Rejoignez-nous !
Livraison prévue demain !

Bronchiolite du bébé : causes, symptômes et traitement

  • Temps de lecture : ~ 0 minutes
Bronchiolite du bébé : causes, symptômes et traitement
Chaque année en France, près de 500 000 enfants de moins de 2 ans sont touchés par la bronchiolite. Très contagieuse, cette infection virale respiratoire sévit essentiellement en automne-hiver et entraîne des symptômes qui inquiètent souvent les parents. Dans la plupart des cas, elle reste bénigne et guérit en une dizaine de jours. Des complications sont toutefois possibles chez certains bébés à la santé fragile, et une hospitalisation peut être nécessaire. À quoi est due la bronchiolite ? Comment la reconnaître ? Quel est le traitement indiqué ? Nos pharmaciens répondent à toutes les questions que vous pouvez vous poser au sujet de la bronchiolite.

Les causes de la bronchiolite

La bronchiolite est une infection virale respiratoire aiguë qui affecte les bronchioles (les plus petites bronches). Dans 80 % des cas, c'est le virus respiratoire syncytial (VRS) qui est responsable. Les 20 % restant sont secondaires à un autre virus ou d'origine bactérienne.

Le virus s'installe dans les voies respiratoires et se retrouve dans la salive et les sécrétions nasales. Il provoque une inflammation des parois des bronchioles ainsi qu'une augmentation des sécrétions, ce qui entraîne une obstruction. Le virus de la bronchiolite se transmet de manière directe, par contact rapproché avec un sujet contaminé, et surtout par projection de gouttelettes : éternuements, postillons, toux, mouchage. La transmission peut aussi être indirecte, par le biais des mains ou des objets souillés (en particulier les jouets), du linge de toilette, des aliments ou des boissons contaminés.

L'épidémie de bronchiolite revient chaque année, ou presque, en automne-hiver. Elle touche les enfants âgés de moins de 2 ans, avec une incidence plus marquée chez les bébés entre 2 et 8 mois.

Quels sont les symptômes de la bronchiolite ?

Le plus souvent, la bronchiolite commence par une simple rhinopharyngite, à laquelle s'ajoute une légère fièvre. Ensuite, une toux sèche apparaît et occasionne une gêne respiratoire. Cela se traduit par une respiration rapide et sifflante. Chez certains enfants, la bronchiolite entraîne des difficultés à manger et boire.

La phase aiguë de la bronchiolite dure environ 10 jours et nécessite une surveillance particulière pendant les 2-3 premiers jours afin de détecter rapidement les éventuelles complications. Plusieurs situations demandent une attention constante jusqu'à la guérison : nourrisson âgé de moins de 2 mois, né prématurément, atteint d'une maladie chronique ou d'un problème cardiaque. En raison de leur santé fragile, ces bébés présentent, en cas de bronchiolite, un risque de détresse respiratoire. Parfois, ils peuvent être hospitalisés afin de bénéficier de soins de soutien et d'un apport d'oxygène.

Les symptômes de la bronchiolite diminuent de manière progressive, et la guérison est effective après 8 à 10 jours. Une toux résiduelle peut persister dans les 2 à 3 semaines qui suivent.

Comment réagir en cas de bronchiolite ?

Si vous constatez chez votre nourrisson les symptômes de la bronchiolite, il est important de consulter rapidement. Ensuite, il faudra veiller à éviter la transmission du virus à d'autres enfants susceptibles de développer la maladie.

Consulter dès les premiers signes

La bronchiolite n'est pas une pathologie qui se prête à l'automédication. Dès l'apparition des premiers symptômes, une consultation chez votre médecin traitant ou votre pédiatre doit être effectuée. Si votre bébé a moins de 2 mois, s'il est né prématurément ou a eu des problèmes respiratoires à la naissance, s'il souffre d'une maladie chronique ou cardiaque, il est préférable de vous rendre directement aux urgences pédiatriques ou d'appeler le 15 (Samu).

Par la suite, il faudra consulter de nouveau si les symptômes s'aggravent, si la fièvre augmente ou si les sécrétions bronchiques deviennent épaisses et prennent une teinte jaune ou verdâtre. En effet, cela peut être le signe d'une surinfection bactérienne.

Dans certains cas, il est recommandé de ne pas attendre le rendez-vous chez le médecin, mais d'aller aux urgences pédiatriques ou d'appeler le 15 :
  • votre enfant présente des troubles digestifs comme des vomissements ou de la diarrhée ;
  • il refuse de boire ou de manger ;
  • son comportement change : fatigue, malaise, agitation, pleurs, geignements, manque de tonus, etc. ;
  • votre enfant devient pâle, ses doigts et ses lèvres bleuissent ;
  • sa respiration est de plus en plus difficile, avec des pauses respiratoires ;
  • il montre des signes de lutte respiratoire : battements des narines, espaces entre les côtes et au-dessus des clavicules (tirage intercostal).

Prévenir la transmission de la bronchiolite

Lorsque le diagnostic de bronchiolite est posé, il faut prévenir sa transmission. Pour cela, il est conseillé de garder l'enfant à la maison pendant toute la phase aiguë, d'autant plus s'il fréquente une collectivité (crèche, assistante maternelle). La principale mesure à prendre est d'adopter les gestes barrières. Ainsi, le lavage des mains doit devenir un réflexe et intervenir de manière automatique avant chaque repas, avant et après tout contact avec l'enfant malade, après être allé aux toilettes, après avoir pris les transports en commun et après s'être occupé d'un animal de compagnie. Lavez-vous les mains, et celles de votre enfant, à l'eau et au savon liquide, pendant au moins 30 secondes. Séchez-les ensuite avec un linge propre ou du papier absorbant à usage unique.

 
En période d'épidémie de bronchiolite, limitez les contacts proches, notamment avec d'autres enfants qui fréquentent une collectivité. Évitez les lieux publics, notamment les galeries commerciales, les transports en commun et les salles d'attente des cabinets médicaux. Au quotidien, il faut veiller à ce que les enfants ne se prêtent pas leurs biberons, leurs sucettes et leurs couverts. Nettoyez régulièrement les jouets et les peluches en les passant à la machine à 60 °C ou en utilisant des lingettes désinfectantes. Aérez souvent votre logement afin de réduire la concentration des virus dans l'air. Enfin, si vous êtes enrhumé, utilisez des mouchoirs jetables, toussez et éternuez dans votre coude et portez un masque jetable lorsque vous vous occupez de votre enfant.

Quel est le traitement pour soigner une bronchiolite du nourrisson ?

En raison de son origine virale, il n’existe pas de traitement spécifique à la bronchiolite. Selon l’âge de l’enfant, son état de santé et la gravité de la maladie, le médecin estime s’il doit être hospitalisé. Il délivre également des conseils à suivre à la maison, explique les signaux qui doivent alerter les parents et programme éventuellement une deuxième consultation pour vérifier l’évolution de la bronchiolite.

La surveillance à domicile pendant la bronchiolite

L’essentiel du traitement de la bronchiolite repose sur la surveillance de l’enfant. Vous pouvez l’aider à mieux respirer en désencombrant ses fosses nasales aussi souvent que nécessaire, et plus particulièrement avant les repas, les siestes et la nuit. Procédez à un lavage de nez à l’aide de sérum physiologique ou d’une solution saline et, si besoin, d’un mouche bébé. Au cours de la journée, gardez votre bébé en position verticale plutôt qu’allongée. Vous pouvez par exemple le porter en écharpe ou dans un porte-bébé. Couchez-le toujours sur le dos, en surélevant légèrement le thorax. Enfin, bannissez toute exposition au tabac, car cela pourrait aggraver la bronchiolite.

 
Pour éviter la déshydratation, proposez régulièrement à votre bébé de l’eau, une tétée ou un biberon. Continuez à l’alimenter comme d’habitude, en fractionnant les repas s’il est fatigué. En cas de fièvre, vous pouvez préserver le confort de votre enfant en lui retirant quelques couches de vêtements. Cela favorisera l’évacuation naturelle de la chaleur. Contrôlez souvent sa température et, si cela est nécessaire, donnez-lui un antipyrétique, de préférence du paracétamol. Aérez la chambre de votre bébé et le reste de votre logement, en maintenant une température de 19 °C maximum. Vous pouvez également installer un humidificateur d’air, en veillant à bien suivre le mode d’emploi.

Quels médicaments donner en cas de bronchiolite ?

Si votre enfant souffre d’une bronchiolite, il n’est pas recommandé de lui donner de médicament contre la toux (antitussif). En effet, celle-ci permet d’évacuer les sécrétions. Les fluidifiants bronchiques et les expectorants sont également contre-indiqués chez l’enfant en bas âge. Les antibiotiques ne sont pas indiqués pour soigner la bronchiolite, sauf si une surinfection bactérienne est constatée.

Le paracétamol reste le traitement de référence. La dose recommandée est de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en 4 ou 6 prises dans la journée, ce qui représente environ 15 mg par kilo toutes les 6 heures ou 10 mg par kilo toutes les 4 heures. L’ibuprofène ne doit pas être donné sans avis médical. Quel que soit le médicament utilisé, privilégiez les présentations pédiatriques en sachets, cuillères mesures, pipettes graduées ou suppositoires.

 
Selon l’évolution de la bronchiolite, l’enfant peut retourner en collectivité après 5 à 10 jours de surveillance au domicile. Il faut savoir que des rechutes sont possibles lors des épidémies de bronchiolite. Face à une rechute, le médecin recherchera un terrain atopique personnel ou familial. Si un troisième épisode de bronchiolite survient, le diagnostic s’orientera plutôt vers un asthme du nourrisson.

Bronchiolite et kinésithérapie respiratoire

Depuis le début des années 2000, la kinésithérapie respiratoire est souvent recommandée pour soigner la bronchiolite, malgré l’absence de données scientifiques attestant de son efficacité. En 2019, la Haute autorité de santé (HAS) a publié un avis dans lequel elle déconseille la kinésithérapie respiratoire par drainage postural, vibration ou clapping. Si l’enfant est hospitalisé, la kinésithérapie respiratoire par augmentation de flux expiratoire (AFE) n’est pas conseillée. Finalement, cette méthode est indiquée uniquement en cas de pathologie respiratoire chronique ou de maladie neuromusculaire empêchant l’enfant d’évacuer les sécrétions bronchiques.

Ce qu’il faut retenir

D’origine virale, la bronchiolite est une infection respiratoire aiguë qui touche surtout les enfants de moins de 2 ans. Elle provoque une inflammation des bronchioles et une augmentation des sécrétions bronchiques, ce qui entraîne une gêne respiratoire. L’enfant qui contracte la bronchiolite présente une toux sèche et une respiration rapide et sifflante. Ces symptômes s’atténuent progressivement, et la maladie guérit en 10 jours environ. Le traitement de la bronchiolite consiste en une surveillance de l’état de santé de l’enfant. Le lavage de nez est indispensable pour faciliter la respiration, et un médicament contre la douleur, essentiellement le paracétamol, peut être administré. La kinésithérapie respiratoire n’est plus une méthode conseillée pour soigner la bronchiolite. Enfin, pour éviter la transmission de la maladie, les gestes barrière et l’éviction des contacts proches avec l’enfant malade sont indispensables, surtout lors des épidémies de bronchiolite.
expand_less