Bébé fait ses dents : comment le soulager ?

Bébé fait ses dents : comment le soulager ?
La fameuse formule « bébé fait ses dents » désigne en réalité la poussée dentaire, le processus d’apparition des premières dents du bébé. C’est un moment mal vécu par les parents, qui notent des changements chez leur enfant. La dent qui pousse dans la gencive génère des douleurs, les joues deviennent rouges et la gencive elle-même se modifie sous l’effet de l’inflammation. Le comportement du bébé change : il devient irritable, mord et bave… Il porte tous les objets qui l’environnent à sa bouche. Parfois, à la même période, l’enfant semble souffrir des oreilles, avoir la diarrhée et une légère fièvre, des symptômes que les parents associent à la croissance des dents. Heureusement, des solutions permettent de soulager efficacement les douleurs dentaires du bébé.
Que se passe-t-il lors de la poussée dentaire de bébé ? Doit-on consulter un médecin ? Et comment apaiser bébé ? La réponse à ces questions dans cette fiche élaborée par les pharmaciens de Pharma GDD !

Les premières dents de bébé

On appelle poussée dentaire l’apparition des dents de lait dans la bouche du bébé. C’est un phénomène parfaitement normal, au terme duquel l’enfant aura ses 20 dents de lait, des dents temporaires qui laisseront place aux dents définitives quelques années plus tard.

Faire ses dents : à quel âge ?

C’est un sujet d’inquiétude pour les parents : certaines dents semblent mettre du temps à pousser. En réalité, il est inutile de se faire du souci : une apparition tardive des premières dents n’est en rien le signe d’un problème. Il n’y a pas de date précise en la matière. Donc, si bébé n’a pas sa première dent à quatre ou cinq mois, inutile de s’alarmer.

Les dates d’apparition qui suivent sont donc données à titre indicatif : une éruption dentaire plus précoce ou plus tardive n’a rien de grave. Des bébés naissent parfois avec une dent, d’autres n’ont leurs premières dents qu’à partir d’un an !

Les premières dents commencent à jaillir à l’âge de 5 mois. Toutes les dents n’apparaissent pas au même moment.

Les dents qui poussent : chronologie

Ce sont les incisives centrales de la mâchoire inférieure qui poussent en premier. C’est ensuite au tour des incisives supérieures.
Entre le 9e et le 13e mois, les incisives latérales, qui prennent place de chaque côté des incisives centrales, commencent leur percée. Ensuite viennent les canines, à partir des 16e ou 17e mois, et enfin les molaires, plus tardives : du 13e au 33e mois.
Normalement, en deux ou trois ans, toutes les dents de lait sont présentes.

Si aucune dent n’est apparue à 18 mois, il est conseillé d’aller consulter un dentiste ou votre pédiatre.

Poussée dentaire : symptômes

Même s’il s’agit d’un processus nécessaire et normal, la survenue des premières dents de bébé est perçue par les parents comme une période difficile pour l’enfant. Celui-ci ne peut s’exprimer pour décrire ce qu’il vit, aussi les parents attentifs assistent à des modifications dans son attitude et à des signes qu’ils attribuent à l’éruption des dents. Tous les bébés n’expérimenteront pas ces symptômes ; ce sont ceux le plus souvent rapportés.

Les signes locaux

Au niveau de la bouche, les gencives gonflent et sont rouges sous l’effet de l’inflammation. Le bébé salive beaucoup, ce qui l’amène aussi à baver en plus grande quantité et à tousser. La bave peut causer des irritations de la peau entourant les lèvres, et des rougeurs, voire des boutons peuvent faire leur apparition. Les joues aussi peuvent devenir rouges.

Les signes généraux

L’enfant est agité, il semble irritable. Il mordille souvent tout ce qu’il peut trouver. Il a moins d'appétit et se réveille pendant la nuit. Il a également une légère fièvre, inférieure à 38°C, une diarrhée et il tire parfois sur ses oreilles.

Ces signes sont temporaires, mais peuvent survenir régulièrement tout au long du processus d’apparition des dents de lait, c’est-à-dire entre le 4e et le 36e mois.
L’irritabilité serait liée à la douleur générée par la pousse des dents. Les plus mal vécues semblent être la toute première dent, et les molaires, en raison de leur plus grande taille.
C’est la douleur qui gênerait le sommeil, pousserait l’enfant à mordiller pour soulager ses gencives par la pression, et la douleur irradiant jusqu’aux joues et aux oreilles expliquerait pourquoi il tire sur ses oreilles ou frotte ses joues. La diarrhée parfois observée serait due au surplus de salive avalé.

Poussée dentaire : quand consulter ?

Le principal risque avec la poussée dentaire du bébé est de lui attribuer des problèmes qui ont en réalité d’autres causes.
En effet, la poussée dentaire est une phase pendant laquelle le nourrisson est plus sensible aux infections. Elle commence en général au moment où les anticorps maternels, les molécules de défense contre les infections laissées par la mère à son enfant pour le protéger pendant les premiers mois de sa vie, disparaissent, laissant le système immunitaire de l’enfant, encore en développement, faire face seul à son environnement.

Par exemple, il faut bien garder à l’esprit que si bébé tire sur son oreille, c’est peut-être en raison d’une otite qui nécessite des soins et non de l’éruption dentaire, qui passera d’elle-même. Une angine peut aussi provoquer des douleurs que l’on attribue trop rapidement aux dents qui poussent. Quant à la diarrhée, elle pourrait n’avoir aucun lien avec la poussée dentaire, mais être due à une infection. Il faut donc faire très attention et ne pas hésiter à consulter un médecin dans les situations suivantes :
  • Quand la douleur que subit l’enfant semble intense.
  • Quand l’enfant a un érythème fessier (des rougeurs du siège).
  • Quand il a une diarrhée.
  • Quand il a une fièvre supérieure à 38°C ou durant plus de deux jours.
  • Quand son état général se dégrade.
En effet, ces symptômes ne peuvent être associés à la poussée dentaire.

Comment soulager un bébé qui fait ses dents ? 

L’idée de laisser son enfant souffrir sans rien faire, même si ce qu’il vit est naturel, normal et temporaire, est assez difficile à accepter pour beaucoup de parents. Ils chercheront donc par tous les moyens à soulager leur enfant, à diminuer sa douleur.

L’une des techniques les plus simples à essayer est le câlin. Serrer tendrement son enfant dans ses bras, lui chanter une chanson, lui parler, permettent de distraire l’enfant et de le rassurer. C’est sans médicaments et ça ne demande qu’un peu de temps. Le câlin est bien plus qu’un geste d’amour, c’est aussi une véritable thérapie : en effet, le câlin a des bienfaits insoupçonnés sur le plan de la santé. Il permet notamment la libération d’endorphines, des molécules ayant la capacité de réduire la douleur.

Les anneaux de dentition

C’est un moyen simple, efficace et non médicamenteux de diminuer la douleur que peut ressentir l’enfant. Lors des épisodes de poussée dentaire, il mâchouille ce qu’il peut : ce geste n’est pas anodin. En effet, la pression qu’il exerce ainsi sur ses gencives réduit la douleur : le message « pression » court-circuite le message « douleur » dans le corps. Le froid a le même effet.
Des anneaux de dentition spécialement conçus pour être sans risques pour l’enfant ont été élaborés. Certains sont réfrigérants, ils sont à placer au réfrigérateur (et pas au congélateur) avant d’être donnés au bébé : le froid va non seulement réduire la douleur, mais également diminuer l’inflammation. D’autres incorporent un petit réservoir dans lequel mettre du gel gingival, pour un double effet antalgique.
Notre sélection :

Les gels de massage gingival

La phytothérapie (le traitement par les plantes) apporte des solutions lorsque bébé fait ses premières dents. Plusieurs gels de massage contiennent de la guimauve et de la camomille, des plantes réputées pour leurs effets anti-inflammatoires, qui apaiseront la gencive malmenée par la pousse des dents.
Autres actifs d’origine végétale retrouvés dans les gels pour la gencive : la teinture de safran et la pulpe de tamarin. Elles ramollissent la gencive, la rendant ainsi plus facile à traverser par la dent qui pousse.

L’aromathérapie a aussi des solutions en cas de douleur dentaire chez le bébé. Ici, pas question de concocter soi-même un mélange d’huiles essentielles - on risquerait un surdosage aux effets potentiellement sévères. On se tournera plutôt vers une solution prête à l’emploi. C’est ce que propose Pranarom avec PranaBB bio.

Certains gels apportent en plus de l’acide hyaluronique, une molécule très hydratante présente à l’état naturel dans le corps. L’acide hyaluronique est anti-inflammatoire et a des propriétés cicatrisantes, qui le rendent parfaitement adapté pour soulager la gencive douloureuse.
Notre sélection :
Enfin, si la douleur semble importante, on peut appliquer Dolodent solution gingivale, qui contient de l’amyléine, un anesthésique local. Etant donné qu’il peut engourdir la bouche du bébé, il ne faut pas appliquer ce gel avant un repas.
Ces gels s’appliquent directement sur la zone douloureuse avec le doigt. Il suffit de masser la zone avec le gel pendant quelques minutes, après un repas. On pensera à préalablement bien se laver les mains avant de réaliser le massage.
La brosse à dent/doigtier SuperWhite Kids mes premières dents est spécialement conçue pour prendre soin de la gencive et des dents des enfants lors de la poussée dentaire. Il s’agit d’un dispositif qui s’enfile sur un doigt pour optimiser le massage gingival et également nettoyer les premières dents.

Le paracetamol

Cet antalgique peut être utilisé pour soulager le bébé lors des douleurs dentaires. Il est disponible sous forme de suppositoires, en sachets à dissoudre dans un liquide ou en solution buvable. Chez l’enfant, la posologie est de 60mg/kg/j.
N’utilisez que des médicaments adaptés à l’âge et au poids de votre enfant (Dafalgan pédiatrique ou Doliprane 100 et 150 mg pédiatrique). N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.
Enfin, pour les adeptes de l’homéopathie, les souches conseillées en cas de poussée dentaire du bébé sont Arnica Montana, Belladonna, Chamomilla vulgaris, Hypericum perforatum, Mercurius solubilis et Phytolacca decandra.

Pour la peau de bébé

Pour calmer et soigner la peau marquée par la salive, on peut soulager la peau irritée à l’aide d’un corps gras ou d’une crème adaptée aux nourrissons, par exemple ABCDerm Perioral.

A ne surtout pas faire

Plusieurs fausses bonnes idées et produits inutiles sont parfois conseillés pour les poussées dentaires. Ils ont en réalité des effets potentiellement nocifs pour des avantages inexistants :
  • Le collier de dentition, ou le collier d’ambre. Leur mode d’action reste obscur. En revanche, leur risque est bien réel : plusieurs drames ont eu lieu lorsque des bébés se sont étranglés avec.
  • Le fait de sucrer l’anneau de dentition n’apporte aucun bénéfice. Il ne faut pas mettre de miel sur l’anneau : le miel ne doit pas être donné aux enfants âgés de moins d’un an. Le sucre pourrait en plus créer des caries.
  • Il ne faut pas « percer » la gencive pour aider la dent à sortir. Il y a risque d’infection.


Quand bébé fait ses dents, c’est un moment d’angoisse pour les parents, qui attribuent tous les torts à la poussée dentaire et se lamentent de voir leur enfant souffrir. Pour le mal de dent de bébé, des solutions pour le soulager existent, comme les gels gingivaux ou l’anneau de dentition.
Mais tous les symptômes que l’on voit sur l’enfant ne sont pas forcément dus à la pousse des dents : cela peut être le signe d’une maladie, comme une otite, une angine ou une rhinopharyngite.