et stabiliser l’articulation. L’intervention doit intervenir le plus tôt possible après l’entorse pour éviter la rétractation des ligaments. L’arthroscopie est l’option privilégiée, car elle reste peu invasive et peut être réalisée en ambulatoire, sous anesthésie locorégionale, rendant les suites opératoires plus simples. Elle consiste à introduire une petite caméra et des outils chirurgicaux dans l’articulation, par le biais d’incisions très fines. Chez certains patients, notamment lorsque l’entorse du poignet a été négligée ou mal soignée, l’arthroscopie n’est pas possible et il faut ouvrir pour accéder aux ligaments. Après la chirurgie, le poignet est immobilisé grâce à une attelle pendant 6 à 10 semaines, et la rééducation est indispensable.
 

Rééducation et reprise du sport après une entorse du poignet

Le respect de la durée d’immobilisation et l’assiduité dans les séances de rééducation sont des éléments essentiels pour bien soigner une entorse du poignet. Ils contribuent à éviter les entorses à répétition et à prévenir les risques d’arthrose. Douce et progressive, la rééducation permet au patient de retrouver un maximum d’amplitude articulaire. Elle a aussi pour but de renforcer les muscles, qui ont tendance à s’atrophier durant l’immobilisation de l’articulation. Il est préconisé d’allier des séances menées par un kinésithérapeute à quelques exercices d’autorééducation (exercices de circumduction, du portail, de la prière, des marionnettes…) effectués plusieurs fois par jour. Tout au long de la rééducation, il est conseillé d’éviter le port de charges lourdes, qui sollicite le poignet de manière importante.

Concernant la reprise du sport après l’entorse du poignet, elle doit être progressive. Durant les premières semaines, il peut être conseillé de porter une orthèse de maintien souple. Le temps d’échauffement est également très important pour préparer l’articulation à la pratique sportive. En cas de sensations douloureuses, il est recommandé d’appliquer du froid et d’exercer une compression sur la zone. Une consultation médicale est nécessaire si les douleurs persistent malgré ces mesures.

Ce qu’il faut retenir

Très fréquente chez les sportifs, l’entorse du poignet résulte d’un étirement des ligaments au-delà de leur limite naturelle. Selon la nature des lésions ligamentaires, elle peut être bénigne, moyenne ou grave et entraîner des symptômes variables : douleur plus ou moins intense, claquement ou craquement lors du traumatisme, gonflement de l’articulation, hématome, perte de mobilité. Les réflexes à avoir en cas d’entorse du poignet sont simples, puisqu’ils consistent à cesser l’activité responsable, mettre l’articulation au repos et l’immobiliser, et appliquer du froid. Ensuite, une consultation médicale permet de confirmer le diagnostic et d’orienter vers un traitement adapté. Selon la gravité de l’entorse du poignet, la durée d’immobilisation est comprise entre 3 et 6 semaines. En cas de rupture ligamentaire, l’intervention chirurgicale est indispensable. Certaines situations nécessitent également une période de rééducation pour rétablir la mobilité et l’amplitude articulaires. Dans tous les cas, il ne faut pas négliger une entorse du poignet. En effet, si elle n’est pas soignée correctement, elle peut évoluer vers des lésions chroniques, voire un début d’arthrose.

Figure 1 : visuel issu du mémoire "Les entorses du poignet : des lésions pas si banales..." d'Angélie Godfroy-Leflon, masseur kinésithérapeute DE
Figure 2 : copyright Skimeter
*Dr Françoise Couic Marinier & Dr Anthony Touboul, Le guide Terre Vivante des huiles essentielles, Terre Vivante, 2017
expand_less